Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

20/02/18 : Pont d'Aquitaine fermé et la section de la rocade A630 comprise entre les échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4 (Bordeaux – Labarde), les nuits du mercredi 21 février à 21h00 au jeudi 22 à 6h00 et du 22 à 21h00 au 23 février 6h00

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 23/02/18 | La Charente-Maritime en alerte pollution atmosphérique

    Lire

    La préfecture de Charente-Maritime a placé en alerte pollution atmosphérique le 22 février, jusqu'à nouvel ordre. La vitesse des véhicules à moteur est donc limitée sur les routes du département : à 110km/h sur les portions d’autoroutes normalement limitées à 130km/h ; à 90 km/h sur les routes normalement limitées à 110 km/h, à 70 km/h sur les routes limitées à 90 km/h. Il est également interdit de brûler des déchets verts ou autre à l'air libre.

  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

  • 22/02/18 | Pic de pollution en Gironde: réduction des vitesses maximales autorisées

    Lire

    En conséquence du déclenchement d'une alerte de pollution aux particules fines émise par Atmo Nouvelle-Aquitaine pour jeudi 22 et vendredi 23 février sur le département de la Gironde, Didier Lallement, préfet du département, a pris un arrêté qui réduit de 20km/h les vitesses maximales autorisées sur l’ensemble du réseau routier du département (hors voiries urbaines) jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

  • 22/02/18 | La Gironde déclenche le niveau 2 du plan Grand Froid

    Lire

    Compte tenu de la vague de froid attendue cette semaine sur la Gironde, le préfet Didier Lallement a décidé, dans le cadre du niveau 2 du plan Grand froid, de renforcer la capacité d’accueil en hébergement d’urgence. 66 places supplémentaires sont ainsi ouvertes dont 34 pour les familles et 32 pour les personnes isolées. Au total, ce sont 1 576 places qui sont mobilisées pour l’accueil des sans-abri en Gironde dont 365 places au titre du dispositif hivernal.

  • 21/02/18 | Du mouvement au sein de la Gauche régionale

    Lire

    Des élus du conseil régional ayant quitté le groupe (et le parti) socialiste en début d'année (dont son ex-président Stéphane Delpeyrat-Vincent) un nouveau groupe annonce sa création au sein de l'assemblée régionale : le « Groupe Génération.s », issu du mouvement de Benoît Hamon. Créer par Naïma Charaï, Stéphane Delpeyrat-Vincent, Mathieu Bergé et William Jacquillard, il ambitionne "d'alimenter la Gauche d’idées nouvelles en adéquation avec les valeurs que nous avons toujours portées, notamment au sein de l’assemblée régionale, dans la perspective de la voir gagner les prochaines élections régionales de 2021"

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
YOLO - Rentrée Universitaire 2017 - Grand Poitiers

Les spéciaux d'Aqui


YOLO - Rentrée Universitaire 2017 - Grand Poitiers

Vag à Bonds : le festival musical gratuit lancé par les étudiantes de l'IREM

15/07/2014 | Le Festival Vag à Bonds propose trois jours de concerts gratuits sur les plages landaises : les 16 juillet et 20 août à Mimizan et le 23 août à Biscarrosse.

Yona Briand Madrid, Mélodie Malgogne Quintas, Mathilde Porchy, Laura Druet et Céline Biot (de gauche à droite) devant l'entrée de l'Institut Régional d'Expressions Musicales (IREM) de Bordeaux.

Organisé par cinq étudiantes de l'Institut Régional d'Expressions Musicales (IREM) à Bordeaux, le Festival Vag à Bonds présente sa toute première édition sur la côte landaise. S'inscrivant dans le cadre de la formation « Développement de Projet Culturel filière ESS » (Economie Sociale et Solidaire), il conclut ce cursus d'un an et conditionne l'obtention du diplôme de Chargé(e) de Management Artistique et Culturel.

Elles s'appellent Yona, Mathilde, Laura, Céline et Mélodie. Elles ont toutes le Bac en poche ou une équivalence ; Mélodie est même titulaire d'un DUT bibliothèque. « On a réussi à faire marcher tout au long de l'année une combinaison de filles qui sont radicalement différentes en termes de parcours, de milieux et de goûts musicaux, même si on est plutôt toutes dans la même tranche d'âge ». Entre 20 et 25 ans.

Le Festival Vag à Bonds constitue leur projet de fin d'études. « Nous sommes rentrées dans cette formation parce qu'on nous avait dit que le festival ferait partie du cursus, ce qui était plutôt alléchant ». Toute l'année scolaire, elles l'ont dédiée à ce projet. Un projet qui leur permet de mettre en application au fur et à mesure toutes les compétences acquises au cours des différentes matières enseignées : communication, environnement socioculturel, droit, comptabilité, création avec Photoshop, management ou encore français.

L'association Vag à Bonds a été créée au sein de l'IREM spécifiquement pour le festival : les cinq étudiantes en font partie et son président n'est autre que le directeur de l'école, Cyril Beros. « Comme c'est dans le cadre d'une formation, le festival est voué à être récupéré par d'autres élèves, l'année suivante. On est les premières et ensuite, on passera la main ».

Un tremplin pour les musiciensL'école imposait deux conditions à respecter : que le festival soit gratuit et en plein air. Pour le reste, les filles avaient carte blanche. Plusieurs pistes ont été explorées mais l'idée d'un festival itinérant sur la côte landaise a très rapidement fait l'unanimité. « Sur la côte atlantique, c'est quand même plus sympa qu'en plein centre de Bordeaux, l'été. Et au niveau des transports, c'est pas non plus comme si on le faisait en pleine campagne. Le cadre réunissait toutes les qualités d'un festival en plein air ». Yona avance une deuxième raison au choix de Mimizan et Biscarrosse : « puisque c'est la première année qu'on fait ce festival et qu'il n'est pas du tout connu, on s'est dit qu'en le faisant sur une station touristique, il y aura déjà du monde ». Enfin, faire un festival dans un lieu fréquenté, à la sortie des plages, c'est une aubaine pour les groupes programmés, composés d'élèves et de professionnels de l'IREM. Parmi eux, on trouve Dätcha Mandala, Raw Wild, Fétiche et bien d'autres encore. « Ces groupes ont déjà un petit public mais uniquement sur Bordeaux. L'avantage de la côte, c'est que l'été, il y a des gens qui viennent de partout donc ça leur permet de se faire découvrir, de se professionnaliser et d'avoir de grosses dates avec entre 2.000 et 3.000 spectateurs, on l'espère ».

A ces groupes made in IREM, il convient d'ajouter trois têtes d'affiche : La Fine Equipe, Tram System et My AnT. Tout en essayant de conserver un certain éclectisme, les étudiantes ont dû écarter quelques styles musicaux jugés « trop extrêmes » pour rester dans un public familial et touristique. « On ne pouvait pas se permettre de passer du métal, du hardcore ou du punk ».

Un festival 100% indépendantOutre la programmation, les filles ont dû se répartir le travail. « Au début, on faisait tout ensemble, c'était un peu brouillon. Du coup, on a décidé de nommer des responsables pour chaque tâche ». Ainsi, Mélodie est responsable de Facebook, Laura s'occupe du site Internet, Yona était le contact des tourneurs, Céline des partenaires et des têtes d'affiche et Mathilde des mairies. « Mais il y a aussi beaucoup de tâches en commun. Ce n'est pas équitable s'il y en a une qui a une masse de choses à faire pour la presse et que l'autre a déjà fini sa tâche. Ce qui compte c'est que publiquement, il y ait une personne qui soit rattachée à une tâche mais derrière, on se passe la balle régulièrement. Donc on fait un peu de tout ». Le festival étant indépendant, l'association ne touche aucune subvention de la région ou de villes, bien que les municipalités de Mimizan et Biscarrosse apportent une aide matérielle. « Toutes les recettes sont basées sur la buvette qu'on va mettre en place sur le festival. On met des encarts publicitaires sur les flyers mais on ne fait pas de bénéfices là-dessus ». Organiser un festival de A à Z, une expérience en or pour ces étudiantes qui rêvent de faire carrière dans le milieu mais ne se font aucune illusion sur la réalité du marché du travail. « Choisir la culture comme boulot, ce n'est pas s'assurer d'un emploi à la sortie des études. Ça peut arriver de devoir faire du travail alimentaire parce que les places dans la culture sont chères. Encore plus à temps plein ».

Cela ne les empêche pas d'avoir des projets pour l'avenir. Ou plutôt un projet commun, baptisé Merci Marcel. « L'association est montée, tous les statuts sont faits. Pour l'instant, ça n'existe que dans nos têtes et sur un petit papier. On attend que la formation à l'IREM soit finie pour commencer, l'année prochaine ». Cette association aurait pour but d'organiser des petits événements autour de la musique, dans la lignée d'Allez les filles. « Plutôt du type cozy et intimiste dans des petits bars pour commencer, pas du gros festival ». En attendant, rendez-vous sur les plages de Mimizan et Biscarrosse pour le Festival Vag à Bonds.

Plus d'informations sur le site officiel

Mathieu Presseq
Mathieu Presseq

Crédit Photo : Mathieu Presseq / Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
1607
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Spécial
Spécial
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires



- Publicité -