Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

13/07/20 : Ce vendredi, la Gironde a été placée en "vulnérabilité modérée" face à la pandémie de coronavirus par Santé Publique France. Depuis début juillet, sept nouveaux "clusters" ont été identifiés en Nouvelle-Aquitaine, dont trois en Gironde.

10/07/20 : Philippe Monguillot, le chauffeur de Chronoplus sauvagement agressé dimanche s'en est allé en milieu d'après-midi pour son dernier voyage, entouré de sa famille. Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin devrait se rendre à Bayonne ce samedi.

10/07/20 : Les inscriptions aux transports scolaires en Nouvelle-Aquitaine sont ouvertes. N'attendez pas car jusqu'au 20 juillet, les frais de dossier sont offerts. Passée cette date, 15 euros de frais de dossier sont facturés.

10/07/20 : Philippe Buisson, maire de Libourne, a été réélu ce 10 juillet président de la Communauté d'agglomération du Libournais, la CALI, par 71 voix sur 74 votants.

10/07/20 : Florence Jardin, maire de Migné-Auxances (86), vient d’être élue présidente de Grand Poitiers. Elle succède à Alain Claeys à cette fonction. Elle arrive en tête avec 48 voix, devant Claude Eidelstein (26), Jean-Louis Ledeux (8) et 4 bulletins blancs.

09/07/20 : L'inauguration de la Flow vélo, itinéraire cyclable de 294 kilomètres entre Thiviers en Dordogne et L'île d'Aix en Charente- Maritime a eu lieu ce jeudi après midi à Salignac sur-Charente, au Pont du Né, kilomètre zéro de la Charente Maritime.

09/07/20 : Xavier Bonnefont, maire LR d'Angoulême, devient président de l'agglomération de Grand Angoulême en étant élu à la majorité absolue dès le premier tour. Il détrône le socialiste Jean-François Dauré de sept voix.

08/07/20 : Jean-Luc Gleyze, Président du Conseil Départemental de Gironde, a été élu ce 8 juillet, à l’unanimité de ses membres, Président du groupe des présidentes et présidents de gauche de l’Assemblée des Départements de France.

08/07/20 : Guillaume Guérin (Les Républicains) est élu président de la communauté urbaine de Limoges avec 47 voix face au socialiste Gaston Chassain.

08/07/20 : Le nouveau ministre délégué chargé des transports Jean-Baptiste Djebarri s'est rendu ce soir à la société Chronoplus de Bayonne où était employé le chauffeur Philippe Monguillot. Deux des agresseurs sont poursuivis pour tentative d'homicide volontaire.

03/07/20 : Deux-Sèvres : les 12 Marchés des Producteurs de Pays auront bien lieu cet été. Les communes s'organisent pour accueillir au mieux les producteurs et consommateurs. Pensez à apporter vos couverts, gobelets et serviettes non jetables!

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 14/07/20 | Mont-de-Marsan : Ouverture du Campus connecté en septembre

    Lire

    Mont-de-Marsan Agglomération vient d'être retenue par le Ministère de l'Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l'Innovation parmi les 25 nouveaux projets labellisés "Campus connecté" (le premier en Nouvelle-Aquitaine) pour permettre le développement d'une nouvelle offre d'enseignement supérieur sur son bassin de vie. Dès septembre 2020, 15 étudiants pourront accéder à une formation universitaire depuis un espace collaboratif qui leur sera dédié au sein de l'Inspé à Mont-de-Marsan, doublé d'un accompagnement par un tuteur. Infos: www.montdemarsan-agglo.fr

  • 14/07/20 | Les Jeunes Agriculteurs de la Vienne se lancent dans un concours photo

    Lire

    Les Jeunes Agriculteurs de la Vienne se challengent dans un concours photo dédié aux moissons de l’année 2020. À travers cette initiative, les jeunes agriculteurs souhaitent redynamiser cette saison 2020, selon eux, assez moyenne et pourrait mettre en péril des exploitations « déjà bancales ». Plusieurs lots seront distribués aux gagnants dont un week-end de remplacement offert, financé par JA86.

  • 13/07/20 | La Rochelle: prise d'armes et spectacle pyrotechnique virtuel

    Lire

    A la Rochelle la traditionnelle cérémonie militaire aura lieu Parc Franck-Delmas ce 14 juillet à 11h. Pour des raisons de précautions sanitaires il n’y aura pas de spectacle pyrotechnique lancé en ville. En guise de compensation, les artificiers Lacroix-Ruggieri ont proposé gracieusement un spectacle pyrotechnique virtuel sur-mesure sur le thème des monuments Rochelais qui sera retransmis à 22h30 sur le site de la Ville de La Rochelle www.larochelle.fr, relayé sur Facebook La Rochelle Ensemble, visible plusieurs jours, ainsi que sur les écrans des Francofolies Square Bobinec après les concerts.

  • 13/07/20 | Guéret ouvre un ludo-drive

    Lire

    Un système de prêt de jeu à la semaine vient d’être mis en place par la ludothèque de Guéret. Pour passer commande, il suffit de se rendre sur le site de la Ville et de les appeler pour réserver. Le retrait et le paiement (1,60 € par jeu) se font à l’Espace Fayolle du lundi au vendredi de 9h à 15h. Il faut penser à amener son propre sac !

  • 13/07/20 | Charentes : une journée technique viticole sur le gel et la grêle

    Lire

    La lutte contre le gel et la grêle sera le thème de la journée technique viticole organisée mercredi 22 juillet à 13h30 à la salle des fêtes de Chadenac, par la Chambre d'agriculture dans le cadre d'Innov'action et du plan Ecophyto. Au programme : conférences, témoignages et visite d'essais. Contacts: Laetitia CAILLAUD, conseillère en viticulture et ingénieure réseau DEPHY ECOPHYTO à Saintes : 05 46 50 45 00. Sandrine LUCAS, conseillère, œnologue, à St-Jean-d’Angély: 05 46 50 45 00.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Elections municipales 2nd tour

Les spéciaux d'Aqui


Elections municipales 2nd tour

Une installation synonyme de rebond, chez les Auzanneau à Vouillé (79)

11/05/2020 | Après un redressement judiciaire, Eric et Marie-Ange Auzanneau se sont relancés dans l'agriculture grâce au soutien de coopératives.

Eric et Romain Auzanneau dans leur exploitation à Vouillé

Eric et Marie-Ange Auzanneau sont la preuve vivante qu’il est toujours possible de rebondir dans la vie. Le couple s’est installé en juillet dernier à Vouillé (79) où ils demeuraient déjà. Ils gèrent désormais 130 hectares de céréales et un élevage de 6000 poules pondeuses. Leur particularité ? « On a toujours été agriculteurs », explique Eric Auzanneau, fils de paysan et ancien partenaire d’un GAEC sur la même commune. C’est le placement en redressement judiciaire de leur précédente exploitation qui a poussé le couple à se réinventer dans un secteur qu’ils connaissaient déjà bien.

Installé en février 1997 avec ses parents, Eric Auzanneau s’est d’abord occupé du troupeau de vaches laitières familial. Une association avec une autre exploitation du territoire a d’abord fait monter en puissance et en têtes de bétail l’exploitation, avant de rencontrer de graves difficultés financières, entre nécessité d’investir dans des rénovations et manque de rentabilité du lait. En juillet 2019, alors que la société est placée en redressement, Eric et Marie-Ange Auzanneau repartent avec leur part de 130 hectares de terres et des locaux acquis dans les années 2000 pour y installer un élevage de volailles. « A l’époque, on avait acheté ces bâtiments parce que c’était la condition sine qua non pour racheter le terrain d’un exploitant qui partait à la retraite. Pour des raisons sanitaires, on devait faire autre chose que du porc. Après réflexion avec le réseau de conseil et de comptabilité CER France, on avait trouvé l’élevage de poules, qui était rentable assez vite et pas trop cher à mettre en place », explique l’éleveur. Le couple a retenu la leçon. Pour cette nouvelle vie, pas question d’investir à nouveau dans un élevage de bovins lait. « De toute façon, on n’avait pas les moyens. En sortant de la procédure de redressement, on n’avait pas le choix, il nous fallait rapidement de l’argent pour vivre », poursuit-il.

L'exploitation tourne avec une production moyenne de 8500 œufs journaliers, en conventionnel.

« Le financement, c’est ce qui a été le plus difficile à trouver. Le reste, on sait faire », note l’éleveur.  Entre avril et juillet 2019, les deux banques des co-propriétaires du GAEC discutent pour trouver la meilleure issue possible aux deux parties. Et ce n’est pas une mince affaire : les partenaires ont ensemble un crédit à 5 millions d’euros et quatre ans d’arriérés. Eric Auzanneau repart avec les terres de ses parents et les locaux à volailles acquis dans les années 2000. Il investit dans un nouveau bâtiment plus grand, à 50 m du premier. « Il nous manquait 100 000 €. Le Crédit Mutuel a accepté de nous financer, à condition qu’un organisme financier nous soutienne également. J’ai démarché Soleo sans savoir s’ils allaient accepter, ils ont dit oui», raconte l’agriculteur. Avec l’aide de ce dernier, ils montent un réseau d’approvisionnement et de distribution, en vue d’être rentables rapidement. Un deal est passé avec Alicoop : celle-ci fournit les poules, leur alimentation et paye les soins vétérinaires. En échange, la coopérative prélève une part de leur vente d’œufs à la fin de l’année fiscale. Le dispositif donne au couple une bouffée d’oxygène ponctuel et le temps de se retourner.

Les Auzanneau font de la vente en direct.

Depuis neuf mois, les quelques 8500 œufs journaliers partent en circuit court. En plus de la vente en direct à la ferme, les Auzanneau fournissent des petits magasins de producteurs et d’autres fermes équipées en outil de conditionnement, en Deux-Sèvres et en Vienne. 80% de l'écoulement de la production est assurée par Alicoop. « Récemment, on s’est inscrit sur la plateforme de vente de produits locaux lancée par la Région », précise l’éleveur. La ferme s’assure un complément de revenu avec la vente des céréales : 70 quintaux annuels en blé, 65 en orge, 40 en colza et 25 en tournesol. Le tout est récupéré et vendu par la coopérative Sèvre et Belle du secteur. Eric Auzanneau met également un point d’honneur à fournir ses proches voisins : dix hectares de luzerne pour un éleveur de chèvres et du ray-grass pour un autre en bovin. Prochains objectifs pour le couple : obtenir une aide PAC. Et aider leur fils Romain, 18 ans, à s’installer avec eux l’an prochain, avec 6000 poules supplémentaires.

 

Le portage de capitaux, une solution peu connue

« C’est un mode de fonctionnement très entrepreneurial, fortement pratiqué dans l’industrie mais peu courant et plutôt tabou dans le milieu agricole ». Laurent Stéfanini a accompagné les Auzanneau durant leur parcours à l’installation. Directeur adjoint du groupe Alicoop, il est en charge de l’animation du fonds d’investissement Soléo. Ce dispositif financier a été créé en 2014 par une dizaine d’actionnaires, dont les coopératives Sèvre-et-Belle, Océalia et Cap Faye. Alicoop est l’un de leur actionnaire depuis deux ans. Lorsque les Auzanneau ont sollicité Alicoop pour les aider à sécuriser leur projet,  l’organisme les a orientés vers un partage de capitaux. « Ce n’est ni un financement, ni un prêt, mais une capitalisation. Nous ne sommes pas une banque », explique Laurent Stéfanini. Concrètement, Alicoop est entré dans les capitaux de la SCA La Pigeonnerie à hauteur de 49% en tant qu’associé non exploitant, pour une durée de cinq ans. L’apport de capitaux extérieurs permet ainsi à l’exploitant d’accéder plus facilement à des prêts bancaires. Bien entendu, le principe n’est pas sans contrepartie. « Nous avons un droit de regard sur le fonctionnement économique de la société. Nous donnons notre avis quand il y a des investissements à faire, par exemple. Pour la conduite de l’élevage, c’est bien eux qui restent décisionnaires au quotidien », explique l’animateur. Les deux parties ont passé un accord fixant les modalités de fonctionnement de la société ; le statut de chacun ; la constitution d’un comité de pilotage, les conditions de sortie de la société. Les associés se réunissent trois fois par an, dont une fois en assemblée générale, pour faire le point sur la situation économique de l’entreprise. L’intégralité des revenus est prise en compte, de l’élevage de poules aux cultures céréalières. Le contrat définit également la durée d’engagement d’Alicoop. « Cinq ans, c’est le minimum pour sécuriser une entreprise, sinon ça ne vaut pas le coup. Ca peut être plus, selon les capacités de remboursement de la société accompagnée. Dans le cas des Auzanneau, on a estimé que ce temps était suffisant », conclut Laurent Stéfanini. Si tout se passe comme prévu, en 2024 Alicoop quittera la société en reprenant ses 100 000€ investis, ni plus ni moins. 

 

Découvrez en images l'exploitation d'Eric Auzanneau

Anne-Lise Durif
Anne-Lise Durif

Crédit Photo : Anne-Lise Durif

Partager sur Facebook
Vu par vous
10985
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Spécial
Spécial
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 16 + 13 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires



- Publicité -