Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

17/09/21 : L'Agglo de Pau vient de se voir remettre par l'ADEME et le Ministère de la transition énergétique le Label, encore expérimental, Economie circulaire. Attribué pour 4 ans, il mesure les avancées et orientations des actions de la collectivité en la matière

14/09/21 : Bègles - Soirée festive le 24 septembre au Musée de la Création Franche pour le lancement d'une campagne de dons pour restaurer l'oeuvre totem du Musée, la sculpture Au crépuscule d’un automne, de Louis Chabaud installée en 1993 dans le parc.+ d'info

10/09/21 : A Bordeaux, l'I-Boat fête (déjà!) ses 10 ans les 1er ,2 et 3 octobre avec une programmation internationale pour 3 jours de fête en plein air. Un mini festival avec le DJ Ricardo Villalobos,le producteur Palms Trax ou encore Voilaaa Sound System+ d'info

09/09/21 : Vaccins - Du 13 au 17 septembre, de 8h à 18h, le centre de vaccination de Cenon situé 88 cours Victor Hugo, accueille les personnes (dès 12 ans) sans RDV. Des doses du vaccin Pfizer sont administrées.

03/09/21 : A partir du 6 septembre, et pour le mois, le Département de la Gironde aménage la piste cyclable de la RD 806, qui traverse Bernos-Beaulac, afin de créer un rampe pour les cyclistes et les cavaliers.

03/09/21 : La 11ème édition des Tribunes de la presse se tient du 14 au 16 octobre à Bordeaux, sur le thème "Que peut le politique?", et en présence de Cédric Villani, Asma Mahlla, Jean-Claude Mailly, Lucile Schmid, de Flore Vasseur, Elie Barnavi, Manuel Valls.

01/09/21 : Charente-Maritime : Madame Anne WINKOPP-TOCH, nouvelle sous-préfète de Saint-Jean-d’Angély, prendra ses fonctions officiellement lors d’une cérémonie lundi 06 septembre à 11h30, aux Monuments aux Morts, à Saint Jean d’Angély.

01/09/21 : La piscine municipale de Billère (64) met en place une nouvelle activité à destination des enfants de 4 et 5 ans, le Jardin aquatique. Objectif: initier, découvrir et sensibiliser au milieu aquatique. Renseignements: 05 59 77 48 05

01/09/21 : Au regard d'une situation hospitalière qui ne s'améliore pas, le préfet des Pyrénées-Atlantiques prolonge jusqu'au 5 septembre les mesures de "freinage" dont celle du pass sanitaire obligatoire dans les 5 centres commerciaux de plus de 20 000 m².

30/08/21 : Samedi 18 Septembre, la Ligue contre le cancer 33 et la Fédération Française de Randonnée 33 organisent des marches de 6 et 10km au départ du Moulin de Lansac pour sensibiliser sur la prévention et promouvoir les dépistages. Inscription: 05 40 05 01 00+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 17/09/21 | Journées du patrimoine: 1666 sites néo-aquitains à découvrir !

    Lire

    Les Journées européennes du patrimoine, c'est ce week-end ! Des balades et visites libres ou guidées, des expositions, des conférences, des ateliers ou encore des démonstrations rythmeront ces 2 jours dans 1 666 sites et lieux d’exception ouverts dans la région. Cette année, 107 d’entre eux ouvriront leurs portes pour la première fois et 100 de manière exceptionnelle dans le cadre de la manifestation. Châteaux, manoirs, musées, édifices religieux ou militaires, lieux de pouvoirs, sites archéologiques, espaces naturels… Programme complet : www.culture.gouv.fr/Regions/DRAC-Nouvelle-Aquitaine

  • 17/09/21 | La race limousine s’expose

    Lire

    Du 17 septembre au 13 novembre, la Bfm de Limoges propose l’exposition « La race bovine limousine : patrimoine vivant d’excellence ». Réalisée avec le pôle de Lanaud, des éleveurs, d’archives et des ressources numérisées des institutions culturelles notamment, elle retrace d’histoire de la race, qui est intimement liée à l’histoire de Limoges et de ses environs. Elle est également visible sur le site de la bibliothèque numérique du Limousin

  • 17/09/21 | La Foire au Jambon de Bayonne revient cet automne

    Lire

    Reportée d'avril à octobre 2020, annulée en raison de la deuxième vague de la pandémie de coronavirus, puis reportée à nouveau au printemps 2021, la 558e édition de la Foire au jambon de Bayonne devrait se tenir du vendredi 15 au dimanche 17 octobre prochain. Une édition 2021 qui s'organiserait selon un format adapté au contexte sanitaire actuel, sur 3 jour et sur un lieu unique, tout en conservant l’esprit général de cette manifestation gastronomique et traditionnelle. dans son communiqué, la Ville de Bayonne dit souhaiter "réamorcer la spirale positive de la vie qui reprend…" tout en soutenant la filière du Jambon de Bayonne.

  • 16/09/21 | Royan et les Sentiers des Arts

    Lire

    Du 18 septembre au 14 novembre, la Communauté d’Agglomération de Royan Atlantique organise les Sentiers des Arts afin de découvrir ou de redécouvrir les communes du territoires au travers d’un itinéraire artistique original. Pour la 1ère fois, l’art urbain et ses multiples déclinaisons graphiques seront mis à l’honneur avec 11 artistes de l’association cognaçaise Eprouvette. Ces artistes réalisent, lors d'une résidence artistique en cours, du 13 au 17 septembre, les fresques géantes qui orneront le parcours.

  • 16/09/21 | Bordeaux Euratlantique : Une nouvelle école d’ingénieurs

    Lire

    Le 15 septembre, le Campus François d’Assise à Bordeaux a posé la 1ère pierre d’une nouvelle école d’ingénieur, JUNIA, en présence d’Alain Rousset. Sur 2 500m², cette future école dont les locaux sont intégrés au projet de Campus François d'Assise sur le site Armagnac-Sud d'Euratlantique, pourra accueillir entre 200 et 300 étudiants en formation Bachelor et 450 étudiants en cycle ingénieur. Parmi ses thématiques : développements logiciels & big data appliqués aux usages de l'usine du futur, Cybersécurité et usine du futur, Smart building et Smart cities... La Région Nouvelle-Aquitaine accompagne ce projet à hauteur de 6 M€.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Aérocampus les 10 ans

Les spéciaux d'Aqui


Aérocampus les 10 ans

Une fracture sociale et médiatique

16/09/2014 | 20 ans après la généralisation du web, le constat est là : les classes favorisées gardent un accès privilégié aux médias.

Le colloque d'Aqui a rassemblé de nombreuses personnalités et près de 200 lecteurs

La « révolution internet » et le « web 2 » étaient porteurs d’un grand espoir démocratique : tout le monde allait désormais pouvoir élargir ses sources d’information et même activement contribuer à l’espace médiatique. 20 ans après la généralisation du web, le constat est là : les classes favorisées gardent un accès privilégié aux médias tandis que les milieux populaires peinent à s’y faire entendre. Retour sur un rêve et sur quelques moyens de lui (re)donner vie.

La « révolution internet » et le « web 2 » étaient porteurs d’un grand espoir démocratique : tout le monde allait désormais pouvoir élargir ses sources d’information et même activement contribuer à l’espace médiatique. 20 ans après la généralisation du web, le constat est là : les classes favorisées gardent un accès privilégié aux médias tandis que les milieux populaires peinent à s’y faire entendre. Retour sur un rêve et sur quelques moyens de lui (re)donner vie.

Avec le développement des sites d’information en ligne et la promotion du « journalisme participatif », beaucoup d’espoirs s’étaient formés quant à la capacité du net d’étendre « l’espace public démocratique ». Ils ont été déçus du côté des publics : selon une enquête réalisée en 2009 par Orange Labs, les nouveaux médias en ligne (Agoravox, Indymedia, LePost, Rue89, Mediapart, etc.) ne sont consultés que par 3 % des internautes français. Les vertus « égalitaristes » prêtées à ces médias alternatifs n’ont pas eu non plus d’effet au niveau des contributeurs : les « citizens reporters » de ces sites appartiennent très majoritairement aux catégories socioprofessionnelles intellectuelles (journalistes, étudiants, enseignants, consultants, ingénieurs) et ils ont souvent au préalable un fort engagement associatif ou militant. La démocratisation attendue n’a pas eu lieu…

Le poids persistant des « médias dominants »Aujourd’hui les classes populaires et moyennes continuent de privilégier les médias traditionnels pour s’informer : la télévision (en particulier TF1, M6 et BFM) et dans une moindre mesure la radio (on connaît le succès des émissions qui donnent largement la parole aux auditeurs, inspirées de « Bourdin and Co » ou des « Grandes Gueules » de RMC). Les usages populaires d’internet en matière d’information sont faiblement diversifiés. « L’internet peut permettre de picorer les informations disponibles sur les portails d’accès généralistes, mais il est rarement utilisé pour approfondir une information ou varier les points de vue » (Comby, 2013). Finalement, la « révolution internet » aurait surtout été utile à ceux qui consommaient déjà beaucoup d’actualité sur différents supports, accentuant en quelque sorte la « fracture sociale » devant l’actualité.

L’essentiel de la partie se joue donc encore dans les médias audiovisuels « traditionnels », comme le montre la mésaventure des habitants du quartier HLM de Villeneuve à Grenoble : en septembre 2013, « Envoyé Spécial » avait diffusé un reportage caricatural sur leur cité, ils se sont organisés pour porter plainte pour diffamation contre France 2. Une alliance inédite entre « travailleurs manuels et intellectuels » habitants le quartier a permis de médiatiser l’affaire et d’aller en justice (voir notre article «  Banlieues populaires et médias : se réapproprier l’image de soi »). Ils n’ont finalement pas eu gain de cause devant la justice, mais cette action ouvre de nouvelles perspectives pour se faire respecter et tenter de mettre fin au divorce entre médias et milieux populaires.

Bien souvent, et cela ne touche pas seulement les habitants des banlieues mais aussi les milieux ruraux ou « péri-urbains », l’image de toute une partie de la population est confisquée par un système informationnel rigide, avec un recrutement social des journalistes concentré sur les classes supérieures et des logiques politiques et économiques qui limitent leurs activités d’enquêtes pour favoriser la circulation des stéréotypes.

Le net pour s’en sortir quand même ?Si les « nouveaux médias » du net ne sont pas en position de force, ils sont quand même des précieux points d’appuis pour une autre façon d’informer. L’aventure du Bondy Blog en est un exemple. On se souvient que ce blog avait été ouvert en Seine-Saint-Denis par des journalistes du magazine suisse l’Hebdo, pendant les émeutes de banlieue de novembre 2005. Ils voulaient s’immerger dans un quartier pour en donner une autre image que celles des caillassages juvéniles et des feux de voitures. Repris depuis par un collectif de journalistes et de jeunes des quartiers, Bondy Blog est désormais « un média en ligne qui a pour objectif de raconter les quartiers populaires et de faire entendre leur voix dans le grand débat national ».

Il publie environ deux articles par jour, le travail d’une trentaine de jeunes dont la plupart réside en Seine-Saint-Denis. La rédaction est diverse, avec beaucoup de jeunes femmes et de personnes issues de l’immigration. Pour Julie Sedel qui a étudié ce média, ces citoyens-journalistes « occupent une position de « l’entre-deux », […] ils sont plus diplômés que leurs parents et se rapprochent des classes moyennes, en termes de consommation culturelle. » Bien qu’en ascension sociale, ils parviennent à gérer collectivement leur double appartenance à la « banlieue », territoire « dominé », et au groupe des journalistes, perçu comme « dominant ». Là aussi, comme dans le cas du quartier de Grenoble, c’est de nouveaux acteurs qui parviennent à faire entendre une autre voix.

La dissémination des infosBondy Blog se félicite d’être largement consulté et repris par d’autres journalistes. Ces reprises décuplent son audience, qui reste modeste (il y aurait eu 57 000 visiteurs uniques en mars 2010). Le blog multiplie aussi les partenariats éditoriaux avec d’autres médias (Yahoo France, LCP, 20 minutes, LCI), ce qui lui donne une bonne visibilité.

Face au modèle traditionnel du « One to All », se généralise une diffusion capillaire, au travers de réseaux multiples et non conventionnels, proches des conversations ordinaires (tweet, facebook, blogs, forums, mails, etc.). C’est le point fort des actualités « alternatives » : elles sont relativement peu directement sollicitées (en se rendant volontairement sur le site en question) mais leurs contenus sont repris par d’autre site (la « déportalisation », voir Granjon & le Foulgoc, 2010). Selon ces deux auteurs, la consommation d’actualités sur internet relève aussi très souvent de « l’apprentissage passif » au gré des contacts internet quotidiens. Ils citent un jeune internaute : « Les trois quarts du temps, les mails qu’on s’envoie, ça va être des infos pêchées à droite et à gauche. Comme je sais ce qui les intéresse, quand je tombe sur une info qui traite de ça, j’envoie et ils font pareil ». Autre exemple, un étudiant de 19 ans qui ne consulte guère les « médias traditionnels » se connecte plusieurs fois par jour sur sa page Facebook : « J’ai plus de 200 amis (…). Je lis toutes les nouvelles qui m’arrivent, c’est très varié. Il y a beaucoup de trucs pour se marrer, des vidéos, c’est beaucoup ça quand même, mais il y a aussi des infos plus sérieuses que certains envoient »

Cette dissémination des infos supposerait ainsi un « étirement de l’espace info » jusque dans les lieux les plus ordinaires, numériques ou non, des interactions individuelles. En fait, le phénomène n’a rien de nouveau, quoiqu’amplifié par les moyens de communication numérique : les informations sont d’abord une sorte de « monnaie pour les échanges sociaux », notamment consommés dans l’objectif de préparer de futures discussions. Chacun utilise auprès de ses amis, collègues ou membres de la famille, les informations les plus aptes à stimuler l’échange. Depuis longtemps la sociologie des médias a mis en évidence que la réception des actualités se prolonge et s’actualise bien au-delà du moment de l’exposition médiatique. Plus encore, c’est dans les conversations socialement situées que sont mis en débat les éléments d’informations etque se forgent les opinions.

S’il ne faut pas réduire ces discussions à un simple « buzz », on doit cependant reconnaître leur aspect ambivalent : la forte circulation des informations permet aussi la propagation des rumeurs et des stéréotypes, comme le montre le succès de ces discussions sur « les immigrés », « les musulmans », « les parasites », « les bureaucrates », etc. qui fonctionnent sur l’approximation, l’amalgame et le rejet de groupes sociaux accusés d’être la cause de toutes les difficultés rencontrées dans la vie quotidienne…

Et Aqui ?En ce sens, le travail journalistique, à condition qu’il soit en affinité profonde avec les attentes des récepteurs, est irremplaçable. Alors que les pures players se développent principalement dans les grandes métropoles universitaires, pour justement toucher ces fameuses catégories supérieures (les plus rentables en termes de revenus publicitaires), Aqui.fr a fait le choix d’un développement régional et de s’adresser aussi aux périphéries proches et lointaines des villes : les banlieues et les territoires ruraux. A l’heure où les relations entre les collectivités territoriales sont en plein chambardement (montée en puissance des métropoles, disparition programmée des conseils généraux, fusion annoncée des Régions), il s’agit de n’oublier personne et de donner l’accès à tous à l’espace médiatique. Le maillage du territoire entrepris par Aqui, qui multiplie les correspondants dans les différents « pays » du Sud-Ouest, est sur ce point un atout pour l’avenir.

Comme le Bondy Blog qui s’appuie sur des institutions publiques (Région Ile de France, Agence pour la cohésion sociale, ANRU) et privées (Yahoo France, Fondation BNP Paribas), Aqui.fr se bat au quotidien pour se développer et assurer son indépendance. Se pose également la question de faire contribuer financièrement le lecteur d’une manière ou d’une autre : au-delà du coût de l’information, il s’agit de renforcer le lien entre le lecteur et son journal.

Enfin, il reste sans doute à développer la culture du débat, voire de la polémique, pour élargir l’audience et rompre définitivement avec le ton « Presse Quotidienne Régionale » qui imprègne encore le site. Aqui.fr peut ainsi devenir un adversaire de ces « médiacrates » dont parlait François-Henri de Virieu, c’est-à-dire ceux qui « ont acquis un pouvoir qu'ils n'auraient pas sans les médias», pour se mettre au service des citoyens ordinaires. Nul doute que sa réputation et son audience s’en trouveraient décuplées !

S'inscrire au colloque du 3 octobre - Demandez le programme !

Pour aller plus loin :
Aubert A. (2009), « Le paradoxe du journalisme participatif. Motivations, compétences et engagements des rédacteurs des nouveaux médias », Terrains et travaux, vol. 1, n° 15
Comby J.-B.(2013), « L’orientation sociale des goûts en matière d’actualité télévisée » in Jouët J. et Rieffel R., S’informer à l’ère du numérique, PUR.
Dahlgren P. et Relieu M. (2000), « L’espace public et l’internet. Structure, espace et communication », Réseaux, vol. 18, n° 100.
Rébillard F. (2007), « Le journalisme participatif, de l’idéologie à la pratique », Argumentum, n° 6.
Granjon F.et Le Foulgoc A. (2010), « Les usages sociaux de l'actualité » L'Expérience médiatique des publics internautes, Réseaux, 2010/2 n° 160-161
Sedel J. (2011), « Bondy Blog » Le travail de représentation des « habitants de la banlieue » par un média d'information participative, Réseaux, 2011/6 n° 170.
Voir aussi le site de N. Smyrnaios : http://nikos.smyrnaios.free.fr/francais/communications.html

Vincent Goulet - Chercheur en sociologie
Vincent Goulet - Chercheur en sociologie

Crédit Photo : NC

Partager sur Facebook
Vu par vous
2335
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Spécial
Spécial
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires



- Publicité -