Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

28/01/20 : Initialement prévue jusqu'au 2 février, l'exposition d'art contemporain QUASAR est prolongée jusqu'au dimanche 23 février à l'Espace des Arts à Pau : une chance, si vous ne l'avez pas encore vue!+ d'info

26/01/20 : Ancien ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot a accepté de parrainer la 36e édition du Biarritz Quiksilver Maïder Arosteguy du 10 au 13 avril et placée sous le signe de l'Environnement. De nombreux invités dont Justine Dupont.

23/01/20 : A Montignac (24), le maire sortant Laurent Mathieu (ex UMP) et le conseiller départemental socialiste Christian Teillac ont décidé de faire liste commune pour les prochaines élections municipales. Ils étaient adversaires lors du scrutin de 2014.

23/01/20 : Elu sénateur en 2008, le socialiste Claude Bérit-Debat a annoncé lors de ses voeux qu'il ne briguerait pas un nouveau mandat en septembre. Il a été maire de Chancelade de 1992 à 2009 et a présidé l'agglomération de Périgueux de 2001 à 2014.

22/01/20 : L'élu EELV et adjoint PS à la mairie de Mérignac Gérard Chausset a annoncé son ralliement à la liste du maire sortant, Alain Anziani, dans la course aux municipales. Il entraîne avec lui une dizaine de personnes, dont des anciens EELV.

22/01/20 : Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Economie et des Finances, visitera deux sites industriels à Pessac jeudi 23 janvier avant de signer à Bordeaux le protocole d’accord « Territoires d’industrie » de la Région.

20/01/20 : La Rochelle se classe 3e du classement des villes et villages où il fait bon vivre par l'association éponyme, paru dans le JDD hier.

16/01/20 : A partir du 27 janvier, l’Agence régionale de santé Nouvelle-Aquitaine centralise ses lignes téléphoniques pour proposer un numéro unique pour tous les départements : 09 69 37 00 33 afin de proposer "une réponse plus efficace et plus personnalisée

- Publicité -
S’abonner ici !
< proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 28/01/20 | Le chômage recule en Nouvelle-Aquitaine en 2019

    Lire

    Le taux de chômeurs en catégorie A, sans activité et tenus de chercher un emploi, a diminué de 4,3% sur l'année 2019, là où au niveau national la baisse est à 3,3%. Ainsi, il y a 492 800 chômeurs de catégorie A, B et C en Nouvelle-Aquitaine en moyenne au dernier semestre 2019, un repli de 3,7% par rapport à 2018. Les Deux-Sèvres connaissent la plus forte baisse avec -6,2% de chômeurs toutes catégories. L'emploi intérimaire bénéficie d'une faible hausse (+0,1%) et concerne 68 100 travailleurs au mois d'octobre 2019.

  • 28/01/20 | Bordeaux: Le Passeport Escales se jette à l'eau

    Lire

    Levez les amarres ! Le Passeport Escales organise sa journée annuelle jeudi 30 janvier prochain, de 10h15 à 16h30 à Bordeaux, au Village By CA Aquitaine (11 Cours du 30 Juillet). L’occasion de découvrir ce passeport en partenariat avec Atout Port, qui offre des nuits d’escales gratuites dans des ports de toute l’Europe. Pour assister à cette journée animée par Claire Saphore responsable filière mer et tourisme Crédit Agricole et Marina Le Corguillé, directrice du développement Atout Ports, réservation obligatoire à claire.saphore@ca-aquitaine.fr

  • 28/01/20 | Michelin : moisson d'étoiles en Nouvelle-Aquitaine

    Lire

    Le palmarès de l'édition 2020 du guide Michelin a été dévoilé ce lundi à Paris. Christopher Coutanceau, chef rochelais, y obtient une troisième étoile et vient ainsi côtoyer Michel Guérard et ses "Prés d'Eugénie". Au total, en Nouvelle-Aquitaine, dix nouveaux restaurants se voient décerner une première étoile dont trois à Bordeaux, un à Biarritz (Alexandre Bousquet) et un duo à Saintes (Jérôme Dallet et Coralie Le Diraison). Avec son restaurant du Pyla-sur-Mer "Le Skiff Club", le chef Stéphane Carrade, lui, gagne une deuxième étoile.

  • 28/01/20 | Rentrée sportive pour les jeunes de l'antenne catamaran Royan Atlantique

    Lire

    Après un début d'hiver au repos, retour à l'entraînement pour les jeunes navigateurs du Pôle d’Entraînement Régional Royan Atlantique. Les sportifs de 11 à 18 ans remonteront sur leurs bicoques le mercredi 29 janvier à 16h30 à la base nautique de Saint-Georges-de-Didonne. En plus de cette antenne catamaran, la Nouvelle-Aquitaine compte cinq autres pôles régionaux avec Claouey, Arcachon, Hourtin, Lacanau et La Rochelle.

  • 28/01/20 | En Dordogne, le nombre de demandeurs d'emploi a diminué de 4 % sur un an

    Lire

    La Dordogne a vu son nombre de chômeurs de catégorie A (sans emploi) baisser de 1,4 % au 4e trimestre 2019, soit 270 chômeurs de moins sur l'ensemble du département entre le 3e et le 4e trimestre. Sur un an, la baisse du chômage en Dordogne est de 4%. On compte aujourd'hui 19 440 demandeurs d'emploi. En ce qui concerne les demandeurs d'emploi qui sont inscrits à Pôle Emploi sans activité ou avec une activité partielle (catégories A,B,C) la baisse est de 1,6% au quatrième trimestre 2019 et 3,7% sur un an.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Aqui.fr au salon régional de l’Agriculture – Nouvelle Aquitaine

Les spéciaux d'Aqui


Aqui.fr au salon régional de l’Agriculture – Nouvelle Aquitaine

Un après-midi avec l'Académie à St Amand de Coly

06/08/2012 | La musique envahit Saint Amand de Coly. Ou, comment, le temps de quinze jours, l'abbaye devient académie.

Les académiciens en répétition

C'est au coeur de la verdure périgourdine qu'a trouvé refuge, cette année encore, l'Académie de musique ancienne du Festival du Périgord Noir. Une quarantaine de jeunes musiciens qui, sous la houlette de Michel Laplénie (direction musicale), Simon Heyerick (responsable des cordes) et Yvon Repérant (chef de chant), répètent l'opéra The King Arthur, d'Henry Purcell, qu'ils présenteront au public à la fin de la semaine. Aqui! les a suivis, le temps d'un après-midi.

On ne peut pas les manquer. Dès les premiers pas dans les rues du petit village de St Amand de Coly, classé parmi les plus beaux villages de France, ils nous assaillent les oreilles. Eux ? Les instruments des académiciens du Festival du Périgord Noir, qui répètent inlassablement The King Arthur, l'opéra de Purcell qu'ils présenteront au public à la fin de la semaine. Flûtes, cordes ou encore clavecin, ils s'en donnent à cœur joie, et font résonner leurs voix aux quatre coins de St Amand, suscitant interrogations et étonnement chez les visiteurs. Une joyeuse cacophonie donc, mais de courte durée. Et pour cause. A quinze heures, ce 6 août, il y a répétition dans l'imposante abbaye du XIIè siècle qui a fait la réputation de St Amand.

Et là, plus de place au désordre. « En place ! ». La voix de Michel Laplénie, en charge de la direction musicale de l'Académie de musique ancienne, claque sous les hautes voutes de l'abbaye et tout le monde se concentre. Les voilà partis pour deux heures de répétition sans temps mort, cependant que dehors, gronde l'orage et tombe la pluie. Rien n'est laissé au hasard, un problème de mise en scène, une erreur dans le tempo et on recommence, sous les yeux d'un public qui entre et sort au gré de sa visite de l'abbatiale. Les chanteurs, qui pour la première fois depuis le début de l'Académie, en 2001, joueront en costumes, ont fort à faire avec la mise en scène.

« L'occasion de faire un travail musical approfondi »
Après deux heures, arrive, enfin, la pause. L'occasion d'aller discuter avec quelques académiciens qui décompressent sur les marches de l'abbaye, dans la lourdeur moite ayant succédé à l'orage. Emmanuelle et Nicolas, les violoncellistes, et Marie-Elina la violoniste se prêtent au jeu des questions sans rechigner. Ils sont assez unanimes quant à l'Académie, une expérience aussi intéressante qu'enrichissante. D'un point de vue musical tout d'abord. « C'est l'occasion de faire un travail musical approfondi, explique Emmanuelle. Et aussi de travailler avec des musiciens et des professeurs que l'on n'a pas l'habitude de rencontrer. C'est une immersion complète dans la musique. » Et cela à travers, bien sûr, une oeuvre, le fameux King Arthur, qu'ils répètent plus de dix heures par jour. Un investissement total, mais bénéfique. Comme le raconte Marie-Elina, « on participe à tout, que ce soit les lumières, les costumes ou la mise en scène, on est là à chaque étape, c'est vraiment bien ». « On regrette juste de ne pas avoir de costumes, nous les instrumentistes », plaisante Emmanuelle.

D'un point de vue humain ensuite. Difficile, en effet, de monter un tel projet, si la bonne entente entre les différents protagonistes n'est pas au rendez-vous. Heureusement, ce n'est pas le cas. « Il y a quelque chose d'humain qui passe bien entre nous tous, et c'est important pour faire de la musique », explique Marie-Elina. Des relations basées aussi, ainsi que le précise Emmanuelle, sur le partage. « On se retrouve souvent après le repas pour déchiffrer des partitions ensemble, on partage beaucoup de choses. « Et puis on mange très bien ! », ajoutent-ils tous les trois en chœur. Avec une mention spéciale pour les repas du gîte du Peuch, repaire des académiciens, qui, apparemment valent le détour. Une récrimination quand même dans ce tableau idyllique ? Emmanuelle, l'oeil malicieux, n'hésite pas une seconde :« Les chaises des répétitions ! Trop inconfortables. ». A bon entendeur...

Bérénice Robert
Bérénice Robert

Crédit Photo : Aqui.fr, tous droits réservés

Partager sur Facebook
Vu par vous
1145
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Spécial
Spécial
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 31 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires



- Publicité -