Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

15/08/18 : Charente: 6 communes viennent d'être reconnues en état de catastrophe naturelle, suite à des mouvements de terrains liés à la sécheresse, survenue entre janvier et juin 2017. Il s'agit de Balzac, Chalais, La Couronne, Fouquebrune, Linars et Nabinaud.

06/08/18 : Dominique Laurent, sous préfète de Bergerac depuis quatre ans, vient d'être nommée à ce même poste à Guingamp (22). Stéphanie Monteuil, sous préfète de Saint-Jean-d'Angely (17) lui succède et prendra ses fonctions le 27 août.

06/08/18 : Jean-Philippe Dargent vient d'être nommé sous-préêfet de Lesparre-Médoc en remplacement de Claude Gobin. Il est actuellement directeur à la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques.

04/08/18 : Le meeting aérien de Belvès(24), le 15 août, est maintenu. L’Aéroclub Belvès Périgord a pris la décision de ne pas annuler la manifestation, suite au décès de son président. Lundi Alain Valleron a trouvé la mort dans le crash du Cessna qu’il pilotait.

03/08/18 : Jean-Philippe DARGENT nommé le 31 juillet sous-préfet de Lesparre-Médoc prendra ses fonctions le 3 septembre. Il était directeur de la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques (64)

03/08/18 : Renforcement des mesures de limitation de prélèvements d’eau dans le 47 sur les cours d’eau non réalimentés. Ces restrictions impactent environ 2% de la surface agricole irriguée, 95% des surfaces irriguées bénéficiant de ressources en eau sécurisées

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 19/08/18 | La mobilité durable s'expose à Irun

    Lire

    Le Parc d’Expositions Ficoba à Irun, au Cœur de l’Eurorégion Euskadi-Navarre-Aquitaine, accueillera les 27 et 28 novembre le salon Go Mobility, la 1ère exposition industrielle du Sud de l’Europe sur la mobilité durable. Point de rencontre des professionnels, des territoires et des entreprises consacrées au secteur de la mobilité durable et au stockage d’énergie, il vise à encourager les échanges à forte valeur ajoutée et favoriser les projets innovants et la transformation industrielle du territoire. Au menu : une zone d’exposition, des conférences et tables rondes et une zone de test.l*

  • 18/08/18 | Jürgen Essel en concert à La Réole

    Lire

    Privilège pour La Réole qui accueille le 26 août à 16h l'organiste allemand de renommée internationale Jürgen Essel en résidence dans le Réolais. Accueilli par les Amis de l’Orgue de La Réole l'organiste donnera un concert exceptionnel. Jürgen Essel est organiste, compositeur et enseignant à la prestigieuse école de Stuttgart. Interprète et improvisateur son répertoire s’étend de la musique ancienne jusqu’à la création de musique contemporaine. A son actif vingt enregistrements sur CD et des productions conjointes avec de grandes chaînes de radio (Entrée:libre participation) www.orgueslareole.com

  • 18/08/18 | Charente-Maritime : 7 communes reconnues en état de catastrophe naturelle

    Lire

    Suite aux fortes pluies du premier semestre 2018, l'Etat a reconnu 7 communes sinistrées en état de catastrophe naturelle - pour inondations et coulées de boues - publié au Journal Officiel du 15 août 2018 : Fléac-sur-Seugne, Pons, Bazauges, Chaillevette, Champagne, Léoville, Saint-Seurin-de-Palenne. Les sinistrés disposent d’un délai de 10 jours, à compter du 15 août 2018, date de publication de l’arrêté, pour déposer un état estimatif de leurs pertes auprès de leur compagnie d’assurance.

  • 16/08/18 | Charente : le festival de Confolens fête ses 60 ans

    Lire

    Le festival de danses folkloriques du monde de Confolens attire chaque année 100 000 visiteurs. Débutée le 13 aout, cette 60e édition se déroule jusqu'au 19 inclus, avec de nombreux spectacles costumés mais aussi des ateliers de danse ouvert au public. Parmi les pays les plus représentés cette année : la République Dominicaine, le Brésil, le Pérou, la Bolivie, la Moldavie et le Botswana. Onze groupes de nationalités différentes se produiront le dimanche soir pour la soirée de clôture.

  • 15/08/18 | Corrèze: l'agriculture au rdv du numérique

    Lire

    Le 25 août, lors de la 50e édition du Festival de l'élevage de Brive, la Chambre d'agriculture de la Corrèze lance un vaste plan de développement des usages numériques agricoles: AgriNumérik 19. Son objectif: mettre à disposition de tous les agriculteurs volontaires du territoire un smartphone avec des applications et services associés. Une initiative d'ampleur unique en France, sous le regard bienveillant d'Hervé Pillaud, membre du Conseil national du numérique et VP de la Chambre d’agriculture des Pays de la Loire, invité de ce lancement.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Aqui! au Salon de l'Agriculture Nouvelle Aquitaine

Les spéciaux d'Aqui


Aqui! au Salon de l'Agriculture Nouvelle Aquitaine

Trois questions à Michel Laplénie, qui dirigera le concert "La voix des anges / La part des anges" du Festival du Périgord Noir.

26/07/2013 | Michel Laplénie dirigera ce 8 août un concert exceptionnel et unique entre chanteurs français et instrumentistes hongrois pour le Festival du Périgord Noir.

Michel Laplénie, à la baguette de ce concert d'exception.

Sélectionnés dans le cadre d'un projet élaboré avec l'Institut français (Paris et Budapest) et l'Académie musicale Franz Liszt de Budapest, avec le soutien de l'Institut Hongrois à Paris, cinq chanteurs français et cinq instrumentistes hongrois joueront ce jeudi 8 août un concert, fruit d'une collaboration exceptionnelle, à l'Abbaye de Saint-Amand-de-Coly. A la baguette, Michel Laplénie, qui dirigera avec passion cet ensemble unique en son genre et qui a bien voulu se confier à Aqui.fr, pour expliquer l'idée de cette association de talents, leurs sélections et ses attentes pour le grand soir.

@qui! - Pourquoi cette collaboration entre l'Institut français (Paris et Budapest) et l'Académie musicale Franz Liszt de Budapest ?
Michel Laplénie - Elle est à l'initiative du directeur du Festival du Périgord Noir, Jean-Luc Soulé, qui a été en son temps directeur de l'Institut français à Budapest et qui a gardé des liens assez étroits avec la Hongrie ; c'était donc son idée d'imaginer une collaboration entre le Festival du Périgord Noir et l'Académie Franz Liszt de Budapest, avec bien sûr le soutien de l'Institut français de Budapest. Il s'agit donc d'une action tripartite. L'idée était d'avoir un échange musical avec une équipe de chanteurs français et des instrumentistes hongrois, que l'on a fait se rencontrer.

@qui! - Comment avez-vous procédé à leur sélection ?
M. L. - J'ai choisi des chanteurs français que je connaissais, avec qui j'ai travaillé pendant les académies précédentes. On a ensuite trouvé une très bonne équipe d'instrumentistes hongrois, qui sait maîtriser le répertoire baroque, et avec qui on a travaillé pendant toute une semaine en avril, à Budapest, dans un très beau palais qui avait été mis à notre disposition par l'Académie Franz Liszt. On a fait un premier concert là-bas, à Budapest, à l'Institut français, et le concert que l'on donnera le 8 août est un peu la réplique française de ce premier concert. On fera une journée de répétition avant celui-ci, pour se remémorer les choses, se rappeler les réflexes ; le premier vrai travail, la masterclass, a donc eu lieu en avril dernier à Budapest.
Ces jeunes instrumentistes hongrois sont en fin de formation ou déjà un peu professionnels ; un peu comme nos jeunes français qui sont à la frange entre la fin des études et le milieu professionnel.
Il y a donc cinq chanteurs français et cinq instrumentistes hongrois, pour un répertoire intimiste, dans le genre qu'on appelle les cantates françaises. C'est un répertoire très limité, très précis, qui a duré une trentaine d'années, au début du XVIIIe siècle, à contre-courant de la grande tragédie lyrique qui avait lieu à l'Académie royale de musique. Là, c'était un répertoire plutôt pour les salons, sur des sujets mythologiques – les mêmes que l'on traitait à l'opéra, mais en prenant juste un aspect d'une œuvre, d'un mythe que l'on mettait en lumière. Des œuvres qui durent un quart d'heure, vingt minutes maximum, avec un ou deux chanteurs, mais le plus souvent un chanteur soliste, accompagné donc d'un violon ou de la flûte traversière, et d'un clavecin continuo. Des œuvres destinées à être chantées devant la bonne société de l'époque, des clins d'œil à des œuvres majestueuses de l'Académie royale de musique.
Pour moi, en tant que pédagogue, c'est un répertoire en or, car il y a un peu tous les aspects de la musique française qui s'y retrouvent, à la fois les récitatifs, comment accompagner un récitatif, comment déclamer un récitatif ; puis des airs qui sont soit des airs tendres, des airs rapides et virtuoses, ou des airs qui appellent des sentiments de cruauté et de barbarie. Une musique très descriptive et très évocatrice des sentiments des personnages. Souvent, c'est un seul chanteur, qui se met alors dans la peau du narrateur mais aussi des personnages qu'il est en train de décrire.

@qui! - Qu'est-ce que vous attendez de ce concert ?
M. L. - J'espère bien sûr qu'entre temps, tout cela aura un peu mûri, que l'œuvre finale soit peut-être plus achevée qu'elle ne l'était en Hongrie. Et que le Périgord aidant, la bonne cuisine, la bonne humeur, le village, toute l'ambiance périgourdine, vont contribuer à mettre tout le monde dans un bon esprit de travail. En plus, le concert se passera dans l'abbaye de Saint-Amand-de-Coly, qui est un très bel endroit, avec une très belle acoustique ; on sera même plus favorisé qu'à l'Institut français de Budapest, qui a un auditorium très sec. On bénéficiera ici donc d'une belle acoustique et d'un public, celui du Festival, qui n'a pas été invité par l'Institut. C'est donc très valorisant pour tout le monde, pour les chanteurs comme pour les instrumentistes qui vont venir d'Hongrie. Et deux des instrumentistes participeront à l'Académie que je fais pendant le temps du Festival.
Ils sont très impatients et contents de participer à cette aventure française et autour de la musique française, qu'ils connaissent moins bien. C'était un peu le but aussi, que les baroqueux français aillent, si je puis dire, porter la bonne parole en Hongrie, et après que le public entende le résultat de cette collaboration. Collaboration qui crée des liens humains aussi, et j'espère que par la suite, les hongrois pourront revenir et nous, repartir là-bas. C'est l'idée : que cela ne soit pas qu'un seul concert, mais une collaboration pérenne.

 

Programme du Festival du Périgord Noir.

Laura Jarry
Laura Jarry

Crédit Photo : Aqui.fr - Tous droits réservés.

Partager sur Facebook
Vu par vous
1008
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Spécial
Spécial
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires



- Publicité -