Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

28/01/21 : Le 30 janvier prochain, le FC Libourne recevra Saint-Jean d'Angély dans le cadre de la coupe de France de football à 12h45. Le match se déroulera à huis-clos mais pourra être suivi sur les antennes de aquitele.fr .

26/01/21 : La Rochelle: la compagnie aérienne britannique Jet2 va ouvrir une nouvelle ligne entre Birmingham et La Rochelle l’été 2022. Les 2 lignes actuelles avec Leeds-Bradford et Manchester seront desservies du 29/05 au 18/09 et du 3/07 au 18/09 - 1 vol/samedi.

22/01/21 : Charente-Maritime : Cédric Tranquard, 44 ans, a été élu ce matin président de la Chambre d'agriculture départementale. Il succède à Luc Servant, élu en décembre à la présidence de la Chambre régionale.

22/01/21 : La Rochelle : le Centre de vaccination de l’Espace Encan sera ouvert à partir du 25 janvier. Les vaccinations seront assurées par les professionnels de santé du lundi au vendredi, sur RDV, pour les résidents du territoire âgés de 75 ans ou plus.

21/01/21 : Charente-Maritime : Rémi Justinien, adjoint au maire de Tonnay-Charente, succède à Cyril Chappet, adjoint à Saint-Jean d'Angély, comme premier secrétaire fédéral du PS en Charente-Maritime, à l'issue d'un conseil fédéral mardi.

18/01/21 : Au 16 janvier, 34 689 vaccinations ont été réalisées en Nouvelle-Aquitaine, la plaçant parmi les régions ayant le plus vacciné. L’objectif national de 1 million de vaccinations à fin janvier, se traduit par un objectif régional de 100 000 vaccinations.

06/01/21 : 823kg de jouets et de livres ont été collectés par la Communauté d’Agglo de Pau et ses partenaires grâce à l’opération "Le père Noël fait de la récup’"! Elle se poursuit jusqu'au 17 janvier dans les déchetteries et points de dépôts.+ d'info

28/12/20 : Le 22 décembre, les communes de Tocane-Saint-Apre et Bergerac en Dordogne ont été reconnues en état de catastrophe naturelle pour inondations et coulées de boues en septembre 2020.

28/12/20 : Suite aux inondations et coulées de boues survenues dans les Landes en octobre dernier, les communes de Mimbaste, Bélus et Rivière-Saas-et-Gourby ont été reconnues le 22 décembre en état de catastrophe naturelle.

23/12/20 : Le préfet de la Charente-Maritime a validé la sortie de la communauté d'agglomération de La Rochelle du syndicat départemental Eau 17, à compter du 1er janvier 2021.

23/12/20 : 60 000 € ont été votés lors de la dernière commission permanente du Département des Deux-Sèvres en faveur de la recherche scientifique et l'innovation. Cette somme sera attribuée sous formes de bourses doctorales

23/12/20 : Le Conseil communal des jeunes de Poitiers a organisé mi-décembre, une collecte de produits de puériculture dans les collèges. Plus de 150 produits (couches, lait, produits d’hygiène…) ont ainsi été remis au restos du Coeur et au Secours Populaire

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 28/01/21 | Agrifeel.fr, la 1ère plateforme de pilotage « tout-en-un » pour les agriculteurs

    Lire

    Elaborée avec un groupe d'agriculteurs adhérents et des technico-commerciaux du groupe coopératif Terres du Sud, la plateforme Agrifeel.fr a été déployée auprès de ses premiers utilisateurs le 5 janvier dernier. Ella a pour but de répondre aux besoins des agriculteurs touchant à quatre grandes thématiques : commander, produire, vendre et piloter. Cette solution s'inscrit dans le programme de transformation des activités du groupe.

  • 27/01/21 | L'incubateur Sportech accueille sept nouvelles start-ups !

    Lire

    L'incubateur régional, mené par Unitec et le Comité Régional Olympique et Sportif (CROS) a dévoilé sa deuxième promotion. Ainsi, Beyond Sport, Kyango, Nomads, Performind, Soccer BI, TipTapTape et Zufo intègrent l'incubateur Sportech pour l'année 2021. Pour rappel, l'incubateur Sportech a été lancé en septembre 2019, dans le but de rapprocher les entrepreneurs et le mouvement sportif régional.

  • 27/01/21 | Vaccination en Lot-et-Garonne : 5 centres opérationnels

    Lire

    Depuis le 18 janvier dernier, les personnes de plus de 75 ans et les patients vulnérables à très haut risque, bénéficient de l’accès à la vaccination. Pour ce faire, cinq centres de vaccination sont opérationnels dans le département de Lot-et-Garonne, à Villeneuve-sur-Lot, Marmande, Nérac et deux à Agen. Aussi, les premières vaccinations dans une maison d’accueil spécialisée pour adultes handicapés se sont tenues le 22 janvier dernier.

  • 27/01/21 | Lascaux gratuit pour les scolaires

    Lire

    Le Conseil Départemental de la Dordogne, en accord avec la Semitour, société gestionnaire de Lascaux, a décidé de rendre gratuite la visite virtuelle du fac-similé de la grotte ainsi que l’Atelier de Lascaux 4 aux scolaires. Ces visites virtuelles s’effectuent avec une réservation préalable. Objectif du Département: participer au maintien de la vie culturelle et éducative malgré les restrictions sanitaires.

  • 26/01/21 | Landes : 1 M€ pour réparer les dégâts des intempéries de 2020

    Lire

    Ce 25 janvier, le Conseil départemental des Landes réuni en séance plénière extraordinaire a voté une enveloppe d'1 M€ suite aux 4 épisodes de pluie et de crues connues en 2020, et particulièrement ravageuses sur le réseau et ouvrages d'art routiers. 500 000 € sont dédiés à la remise en état du réseau départemental et 500 000 € iront en soutien des collectivités locales dans leurs propres chantiers de réhabilitation. L'enveloppe globale pourra être revue à la hausse selon les besoins.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Fêtes et Saveurs d'Aqui !

Les spéciaux d'Aqui


Fêtes et Saveurs d'Aqui !

Un retour à la terre pour Angélique Chabrely associée avec son conjoint

04/05/2020 |

Angélique Chabrely

Installée en GAEC à Saint-Paul (Haute-Vienne) depuis trois ans avec son mari, Angélique Chabrely a réussi sa reconversion après après avoir suivi une formation adulte d’un an en 2016 au lycée agricole des Vaseix, ce qui lui a permis de décrocher son BPREA.

Issue d’un milieu agricole, ses parents étaient éleveurs, Angélique Chabrely n’avait pas imaginé un jour revenir à la terre. Sa licence d’administration économique et social en poche, elle pensait trouver facilement un emploi mais à défaut, elle décroche un poste d’hôtesse de caisse. « Suite à la naissance de mon deuxième enfant, j’ai pris un congé parental explique la jeune femme, mon beau-père arrivait en fin de carrière, j’ai alors décidé de racheter ses parts sociales dans le GAEC familial, soit un investissement de 100 000 euros et de m’associer avec mon mari installé depuis 2004. » Après son année de formation au lycée agricole des Vaseix, elle franchit donc le pas en 2017 en diversifiant la production avec un atelier de volailles fermières. L’exploitation familiale s’étend sur 140 hectares et comprend un cheptel de 60 vaches limousines, complété par un troupeau de 500 brebis Texel et Charolaise, le couple d’exploitants étant naisseur engraisseur avec des ventes en circuit long. Angélique a choisi d’élever des poulets et des pintades toute l’année ainsi que des dindes et chapons pour les fêtes de noël. « Comme les deux autres productions sont en circuit long, nous ne voyons personne à la ferme et je voulais absolument voir des gens précise-t-elle, c’est pourquoi j’ai choisi de commercialiser mes volailles en vente directe auprès de particuliers, d’écoles et de restaurants. L’abattage est pris en charge par une entreprise privée chaque jeudi et les clients récupèrent leurs commandes le vendredi ou le samedi.» Ses volailles sont réparties dans sept igloos, un pour chaque bande. « J’ai investi 25 000 € pour le matériel, et bénéficié de prêts bonifiés et d’une Dotation Jeune Agriculteur de 14 000 € ajoute Angélique, chaque bande correspond à des volailles d’un âge précis, elles ne sont donc pas mélangées. Celles-ci arrivent sur l’exploitation vers quatre semaines et sont abattues au minimum à seize semaines par une société privée La Meuzacoise. J’en produis environ 1 500 par an soit 20 à 25 par semaine en moyenne. Au départ, elles sont nourries avec des granulés pour bien démarrer avec plein de vitamines et ensuite j’augmente les rations de blé. » L’objectif d’Angélique est clair, elle souhaite pérenniser sa production. Quant aux Limousines sous Label Rouge, elles sont élevées en plein air du printemps jusqu’à décembre suivant les conditions météo puis elles passent l’hiver en stabulation. « Nous les engraissons avec du foin et de l’enrubannage produit sur l’exploitation complétés par des betteraves fourragères précise l’éleveuse, les veaux à l’engraissement sont nourris avec les céréales que nous produisons, du maïs en grains concassé, de la farine sèche blé et orge mélangés ainsi que des granulés. Ils sont ensuite vendus à un maquignon.»  Une partie des brebis sont rentrées en hiver pour les naissances de fin décembre jusqu’à juin tandis que d’autres pâturent toutes les prairies, complémentées par du foin. Les agneaux sont engraissés avec des granulés et du foin, puis achetés par un maquignon qui les revend principalement à des boucheries parisiennes. 

 

Les dindes d'Angélique Chabrely

 

Du matériel de pointe grâce à la CUMA de Saint-Paul

Pour les associés, l’adhésion à la CUMA de Saint-Paul était une évidence afin de limiter les investissements en gros matériels qui auraient grévé leur trésorerie. La CUMA regroupe plus d’une vingtaine d’exploitants de la commune et des villages alentours. Elle met à disposition de ses adhérents du matériel agricole pour les récoltes et la transformation du bois, matériel entreposé dans un bâtiment dédié mais également chez des adhérents. « Nous avons passé différents contrats pour utiliser un broyeur à céréales, une enrubanneuse, des rouleaux à prairies, un plateau à fourrage, un semoir et une vineuse à maïs, un couloir et une cage de contention à bovins, une tarière, un enfonce piquets et un affût piquets. Comme on se connaît tous relativement bien à la CUMA, nous pouvons demander des renseignements à un collègue. Cette coopération nous permet d’avoir du matériel de pointe à moindre coût. Nous avons développé une certaine entraide entre exploitants mais aussi des échanges autour de bonnes pratiques et de nouvelles techniques. » L’adhésion à la CUMA facilite le travail quotidien de ces exploitants. Chaque matériel dispose de son propre contrat avec un tarif calculé à l’heure ou en tenant compte de la surface de l’exploitation. « Nous n’aurions pas pu acheter seul certains de ses matériels reconnaît Angélique, le surcoût est trop important pour un jeune d’agriculteur, l’installation étant déjà coûteuse. »

 

 

Corinne Merigaud
Corinne Merigaud

Crédit Photo : Corinne Mérigaud

Partager sur Facebook
Vu par vous
11272
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Spécial
Spécial
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 30 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires



- Publicité -