Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

26/02/21 : Faute de salon de l'agriculture cette année, la confédération paysanne organise du 27 février au 7 mars des fermes ouvertes pour faire découvrir l'agriculture paysanne.Liste des agriculteurs sur www.confederationpaysanne.fr/mobilisations.php?id=11079

24/02/21 : Charente-Maritime : selon un arrêté ministériel du 19/02 publié au Journal Officiel du 24/02, les communes reconnues en état de catastrophe naturelle en inondations et coulées de boue du 3 février 2021 au 9 février 2021 sont Crazannes et Le Mung.

23/02/21 : La ministre, Frédérique Vidal, en déplacement à Poitiers ce 23 février, a annoncé, devant une cinquantaine d'étudiants, la gratuité des protections périodiques dès la rentrée prochaine. 1 500 distributeurs devraient être installés sur les campus.

23/02/21 : Laurence Harribey, sénatrice de la Gironde, a été nommée par le Président du Sénat pour représenter la Chambre haute au conseil d'administration de l'Agence Nationale du Sport.

23/02/21 : L’ancien maire de Bayonne, Jean Grenet, est décédé ce mardi 23 février, à l'âge de 81 ans. Celui qui a également exercé les mandats d'élu départemental, régional et de député, a dirigé la ville, à la suite de son père Henri Grenet, de 1995 à 2014.

23/02/21 : La ministre Frédérique Vidal est à Poitiers ce 23 février pour rencontrer l'Association Fédérative des Étudiants de Poitiers. Début février, elle avait reçu 72 courriers d'étudiants poitevins qui l'interpelaient sur leurs difficultés au quotidien

19/02/21 : COVID 19 - Depuis 2 semaines, les indicateurs de surveillance du Sars-CoV-2 affichent une baisse significative dans tous les départements de Nouvelle-Aquitaine. Le taux d'incidence est de 113,3/100 000 et le taux de positivité à 4,2%.

19/02/21 : COVID 19 - Les dernières données sur l’évolution des nouveaux variants montrent une diffusion généralisée du variant anglais dans tous les départements de la région. Les variants sud-africain et brésilien sont aussi présents mais dans une moindre mesure

19/02/21 : COVID 19 - Le nombre de nouvelles hospitalisations est en baisse avec près d’une centaine d’hospitalisations et une vingtaine d’admissions en réanimation en moins par rapport à la semaine dernière. Néanmoins, l'activité hospitalière liée au COVID-19.

18/02/21 : A Libourne, le conseiller municipal d'opposition Charles Pouvreau a annoncé sa démission. Dans un communiqué, l'ancien élu raconte avoir fait face à des « menaces et insultes » répétées et choisit donc de se mettre en retrait de la politique libournaise.

17/02/21 : Charente-Maritime : ce jeudi, une intervention dans le cadre des travaux de réparation du pont de la Laisse, situé sur la RD9 à Charron entraînera une fermeture à la circulation entre la RD137 en Vendée et la RN11 en Charente-Maritime, de 9h à 16h.

15/02/21 : La Rochelle : Lutte ouvrière organise une journée à la rencontre mercredi 17 février, de 10h30 à 12h30 puis de 16h à 18h sur le vieux port (cours des Dames) où une structure sera montée, ainsi que dans les rues piétonnes du centre-ville.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 25/02/21 | Une nouvelle gamme de produits bio et sans sucres dans le Pays Basque

    Lire

    A Bardos (64), Elikatxo produit, transforme et commercialise des jus de fruits et des soupes. Afin d’élargir sa gamme de produits bio et sans sucres, l’entreprise doit créer une ligne de production automatisée. Pour aider la société dans cet investissement, la Région Nouvelle-Aquitaine a alloué une subvention de 30 270 euros lors de sa dernière commission permanente.

  • 25/02/21 | Mimizan va accueillir un tiers-lieu

    Lire

    Mimizan, territoire assez isolé en dehors de l’été, a décidé de créer un tiers-lieu, au travers de l’association « Lily dans les étoiles », pour permettre aux habitants de se rencontrer, d’échanger, de travailler mais aussi pour favoriser le lien social. Cette association, constituée d’une quarantaine de professionnels locaux issus de secteurs divers, souhaite avec ce tiers-lieu créer un pont entre le dynamisme économique de la saison estivale et l’activité des résidents à l’année. La Région Nouvelle-Aquitaine soutient ce projet à hauteur de 60 000 euros.

  • 25/02/21 | Dordogne : Rubi Cuir forme tous ses salariés

    Lire

    A Boulazac, Rubi Cuir fabrique des pièces de maroquinerie pour le secteur du luxe. Afin d’acculturer les salariés à ces savoir-faire particuliers, l’entreprise a mis en place un parcours de formation interne afin de professionnaliser rapidement les nouveaux salariés. Les enjeux de développement de l’entreprise portent aussi vers une professionnalisation des formateurs. Pour les aider à cela, la Région Nouvelle-Aquitaine a alloué à l’entreprise une aide de 67 708 euros.

  • 24/02/21 | A Canéjan, Hervé Thermique parie sur le numérique

    Lire

    Lors de sa dernière commission permanente, la Région Nouvelle-Aquitaine a décidé de soutenir la transformation numérique de la société Hervé Thermique, basée à Canéjan en Gironde. L’entreprise, répartie sur 60 sites en France, a décidé de poursuivre sa stratégie de croissance en améliorant son offre en matière de maintenance. Pour ce faire, elle compte développer un outil numérique innovant autour de la maintenance du bâtiment.

  • 24/02/21 | Cybersécurité: Escape Technologies innove à Biarritz

    Lire

    Créée en septembre 2020, Escape Technologies, basée à Biarritz, se positionne sur le marché de la gestion des vulnérabilités et de l’audit cyber. Elle souhaite aujourd’hui innover et développer le prototype de sa solution de cybersécurité visant la génération des règles de sécurité automatisées et basées sur l’intelligence artificielle pour le cloud. La Région Nouvelle-Aquitaine a décidé de soutenir ce projet à hauteur de 75 000 euros.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Fêtes et Saveurs d'Aqui !

Les spéciaux d'Aqui


Fêtes et Saveurs d'Aqui !

Thomas Singer, une histoire de famille et de bovins lait

15/04/2018 | Le secteur bovin lait vit des moments difficiles. Pourtant, poussé par sa passion, c'est bien en lait, au sein de l'exploitation familiale que Thomas Singer, 26 ans vient de s'installer.

Thomas Singer, 26 ans, jeune installé sur le GAEC familial Des Bois Clairs (Les Eglisottes et Chalaures en Gironde), au côté de son frère David

En Gironde, aux Eglisottes et Chalaures, à quelques encablures de la Charente-Maritime et de la Dordogne, se trouve la ferme du GAEC Des Bois Clairs. « Le grand bâtiment d'élevage est inratable depuis la route », avait prévenu Thomas Singer, tout récemment installé sur l'exploitation familiale. Il n'a pas menti. Démarrée en 1998 avec 55 vaches et 88 ha par ses parents venus de Suisse, l'exploitation de vaches laitières se développe aujourd'hui sur 300 ha et compte entre 150 et 160 mères pour une production d'1,5 million de litres de lait. Un troupeau de Prim'holstein particulièrement reconnu pour sa qualité génétique. Le moteur de tout cela, malgré un contexte économique tendu dans ce secteur: une passion familiale forte pour l'élevage et les animaux. Thomas, qui vient de rejoindre ses parents au sein du GAEC, en est, avec son frère David installé sur la ferme depuis 2010, le digne et fier héritier.

Une installation agricole en bovin lait, c'est loin d'être banal. La conjoncture économique du secteur repousse, en effet, bon nombre d'éventuels candidats, et le constat en Nouvelle-Aquitaine va plutôt à l'érosion du nombre d'éleveurs. Un aspect économique dont Thomas, officiellement installé au sein du GAEC Des Bois Clairs depuis le 3 avril dernier, est bien sûr conscient. « Il faut être plus que passionné pour survivre à cette crise. Beaucoup m'ont dit que j'étais fou de m'installer en bovins lait. Mais, explique-t-il, j'ai grandi à la ferme. Depuis tout petit je vis au milieu des vaches ; j'ai vu la passion de mes parents. » Et il n'est pas le seul : « Dans la famille, nous avons tous la folie du milieu agricole. Mon frère s'est installé sur l'exploitation en 2010, et j'ai une sœur qui est devenue inséminatrice. Seule une de mes sœurs a échappé à « ce virus » de l'agriculture ! »

Une installation "pour sécuriser l'alimentation du troupeau"

Un engouement familial qui explique les développements importants de l'exploitation désormais répartie sur 4 sites, entre agrandissement et installations des deux fils de la famille. Le premier site, le site « historique » de la ferme du Bois Clair est celui des Eglisottes. « Il rassemble les bâtiments d'élevage destinés à la production laitière et abrite l'ensemble du troupeau des mères, les veaux et petites génisses ainsi que les vaches taries. », présente Thomas. Des investissements y ont été réalisés il y a quelques années, pour permettre un agrandissement de 1300m² de ces bâtiments. Objectif : regrouper le troupeau et les ateliers de production laitière sur un seul site. « C'est pour nous un plus grand confort de travail, et la possibilité d'une meilleure surveillance des animaux. ». Un deuxième site, acheté en 2006 permet sur 80 ha en Dordogne à Vaudu (commune de La Roche Chalais), de regrouper toutes les génisses de reproduction. Côté foncier, ce site périgourdin est utilisé « pour la production de maïs irrigué en ensilage pour l'alimentation des vaches, puis on sème du raygras, qui est récolté en enrubannage à destination des génisses ». A cela s'ajoute du blé et des près. Un troisième site, à Abzac, acquis par son frère en 2010, lors de son installation au sein du Gaec familial permet, cette fois, la production de céréales (maïs grain, céréale à paille et tournesol) destinée à la vente.
Enfin le quatrième site, celui sur lequel Thomas s'est installé, permet d'apporter 55 ha supplémentaires à l'exploitation, composés en grande partie de terres irrigables, et de prairies pour faire du foin. « L'objectif de mon installation avec cette ferme, c'est qu'elle permet surtout de sécuriser l'alimentation du troupeau qui est notre activité principale ». Elle est aussi, en quelque sorte, la dernière pierre à l'équilibre général du GAEC, tout en permettant de dégager un revenu supplémentaire pour Thomas, jeune père de famille. Sur place à Saint-Christophe de Double, on trouve également des bâtiments d'élevage et de stockage pour le matériel et le foin ainsi que quelques animaux. Quant au 1,5 million de lait produit par la ferme, il est commercialisé auprès de la grosse coopérative de Surgères en Charente : Terra Lacta. "Avec en moyenne, 10 000 kg de lait produit par vache, nous avons la meilleure moyenne du département au niveau du contrôle laitier", précise son frère David.

"Vivre ma passion au quotidien"
Cette installation pour le jeune homme c'est « la réalisation d'un rêve, la possibilité de vivre ma passion au quotidien ». Très clairement, il ne se voyait pas faire autre chose. Pas autre chose et pas ailleurs que sur l'exploitation familiale, au côté de ses parents et de son frère. Pour preuve, sa formation « stratégique » : un BEP production animale à la MFR de Vanxain, complété d'un Bac agroéquipement à la MFR de Thiviers. « Mon frère s'était déjà beaucoup spécialisé dans l'élevage et la génétique pour faire de bonnes vaches laitières. Si je me suis orienté vers l'agroéquipement, c'était pour compléter les compétences sur la ferme et avoir un maximum de connaissances sur la maintenance du matériel, d'autant plus utiles qu'on a a agrandi l'activité céréalière. » En d'autres termes, même si lui-même « adore aussi les animaux, et compte bien à long terme que son frère le forme sur la conduite du troupeau et sur le suivi génétique », qui passionne l'ensemble de la famille, il s'agit, à eux deux d'être « le plus polyvalent possible ». Une équipe soudée et travaillant ensemble tant auprès des animaux qu'aux champs. Un projet, désormais devenu réalité, que le jeune homme avait donc déjà en tête avant même le début de sa formation.
Pour autant une fois son bac pro en poche, son premier réflexe n'a pas été de venir s'installer au côté de sa famille. « A l'époque, la ferme ne permettait pas vraiment mon installation, ça aurait été compliqué. Et puis je voulais vraiment travailler à l'extérieur pour gagner en expérience, connaître différentes méthodes de travail, voir d'autres exploitations.Je ne voulais pas me contenter de ce que j'avais appris à l'école. Et être ouvrier, ça m'a aussi permis de me forger le caractère... », glisse-t-il. Après un an en Vallée d'Ossau, sur une petite entreprise de travaux agricoles familiale, il restera 6 ans à Denguin au sein d'une entreprise de travaux agricoles et travaux publics. L'occasion pour lui d'obtenir son permis poids lourd et de pratiquer à la fois les tracteurs et bennes sur de gros chantiers de travaux publics, mais aussi du labour et des semis. Bref, de bel et bien « gagner en expérience ». Mais la rencontre de sa compagne aidant, l'envie de fonder une famille et des conditions de travail pas toujours optimales, décident le jeune homme à « reprendre sa liberté, réaliser son rêve, tout en devenant son propre patron ». Autre élément décisif dans le choix du jeune homme: "ma compagne m'a toujours soutenu dans ce projet, et ce malgrè la mauvaise conjoncture de l'élevage laitier".

Les belles Prim'holstein de l'élevage des Bois Clairs (GAEC) en Gironde


Portage foncier et passage de relais
Une envie d'autant plus à portée de main qu'il y a un an, en avril 2017, il apprend qu'une ferme voisine des Bois Clairs se libèrent. Candidat retenu par les commissions d'attribution de la Safer face à deux autres concurrents, le réseau des partenaires de l'installation s'est alors enclenché : entrée dans la boucle de la Chambre d'agriculture, parcours JA et stage d'installation de 21h « passionnant », étude prévisionnelle du projet avec le Crédit Agricole aussi, et l'heureuse proposition de la Safer, en partenariat avec le Département de la Gironde. « J'ai acheté en direct les bâtiments d'élevage et de stockage et une partie des terres de la propriété. Sur le reste du foncier, la Safer m'a proposé un portage, que j'ai bien sûr accepté ». En d'autres termes, la Safer a acheté une partie du foncier, qu'elle met désormais à disposition du jeune agriculteur durant 5 ans, contre loyer. A l'issue de cette période, il rachètera le foncier à la Safer, en déduction des acomptes déjà versés. « Ca permet de décaler une partie de l'investissement, tout en diminuant la charge d'emprunt dans une conjoncture économique qui est aujourd'hui difficile pour le lait ». Globalement sur ce parcours, il retient la disponibilité des interlocuteurs et leur réactivité, « surtout du coté de la banque ! », insiste-t-il.

Alors bien sûr, maintenant que le pas est franchi : « on ne compte pas ses heures, c'est beaucoup plus de pression qu'être salarié, mais on le fait pour soi-même, c'est une forme de liberté. Et puis il y a une fierté aussi de travailler dans le cadre familial, on s'entraide. Avec mes parents et mon frère on s'entend très bien, c'est une vraie force pour l'exploitation. Je voulais aussi m'installer avant que nos parents ne prennent leur retraite pour qu'ils puissent finir de me former et qu'ils nous transmettent, à mon frère et moi, une continuité des pratiques de l'exploitation qu'ils ont créée. » Pour Thomas et David Singer, qui ont racheté des parts sociales de leurs parents, le passage de relais entre générations est donc en cours, mais en douceur. « Nous ne voulions pas qu'ils nous laissent tout cela du jour au lendemain, ils nous laisseront de plus en plus d'initiatives sur la conduite de l'exploitation et du troupeau. »

La fierté du travail en famille
Quant à sa vision sur les 5 à 10 ans à venir, il répète d'abord bien sûr, son souhait de voir les cours du lait se rétablir. « On croit encore au lait. Même si ici, on ne cherche pas uniquement à produire du lait pour le vendre et gagner de l'argent. On est passionné par la génétique aussi, par le bien-être animal. On appelle toutes nos vaches par leurs prénoms, on en prend soin... » L'important pour la famille Singer, « c'est  aussi d'avoir de belles vaches, de faire des concours. L'an dernier notre vache Lila-Rose a été sacrée Championne d'Aquitaine Meilleure espoir sur le Salon de l'agriculture de Bordeaux. Ca aussi c'est une fierté pour l'exploitation ! ». Une fierté, tout comme le travail en famille. « Peut-être que nous aussi on aura la chance de travailler au côté de nos enfants plus tard. On ne va pas les forcer bien sûr mais pour l'instant, même s'ils sont petits, ils ont l'air motivé par ça eux aussi, ils sont toujours avec nous sur la ferme... ». Plus qu'un héritage, l'élevage chez les Singer, c'est bel et bien... génétique!

Solène Méric
Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
18619
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Spécial
Spécial
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 29 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires



- Publicité -