Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

15/08/18 : Charente: 6 communes viennent d'être reconnues en état de catastrophe naturelle, suite à des mouvements de terrains liés à la sécheresse, survenue entre janvier et juin 2017. Il s'agit de Balzac, Chalais, La Couronne, Fouquebrune, Linars et Nabinaud.

06/08/18 : Dominique Laurent, sous préfète de Bergerac depuis quatre ans, vient d'être nommée à ce même poste à Guingamp (22). Stéphanie Monteuil, sous préfète de Saint-Jean-d'Angely (17) lui succède et prendra ses fonctions le 27 août.

06/08/18 : Jean-Philippe Dargent vient d'être nommé sous-préêfet de Lesparre-Médoc en remplacement de Claude Gobin. Il est actuellement directeur à la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques.

04/08/18 : Le meeting aérien de Belvès(24), le 15 août, est maintenu. L’Aéroclub Belvès Périgord a pris la décision de ne pas annuler la manifestation, suite au décès de son président. Lundi Alain Valleron a trouvé la mort dans le crash du Cessna qu’il pilotait.

03/08/18 : Jean-Philippe DARGENT nommé le 31 juillet sous-préfet de Lesparre-Médoc prendra ses fonctions le 3 septembre. Il était directeur de la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques (64)

03/08/18 : Renforcement des mesures de limitation de prélèvements d’eau dans le 47 sur les cours d’eau non réalimentés. Ces restrictions impactent environ 2% de la surface agricole irriguée, 95% des surfaces irriguées bénéficiant de ressources en eau sécurisées

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 19/08/18 | La mobilité durable s'expose à Irun

    Lire

    Le Parc d’Expositions Ficoba à Irun, au Cœur de l’Eurorégion Euskadi-Navarre-Aquitaine, accueillera les 27 et 28 novembre le salon Go Mobility, la 1ère exposition industrielle du Sud de l’Europe sur la mobilité durable. Point de rencontre des professionnels, des territoires et des entreprises consacrées au secteur de la mobilité durable et au stockage d’énergie, il vise à encourager les échanges à forte valeur ajoutée et favoriser les projets innovants et la transformation industrielle du territoire. Au menu : une zone d’exposition, des conférences et tables rondes et une zone de test.l*

  • 18/08/18 | Jürgen Essel en concert à La Réole

    Lire

    Privilège pour La Réole qui accueille le 26 août à 16h l'organiste allemand de renommée internationale Jürgen Essel en résidence dans le Réolais. Accueilli par les Amis de l’Orgue de La Réole l'organiste donnera un concert exceptionnel. Jürgen Essel est organiste, compositeur et enseignant à la prestigieuse école de Stuttgart. Interprète et improvisateur son répertoire s’étend de la musique ancienne jusqu’à la création de musique contemporaine. A son actif vingt enregistrements sur CD et des productions conjointes avec de grandes chaînes de radio (Entrée:libre participation) www.orgueslareole.com

  • 18/08/18 | Charente-Maritime : 7 communes reconnues en état de catastrophe naturelle

    Lire

    Suite aux fortes pluies du premier semestre 2018, l'Etat a reconnu 7 communes sinistrées en état de catastrophe naturelle - pour inondations et coulées de boues - publié au Journal Officiel du 15 août 2018 : Fléac-sur-Seugne, Pons, Bazauges, Chaillevette, Champagne, Léoville, Saint-Seurin-de-Palenne. Les sinistrés disposent d’un délai de 10 jours, à compter du 15 août 2018, date de publication de l’arrêté, pour déposer un état estimatif de leurs pertes auprès de leur compagnie d’assurance.

  • 16/08/18 | Charente : le festival de Confolens fête ses 60 ans

    Lire

    Le festival de danses folkloriques du monde de Confolens attire chaque année 100 000 visiteurs. Débutée le 13 aout, cette 60e édition se déroule jusqu'au 19 inclus, avec de nombreux spectacles costumés mais aussi des ateliers de danse ouvert au public. Parmi les pays les plus représentés cette année : la République Dominicaine, le Brésil, le Pérou, la Bolivie, la Moldavie et le Botswana. Onze groupes de nationalités différentes se produiront le dimanche soir pour la soirée de clôture.

  • 15/08/18 | Corrèze: l'agriculture au rdv du numérique

    Lire

    Le 25 août, lors de la 50e édition du Festival de l'élevage de Brive, la Chambre d'agriculture de la Corrèze lance un vaste plan de développement des usages numériques agricoles: AgriNumérik 19. Son objectif: mettre à disposition de tous les agriculteurs volontaires du territoire un smartphone avec des applications et services associés. Une initiative d'ampleur unique en France, sous le regard bienveillant d'Hervé Pillaud, membre du Conseil national du numérique et VP de la Chambre d’agriculture des Pays de la Loire, invité de ce lancement.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Aqui! au Salon de l'Agriculture Nouvelle Aquitaine

Les spéciaux d'Aqui


Aqui! au Salon de l'Agriculture Nouvelle Aquitaine

Rien ne se perd, tout se transforme !

26/05/2013 | Un exploitation autonome et mécanisée pour une meilleure productivité

Pierre Bosz, éleveur de porcs dans le Lot-et-Garonne et son collègue

En ce vendredi 24 mai, la famille Gosz se pose au Salon, dans le cadre du réseau « Association des fabricants des aliments à la ferme du Sud-Ouest». Le mari, Pierre, accompagné de son épouse Fabienne, explique les méthodes de transformation d’aliments pour les animaux. Une affaire de famille qui dure depuis trente ans. Quand l’élevage de porcs, permet la diversification de la production. La mécanisation aidant, l’homme s’adapte et accroit sa productivité.

La fabrication d’aliments nourrit tous les animaux de la ferme : volailles, porcs, bovins, ovins. La première étape consiste à stocker la matière première, des céréales telles que l’orge, le blé, le maïs, ou encore l’avoine. Cette étape permet la production de graines riches en protéines essentielles à l’alimentation du bétail. Par la suite, l’agriculteur complète ses graines avec des coproduits de la transformation de graines riches en huile et protéine. L’éleveur précise: « Nous sommes autonomes sur les graines. Nous les produisons nous-mêmes. Ceci représente une économie d’environ 20.000 euros par an sachant que le concassage coûte environ 20 euros la tonne et que la fabrication de la structure s’élève à environ 100.000 tonnes ».

La transformation, comment ça marche ?Machine de transformation d'aliment: mélangeur-broyeur sur le stand Salon de l'Agriculture d'Aquitaine Dans la machine, les graines sont concassées par le broyeur. Au produit obtenu, on ajoute des minéraux et des vitamines, ce qui va permettre d’équilibrer la teneur en éléments de l'aliment produit. Cette étape précède celle que les professionnels du milieu agricole appellent l’homogénéisation qui s’opère dans la mélangeuse de la machine de transformation d’aliments. La matière produite, lisse, homogène et inodore, est alors distribuée aux animaux de la ferme. Fabriquer ses propres aliments, c’est connaitre ses produits et ainsi savoir ce que l’on mange au bout de la chaîne alimentaire. La mécanisation permettant par ailleurs, une plus grande productivité à l’exploitation. Le prix moyen de ce type d'équipement est d'environ 12.000 euros.

L’élevage porcin étant peu rentable, notre éleveur diversifie son activité et se met à la production et à la vente de charcuterie. L’affaire est encadrée par son épouse, qui possède aujourd’hui sa propre équipe et transforme 1/3 des animaux en cochonnaille. Ils sont cinq sur les activités de charcuterie et deux à la ferme.
L’ensemble des 92 hectares de terrain est dédié à la production des éléments nécessaires à l’alimentation porcine. Pierre Gosz explique : « Etre deux à la ferme c’est peu mais la mécanisation le permet. Notre matériel est doté des automatismes qui font que nous n’avons pas forcément besoin d’intervenir. Le matériel, plus quelques aides ponctuelles suffisent ».
L’aide ponctuelle désigne ici des entreprises et aussi d’autres agriculteurs par le biais des CUMA, Coopérative d’Utilisation du Matériel Agricole. Cette aide permet la mutualisation des machines pour une meilleure production et moins de dépenses. L’éleveur reconnait de même percevoir des aides provenant du Conseil Régional qui soutien les agriculteurs : « C’est une dynamique régionale qui permet la création d’emplois locaux, une proximité grâce à la production locale, un meilleur suivi de la traçabilité et du goût ».

Aurélie Gruel
Aurélie Gruel

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
1882
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Spécial
Spécial
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires



- Publicité -