Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

13/04/21 : 264 196 311,23 euros c'est le montant des subventions votées ce 12 avril lors de la dernière commission permanente du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine. 244 délibérations ont été votées par des élus régionaux sous la présidence d'Alain Rousset.

12/04/21 : Philippe Dubourg, Maire d'Illats depuis 1977, est décédé le 11 avril dernier. Plusieurs élus locaux, dont Christophe Duprat, Maire de Saint-Aubin du Médoc, saluent la mémoire d'un « élu de terrain attaché à son territoire ».

02/04/21 : Autour de la Journée de sensibilisation à l’autisme le 2 avril des villes illuminent leurs monuments en bleu: un symbole pour rappeler la nécessité de simplifier et améliorer le quotidien des personnes autistes. A Bordeaux ce sera la porte de Bourgogne.

01/04/21 : Le 9 avril prochain, la cité scolaire Alcide Dusolier de Nontron deviendra la 1ère cité scolaire 100% bio de France.

31/03/21 : Régionales- Signe de l'alliance entre GénérationS et EELV, Benoit Hamon sera à Bordeaux le 1er avril en soutien à Nicolas Thierry, tête de liste EELV de « Nos terroirs, notre avenir ». Sa numéro 2 en Gironde est Anne-Laure Bedu candidate GénérationS

24/03/21 : Charente-Maritime : Véronique SCHAAF, sous-préfète de Villeneuve-sur-Lot, est nommée sous-préfète de Saintes. Elle devrait prendre ses fonctions le 19 avril 2021. Elle succède à Adeline BARD, arrivée dans l’arrondissement de Saintes en juillet 2018.

19/03/21 : La Banque alimentaire Béarn-Soule organise, samedi 20 mars 2021, une collecte alimentaire exceptionnelle, mobilisant près de 400 jeunes bénévoles, dans 14 magasins de Pau.

18/03/21 : Charentes : L'Union Générale des Viticulteurs pour l'AOC Cognac (UGVC) vient de se doter d'un nouveau directeur général, Xavier RAFFENNE. Il était précédemment directeur de la Maison des Vins de Gaillac.

16/03/21 : La Rochelle : le festival de fiction télé se déroulera du 14 au 19 septembre, annonce aujourd'hui les organisateurs dans un communiqué. Une journée de plus sera dédiée à la création. Les candidatures pour les œuvres sont ouvertes.

04/03/21 : La Ville de Bayonne a réuni les représentants des professionnels et les partenaires de la fameuse Foire au Jambon pour envisager la suite à donner à cet événement de la semaine pascale. Il prennent date pour cet événement entre les 7 et 10 octobre

02/03/21 : Le 90e Congrès des Départements de France qui devait se tenir à La Rochelle en novembre dernier, puis les 29 et 30 avril prochain, est de nouveau reporté, selon un communiqué du Département de Charente-Maritime du jour.

26/02/21 : Faute de salon de l'agriculture cette année, la confédération paysanne organise du 27 février au 7 mars des fermes ouvertes pour faire découvrir l'agriculture paysanne.Liste des agriculteurs sur www.confederationpaysanne.fr/mobilisations.php?id=11079

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 15/04/21 | Saintes : La musique baroque se réinvente

    Lire

    A Saintes depuis 2015 l’Abbaye aux Dames propose « Musicaventure », un programme de parcours de visite. Ce parcours ne s’adresse pas qu’aux amateurs de musique baroque mais à tous les publics avec un voyage sonore 3D, des siestes sonores et un manège qui fait appel au toucher, à l’ouïe et à la vue. L’Abbaye souhaite désormais y intégrer une « Aventure urbaine et musicale ». L’idée est, sous la forme de course aux trésors, de mettre en valeur le territoire de Saintes.

  • 15/04/21 | Une meunerie bio et sans gluten à Thuré (86)

    Lire

    A Thuré, dans la Vienne, François Michaud produit des céréales en circuit court tout en pratiquant l’agroforesterie. Pour valoriser les céréales produites sur la ferme en farines ou semoules, il va construire une meunerie. Afin de répondre aux demandes de farines sans gluten, il prévoit également d’acquérir deux moulins et qui lui permettront d’assurer la vente en circuit-court auprès de boulangers et particuliers.

  • 14/04/21 | L’église de Notre-Dame de Soudan va être restaurée

    Lire

    Erigée au XIIe siècle, l’église de Notre-Dame de Soudan dans les Deux-Sèvres souffre de multiples désordres comme des zones d’instabilité structurelles en raison de nombreuses modifications architecturales ou d’une humidité trop importante qui ont détérioré les maçonneries intérieures et extérieures. Afin d’évacuer cette humidité, une tranchée de ventilation va être creusée permettant ainsi la restauration des maçonneries et des peintures murales.

  • 14/04/21 | Un jeu vidéo développé dans les Landes

    Lire

    La société Itchy à Saint-Etienne d’Orthe dans les Landes, s’est spécialisée dans la création de jeux vidéos en 2018 avec son projet « World of furry ». Ce projet permet d’offrir un jeu familial et bienveillant basé sur les animaux imaginaires possédant des caractéristiques humaines. Il sera gratuit à télécharger et la monétisation se fera sous forme d’achats d’objets premium et avec un système d’abonnement.

  • 14/04/21 | 618 000 euros pour les travaux d’urgence sur la ligne Niort-Saintes

    Lire

    Lors de sa dernière séance plénière du 12 avril, la Région vient d'accorder 618 000 euros pour les travaux d’urgence sur la ligne Niort-Saintes. Ce chantier « de maintien de la performance » est indispensables pour pérenniser les circulations des TER et empêcher la dégradation supplémentaire des performances (vitesse, capacité et exploitation). S'en suivront des travaux de régénération étalés jusqu’en 2028. Huit autres lignes sont bénéficierons de ces chantiers d'urgence en 2022.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Fêtes et Saveurs d'Aqui !

Les spéciaux d'Aqui


Fêtes et Saveurs d'Aqui !

Un retour à la terre pour Angélique Chabrely associée avec son conjoint

04/05/2020 |

Angélique Chabrely

Installée en GAEC à Saint-Paul (Haute-Vienne) depuis trois ans avec son mari, Angélique Chabrely a réussi sa reconversion après après avoir suivi une formation adulte d’un an en 2016 au lycée agricole des Vaseix, ce qui lui a permis de décrocher son BPREA.

Issue d’un milieu agricole, ses parents étaient éleveurs, Angélique Chabrely n’avait pas imaginé un jour revenir à la terre. Sa licence d’administration économique et social en poche, elle pensait trouver facilement un emploi mais à défaut, elle décroche un poste d’hôtesse de caisse. « Suite à la naissance de mon deuxième enfant, j’ai pris un congé parental explique la jeune femme, mon beau-père arrivait en fin de carrière, j’ai alors décidé de racheter ses parts sociales dans le GAEC familial, soit un investissement de 100 000 euros et de m’associer avec mon mari installé depuis 2004. » Après son année de formation au lycée agricole des Vaseix, elle franchit donc le pas en 2017 en diversifiant la production avec un atelier de volailles fermières. L’exploitation familiale s’étend sur 140 hectares et comprend un cheptel de 60 vaches limousines, complété par un troupeau de 500 brebis Texel et Charolaise, le couple d’exploitants étant naisseur engraisseur avec des ventes en circuit long. Angélique a choisi d’élever des poulets et des pintades toute l’année ainsi que des dindes et chapons pour les fêtes de noël. « Comme les deux autres productions sont en circuit long, nous ne voyons personne à la ferme et je voulais absolument voir des gens précise-t-elle, c’est pourquoi j’ai choisi de commercialiser mes volailles en vente directe auprès de particuliers, d’écoles et de restaurants. L’abattage est pris en charge par une entreprise privée chaque jeudi et les clients récupèrent leurs commandes le vendredi ou le samedi.» Ses volailles sont réparties dans sept igloos, un pour chaque bande. « J’ai investi 25 000 € pour le matériel, et bénéficié de prêts bonifiés et d’une Dotation Jeune Agriculteur de 14 000 € ajoute Angélique, chaque bande correspond à des volailles d’un âge précis, elles ne sont donc pas mélangées. Celles-ci arrivent sur l’exploitation vers quatre semaines et sont abattues au minimum à seize semaines par une société privée La Meuzacoise. J’en produis environ 1 500 par an soit 20 à 25 par semaine en moyenne. Au départ, elles sont nourries avec des granulés pour bien démarrer avec plein de vitamines et ensuite j’augmente les rations de blé. » L’objectif d’Angélique est clair, elle souhaite pérenniser sa production. Quant aux Limousines sous Label Rouge, elles sont élevées en plein air du printemps jusqu’à décembre suivant les conditions météo puis elles passent l’hiver en stabulation. « Nous les engraissons avec du foin et de l’enrubannage produit sur l’exploitation complétés par des betteraves fourragères précise l’éleveuse, les veaux à l’engraissement sont nourris avec les céréales que nous produisons, du maïs en grains concassé, de la farine sèche blé et orge mélangés ainsi que des granulés. Ils sont ensuite vendus à un maquignon.»  Une partie des brebis sont rentrées en hiver pour les naissances de fin décembre jusqu’à juin tandis que d’autres pâturent toutes les prairies, complémentées par du foin. Les agneaux sont engraissés avec des granulés et du foin, puis achetés par un maquignon qui les revend principalement à des boucheries parisiennes. 

 

Les dindes d'Angélique Chabrely

 

Du matériel de pointe grâce à la CUMA de Saint-Paul

Pour les associés, l’adhésion à la CUMA de Saint-Paul était une évidence afin de limiter les investissements en gros matériels qui auraient grévé leur trésorerie. La CUMA regroupe plus d’une vingtaine d’exploitants de la commune et des villages alentours. Elle met à disposition de ses adhérents du matériel agricole pour les récoltes et la transformation du bois, matériel entreposé dans un bâtiment dédié mais également chez des adhérents. « Nous avons passé différents contrats pour utiliser un broyeur à céréales, une enrubanneuse, des rouleaux à prairies, un plateau à fourrage, un semoir et une vineuse à maïs, un couloir et une cage de contention à bovins, une tarière, un enfonce piquets et un affût piquets. Comme on se connaît tous relativement bien à la CUMA, nous pouvons demander des renseignements à un collègue. Cette coopération nous permet d’avoir du matériel de pointe à moindre coût. Nous avons développé une certaine entraide entre exploitants mais aussi des échanges autour de bonnes pratiques et de nouvelles techniques. » L’adhésion à la CUMA facilite le travail quotidien de ces exploitants. Chaque matériel dispose de son propre contrat avec un tarif calculé à l’heure ou en tenant compte de la surface de l’exploitation. « Nous n’aurions pas pu acheter seul certains de ses matériels reconnaît Angélique, le surcoût est trop important pour un jeune d’agriculteur, l’installation étant déjà coûteuse. »

 

 

Corinne Merigaud
Corinne Merigaud

Crédit Photo : Corinne Mérigaud

Partager sur Facebook
Vu par vous
12184
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Spécial
Spécial
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 17 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires



- Publicité -