18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/10/17 | Edouard Philippe à Bordeaux

    Lire

    Edouard Philippe était en déplacement aujourd'hui à Marseille et Bordeaux où le Premier ministre a rendu visite à Alain Juppé. Entre autres politesses et admirations mutuelles ("la relève est assurée" a déclamé le maire de Bordeaux, "j'ai appris en vous regardant" lui a répondu le Premier ministre), Edouard Philippe s'est rendu à une réunion de travail à la métropole et devait faire un discours à la Convention Nationale des avocats en fin d'après-midi.

  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


YOLO - Rentrée Universitaire 2017 - Grand Poitiers

Les spéciaux d'Aqui


YOLO - Rentrée Universitaire 2017 - Grand Poitiers

Vag à Bonds : le festival musical gratuit lancé par les étudiantes de l'IREM

15/07/2014 | Le Festival Vag à Bonds propose trois jours de concerts gratuits sur les plages landaises : les 16 juillet et 20 août à Mimizan et le 23 août à Biscarrosse.

Yona Briand Madrid, Mélodie Malgogne Quintas, Mathilde Porchy, Laura Druet et Céline Biot (de gauche à droite) devant l'entrée de l'Institut Régional d'Expressions Musicales (IREM) de Bordeaux.

Organisé par cinq étudiantes de l'Institut Régional d'Expressions Musicales (IREM) à Bordeaux, le Festival Vag à Bonds présente sa toute première édition sur la côte landaise. S'inscrivant dans le cadre de la formation « Développement de Projet Culturel filière ESS » (Economie Sociale et Solidaire), il conclut ce cursus d'un an et conditionne l'obtention du diplôme de Chargé(e) de Management Artistique et Culturel.

Elles s'appellent Yona, Mathilde, Laura, Céline et Mélodie. Elles ont toutes le Bac en poche ou une équivalence ; Mélodie est même titulaire d'un DUT bibliothèque. « On a réussi à faire marcher tout au long de l'année une combinaison de filles qui sont radicalement différentes en termes de parcours, de milieux et de goûts musicaux, même si on est plutôt toutes dans la même tranche d'âge ». Entre 20 et 25 ans.

Le Festival Vag à Bonds constitue leur projet de fin d'études. « Nous sommes rentrées dans cette formation parce qu'on nous avait dit que le festival ferait partie du cursus, ce qui était plutôt alléchant ». Toute l'année scolaire, elles l'ont dédiée à ce projet. Un projet qui leur permet de mettre en application au fur et à mesure toutes les compétences acquises au cours des différentes matières enseignées : communication, environnement socioculturel, droit, comptabilité, création avec Photoshop, management ou encore français.

L'association Vag à Bonds a été créée au sein de l'IREM spécifiquement pour le festival : les cinq étudiantes en font partie et son président n'est autre que le directeur de l'école, Cyril Beros. « Comme c'est dans le cadre d'une formation, le festival est voué à être récupéré par d'autres élèves, l'année suivante. On est les premières et ensuite, on passera la main ».

Un tremplin pour les musiciensL'école imposait deux conditions à respecter : que le festival soit gratuit et en plein air. Pour le reste, les filles avaient carte blanche. Plusieurs pistes ont été explorées mais l'idée d'un festival itinérant sur la côte landaise a très rapidement fait l'unanimité. « Sur la côte atlantique, c'est quand même plus sympa qu'en plein centre de Bordeaux, l'été. Et au niveau des transports, c'est pas non plus comme si on le faisait en pleine campagne. Le cadre réunissait toutes les qualités d'un festival en plein air ». Yona avance une deuxième raison au choix de Mimizan et Biscarrosse : « puisque c'est la première année qu'on fait ce festival et qu'il n'est pas du tout connu, on s'est dit qu'en le faisant sur une station touristique, il y aura déjà du monde ». Enfin, faire un festival dans un lieu fréquenté, à la sortie des plages, c'est une aubaine pour les groupes programmés, composés d'élèves et de professionnels de l'IREM. Parmi eux, on trouve Dätcha Mandala, Raw Wild, Fétiche et bien d'autres encore. « Ces groupes ont déjà un petit public mais uniquement sur Bordeaux. L'avantage de la côte, c'est que l'été, il y a des gens qui viennent de partout donc ça leur permet de se faire découvrir, de se professionnaliser et d'avoir de grosses dates avec entre 2.000 et 3.000 spectateurs, on l'espère ».

A ces groupes made in IREM, il convient d'ajouter trois têtes d'affiche : La Fine Equipe, Tram System et My AnT. Tout en essayant de conserver un certain éclectisme, les étudiantes ont dû écarter quelques styles musicaux jugés « trop extrêmes » pour rester dans un public familial et touristique. « On ne pouvait pas se permettre de passer du métal, du hardcore ou du punk ».

Un festival 100% indépendantOutre la programmation, les filles ont dû se répartir le travail. « Au début, on faisait tout ensemble, c'était un peu brouillon. Du coup, on a décidé de nommer des responsables pour chaque tâche ». Ainsi, Mélodie est responsable de Facebook, Laura s'occupe du site Internet, Yona était le contact des tourneurs, Céline des partenaires et des têtes d'affiche et Mathilde des mairies. « Mais il y a aussi beaucoup de tâches en commun. Ce n'est pas équitable s'il y en a une qui a une masse de choses à faire pour la presse et que l'autre a déjà fini sa tâche. Ce qui compte c'est que publiquement, il y ait une personne qui soit rattachée à une tâche mais derrière, on se passe la balle régulièrement. Donc on fait un peu de tout ». Le festival étant indépendant, l'association ne touche aucune subvention de la région ou de villes, bien que les municipalités de Mimizan et Biscarrosse apportent une aide matérielle. « Toutes les recettes sont basées sur la buvette qu'on va mettre en place sur le festival. On met des encarts publicitaires sur les flyers mais on ne fait pas de bénéfices là-dessus ». Organiser un festival de A à Z, une expérience en or pour ces étudiantes qui rêvent de faire carrière dans le milieu mais ne se font aucune illusion sur la réalité du marché du travail. « Choisir la culture comme boulot, ce n'est pas s'assurer d'un emploi à la sortie des études. Ça peut arriver de devoir faire du travail alimentaire parce que les places dans la culture sont chères. Encore plus à temps plein ».

Cela ne les empêche pas d'avoir des projets pour l'avenir. Ou plutôt un projet commun, baptisé Merci Marcel. « L'association est montée, tous les statuts sont faits. Pour l'instant, ça n'existe que dans nos têtes et sur un petit papier. On attend que la formation à l'IREM soit finie pour commencer, l'année prochaine ». Cette association aurait pour but d'organiser des petits événements autour de la musique, dans la lignée d'Allez les filles. « Plutôt du type cozy et intimiste dans des petits bars pour commencer, pas du gros festival ». En attendant, rendez-vous sur les plages de Mimizan et Biscarrosse pour le Festival Vag à Bonds.

Plus d'informations sur le site officiel

Mathieu Presseq
Mathieu Presseq

Crédit Photo : Mathieu Presseq / Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
1397
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Spécial
Spécial
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires



- Publicité -