aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

23/09/16 : Annulation du spectacle « Cabaret New Burlesque » programmé le mardi 11 octobre, au Théâtre Ducourneau, à Agen. Le producteur a déprogrammé la tournée européenne de ces artistes américains. Aucun autre spectacle ne sera programmé en remplacement.

23/09/16 : Elections au tribunal de Commerce d'Agen. 9 candidats en lice. Dépouillement prévu le 5 octobre à 9h30 et éventuellement, en cas de 2ème tour, le 18 octobre à 9h30.

23/09/16 : TEST TOEIC. Spécialisée dans l’enseignement des langues étrangères, la Maison de l’Europe47 à Agen organise une session de test TOEIC le mercredi 12 octobre de 14h à 17h. Plus d'infos au 05.53.66.47.59. Date limite d’inscription : le 26 septembre

22/09/16 : L'abeille et les problèmes auxquels elle est confrontée sont évoqués jusqu'au samedi 24 septembre lors de journées que le village Emmaüs de Pau-Lescar consacre à cet insecte à travers de multiples stands, animations et conférences.+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 24/09/16 | Prolongement de l'exposition « Gérard Fromanger annoncez la couleur ! » à Agen

    Lire

    Prolongement jusqu'au dimanche 16 octobre à l'église des Jacobins à Agen. L’artiste sera également présent à Agen les vendredi 14 octobre et samedi matin 15 octobre. Au programme notamment le vendredi 14, à 18h30, la projection du film "En suivant la piste Fromanger", au Studio Ferry. Et le samedi matin 15 octobre, ouverture exceptionnelle des Jacobins de 10h à 12h, car Gérard Fromanger sera présent aux Jacobins pour vous rencontrer et dédicacer les catalogues.

  • 23/09/16 | Solex de compétition à Saint-Léon

    Lire

    Dimanche 25 septembre, un rendez-vous atypique est organisé à Saint-Léon,dans l'Entre-deux-Mers: une course de Solex. Mais attention, ici on ne fait pas vraiment dans le «vintage», la performance doit être au rendez-vous. Le départ est donné à 11 h pour une épreuve d'endurance de 6 h (!!) sur le circuit de 3km concocté par le Saint-Léon Solex Club sur les petites routes de campagne. Les 25 Solex en lice s'affronteront par catégorie : Solex Origine, Origine Améliorée, Prototype et Super Prototype. S'il est parfois difficile de reconnaître «la bicyclette qui roule toute seule», le moteur à l'avant reste un impératif. A découvrir!

  • 22/09/16 | Ligne ferroviaire Pau-Canfranc : l'aide de l'Europe sollicitée

    Lire

    La région Nouvelle Aquitaine et le gouvernement d'Aragon vont déposer le 18 octobre à Bruxelles un dossier de candidature pour un appel à projet européen MIE (mécanisme pour l'interconnexion en Europe). Cela, afin d'amener l'Union européenne à financer en partie la réouverture de la ligne ferroviaire Pau-Canfranc. Le coût de ce chantier est estimé entre 350 et 450 millions d'euros. Selon Alain Rousset, l'Europe pourrait apporter jusqu'à 40% de cette somme. Un courrier a aussi été adressé aux ministres des transports français et espagnols pour souligner l'importance de ce dossier.

  • 16/09/16 | L'Aragon et la Nouvelle Aquitaine réunis sur la liaison Pau-Canfranc-Saragosse

    Lire

    Alain Rousset, le président du Conseil régional, et Javier Lambán Montañés, le président du gouvernement d'Aragon, se rencontreront le 21 septembre à Pau pour travailler à la réouverture de la liaison ferroviaire Pau-Canfranc-Saragosse. Dossier dont ils iront souligner l'urgence le 18 octobre à Bruxelles. Un groupe de travail réunissant l'Aragon et la Nouvelle Aquitaine sera constitué et dédié au dossier transeuropéen de transport RTE-T tandis qu'une structure permanente de coopération sera mise en place sur le sujet.

  • 15/09/16 | Eric Morvan nouveau préfet des Pyrénées Atlantiques

    Lire

    L'histoire se répète au Pays Basque: Eric Morvan, directeur de cabinet adjoint auprès du ministre de l'Intérieur va succèder à Pierre-André Durand à la préfecture des Pyrénées Atlantiques. En effet, les deux hommes ont tous deux été sous préfet de Bayonne, le second entre 2008 et 2010. Ce dernier va hériter du dossier d'intercommunalité unique Pays basque (EPCI) mis en place par son prédécesseur. Avec sur son bureau un recours -a priori suspensif- déposé par des maires opposants de l'intercommunalité Côte-Basque Adour.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Elections régionales 2015 Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Aqui.fr à l'ADS Show 2016 - Bordeaux-Mérignac

Les spéciaux d'Aqui


Aqui.fr à l'ADS Show 2016 - Bordeaux-Mérignac

Trois questions à Michel Laplénie, qui dirigera le concert "La voix des anges / La part des anges" du Festival du Périgord Noir.

26/07/2013 | Michel Laplénie dirigera ce 8 août un concert exceptionnel et unique entre chanteurs français et instrumentistes hongrois pour le Festival du Périgord Noir.

Michel Laplénie, à la baguette de ce concert d'exception.

Sélectionnés dans le cadre d'un projet élaboré avec l'Institut français (Paris et Budapest) et l'Académie musicale Franz Liszt de Budapest, avec le soutien de l'Institut Hongrois à Paris, cinq chanteurs français et cinq instrumentistes hongrois joueront ce jeudi 8 août un concert, fruit d'une collaboration exceptionnelle, à l'Abbaye de Saint-Amand-de-Coly. A la baguette, Michel Laplénie, qui dirigera avec passion cet ensemble unique en son genre et qui a bien voulu se confier à Aqui.fr, pour expliquer l'idée de cette association de talents, leurs sélections et ses attentes pour le grand soir.

@qui! - Pourquoi cette collaboration entre l'Institut français (Paris et Budapest) et l'Académie musicale Franz Liszt de Budapest ?
Michel Laplénie - Elle est à l'initiative du directeur du Festival du Périgord Noir, Jean-Luc Soulé, qui a été en son temps directeur de l'Institut français à Budapest et qui a gardé des liens assez étroits avec la Hongrie ; c'était donc son idée d'imaginer une collaboration entre le Festival du Périgord Noir et l'Académie Franz Liszt de Budapest, avec bien sûr le soutien de l'Institut français de Budapest. Il s'agit donc d'une action tripartite. L'idée était d'avoir un échange musical avec une équipe de chanteurs français et des instrumentistes hongrois, que l'on a fait se rencontrer.

@qui! - Comment avez-vous procédé à leur sélection ?
M. L. - J'ai choisi des chanteurs français que je connaissais, avec qui j'ai travaillé pendant les académies précédentes. On a ensuite trouvé une très bonne équipe d'instrumentistes hongrois, qui sait maîtriser le répertoire baroque, et avec qui on a travaillé pendant toute une semaine en avril, à Budapest, dans un très beau palais qui avait été mis à notre disposition par l'Académie Franz Liszt. On a fait un premier concert là-bas, à Budapest, à l'Institut français, et le concert que l'on donnera le 8 août est un peu la réplique française de ce premier concert. On fera une journée de répétition avant celui-ci, pour se remémorer les choses, se rappeler les réflexes ; le premier vrai travail, la masterclass, a donc eu lieu en avril dernier à Budapest.
Ces jeunes instrumentistes hongrois sont en fin de formation ou déjà un peu professionnels ; un peu comme nos jeunes français qui sont à la frange entre la fin des études et le milieu professionnel.
Il y a donc cinq chanteurs français et cinq instrumentistes hongrois, pour un répertoire intimiste, dans le genre qu'on appelle les cantates françaises. C'est un répertoire très limité, très précis, qui a duré une trentaine d'années, au début du XVIIIe siècle, à contre-courant de la grande tragédie lyrique qui avait lieu à l'Académie royale de musique. Là, c'était un répertoire plutôt pour les salons, sur des sujets mythologiques – les mêmes que l'on traitait à l'opéra, mais en prenant juste un aspect d'une œuvre, d'un mythe que l'on mettait en lumière. Des œuvres qui durent un quart d'heure, vingt minutes maximum, avec un ou deux chanteurs, mais le plus souvent un chanteur soliste, accompagné donc d'un violon ou de la flûte traversière, et d'un clavecin continuo. Des œuvres destinées à être chantées devant la bonne société de l'époque, des clins d'œil à des œuvres majestueuses de l'Académie royale de musique.
Pour moi, en tant que pédagogue, c'est un répertoire en or, car il y a un peu tous les aspects de la musique française qui s'y retrouvent, à la fois les récitatifs, comment accompagner un récitatif, comment déclamer un récitatif ; puis des airs qui sont soit des airs tendres, des airs rapides et virtuoses, ou des airs qui appellent des sentiments de cruauté et de barbarie. Une musique très descriptive et très évocatrice des sentiments des personnages. Souvent, c'est un seul chanteur, qui se met alors dans la peau du narrateur mais aussi des personnages qu'il est en train de décrire.

@qui! - Qu'est-ce que vous attendez de ce concert ?
M. L. - J'espère bien sûr qu'entre temps, tout cela aura un peu mûri, que l'œuvre finale soit peut-être plus achevée qu'elle ne l'était en Hongrie. Et que le Périgord aidant, la bonne cuisine, la bonne humeur, le village, toute l'ambiance périgourdine, vont contribuer à mettre tout le monde dans un bon esprit de travail. En plus, le concert se passera dans l'abbaye de Saint-Amand-de-Coly, qui est un très bel endroit, avec une très belle acoustique ; on sera même plus favorisé qu'à l'Institut français de Budapest, qui a un auditorium très sec. On bénéficiera ici donc d'une belle acoustique et d'un public, celui du Festival, qui n'a pas été invité par l'Institut. C'est donc très valorisant pour tout le monde, pour les chanteurs comme pour les instrumentistes qui vont venir d'Hongrie. Et deux des instrumentistes participeront à l'Académie que je fais pendant le temps du Festival.
Ils sont très impatients et contents de participer à cette aventure française et autour de la musique française, qu'ils connaissent moins bien. C'était un peu le but aussi, que les baroqueux français aillent, si je puis dire, porter la bonne parole en Hongrie, et après que le public entende le résultat de cette collaboration. Collaboration qui crée des liens humains aussi, et j'espère que par la suite, les hongrois pourront revenir et nous, repartir là-bas. C'est l'idée : que cela ne soit pas qu'un seul concert, mais une collaboration pérenne.

 

Programme du Festival du Périgord Noir.

Laura Jarry
Laura Jarry

Crédit Photo : Aqui.fr - Tous droits réservés.

Partager sur Facebook
Vu par vous
269
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Spécial
Spécial
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires



- Publicité -