Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

16/04/21 : Un centre de vaccination de grande capacité va ouvrir ses portes au Parc des Expositions de Poitiers le 20 avril prochain.

13/04/21 : 264 196 311,23 euros c'est le montant des subventions votées ce 12 avril lors de la dernière commission permanente du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine. 244 délibérations ont été votées par des élus régionaux sous la présidence d'Alain Rousset.

12/04/21 : Philippe Dubourg, Maire d'Illats depuis 1977, est décédé le 11 avril dernier. Plusieurs élus locaux, dont Christophe Duprat, Maire de Saint-Aubin du Médoc, saluent la mémoire d'un « élu de terrain attaché à son territoire ».

02/04/21 : Autour de la Journée de sensibilisation à l’autisme le 2 avril des villes illuminent leurs monuments en bleu: un symbole pour rappeler la nécessité de simplifier et améliorer le quotidien des personnes autistes. A Bordeaux ce sera la porte de Bourgogne.

01/04/21 : Le 9 avril prochain, la cité scolaire Alcide Dusolier de Nontron deviendra la 1ère cité scolaire 100% bio de France.

31/03/21 : Régionales- Signe de l'alliance entre GénérationS et EELV, Benoit Hamon sera à Bordeaux le 1er avril en soutien à Nicolas Thierry, tête de liste EELV de « Nos terroirs, notre avenir ». Sa numéro 2 en Gironde est Anne-Laure Bedu candidate GénérationS

24/03/21 : Charente-Maritime : Véronique SCHAAF, sous-préfète de Villeneuve-sur-Lot, est nommée sous-préfète de Saintes. Elle devrait prendre ses fonctions le 19 avril 2021. Elle succède à Adeline BARD, arrivée dans l’arrondissement de Saintes en juillet 2018.

19/03/21 : La Banque alimentaire Béarn-Soule organise, samedi 20 mars 2021, une collecte alimentaire exceptionnelle, mobilisant près de 400 jeunes bénévoles, dans 14 magasins de Pau.

18/03/21 : Charentes : L'Union Générale des Viticulteurs pour l'AOC Cognac (UGVC) vient de se doter d'un nouveau directeur général, Xavier RAFFENNE. Il était précédemment directeur de la Maison des Vins de Gaillac.

16/03/21 : La Rochelle : le festival de fiction télé se déroulera du 14 au 19 septembre, annonce aujourd'hui les organisateurs dans un communiqué. Une journée de plus sera dédiée à la création. Les candidatures pour les œuvres sont ouvertes.

04/03/21 : La Ville de Bayonne a réuni les représentants des professionnels et les partenaires de la fameuse Foire au Jambon pour envisager la suite à donner à cet événement de la semaine pascale. Il prennent date pour cet événement entre les 7 et 10 octobre

02/03/21 : Le 90e Congrès des Départements de France qui devait se tenir à La Rochelle en novembre dernier, puis les 29 et 30 avril prochain, est de nouveau reporté, selon un communiqué du Département de Charente-Maritime du jour.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 16/04/21 | Une nouvelle sous-préfète à Oloron-Sainte-Marie

    Lire

    Depuis le 15 avril, Anna Nguyen est la nouvelle sous-préfète d’Oloron-Sainte-Marie (64). Elle a débuté sa carrière au Ministère en charge du budget avant d’être au Secrétariat général aux Affaires Européennes du Premier Ministre. Cette jeune diplômée de l’ENA était avant sa prise de fonction cheffe du bureau Aménagement, logement et développement économique à la Ville de Paris.

  • 16/04/21 | Festival BD d'Angoulême : le nouveau directeur artistique s'en va déjà

    Lire

    Fred Felder, codirecteur artistique du festival international de la bande-dessinée, quitte ses fonctions après une dizaine de mois de collaboration. "Le rapprochement espéré réciproquement n’a pas abouti à une démarche et à un projet pleinement partagés", informe l'organisation du festival dans un communiqué. Le festival prévoit de le remplacer rapidement, et de nommer un directeur artistique adjoint en charge du secteur asiatique. Sonia Deschamps, codirectrice artistique, assure l’intérim.

  • 16/04/21 | Revatec favorise le réemploi

    Lire

    L’association Revatec à Guéret avec une vingtaine d’acteurs issus des secteurs de l’économie sociale et solidaire porte le projet Remise En Valeur des Aides Techniques. Ce projet consiste en la création d’un centre de récupération, de remise en état et de redistribution des aides techniques « occasionnelles » à destination des personnes en perte d’autonomie. Associé à cette démarche, le pôle domotique de Guéret permet à l’association de présenter les différents matériels via un showroom.

  • 16/04/21 | E-sport: Rebound Capital Games saisit la balle au bond!

    Lire

    A Angoulême, Rebound Capital Games, studio de développement et d’édition de jeux vidéos de sport, va construire un catalogue de jeux vidéos sous licences sportives afin de sortir un jeu tous les 18 à 24 mois. Le studio va également développer un de ses jeux sur PC, Tennis Manager, qui est le 1er jeu de simulation de tennis réaliste permettant de gérer toutes les tactiques et stratégies mises en œuvre lors d’un match.

  • 15/04/21 | Saintes : La musique baroque se réinvente

    Lire

    A Saintes depuis 2015 l’Abbaye aux Dames propose « Musicaventure », un programme de parcours de visite. Ce parcours ne s’adresse pas qu’aux amateurs de musique baroque mais à tous les publics avec un voyage sonore 3D, des siestes sonores et un manège qui fait appel au toucher, à l’ouïe et à la vue. L’Abbaye souhaite désormais y intégrer une « Aventure urbaine et musicale ». L’idée est, sous la forme de course aux trésors, de mettre en valeur le territoire de Saintes.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Fêtes et Saveurs d'Aqui !

Les spéciaux d'Aqui


Fêtes et Saveurs d'Aqui !

Transmission agricole : le stage installation, l’alternative au salariat testé avec succès à Pons

14/05/2019 | A Pons, le viticulteur Damien Rambaud a repris l’exploitation de Gérard Paignon après un stage installation d’un an et demi

Damien Rambaud, entre vignes et noyers près de Pons (17)

« En fait, on ne devrait pas appeler ça un stage, mais plutôt… un apprentissage pour devenir associé ou quelque chose comme ça (rires) ». D’aussi loin qu’il s’en souvienne, Damien Rambaud ne s’est jamais senti « stagiaire », avec ce que le mot induit de passivité et de non responsabilités, durant ses dix-huit mois de « stage installation » auprès de Gérard Paignon, candidat à la cession d’exploitation viticole à Pons. « Je crois que ça tient à la personnalité des deux parties, analyse Damien, mais aussi au fait que Gérard m’a toujours impliqué dans la gestion financière et administrative du site, les rendez-vous avec le comptable, etc. C’est important pour prendre toute la mesure de l’exploitation et pour sentir associé et non simple exécutant».

Gérard Paignon possédait plusieurs activités agricoles, dont un négoce de ses propres vins et spiritueux, répartis sur deux sites, un à Pons (17) et un à Saint-Martin de Lars (85). Voyant la retraite venir, il avait anticipé en cédant notamment des terres et des parts de l’activité vendéenne à ses filles. Il ne lui restait qu’à trouver quelqu’un pour gérer l’exploitation viticole de Pons. Il a trouvé Damien Rambaud par l’intermédiaire du  point d’accueil installation transmission de la Chambre d’agriculture. Le jeune homme s’était inscrit quelques mois plus tôt sur le Répertoire départ installation.

Après trois ans au poste d'adjoint au responsable de la production des vins à la Distillerie de la Tour à Pons, Damien Rambaud avait envie d’évoluer professionnellement. « Pendant toute la durée de mes études en BTSA (à Blanquefort) et même pendant mes années de salariat, j’ai toujours eu en tête l’idée de m’installer un jour quelque part », explique-t-il. Alors qu’il est disposé à quitter le département pour tenter sa chance, les hasards de la vie le font rester près de Pons, à quelques encablures de la ferme où son propre père était chef de culture. « Dire que j’ai grandi là-bas et que je ne connaissais même pas cette exploitation ! », s’amuse-t-il encore.

Savoir prendre des risques

« L’idée de faire une transmission par un stage-installation, c’est le service de la Chambre d’agriculture qui nous l’a suggéré », se souvient Damien Rambaud, « après trois ans de salariat et une rupture conventionnelle avec mon employeur, j’avais droit à des allocations de Pole Emploi dans le cadre d’un stage parrainage de 35h par semaine durant un an. Tout le monde y trouvait son compte ! ». Le jeune homme se souvient à ce moment là d’avoir eu l’impression de faire un pari sur la vie : « J’ai pris le risque que ça ne fonctionne pas et de me retrouver avec  mes droits au chômage épuisés, mais c’était le seul moyen que je voyais pour qu’on puisse apprendre à se connaître pour voir si on pouvait travailler ensemble avec Gérard Paignon. L’idée étant de s’associer sur les trois ans qu’il lui restait à faire avant sa retraite, c’était primordial de s’entendre autant sur le plan professionnel que personnel ».

Accepter de se faire aider

Damien commence son contrat en août 2013. Il y apprend en particulier la culture des noix, une activité complémentaire lancée par Gérard au début des années 1990 en pleine crise du cognac. « Je ne connaissais rien en noyers mais j’avais bien aimé l’idée d’avoir une activité complémentaire, se souvient le jeune viticulteur, d’expérience et par mes études il m’était devenu évident qu’il ne fallait plus mettre tous ses œufs dans un même panier et avoir une petite diversification, afin de se garder une marge de manœuvre en cas de coup dur sur une filière ». S’atteler à l’apprentissage puis à la prise en charge d’une nouvelle culture ne lui a pas fait peur : « Il n’y a pas d’école pour ça, Gérard m’a tout appris. Et comme il a rencontré quelques déboires techniques à ses débuts, il m’a fait bénéficier de son expérience, m’évitant ainsi dix ou quinze ans de galère ! Sans lui, j’aurai sans doute fait les mêmes erreurs. » Aujourd’hui, Damien se sent chanceux d’être à la tête d’une exploitation qui roule, avec des méthodes éprouvées. Ses 16 hectares de noyers lui rapportent plus que ses 12 hectares de vignes, mais Damien se sent toujours viticulteur avant tout!

Devenir chef d'entreprise

A la fin de son stage installation, Damien est devenu cogérant de l’exploitation, passée sous le statut d’EARL pour l’occasion. « J’ai emprunté 50 000€ à titre personnel pour les parts sociales, car tout ce qui concerne l’achat de foncier se fait au nom de l’EARL, en fonction des recettes de fonctionnement », explique le jeune agriculteur, qui a n’a rencontré aucune difficulté pour trouver un prêt. « Le fait de porter le projet à deux et d’avoir fait des stages chacun de notre côté avec la Chambre d’agriculture a joué favorablement dans notre dossier », affirme-t-il. Damien a notamment suivi une formation « plan de développement d’entreprise », qui permet au futur chef d’exploitation de planifier comme un chef d’entreprise ses cinq premières années d’exercices en investissements et en recettes : « Beaucoup de repreneurs pensent que ça ne sert à rien alors que c’est utile : on y manipule les chiffres avec un professionnel de l’économie à nos côtés. Ca donne un bon aperçu de ce qu’est la gestion d’entreprise. Il est important parfois de savoir se laisser accompagner pour faire les bons choix plus tard ».

Après avoir acheté 25% des parts, Damien Rambaud passe à 75% en 2017 à l’heure de retraite pour Gérard Paignon.  Ce dernier conserve toujours 25%, pour se faire un complément de retraite.

Anne-Lise Durif
Anne-Lise Durif

Crédit Photo : DR

Partager sur Facebook
Vu par vous
13581
Aimé par vous
3 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Spécial
Spécial
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 18 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires



- Publicité -