Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

14/07/18 : Michèle Delaunay ancienne ministre et députée de la Gironde promue au grade de chevalier dans l'ordre de la Légion d'Honneur au titre du ministère des Solidarités et de la Santé avec mention de ses " 49 ans de services"

14/07/18 : Charente-Maritime: à partir du 16/07, un arrêté interdit le remplissage et la remise à niveau des mares de tonnes (chasse au gibier d'eau), sur la Curé-Sèvre Niortaise, le Mignon, les marais de Rochefort nord et sud et le marais bord de Gironde nord.

13/07/18 : Les 26, 27 et 28 juillet, le Tour de France fait étape dans le 64. Toutes les infos pratiques liés à ces 3 jours de présence ( accès, parking, circulation, accueils camping-car, passage de la caravane,etc )sont à retrouvées sur www.infotour64.com+ d'info

12/07/18 : Fierté au sein d'Aérocampus Aquitaine: la structure compte 100% de réussite à tous les BAC et BTS avec plus de 87% de mentions dont 56% de mentions B et TB. Parmi eux: Alisson Armatte est la major de France en BTS Aéronautique. Félicitations!

12/07/18 : Suite aux nouvelles analyses effectuées, l'ARS a autorisé la réouverture immédiate de la baignade à la Base de Loisirs du Marsan ce 12 juillet. La filtration naturelle du plan d'eau a suffit pour endiguer ce phénomène ponctuel.

11/07/18 : Sur demande de l'ARS, le lac de baignade de la base de loisirs du Marsan est fermé jusqu'à nouvel ordre. Des analyses ont révélé un taux de bactéries coliformes supérieur à la limite autorisée. De nouvelles analyses sont en cours.

11/07/18 : Au 1er semestre 2018 l'Aéroport de Bordeaux passe les 3M de voyageurs (+6,2%). Nouveau record en juin avec 669.000 passagers (+6,5%): +17,4% pour les vols internationaux (384.500 voyageurs) et pour le low cost. Le trafic national perd 5,5% et Paris 26,8%

07/07/18 : La visite du président de la République, Emmanuel Macron, en Dordogne, ce sera jeudi 19 juillet.Le chef de l’État devrait faire une halte à Périgueux avant de se rendre dans une commune rurale pour y parler du maintien des services publics.

06/07/18 : La Rochelle : les inscriptions sont ouvertes à l'université, au Technoforum, 23 av. A.Einstein, jusqu'au jeudi 19 juillet de 9h à 12h30 et de 13h30 à 17h00, et ce samedi de 9h à 16h30. Reprise des inscriptions le 23 août jusqu’au 14 septembre.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 14/07/18 | Charente-Maritime : les limitations d'usage de l'eau de l'été arrivent

    Lire

    A compter du lundi 16 juillet, 8h, le bassin Curé-Sèvre MP6 et le sous-bassin Marais Nord Aunis MP4 passent en alerte d’été, suite à un arrêté du préfet. Cette limitation provisoire de l'usage de l'eau concerne tous les prélèvements à des fins agricoles à partir de forages, cours d’eau, plans d’eau en communication ou alimentés par une nappe souterraine ou un cours d’eau, plans d’eau établis sur un cours d’eau. Les mesures de coupure ne s’appliquent pas aux cultures ayant obtenu une dérogation.

  • 13/07/18 | Rocade bordelaise : des feux pour réguler le trafic

    Lire

    Attention aux utilisateurs de la rocade bordelaise: à partir du 17 juillet, des feux bicolores vont être installés sur 17 bretelles d'accès de sept échangeurs pour réguler le trafic de la rocade. Une première phase entrera en service avant la fin juillet sur les trois bretelles extérieures des échangeurs 24 et 25 pour une durée de quatre mois. Le rythme des feux variera selon le trafic et selon la bretelle. Le déploiement complet de ce dispositif, mis en place par la DIRA (direction interdépartementale des routes Atlantique, interviendra d'ici fin 2018.

  • 13/07/18 | Emmanuel Macron deux jours en Dordogne, les 18 et 19 juillet

    Lire

    Le président de la république sera en Dordogne, les 18 et 19 juillet. Le thème de sa visite sera les services publics en zone rurale. C’est Michel Delpon, le député du Bergeracois, qui dévoile le programme de cette visite sur sa page Facebook. Emmanuel Macron devrait visiter le bureau de poste de Marsac, assister au dévoilement de la Marianne dans le quartier du Toulon à Périgueux, visiter l’imprimerie du timbre à Boulazac et la Maison des services au public de Sarliac-sur-l’Isle.

  • 13/07/18 | Périgueux : une jauge de 5000 personnes pour la fan zone

    Lire

    Périgueux a crée une fan zone en plein cœur de ville, dans le parc Gamenson. Pour la finale du 15 juillet, où la France affronte la Croatie, la jauge a été portée à 5000 personnes. Attention cependant, cette jauge ne pourra pas être dépassée pour des raisons de sécurité. Des stands buvette et petite restauration sont aussi proposés. L'entrée est gratuite. L'ouverture des portes a lieu à 15 h et la fermeture à 21 h. 3 entrées publiques sont mises en place (avec fouilles et palpations de sécurité).

  • 13/07/18 | La Rochelle : feu d'artifice en hommage à Didier Lockwood

    Lire

    Pour le 14 Juillet, la ville de La Rochelle a vu les choses en grand : un spectacle pyrotechnique sur les musiques de Didier Lockwood. Pour construire le spectacle, le directeur artistique de la société Ruggieri (Nouvel an Paris 2017, départ de L'Hermione, Violon sur le Sable), avec le directeur du Violon sur le Sable Philippe Tranchet, la soprano Patricia Petibon et Didier Pironti, le président du festival Jazz Entre les deux tours. Rendez-vous allée du Mail ou avenue Michel-Crépeau à 22h45.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Aqui! au Salon de l'Agriculture Nouvelle Aquitaine

Les spéciaux d'Aqui


Aqui! au Salon de l'Agriculture Nouvelle Aquitaine

Vag à Bonds : le festival musical gratuit lancé par les étudiantes de l'IREM

15/07/2014 | Le Festival Vag à Bonds propose trois jours de concerts gratuits sur les plages landaises : les 16 juillet et 20 août à Mimizan et le 23 août à Biscarrosse.

Yona Briand Madrid, Mélodie Malgogne Quintas, Mathilde Porchy, Laura Druet et Céline Biot (de gauche à droite) devant l'entrée de l'Institut Régional d'Expressions Musicales (IREM) de Bordeaux.

Organisé par cinq étudiantes de l'Institut Régional d'Expressions Musicales (IREM) à Bordeaux, le Festival Vag à Bonds présente sa toute première édition sur la côte landaise. S'inscrivant dans le cadre de la formation « Développement de Projet Culturel filière ESS » (Economie Sociale et Solidaire), il conclut ce cursus d'un an et conditionne l'obtention du diplôme de Chargé(e) de Management Artistique et Culturel.

Elles s'appellent Yona, Mathilde, Laura, Céline et Mélodie. Elles ont toutes le Bac en poche ou une équivalence ; Mélodie est même titulaire d'un DUT bibliothèque. « On a réussi à faire marcher tout au long de l'année une combinaison de filles qui sont radicalement différentes en termes de parcours, de milieux et de goûts musicaux, même si on est plutôt toutes dans la même tranche d'âge ». Entre 20 et 25 ans.

Le Festival Vag à Bonds constitue leur projet de fin d'études. « Nous sommes rentrées dans cette formation parce qu'on nous avait dit que le festival ferait partie du cursus, ce qui était plutôt alléchant ». Toute l'année scolaire, elles l'ont dédiée à ce projet. Un projet qui leur permet de mettre en application au fur et à mesure toutes les compétences acquises au cours des différentes matières enseignées : communication, environnement socioculturel, droit, comptabilité, création avec Photoshop, management ou encore français.

L'association Vag à Bonds a été créée au sein de l'IREM spécifiquement pour le festival : les cinq étudiantes en font partie et son président n'est autre que le directeur de l'école, Cyril Beros. « Comme c'est dans le cadre d'une formation, le festival est voué à être récupéré par d'autres élèves, l'année suivante. On est les premières et ensuite, on passera la main ».

Un tremplin pour les musiciensL'école imposait deux conditions à respecter : que le festival soit gratuit et en plein air. Pour le reste, les filles avaient carte blanche. Plusieurs pistes ont été explorées mais l'idée d'un festival itinérant sur la côte landaise a très rapidement fait l'unanimité. « Sur la côte atlantique, c'est quand même plus sympa qu'en plein centre de Bordeaux, l'été. Et au niveau des transports, c'est pas non plus comme si on le faisait en pleine campagne. Le cadre réunissait toutes les qualités d'un festival en plein air ». Yona avance une deuxième raison au choix de Mimizan et Biscarrosse : « puisque c'est la première année qu'on fait ce festival et qu'il n'est pas du tout connu, on s'est dit qu'en le faisant sur une station touristique, il y aura déjà du monde ». Enfin, faire un festival dans un lieu fréquenté, à la sortie des plages, c'est une aubaine pour les groupes programmés, composés d'élèves et de professionnels de l'IREM. Parmi eux, on trouve Dätcha Mandala, Raw Wild, Fétiche et bien d'autres encore. « Ces groupes ont déjà un petit public mais uniquement sur Bordeaux. L'avantage de la côte, c'est que l'été, il y a des gens qui viennent de partout donc ça leur permet de se faire découvrir, de se professionnaliser et d'avoir de grosses dates avec entre 2.000 et 3.000 spectateurs, on l'espère ».

A ces groupes made in IREM, il convient d'ajouter trois têtes d'affiche : La Fine Equipe, Tram System et My AnT. Tout en essayant de conserver un certain éclectisme, les étudiantes ont dû écarter quelques styles musicaux jugés « trop extrêmes » pour rester dans un public familial et touristique. « On ne pouvait pas se permettre de passer du métal, du hardcore ou du punk ».

Un festival 100% indépendantOutre la programmation, les filles ont dû se répartir le travail. « Au début, on faisait tout ensemble, c'était un peu brouillon. Du coup, on a décidé de nommer des responsables pour chaque tâche ». Ainsi, Mélodie est responsable de Facebook, Laura s'occupe du site Internet, Yona était le contact des tourneurs, Céline des partenaires et des têtes d'affiche et Mathilde des mairies. « Mais il y a aussi beaucoup de tâches en commun. Ce n'est pas équitable s'il y en a une qui a une masse de choses à faire pour la presse et que l'autre a déjà fini sa tâche. Ce qui compte c'est que publiquement, il y ait une personne qui soit rattachée à une tâche mais derrière, on se passe la balle régulièrement. Donc on fait un peu de tout ». Le festival étant indépendant, l'association ne touche aucune subvention de la région ou de villes, bien que les municipalités de Mimizan et Biscarrosse apportent une aide matérielle. « Toutes les recettes sont basées sur la buvette qu'on va mettre en place sur le festival. On met des encarts publicitaires sur les flyers mais on ne fait pas de bénéfices là-dessus ». Organiser un festival de A à Z, une expérience en or pour ces étudiantes qui rêvent de faire carrière dans le milieu mais ne se font aucune illusion sur la réalité du marché du travail. « Choisir la culture comme boulot, ce n'est pas s'assurer d'un emploi à la sortie des études. Ça peut arriver de devoir faire du travail alimentaire parce que les places dans la culture sont chères. Encore plus à temps plein ».

Cela ne les empêche pas d'avoir des projets pour l'avenir. Ou plutôt un projet commun, baptisé Merci Marcel. « L'association est montée, tous les statuts sont faits. Pour l'instant, ça n'existe que dans nos têtes et sur un petit papier. On attend que la formation à l'IREM soit finie pour commencer, l'année prochaine ». Cette association aurait pour but d'organiser des petits événements autour de la musique, dans la lignée d'Allez les filles. « Plutôt du type cozy et intimiste dans des petits bars pour commencer, pas du gros festival ». En attendant, rendez-vous sur les plages de Mimizan et Biscarrosse pour le Festival Vag à Bonds.

Plus d'informations sur le site officiel

Mathieu Presseq
Mathieu Presseq

Crédit Photo : Mathieu Presseq / Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
1769
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Spécial
Spécial
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 18 + 13 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires



- Publicité -