Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/06/21 : Usinage, soudage, maintenance, aéronautique... Le CFAI Adour ouvre ses portes au public les 25 juin et 7 juillet sur ses 3 sites d'Assat (64), Lanne (65) et Tarnos (40). Il propose 148 offres en apprentissage dans les entreprises industrielles locales+ d'info

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Véronique Chabreyrou et Jacques Ranoux, candidats de gauche, soutenus par la majorité sortante, sont en tête avec 37,80 %, devant le binôme RN Pascale Léger et Serge Muller à 23,80 %.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Sur le canton de la vallée de la Dordogne, Germinal Peiro (PS) le président du conseil départemental sortant est réélu avec 64,96 % dès le premier tour. Il est associé à Patricia Lafon-Gauthier.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : le binôme socialiste composé de Marie-Lise Marsat et Serge Mérillou est réélu sur le canton de la Lalinde.

20/06/21 : Régionales en Dordogne : Sur le canton de Saint-Astier, Alain Rousset (PS) est en tête avec 30,39 % des voix devant la candidate RN Edwige à 23 %. L'écologiste Nicolas Thierry est en 3e position à 10,51 %.

20/06/21 : En Dordogne, l'abstention estimée pour les élections départementales et régionales en Dordogne est de 66,2%. C'est la participation la plus faible de toutes élections confondues dans le département.

20/06/21 : En Haute-Vienne, le taux de participation à 17h était de 28,54% en forte baisse par rapport à 2015 où on avait enregistré 52,36 % de votants à la même heure.

20/06/21 : Dans les Pyrénées-Atlantiques, après un taux de participation à midi s'élevant à 14,5%, ce même taux s'affichait à 31,37 % pour le double scrutin des élections régionales et départementales du 20 juin 2021.

20/06/21 : A 17h, le taux de participation aux élections régionales et départementales s'élève à 25,68%. En 2015, il était de 45,09% pour les régionales et 44,78% pour les départementales, soit une baisse de près de vingt points.

20/06/21 : Dans la Vienne, la baisse de la participation aux élections régionales et départementales se confirme. À 17h, le taux était de 26,07% contre 43,77% pour les départementales en 2015 et 44,87% pour les régionales en 2015.

20/06/21 : En Dordogne, le taux de participation au premier tour des élections départementales et régionales estimé à 17 h est de 33,78 %, en baisse par rapport aux scrutins de 2015.

20/06/21 : Dans la Vienne, le taux de participation aux élections départementales et régionales de 2021 a atteint 10,99% à midi. Il est en baisse par rapport aux scrutins de 2015 : les taux étaient de 15,43% pour les départementales et 16,53% pour les régional

Arte Flamenco
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/06/21 | Régionales : Pas d'accord Rousset-Thierry ce lundi

    Lire

    Alors que se pose depuis hier soir la question d'un accord entre la liste du président sortant Alain Rousset et celle de Nicolas Thierry pour EELV, les négociations semblent pour aujourd'hui dans l'impasse. "Ce lundi, aucun accord n’a pu être signé. Il n’y avait manifestement aucune volonté d’accord tant les exigences et le ton employé étaient incompatibles avec une possibilité de négociation.", indique le service de presse du candidat Alain Rousset. "Je ne conçois pas la politique régionale comme une simple question de partage de postes. C'est une relation politique, pas une question comptable", indique le président sortant.

  • 21/06/21 | Pau, ville moins polluée par les particules fines

    Lire

    Sur les 323 villes européennes sondées, Pau est la 1ère ville française du classement établi par une étude de l’Agence européenne pour l’environnement parue le 17 juin. L’étude de fait notamment ressortir un taux de particules fines en suspension supérieur aux valeurs établies par l’OMS pour 196 villes européennes sur les 323 sondées. Dans notre région, Pau affiche un taux de PM2,5 de 5,6 µg/m³, Bayonne de 6,4 µg/m³ et de 9,23 µg/m³ pour Bordeaux. Selon l’OMS, il ne faut pas dépasser le seuil de 10 microgrammes de PM2,5 par mètre cube d’air (10 µg/m³). En trop grande quantité, les particules fines sont nocives pour la santé.

  • 21/06/21 | L'Orchestre des Champs-Elysées au musée Sainte-Croix de Poitiers

    Lire

    L'Orchestre des Champs-Elysées se produira, le mercredi 23 juin à 19h et 21h dans l'Auditorium du musée Sainte-Croix de Poitiers. Une partition de Rimsky-Korsakov, sommet de la littérature musicale de la fin du 19e siècle, sera présentée dans une version de chambre avec violon, violoncelle, clarinette et piano. Le musée offre la possibilité de visiter l’exposition temporaire (visible jusqu'au 4 juillet) "L'Amour fou ? Intimité et création (1910-1940)" avant le concert. Le concert est gratuit mais les réservations sont obligatoires : www.musees-poitiers.org

  • 21/06/21 | Lavaveix-les-mines (23) réhabilite ses bâtiments

    Lire

    La commune de Lavaveix-les-mines en Creuse souhaite réhabiliter l’ancienne infirmerie afin d’en créer un logement locatif à destination de jeunes agriculteurs ou de nouveaux arrivants envisageant d’y développer une activité professionnelle agricole. Afin de proposer les meilleures conditions de logements possibles, la réhabilitation correspondra à des performances énergétiques et une haute qualité environnementale.

  • 21/06/21 | A La Rochelle, le 2e tour se jouera avec les anciens candidats aux municipales

    Lire

    La Rochelle 1, le binôme falorniste/PS Christophe Bertaud et Marylise Fleuret-Pagnoux passe au 2e tour avec 28,83% des voix devant les écologistes (20,87%). A La Rochelle 2, ce sont les fountainistes Dominique Guégo et Marie Nedellec qui sont en tête avec 32% des voix contre 24,13% pour la liste LR. Sur La Rochelle 3, le duo EELV Marion Pichot - Jean-Marc Soubeste, ex candidat aux municipales se distingue parmi les 7 listes en lice avec 28,19% des voix.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Aérocampus les 10 ans

Les spéciaux d'Aqui


Aérocampus les 10 ans

Trois questions au politologue Ludovic Renard après l'alliance Florian/Cazenave à Bordeaux

02/06/2020 | Nicolas Florian et Thomas Cazenave ont annoncé ce lundi un accord pour faire liste commune. On revient sur ce que cet accord implique avec Ludovic Renard, politologue à Sciences Po Bordeaux.

Ludovic Renard

C'est donc acté : ce lundi soir, le maire de Bordeaux Nicolas Florian et son adversaire La République En Marche, Thomas Cazenave, ont annoncé avoir trouvé un accord pour faire liste commune lors du second tour des élections municipales le 28 juin prochain. Cet accord prévoit 13 places (dont six adjoints) pour LREM à la mairie et huit élus à la métropole, au sein de laquelle le candidat, qui s'est assuré un poste de vice-présidence, compte peser avec un "groupe indépendant et autonome". Les "discussions" entre les deux candidats, qui se sont accélérées durant le week-end de Pentecôte, auraient aussi été motivées par quelques coups de fils en haut lieu. Au lendemain de cet accord qui transforme le scrutin en triangulaire, retour sur ce qu'il révèle et implique de la vie politique de Bordeaux et de la future gouvernance de son agglomération avec Ludovic Renard, politologue à Sciences Po Bordeaux.

@qui.fr - Ce lundi 2 juin a été annoncée la signature d'un accord entre le maire sortant de Bordeaux, Nicolas Florian, et le candidat La République En Marche Thomas Cazenave en vue de faire liste commune pour le second tour des municipales en juin. Pour vous, cette alliance est une surprise ?

Ludovic Renard, politologue, directeur des Relations internationales à Sciences-Po Bordeaux - Le terrain avait été préparé de longue date, même s'il y a eu un emballement dans les dernières semaines voire le dernier week-end comme on a pu le voir. Le Premier ministre avait déjà fait un petit tour par Bordeaux… Cela dit, la situation est quand même inédite, et je pense que ça va modifier la gouvernance de la ville mais aussi de la métropole. Il y a beaucoup d'inconnues qui sont liées à la façon dont les élus de LREM évolueront dans la majorité municipale et au sein de l'intercommunalité. Il est prévu des possibilités d'alliance sur des sujets qu'il faudra suivre, ça promet une vie politique passionnante dans les prochains mois.

Je ne connais pas la nature exacte des relations personnelles entre Thomas Cazenave et Nicolas Florian, il m'a semblé avoir entendu dire qu'elles n'étaient pas forcément excellentes. Mais quand il s'agit de politique, malgré quelques frictions, il faut revenir à la prise en compte de la réalité des intérêts de chacun. Il y a quand même une affinité autour du Premier ministre, d'hommes qui ont été proches de lui, et une possibilité de négocier. C'est une façon pour LREM, lors d'un premier tour qui n'a pas été excellent, d'obtenir un appui qui peut compter avec la ville de Bordeaux. Il est clair qu'avec l'appui de François Bayrou, traditionnel à la majorité municipale, et le soutien qu'il affiche pour LREM, on pouvait s'attendre à ce que Nicolas Florian, "Macron compatible", puisse en bénéficier. Bien sûr, les déclarations d'entre-deux tours sont toujours l'occasion de maintenir des candidatures, on a l'habitude de ce type de postures. 

@qui.fr - La question de la gouvernance et du chef de file de la métropole se pose toujours, elle aurait aussi fait partie des "discussions" entre les deux candidats. Quelles perspectives peut-on en attendre ?

L.R - L'enjeu de la métropole est important, notamment au niveau de toutes les compétences qui sont passées dans ses mains. Les calculs ont dû être faits et on a sans doute jugé qu'il était peut-être préférable de s'allier à un partenaire avec lequel on pouvait négocier que de risquer des majorités très instables sur beaucoup de dossiers.

Ce qui est certain, c'est que le mode de gouvernance va s'en trouver modifié. On a vu la volonté d'élus métropolitains de pouvoir faire entendre davantage leurs voix par rapport aux maires habitués à la cogestion. Pierre Hurmic, comme Nicolas Florian, avaient déclaré qu'ils ne souhaitaient pas reproduire ce modèle, ce qui voulait dire que l'Assemblée communautaire pourrait avoir à se prononcer davantage en tant que parlement avec la possibilité de groupes et d'électrons libres qui pourraient se dégager. Tout ça fait qu'on va essayer de réduire les incertitudes en faisant des associations politiques avec, certes, la nécessité de composer entre des gens qui sont là depuis longtemps et des nouveaux. La situation, à ce titre, n'était pas simple pour Nicolas Florian, il a renouvelé une partie de ses équipes, il leur a imposé l'ouverture à un partenaire extérieur qui fait quand même dégager un certain nombre de personnes qui étaient sur sa liste. Il fait des déçus mais c'est aussi le jeu. 

@qui.fr - Cette alliance inattendue fait-elle écho à la crainte d'une défaite pour le maire sortant, qui s'en est sorti au premier tour avec 96 voix d'écart face à la liste de gauche portée par l'écologiste Pierre Hurmic ? Que peut-on attendre du "nouveau" programme commun ?

L.R - Je pense que l'agenda politique du Covid-19 a beaucoup servi les maires sortants. L'alliance de "l'ancien monde" par rapport au "nouveau", comme le dit Pierre Hurmic, s'est beaucoup entendu mais on ne balaie pas une vie politique locale et régionale d'un trait de plume. Il était évident, même si Pierre Hurmic en appelle à de nouvelles pratiques, que ce "nouveau monde" ne pouvait pas s'organiser sans prendre appui sur ce qu'était "l'ancien". On sait que la campagne n'a pas été simple, certains ont quitté le navire. Cette alliance est l'anticipation d'une nouvelle situation politique post-second tour avec la nécessité de prendre les commandes sur la métropole et les dossiers métropolitains en s'assurant un nouveau mode de gouvernance possible. Ce sera compliqué parce que ces nouveaux élus LREM feront entendre leurs voix dès qu'ils le pourront.

L'équipe municipale actuelle a dû s'assurer de la bonne mise en place des politiques locales vis-à-vis de la protection sanitaire, ses réserves politiques ont été sollicitées très largement et à mon avis, ça jouera fortement dans la capacité de l'équipe sortante à mobiliser son réseau. L'enjeu est bien plus compliqué pour l'équipe de Pierre Hurmic même si, comme il l'a dit, il voit cette nouvelle campagne comme un appel au "jour d'après" lancé par le Covid. On peut penser que ça convaincra un certain nombre de ses électeurs, on n'est pas certain que ça suffise pour aller au-delà des convaincus du premier tour. Je ne pense pas qu'il y ait de fortes réserves de voix pour Pierre Hurmic parmi les électeurs de Philippe Poutou, qui remplit la fonction tribunicienne de critique et d'antisystème. La sociologie du vote des deux sont différentes. A l'inverse, on peut penser que le clientélisme politique aura joué à fond pendant la gestion de la crise pour la municipalité actuelle.

Pour ce qui est des programmes, je pense qu'à la marge, il y aura des adaptations, mais elles seront surtout cosmétiques. J'ai cru comprendre que Thomas Cazenave pourrait être dans des fonctions d'adjoint à la vie des quartiers, ce sur quoi il avait beaucoup insisté, un peu en écho de ce qu'avait proposé Pierre Hurmic d'ailleurs. On peut penser qu'un certain nombre de thématiques seront prises en compte au niveau municipal. Du côté de la métropole, si les majorités sont fragiles sur certains dossiers, il y aura peut-être la possibilité de peser davantage en faisant entendre sa propre voix.

Romain Béteille
Romain Béteille

Crédit Photo : LR

Partager sur Facebook
Vu par vous
6933
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Spécial
Spécial
Retour à la page d'accueil
Accueil
Gilbert Duroux | 05/06/2020

Encore un expert péremptoire qui aura l'air malin si Hurmic gagne en profitant de l'écœurement des électeurs qui en ont marre des magouilles à l'ancienne pour quelques plaçous. M. Ludovic Renard, vous vivez dans l'ancien monde et les pratiques que vous avez l'air de trouver naturelles risquent fort d'être balayées en même temps que vos certitudes.

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires



- Publicité -