15/12/17 : Futuroscope : le président du directoire Dominique Hummel a annoncé dans La Nouvelle République qu'il allait quitter ses fonctions en mars prochain.

14/12/17 : Depuis ce 12 décembre, la FRSEA Sud Ouest a de nouveaux contours. Regroupant désormais les régions Occitanie et Nouvelle-Aquitaine elle représente 25 départements. Le même jour, Philippe Moinard en a été élu à la présidence.

13/12/17 : Pont d’Aquitaine fermé dans les 2 sens : rocade A630 entre échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4a (Bordeaux - Nouveau Stade) du jeudi 14 décembre 21h00 au 15 à 6h00. Déviations rocade intérieure et extérieure, via le pont François Mitterrand.

12/12/17 : Philippe Martinez,le secrétaire général de la CGT se rendra ce jeudi en Dordogne. Il visitera les ateliers SNCF du Toulon avant de rencontrer le syndicat cheminot. L'après midi, il participera à une assemblée avec tous les syndicats CGT du département.

11/12/17 : Catherine Seguin, 45ans, fille de Philippe Seguin qui était sous-préfète de Bayonne depuis 2016 a pris du galon et sera la nouvelle préfète du Gers en remplacement de Pierre Ory nommé dans les Vosges. Deuxième femme à occuper ce poste dans le Gers

11/12/17 : La Charente-Maritime est passée ce matin en vigilance "jaune" vents violents : la circulation est coupée sur le pont de l'île d'Oléron et les liaisons maritimes coupées avec l'île d'Aix, en raison d'une forte houle.

10/12/17 : A Orthez la liste menée par le socialiste Emmanuel Hanon remporte l'élection municipale (49,69%) devançant celle du maire sortant Yves Darrigrand (39,87%) et de Hélène Marest (Lrem -Modem 10,44%

10/12/17 : Philippe Mahé préfet de Meurthe-et-Moselle depuis août 2015 est le nouveau directeur général des services de la Gironde. Il a occupé plusieurs postes similaires depuis 1995 en Côtes d'Armor Finistère aux communautés urbaines de Nantes et de Toulouse.

10/12/17 : Dans un communiqué du 9/12, le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau annonce que l'instauration d'un péage à l'entrée d'Oléron ne sera finalement pas soumis au vote lors de la session du Département du 18 décembre comme annoncé.

10/12/17 : Charente-Maritime : Météo France annonce une tempête ce lundi, avec de violentes rafales pouvant atteindre localement 120 à 130 Km/h sur le littoral et 100 à 110 Km/h à l'intérieur des terres.

09/12/17 : Après l'annonce de la présence du groupe NTM, les Francofolies ont annoncé cette semaine leurs prochaines têtes d'affiches de l'édition 2018, qui se tiendra du 11 au 15 juillet : Orelsan, Jain, Véronique Sanson, Mc Solaar, Calogero et Shaka Ponk.

08/12/17 : Les maires de Port-au-Prince et de La Rochelle ont signé un accord mardi à l’occasion des 2e Assises de la coopération franco-haïtienne à Port-au-Prince. Une aide nouvelle sera apportée pour la construction d’un lieu d’accueil en cas de catastrophe.

07/12/17 : Le maire de Saint-Jean-de-Luz et premier vice-président de la Communauté Pays basque, Peyuco Duhart, 70 ans, est mort ce vendredi matin à 10 heures au Centre hospitalier de la Côte basque à Bayonne. Il avait été victime d'un AVC la semaine dernière.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 15/12/17 | Les radicaux de gauche Nouvelle Aquitaine...

    Lire

    Après la récente fusion du Parti Radical de Gauche et du Parti Radical Valoisien au sein "d’une nouvelle structure baptisée « Mouvement Radical » dans laquelle ils ne se reconnaissent pas totalement les élus Radicaux de Gauche du Conseil régional ont souhaité prendre leurs distances avec ce contexte politique national. Ainsi Soraya Ammouche-Milhiet, Benoît Biteau, Régine Marchand, Francis Wilsius,réaffirment leur place au sein de la majorité d’Alain Rousset et gardent leurs distances avec les jeux politiques des appareils nationaux, partageant des valeurs communes autour du triptyque républicain et de la Laïcité."

  • 15/12/17 | La Charente-Maritime toujours en manque d'eau

    Lire

    Au vu de la situation hydrologique actuelle et de l’absence de pluviométrie, le préfet de la Charente-Maritime a décidé de prolonger l'arrêté en date du 31 octobre 2017 jusqu’au dimanche 14 janvier 2018 inclus. Le prélèvement d’eau en vue du remplissage ou du maintien du niveau des retenues d’eau à usage d’irrigation agricole et tous les plans d’eau est interdit sur tous les bassins de gestion de Charente-Maritime (sauf bassin Charente aval) pour les remplissages par prélèvement superficiel.

  • 15/12/17 | Martin Leÿs délégué régional EDF en janvier 2018

    Lire

    Benoît Thomazo délégué régional d'EDF en Aquitaine puis Nouvelle Aquitaine depuis 4 ans passera le relais en janvier prochain à Martin Leÿs. Celui-ci, jusque là directeur du dialogue social au sein du groupe, présidait le Comité central d'entreprise et le Comité européen ainsi que le Fonds "Agir pour l'emploi" d'EDF qui soutient les projets portés par les associations d'insertion. Martin Leÿs avait été en 2002 directeur de cabinet de la délégation d'Aquitaine à Bordeaux avant de devenir conseiller social auprès de François Roussely et de diriger depuis la Chine le développement Asie d'EDF pendant six ans.

  • 15/12/17 | Asphodèle, le plus bio des salons revient à Pau

    Lire

    Plus grand et plus ancien salon des produits bio du Sud ouest, Asphodèle, est de retour, du 15 au 17 décembre, au Parc des expositions à Pau pour sa 22ème édition. Résolument engagé pour la planète et le bien être, il se dédié à la bio et aux nouvelles façons de vivre et de consommer, à travers cette année plus de 220 exposants. Des artisans, producteurs, viticulteurs, créateurs, entreprises de transformation triés sur le volet. Au programme aussi de nombreuses animations et conférences qui évoqueront notamment les OGM, l'agriculture bio, l'éco-construction ou encore les semences libres.

  • 15/12/17 | Le point sur la tuberculose bovine en Dordogne

    Lire

    La campagne de prophylaxie 2017-2018 de la tuberculose bovine a débuté en avance avec un nouveau mode de dépistage qui donne des résultats encourageants. Il s’agit d’un procédé à la fois plus efficace mais aussi plus contraignant, car nécessitant une bonne contention des bovins. Depuis le début novembre, 106 dossiers de prophylaxie ont été traités et 5 élevages ont présenté des résultats positifs. Le nombre de foyers de tuberculose pour 2017 est toujours de 28 élevages, dont 8 ont fait l’objet d’un abattage total et 20 d’un abattage sélectif.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
YOLO - Rentrée Universitaire 2017 - Grand Poitiers

Les spéciaux d'Aqui


YOLO - Rentrée Universitaire 2017 - Grand Poitiers

Roland Feredj directeur du CIVB : des vérités pour aller de l'avant

12/10/2010 |

Roland Feredj directeur du CIVB

Parmi les hommes clés de la filière viticole girondine Roland Feredj occupe une place centrale. Directeur du Conseil interprofessionnel du vin de bordeaux depuis 1989 il représente auprès des présidents successifs qu'ils soient viticulteurs ou négociants, comme c'est le cas aujourd'hui avec M. Haushalter, la permanence d'une organisation puissante et donc nécessairement contestée. Dans le plan Bordeaux actuel, le CIVB a joué un rôle majeur. Raison de plus pour écouter l'analyse d'un homme qui a laissé la langue de bois au vestiaire.

Ne dites pas au directeur du CIVB que le prix du Bordeaux s'est effondré comme certains nous l'ont dit ces dernières semaines. Il sort le dernier état des transactions enregistrées telles qu'elles apparaissentdans le bulletin de la commission économique du 5 octobre dernier. Les chiffres de septembre sont là : prix de vente moyen du millésime 2009de Bordeaux Rouge: 926 euros le tonneau de 900 litres, un prix supérieur à 900 euros pour la première fois depuis le début de l'année et 1062 euros pour le Bordeaux Blanc.

Un véritable accident industriel
Ne lui faites pas dire non plus que cet instantané autorise les responsables du CIVB à ignorer ces ventes qui continuent de s'opérer à des prix très bas, de l'ordre de 700 euros. Roland Feredj le dit haut et fort :« le crise je ne la masque pas, nous venons de vivre et vivons encore un vrai accident industriel que personne n'a voulu relever ; on a perdu entre 2008 et 2009 la vente de l'équivalent de 1.200 millions d'hectolitres dans une économie mondiale en crise ! Cet accident industriel, on ne l'a pas mesuré comme tel et on n'a pas non plus pris en compte les dégâts collatéraux économiques et sociaux. » Comprenons, ici, qu'aux yeux du directeur de la filière, ni la puissance publique ni les collectivités n'ont évalué aussi précisément qu'il aurait sans doute fallu la gravité d'une crise comparable à celle d'un grand secteur industriel qui aurait sans doute fait l'objet de plus de sollicitude. Surtout lorsqu'on sait son poids économique et social : 3,5 milliards d'euros, 35.000 emplois.

On use et abuse de la marque Bordeaux
Cependant la crise économique n'explique pas tout. Il va falloir aussi se pencher sur le produit lui-même. Aujourd'hui à partir du moment où vous êtes inscrit à l'ODG et que vous remplissez le cahier des charges, à priori tout ce vous produisez est passible de l'appellation. "Si vous regardez l'histoire de Bordeaux (le vin ndlr) il y avait déjà quelques 25% de la production qui était du vin de table. Aujourd'hui, c'est à 100%du Bordeaux. Il entre donc sur le marché des produits que vous ne pouvez éliminer car ils bénéficient en quelque sorte de droits acquis. On use et abuse de la marque Bordeaux ; on ne tient pas sa promesse." note Roland Feredj et il ajoute: "regardez les produits laitiers par exemple vous n'en avez aucun qui n'ait été contrôlé avant d'entrer en marché; le vin est un des seuls produits alimentaires qui n'a pas subi tous les contrôles ». Le constat, en manière de proposition pour l'avenir, est rude: « Voilà un des chantiers de Bordeaux à régler affirme le directeur du CIVB »Une des pistes avancées ; redéguster avant la mise en bouteille un vin qui n'aura pas été vendu au bout d'un an. L'on a toléré des passagers clandestins, ce n'est plus possible »

Pour autant il fautla fois gérer cette crise à court terme et préparer le décollage du plan Bordeaux. (lire par ailleurs sur aqui.fr). Une organisation de marché est plus que jamais nécessaire pour le vrac car c'est un véritable serpent de mer où le négoce n'a pas craint parfois la surenchère à la baisse et la viticulture a accepté de suivre. Et, là, il ne faut pas se cacher qu'il va falloir aller au fond des choses pour en sortir, c'est à dire s'intéresser de près, à ces transactions qui se font à des niveaux aberrants, de 650 euros par exemple, aller voir ce que sont ces vins et voir quel est le tricheur. L'objectif est de parvenir, dans les deux trois ans qui viennent, à une relance de ce marché du vrac sur des bases plus saines. 

Le renouvellement d'une génération
Le directeur du CIVB observe que le "brain storming" engagé depuis un an à travers des groupes de travail a ouvert des perspectives et mis en évidence la complexité du système et ouvert des pistes de changement. Il  souligne que la crise intervient au moment où plus de la moitié des viticulteurs ont plus de 55 ans, où on est entré dans une période de renouvellement d'une génération. Des approches moins individualistes peuvent participer des évolutions indispensables: créer un groupement d'achat commun, une idée qui progresse; apporter des raisins à la vinification comme c'est par exemple le cas en Rioja pour un tiers des vignobles; passer des contrats de mise à disposition des propriétés, passer de quelques quarante cinquante caves coopératives à cinq ou six, de façon à disposer d'une vraie capacité de négociation et d'un réservoir des marques futures... Autant de mesures incluses dans le plan Bordeaux. Encore faudrait-il passer d'une prise de conscience collective, en progrès au sein de l'interprofession, à une véritable mobilisation de la puissance publique. L'Etat, les collectivités sont sollicités pour accompagner la mutation du vignoble girondin, soutenir en particulier le grand effort de promotion nécessaire incluant la prise en compte de l'agrotourisme comme c'est le cas dans des régions comme le Languedoc ou la Toscane.

Ce n'est qu'à ce prix, en s'y mettant tous, que l'on sauvera le potentiel de production du vignoble girondin. Le plan Bordeaux montre qu'aucun segment de marché ne doit être abandonné et qu'il n'est pas aberrant d'évoquer les chiffres de 6 à 7 millions d'hectolitres souligne Roland Feredj en manière de déni à ceux qui voient dans le plan Bordeaux l'instrument possible de leur disparition.

Joël Aubert 

Partager sur Facebook
Vu par vous
516
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Spécial
Spécial
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 17 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires



- Publicité -