Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

29/05/20 : Municipales : A Melle (79), la liste menée par Sarah Klingler ayant obtenu la majorité absolue (28 voix) au premier tour, le conseil a été installé hier, avec 9 postes d'adjoints créés, avec Jérôme Texier et Favienne Manguy comme 1er et 2e adjoints.

27/05/20 : Les 11 Clowns Stéthoscopes organisent une "déambulade festive" aux fenêtres des patients qu’ils ont l’habitude de côtoyer au CHU de Bordeaux à l'Hôpital des enfants afin de renouer le lien physique rompu par le confinement, le 29 mai dès 15h00.

26/05/20 : Le Conseil municipal de Libourne a réélu à sa tête Philippe Buisson. Laurence Rouède se voit confier la délégation de 1ere adjointe, déléguée à la coordination des activités municipales, aux ressources humaines, à l’urbanisme et au foncier.

25/05/20 : Le secrétaire d'État en charge du tourisme, Jean-Baptiste Lemoyne, a assuré que l'exécutif réfléchissait à un "élargissement significatif" de la limite de déplacement (100 km autour du domicile), qui pourrait entrer en vigueur la semaine prochaine.

25/05/20 : Les hospitaliers du CHU Pellegrin à Bordeaux sont en grève illimitée depuis le 22 mai sur préavis de SUD Santé. Un rassemblement de soutien est organisé le 26 mai devant l'hôpital.

22/05/20 : Dans le cadre de la célébration de la Journée Mondiale des Oiseaux Migrateurs, les 24 et 31 mai 2020 à Vitrezay, BioSphère Environnement propose 2 sorties de découverte des oiseaux des marais de Gironde, de 8h30 à 10h30. Réservations: 05 46 49 89 89.

19/05/20 : Allant dans le sens de la déclaration du Premier Ministre ce matin, le préfet des Pyrénées Atlantiques Eric Spitz déclare que les Bordelais et les Toulousains en zone verte pourraient venir en vacances en juillet et août dans les Pyrénées Atlantiques

18/05/20 : L’incertitude de l’évolution sanitaire, et l’impossibilité de mettre en œuvre les mesures barrières, entrainent l’annulation de l’opération de sensibilisation des jeunes à la nage, Objectif Nage, pour l’été 2020, annonce le Département de la Gironde.

15/05/20 : Initialement prévu le samedi 12 septembre prochain, la 36ème édition du marathon des Châteaux du Médoc est reportée au samedi 11 septembre 2021.

14/05/20 : L'activité partielle pour les entreprises du tourisme et de l'évènementiel sera maintenue jusqu'à fin 2020 et que l'accès au fonds de solidarité est prolongé jusqu'à fin septembre. En revanche, pas de baisse prévue pour la TVA.

12/05/20 : La Compagnie aérienne Chalair annonce la reprise progressive de ses vols entre Bordeaux, Brest et Montpellier. Au rythme de 2 vols hebdomadaires, rdv le 8 juin, pour la reprise des liaisons Bordeaux-Brest puis le 15 juin, pour Bordeaux-Montpellier

- Publicité -
S’abonner ici !
< proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 31/05/20 | Covid 19 : les personnels de l'hôpital de Périgueux pourront recevoir la prime de 1500 €

    Lire

    Les personnels de l'hôpital de Périgueux, mobilisés pendant la crise sanitaire, pourront toucher la prime Covid de 1500€. Le député de Dordogne Philippe Chassaing, qui a appuyé la demande auprès du gouvernement, l'a annoncé ce samedi 30 mai dans un communiqué. Il précise que "le chef d'établissement pourra en effet décider du relèvement de la prime à 1500€ dans les services au sein desquels les agents ont été particulièrement impliqués, dans la limite de 40% des effectifs de l'hôpital."

  • 31/05/20 | Covid 19: dépistage dans 40 communes de Creuse

    Lire

    Existence préoccupante d'un Foyer de contamination du Covid 19 en Creuse où un cas, parmi les professionnels de santé à domicile, a été détecté le 24 mai à Guéret et deux autres depuis. L'Agence Régionale de santé et sa délégation départementale ont donc mis en œuvre des tests collectifs auprès de 59 particuliers et 40 professionnels . En outre une campagne de dépistage est entreprise dans 40 communes du département qui va concerner près d'un millier de personnes, notamment âgées bénéficiant de soins à domicile.

  • 31/05/20 | Arette (64): L'usine d'espadrille devenue tiers-lieu

    Lire

    Le tiers-lieu Pic Nic implanté à Arette (1 000 habitants) dans le Haut-Béarn, en vallée de Barétous au sud de Pau et d'Oloron-Sainte-Marie se développe. Impulsé en 2013 par l'achat par un couple d'architectes de l'ancienne usine d'espadrille du village, le lieu, espace de travail partagé et est devenu un outil commun à une dizaine de professionnels indépendants et télétravailleurs salariés. Afin de développer le tiers-lieu, tout en permettant l'émergence de projets communs, il a pris le statut de Société Coopérative d'Intérêt Collectif, que la commune souhaite intégrer. La création d'extensions est aussi envisageé.

  • 30/05/20 | Des esturgeons exotiques dans le Bassin d'Arcachon

    Lire

    Avec le débordement de cours d'eau du Sud Gironde les 10 et 11 mai 2020, des piscicultures dans les bassins du Ciron et de la Leyre ont été inondées laissant échapper des esturgeons sibériens et des esturgeons du Danube. Si l’espèce sibérienne pourrait a priori survivre sans se reproduire, les esturgeons sibériens emportés dans le Bassin d’Arcachon ne supportent pas la salinité des eaux. Ces deux espèces ne doivent pas être confondus avec l’esturgeon européen, protégé en voie de disparition. La prefecture demande donc aux pêcheurs de relâcher vivants tous les esturgeons qui seraient pris, quelle que soit l’espèce.

  • 30/05/20 | Dordogne : une hausse 24,2 % du nombre de demandeurs d'emploi en avril

    Lire

    La Dordogne voit son nombre de chômeurs s'envoler au mois d'avril. Pôle emploi a enregistré une hausse des inscrits en catégorie A, c'est à dire sans aucune activité, de 24,2 % en avril par rapport à mars 2020. En Nouvelle-Aquitaine, elle est de 27,4 %. C'est plus qu'au niveau national : cette hausse historique est de +22,6 %. Cela porte à 25 170 le nombre de personnes sans aucune activité en Dordogne. Le nombre d'inscrits en catégorie B et C (activité réduite) enregistre une forte baisse.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Semaine de l'Agriculture

Les spéciaux d'Aqui


Semaine de l'Agriculture

Prendre soin du climat : une préoccupation qui touche aussi l’agriculture

20/05/2020 | "Prendre soin du climat", c'est le thème du 8ième débat grand public de La Semaine de l'Agriculture de Nouvelle-Aquitaine, ce 20 mai.

Prendre soin du climat

Anticiper le changement climatique dans la région Nouvelle-Aquitaine est une priorité depuis plusieurs années, autant dans le champ politique que dans le domaine de la recherche autour de l’agriculture. Acclima Terra Néo Terra ou encore Ecobiose font partie des nombreuses initiatives impulsées dans le territoire néo-aquitain pour lutter contre le changement climatique et développer la transition énergétique… Mais est-ce trop tard ? Comment l’agriculture peut-elle, elle aussi, jouer sa part pour contribuer à la priorité actuelle qui est celle de prendre soin du climat ? Quatre spécialistes se sont réunis pour en débattre, ce mercredi 20 mai, dans le cadre de la Semaine de l’Agriculture 100% en ligne.

« Il n’est jamais trop tard pour empêcher le réchauffement de notre planète », rappelle en préambule Hervé Le Treut, climatologue français, spécialiste de la simulation numérique du climat et membre de l'Académie des sciences. « Depuis la période post-industrielle, le climat mondial a augmenté d’un degré », explique t-il. La situation telle qu’elle est actuellement est critique en terme de réchauffement climatique. Le processus est déjà bien avancé. Pourtant, si l’on en croit les spécialistes invités ce jour sur le plateau pour débattre du thème « prendre soin du climat », il n’est pas trop tard pour « réinventer le monde ». « Les niveaux de dangers sont proches de nous, continue le climatologue. Les périodes extrêmes de sécheresse ou d’humidité vont aller en croissant. Mais nous devons réussir à prendre la marche arrière ».

L’importance d’agir au niveau régional est indéniable. Pour avancer efficacement sur cette question complexe qui nous concerne tous, il faut avant tout identifier les causes du réchauffement, et identifier les acteurs qui peuvent aller dans le sens d’une amélioration signifiante de leurs systèmes de fonctionnement. L’agriculture fait partie de ces acteurs. La pratique agricole émet en effet des gaz toxiques à effet de serre, du CO2 et du protoxyde d’azote par exemple.  Même si beaucoup d’autres activités sont concernées par ces émissions nocives, l’heure est venue d’un passage à l’action. Chacun doit faire sa part pour réduire ce que l’on appelle vulgairement « la pollution ».

Des avancées agricoles sur un temps long

L’opération sauvetage du climat ne va pas se faire en un claquement de doigts, et encore moins dans le monde agricole. « Nous évoluons », rassure Bernard Layre, Président de la chambre d’agriculture des Pyrénées-Atlantiques et agriculteur à Caubios-Loos. « Ce qui est certain, indique t-il, c’est que nous sommes dans une société de consommation. Or, en agriculture, nous avons besoin de temps pour réaliser les transitons nécessaires pour avoir des modèles plus résilients et durables ». Le spécialiste rappelle également l’importance du projet Néo Terra qui est « ambitieux » sur la question de la transition agroécologique, mais qui doit être tenu impérativement. Cette feuille de route Néo Terra s’est fixée plusieurs objectifs  notamment celui de réduire d’ici 2030, 30% des prélèvements d’eau pour l’agriculture en période d’étiage ou encore créer 100 unités de micro-méthanisation à la ferme en 2030 pour limiter les émissions de GES.

Henri Bies-Péré, vice-président de la FNSEA, (Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles), partage cette idée qui dit que l’agriculture en Nouvelle-Aquitaine se doit de devenir plus résiliente en s’adaptant. Mais le temps long est une nécessité pour Hervé Le Treut notamment pour assurer la protection des régions en terme de patrimoine et de biodiversité. Bernard Layre explique être également contre la précipitation pour « éviter un grand écart à marche forcée pour devenir demain à la fois source d’alimentation saine et producteurs d’énergies durables ». Le développement de méthodes plus naturelles a besoin de temps avant tout, et les opportunités d’adaptation ne manquent pas.

Captation carbone, gestion de l’eau, et méthanisation

Les sols constituent des puits de carbone naturels. Henri Bies-Péré, voit dans ce fait une formidable opportunité avec un effet double. D’abord, l’agriculture fournit de la matière première et des énergies renouvelables. Mais aussi, c’est une opportunité pour l’agriculteur d’être « rémunéré de façon contractuelle tout en rendant service ». Cette captation carbone est indispensable aujourd’hui. « Pour cela, il faut un combustible produit par photosynthèse (car c’est le seul processus qui permet véritablement de soustraire du carbone de l’atmosphère),  donc de la biomasse, arbres, plantes, algues, …. On peut alors le brûler – ce qui va produire de l’énergie – il va émettre des gaz concentrant une partie importante du CO₂ qui a été précédemment capté par photosynthèse. Il s’agira donc de capter le carbone de ces gaz à la sortie des cheminées, ce que permettent différents traitements chimiques très spécifiques. Ainsi le carbone absorbé précédemment par photosynthèse ne retourne pas dans l’atmosphère. Pour autant qu’on retire ainsi de l’atmosphère une partie du carbone que nous y avons accumulé, on parle d’émissions négatives » explique Hervé le Treut dans un entretien donné à La Pensée Ecologique.

Prendre soin du climat

Concernant la gestion de l’eau, c’est Alain Dupuy, hydrogéologue et membre du comité AclimaTerra qui s’est exprimé pendant ce débat : «  Le changement climatique impacte l’évolution des températures mais aussi celle des précipitations. Il peut se mettre à pleuvoir de manière concentre ou intense mais il peut aussi y avoir une absence pendant longtemps de pluie. Cela génère de nouveaux problèmes et donc il faut s’adapter. On envisage pour donner de la résilience de stocker l’eau, mais pas forcément qu’en surface. Il faut ralentir la partie continentale du cycle de l’eau dans les sols, les nappes et les cours d’eau. »  Le principal objectif selon ce spécialiste est donc d’aider l’eau à s’infiltrer dans la nappe et de ne plus la bloquer inutilement à la surface.

L’exemple de la méthanisation est également parlant lorsque l’on s’intéresse à la question du réchauffement climatique. La méthanisation est un procédé qui permet de transformer les déchets en biométhane. Cette énergie possède les mêmes caractéristiques que le gaz naturel. Séverine Eliot, déléguée Développement du Gaz Vert chez GRDF, explique l’importance de cette démarche novatrice déjà bien avancée en Nouvelle-Aquitaine : « Il y a déjà 12 sites agricoles qui fournissent de l’énergie à 30 000 logements aujourd’hui. 100 dossiers sont actuellement en cours de traitement sur la région. Cela pourrait représenter 10% de la consommation énergétique régionale si les projets vont au bout dans un horizon de 5 ans. »

De l’importance d’une coopération

Les idées pour innover et avoir un réel impact sur le climat ne manquent pas dans le domaine agricole même si la mise en place de ces potentielles solutions demande plus d’efforts. « La principale clé de tous ces enjeux est de garder des territoires en paix et de s’inscrire dans un mode d’action où l’on conserve la biodiversité et le patrimoine des régions », explique Hervé Le Treut. Pour ce climatologue, la séparation entre la feuille de route Néo Terra (un organisme politique) et le comité AcclimaTerra est efficace. « Cette séparation entre les élus et les experts a du sens, indique t-il. Elle permet d’être au plus près des gens qui cherchent des solutions et de leurs mises en œuvre. Il est important de mettre côte à côte la production de savoir et l’instance. »

Le fait environnemental doit être présent dans toutes les actions, selon les quatre invités, car il est décisif. Bernard Layre insiste lui sur le fait que les évolutions doivent s’inscrivent dans le quotidien de chacun, « dans les modes de consommation et les prises de conscience ». « Nous avons besoin de travailler non plus en silos mais de manière transversale », précise t-il. L’eau par exemple est un sujet qui touche à la fois la population, l’agriculture et l’industrie. « Les différents acteurs doivent se retrouver autour d’une table pour vivre », conclut le Président de la chambre d'agriculture des Pyrénées-Atlantiques. 

Lucile Bonnin
Lucile Bonnin

Crédit Photo : Salon de l'Agriculture Nouvelle-Aquitaine

Partager sur Facebook
Vu par vous
3316
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Spécial
Spécial
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 3 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires



- Publicité -