18/10/17 : La CGT appelle à nouveau à manifester en Dordogne contre les ordonnances Macron sur le droit du travail. Les rassemblements auront lieu ce jeudi 19, à 17 h à Périgueux (palais de justice), Bergerac (palais de justice) et Sarlat (place de la Grande-Rigaudi

18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

  • 13/10/17 | A 63: travaux de maintenance en Gironde

    Lire

    En raison de travaux de maintenance de la signalisation sur l'A63, les mesures suivantes vont être mises en œuvre : fermeture de la bretelle d’accès des aires de Lugos Est et Ouest du dimanche 15 à 22h au lundi 16 octobre 17h,la fermeture des bretelles d’accès et de sorties de l’échangeur 21 (Salles), le lundi 16 de 8h à 17h, la fermeture de la bretelle d’accès et de sortie de l’échangeur 20 (Belin-Béliet), le mardi 17 de 8h à 17h. Déviations locales prévues pour les usagers souhaitant rejoindre Salles ou Belin-Béliet depuis l'A 63 ou une entrée d'autoroute depuis Salles ou Belin-Béliet.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


YOLO - Rentrée Universitaire 2017 - Grand Poitiers

Les spéciaux d'Aqui


YOLO - Rentrée Universitaire 2017 - Grand Poitiers

Noel Mamère : « C’est le jour d’après qui compte »

24/04/2017 |

Noël Mamère

Noel Mamère, député-maire de Bègles, revient sur les enjeux politiques et écologiques de ce premier tour. Entretien. .

Appelez-vous à voter Macron face à Marine Le Pen ?

Noël Mamère - Oui, sans hésiter une seconde

Malgré tout, pensez-vous que Marine Le Pen a des chances d’être élue présidente ?

N. M - Non, je ne crois pas, elle ne sera pas Présidente. Mais je me trompe peut-être. Après tout, on disait que Trump ne serait pas élu.

D’un point de vue écologique, quelles seraient les conséquences de l’arrivée au pouvoir de Marine Le Pen ?

N. M - Elle ne fera rien pour l’écologie, bien au contraire. Mais les conséquences de l’élection de MLP, c’est pas seulement d’un point de vue écologique qu’il faut les regarder, c’est sur nos droits, nos libertés. C’est ce qui compte avant tout.

Vous dites régulièrement que la vie politique française se trouve à la fin d’un cycle. Qu’entendez-vous par là ?

N. M - Les partis politiques sont incapables de réguler la vie démocratique de ce pays. Il y a beaucoup de division à droite, masquée par la fin de la campagne. mais si Fillon n’est pas au deuxième tour, ce que je souhaite, ça sera l’explosion de la droite. La gauche est aussi très divisée. Et l’écologie, avec EELV, ne compte plus. On est devant une sorte de champ de ruine à partir duquel il va falloir tout reconstruire.

LE PS/EELV ont fait 6,5%. Comment expliquez-vous que la voix de l’écologie a du mal à porter ?

N. M - Elle les concerne mais pas suffisamment parce que beaucoup de gens sont davantage préoccupés par leur survie, le chômage, l’éducation, le logement, tout ce qui constitue la vie quotidienne. C’est à nous de leur expliquer que l’écologie, c’est un outil de lutte contre les inégalités. Quand on construit des maisons thermiquement bien isolées, ça vous coûte moins cher que si vous avez une passoire. La précarité énergétique touche principalement les familles les plus pauvres. L’écologie c’est pas simplement dire « il faut plus d’oiseaux et plus d’arbres », c’est la conception globale de la société. Il n’y a pas une réponse univoque. Ce qui a toujours fait l’honneur de l’écologie, c’est qu’elle a toujours tenu compte de la complexité du monde.

Vous souhaitez une recomposition de la gauche et de l’écologie. Cela veut-il dire que l’écologie ne peut plus exister qu’à travers le PS ?

N. M - Quand on nous dit l’écologie c’est ni à droite ni à gauche, c’est faux. La droite, c’est le maintien des acquis, la défense de certains lobbys. Elle ne remet pas en cause un mode de développement, un mode de production et un mode de vie, à l’instar des écologistes. En revanche, il y a des valeurs de la gauche qui rejoignent celles des écologistes sur la tolérance et sur l’égalité des droits. Quand j’arrache un pied d’OGM et que je suis condamné par les tribunaux, je me sens autant à ma place que lorsque je marie deux hommes.

Benoit Hamon était-il le bon candidat pour la gauche ?

N. M - Pour les écologistes, oui. Pour la première fois depuis 40 ans, la gauche traditionnelle a enfin intégré le projet de l’écologie dans son programme et en a fait sa base. Benoit Hamon a même dit : « Je ne serai plus jamais socialiste sans être écologiste. » J’ai voté pour lui dimanche. Ceci dit, dans cette campagne, on ne l’a pas suffisamment entendu. Pour autant, la reconstruction de la gauche et de l’écologie ne s’est pas arrêtée le 23 avril. C’est le jour d’après qui compte.

Pendant quelques temps, vous avez été pressenti pour être le candidat d’Europe Ecologie Les Verts mais vous avez finalement renoncé. Sans la case primaire, vous seriez-vous présenté ?

N. M - J’ai été sollicité et j’ai hésité pendant un moment. J’aurais pu être candidat sans aller à la primaire mais je pense que ça ne se serait pas bien passé quand je regarde le paysage aujourd’hui. J’aurais eu beaucoup de mal à défendre le projet de l’écologie. Mais je n’ai pas de regrets, il ne faut pas en avoir en politique. Je pense qu’il faut se battre pour que ce qu’on a construit avec Benoit Hamon dure et que ça ne s’effondre pas comme un château de sable.

Quels sont vos projets pour la suite ?

N. M - Continuer à proposer des documentaires aux chaines de télévision et contribuer à la recomposition de la gauche et de l’écologie. Je ne serai plus maire de Bègles le 29 juin au soir. Je préfère que cette équipe prépare les municipales de 2020 dans de bonnes conditions. Je suis dans la transmission aux nouvelles générations parce que je considère que trop d’hommes politiques s’accrochent désespérément et deviennent pathétiques.

Ferez-vous toujours partie du paysage politique ?

N. M - Je ne sais pas, ce n’est pas à moi de le dire. J’ai été journaliste et présentateur durant de nombreuses années et je sais très bien que lorsqu’on est plus en vitrine, on n’existe plus. Dans le journalisme comme en politique.

Ludivine Vellion et Nina Bernadet - Etudiants EFJ
Ludivine Vellion et Nina Bernadet - Etudiants EFJ

Crédit Photo : NC

Partager sur Facebook
Vu par vous
3452
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Spécial
Spécial
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires



- Publicité -