18/12/17 : Alain Juppé et plusieurs maires dont Martine Aubry réclament le soutien de l'Etat car "2017 s’achève sur une hausse massive de la demande d’asile et de nouveaux arrivants mettant sous une extrême tension les politiques publiques (...) classiques"

17/12/17 : "Avant si j'était vieux", théâtre, musique et bien vieillir, voici le mélange détonant que les caisses de retraite d’Aquitaine proposent de découvrir gratuitement. La prochaine représentation a lieu le 19 décembre à 15 h à Bergerac au centre culturel.

15/12/17 : Futuroscope : le président du directoire Dominique Hummel a annoncé dans La Nouvelle République qu'il allait quitter ses fonctions en mars prochain.

14/12/17 : Depuis ce 12 décembre, la FRSEA Sud Ouest a de nouveaux contours. Regroupant désormais les régions Occitanie et Nouvelle-Aquitaine elle représente 25 départements. Le même jour, Philippe Moinard en a été élu à la présidence.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 15/12/17 | Les radicaux de gauche Nouvelle Aquitaine...

    Lire

    Après la récente fusion du Parti Radical de Gauche et du Parti Radical Valoisien au sein "d’une nouvelle structure baptisée « Mouvement Radical » dans laquelle ils ne se reconnaissent pas totalement les élus Radicaux de Gauche du Conseil régional ont souhaité prendre leurs distances avec ce contexte politique national. Ainsi Soraya Ammouche-Milhiet, Benoît Biteau, Régine Marchand, Francis Wilsius,réaffirment leur place au sein de la majorité d’Alain Rousset et gardent leurs distances avec les jeux politiques des appareils nationaux, partageant des valeurs communes autour du triptyque républicain et de la Laïcité."

  • 15/12/17 | La Charente-Maritime toujours en manque d'eau

    Lire

    Au vu de la situation hydrologique actuelle et de l’absence de pluviométrie, le préfet de la Charente-Maritime a décidé de prolonger l'arrêté en date du 31 octobre 2017 jusqu’au dimanche 14 janvier 2018 inclus. Le prélèvement d’eau en vue du remplissage ou du maintien du niveau des retenues d’eau à usage d’irrigation agricole et tous les plans d’eau est interdit sur tous les bassins de gestion de Charente-Maritime (sauf bassin Charente aval) pour les remplissages par prélèvement superficiel.

  • 15/12/17 | Martin Leÿs délégué régional EDF en janvier 2018

    Lire

    Benoît Thomazo délégué régional d'EDF en Aquitaine puis Nouvelle Aquitaine depuis 4 ans passera le relais en janvier prochain à Martin Leÿs. Celui-ci, jusque là directeur du dialogue social au sein du groupe, présidait le Comité central d'entreprise et le Comité européen ainsi que le Fonds "Agir pour l'emploi" d'EDF qui soutient les projets portés par les associations d'insertion. Martin Leÿs avait été en 2002 directeur de cabinet de la délégation d'Aquitaine à Bordeaux avant de devenir conseiller social auprès de François Roussely et de diriger depuis la Chine le développement Asie d'EDF pendant six ans.

  • 15/12/17 | Asphodèle, le plus bio des salons revient à Pau

    Lire

    Plus grand et plus ancien salon des produits bio du Sud ouest, Asphodèle, est de retour, du 15 au 17 décembre, au Parc des expositions à Pau pour sa 22ème édition. Résolument engagé pour la planète et le bien être, il se dédié à la bio et aux nouvelles façons de vivre et de consommer, à travers cette année plus de 220 exposants. Des artisans, producteurs, viticulteurs, créateurs, entreprises de transformation triés sur le volet. Au programme aussi de nombreuses animations et conférences qui évoqueront notamment les OGM, l'agriculture bio, l'éco-construction ou encore les semences libres.

  • 15/12/17 | Le point sur la tuberculose bovine en Dordogne

    Lire

    La campagne de prophylaxie 2017-2018 de la tuberculose bovine a débuté en avance avec un nouveau mode de dépistage qui donne des résultats encourageants. Il s’agit d’un procédé à la fois plus efficace mais aussi plus contraignant, car nécessitant une bonne contention des bovins. Depuis le début novembre, 106 dossiers de prophylaxie ont été traités et 5 élevages ont présenté des résultats positifs. Le nombre de foyers de tuberculose pour 2017 est toujours de 28 élevages, dont 8 ont fait l’objet d’un abattage total et 20 d’un abattage sélectif.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
YOLO - Rentrée Universitaire 2017 - Grand Poitiers

Les spéciaux d'Aqui


YOLO - Rentrée Universitaire 2017 - Grand Poitiers

Salaisonnerie : Quand le porc basque ne peut revendiquer son nom

12/05/2008 |

Le porc basque en recherche d'AOC

C'est une vieille histoire. Il était une fois une petite vallée pyrénéenne, charmante certes, mais qui à l'heure où l'agriculture s'industrialisait, était menacée d'extinction. C'est alors que Pierre Oteiza et quelques autres -c'était il y a une trentaine d'années- au lieu de mettre la clé sous la porte pour rejoindre les plaines en pleine industrialisation, eurent l'idée -ce qui paraissait saugrenu pour certains- de cultiver le terroir. La première étape en fut la sauvegarde d'une race porcine en voie de disparition car "croquée" par le Large White et tous les autres porcs industriels.

Cette vallée, on l'aura compris est celle des Aldudes, en pleine montagne, près de Saint-Etienne-de-Baïgorry. Pierre Oteiza et quelques éleveurs locaux passionnés et amoureux du pays devaient commencer par oeuvrer pour le maintien de la race de porc locale. Pour sa part, Pierre Oteiza, devançant de 20 ans le mouvement sociétal actuel, devait dès le départ, s'efforcer de rentabiliser ses efforts en mettant en place un élevage selon la méthode pyrénéenne avec les célèbres cabanes de fougères, un élevage ouvert en permanence au public. Il créait vite aux Aldudes un centre attractif complété par une boutique de vente de produits locaux et de spécialités de salaisonnerie de porc basque. On le sait, Pierre Oteiza a depuis fait son chemin, avec une remarquable organisation qui lui permet de vendre ses produits dans de nombreux salons ou foires, et l'implantation de boutiques dans plusieurs villes.

Le projet Quinto
A ce stade, il lui semblait que l'aboutissementdevait être l'AOC (Appellation d'Origine Contrôlée), Porc basque.Pour lui cela allait de soi. Une procédure fut engagée, comme c'est la règle, dans le cadre de l'INAO (Institut National des Appellations d'Origine). La procédure d'enquête devait cependant révéler que de nombreuses marques font appel au mot "basque". Les tenants de ces marques furent informés, sans autre concertation locale, que la création d'une AOC porc basque allait les priver de l'usage du terme. Une démarche peu appréciée par Pierre Oteiza, qui, assure-t-il, "n'en était même pas averti". Or, selon lui, une concertation locale eut permis de trouver un consensus. C'est, au contraire, une situation d'opposition et de blocage qui s'est développée, et qui a contraint les acteurs du porc basque à changer leur fusil d'épaule. Pierre Oteiza explique que le projet AOC porc basque est abandonné au profit d'une autre démarche qui ferait appel à la dénomination "Quinto". Moins parlant pour le grand public, mais très chargé d'histoire locale. Il vient de "Pays Quint", enclave située au-dessus ds Aldudes, qui appartenait au royaume de Navarre, mais dans lequel des éleveurs des Aldudes s'établirent. Les conflits qui s'en suivirent furent néanmoins réglés sous Napoléon III et Eugénie de Monteiro : le traité de Bayonne, en 1856, prévoyait que la France verserait une sorte de fermage (ce serait le "cinquième" des troupeaux) aux vallées espagnoles de Baztan et d'Erro. Néanmoins, avant d'aller plus loin, les tenants du porc basque s'informent de la position espagnole, et ils ont chargé un cabinet juridique d'une étude sur le sujet. Pierre Oteiza regrette de son côté que l'on soit passé à côté d'une vraie chance, "la création d'une AOC porc basque aurait, dit-il,favorisé élevage et transformation dans la région."

Gilbert Garrouty

Partager sur Facebook
Vu par vous
127
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Spécial
Spécial
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires



- Publicité -