Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

22/06/21 : L'ancien vice-président du Conseil départemental de la Dordogne en charge de l'agriculture, Jean-Pierre Saint-Amand est décédé lundi à l'âge de 71 ans. Il a été conseiller départemental du canton de Vergt de 1992 à 2015.

21/06/21 : Usinage, soudage, maintenance, aéronautique... Le CFAI Adour ouvre ses portes au public les 25 juin et 7 juillet sur ses 3 sites d'Assat (64), Lanne (65) et Tarnos (40). Il propose 148 offres en apprentissage dans les entreprises industrielles locales+ d'info

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Véronique Chabreyrou et Jacques Ranoux, candidats de gauche, soutenus par la majorité sortante, sont en tête avec 37,80 %, devant le binôme RN Pascale Léger et Serge Muller à 23,80 %.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Sur le canton de la vallée de la Dordogne, Germinal Peiro (PS) le président du conseil départemental sortant est réélu avec 64,96 % dès le premier tour. Il est associé à Patricia Lafon-Gauthier.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : le binôme socialiste composé de Marie-Lise Marsat et Serge Mérillou est réélu sur le canton de la Lalinde.

20/06/21 : Régionales en Dordogne : Sur le canton de Saint-Astier, Alain Rousset (PS) est en tête avec 30,39 % des voix devant la candidate RN Edwige à 23 %. L'écologiste Nicolas Thierry est en 3e position à 10,51 %.

20/06/21 : En Dordogne, l'abstention estimée pour les élections départementales et régionales en Dordogne est de 66,2%. C'est la participation la plus faible de toutes élections confondues dans le département.

20/06/21 : En Haute-Vienne, le taux de participation à 17h était de 28,54% en forte baisse par rapport à 2015 où on avait enregistré 52,36 % de votants à la même heure.

20/06/21 : Dans les Pyrénées-Atlantiques, après un taux de participation à midi s'élevant à 14,5%, ce même taux s'affichait à 31,37 % pour le double scrutin des élections régionales et départementales du 20 juin 2021.

20/06/21 : A 17h, le taux de participation aux élections régionales et départementales s'élève à 25,68%. En 2015, il était de 45,09% pour les régionales et 44,78% pour les départementales, soit une baisse de près de vingt points.

20/06/21 : Dans la Vienne, la baisse de la participation aux élections régionales et départementales se confirme. À 17h, le taux était de 26,07% contre 43,77% pour les départementales en 2015 et 44,87% pour les régionales en 2015.

20/06/21 : En Dordogne, le taux de participation au premier tour des élections départementales et régionales estimé à 17 h est de 33,78 %, en baisse par rapport aux scrutins de 2015.

Arte Flamenco
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 24/06/21 | Arte Flamenco : El Granaíno remplacé pour la soirée du 2 juillet

    Lire

    Positif à la Covid-19, le chanteur Pedro El Granaíno ne pourra pas se produire sur la scène du festival Arte Flamenco, le vendredi 2 juillet à Mont-de-Marsan. Il sera remplacé par Jesús Méndez, héritier de la dynastie gitane de la famille de la “Paquera de Jerez", et l’un des plus grands noms du cante actuel. Jesús Méndez se produira donc aux côtés d’El Pele avec, en artiste invité, le danseur Farruquito.

  • 24/06/21 | Lot-et-Garonne : un incubateur pour l'ESS

    Lire

    Par le développement d'un incubateur dédié à l'ESS et l'innovation sociale, ATIS propose un accompagnement à la construction de réponses nouvelles à des besoins sociaux peu ou mal couverts. Nomade, il s'appuie sur les lieux ressources dans les territoires ruraux, et multi-partenariaux, en intégrant les acteurs existants de la chaîne. Parmi ses objectifs: susciter la création d'entreprises et activités d'utilité sociale, développer l'envie d'entreprendre, contribuer à résoudre des problématiques sociales et environnementales et proposer un maillage efficient d'accompagnement de porteurs de projet sur le département.

  • 24/06/21 | Lestiac-sur-Garonne, petit Dublin pour un soir

    Lire

    La commune de Lestiac-sur-Garonne (33) accueille, le 3 juillet prochain le Julien Loko Irish Band. Un concert gratuit en plein air à partir de 21 h et une ambiance 100% folk celtique assurée dans le cadre bucolique du village des bords de Garonne. Julien Loko et son quintet proposent standards irish et compositions originales pour une musique dansante et nerveuse, qui transporte dans l'atmosphère enfiévrée des pubs de Dublin! Possibilité de pique-niquer dès 19 heures ou de se restaurer auprès de food-trucks.

  • 24/06/21 | L'Europe en soutien des collectivités face à la crise sanitaire

    Lire

    Grâce au dispositif "Initiative d'investissement en réponse au Coronavirus" portée par la Commission européenne, 8 départements - Gironde, Landes, Lot-et-Garonne, Dordogne, Pyrénées-Atlantiques, Deux-Sèvres, Charente-Maritime et Charente - ont bénéficié d'aides européennes pour l'achat de masques à destination du personnel des collectivités et de la population afin de pouvoir maintenir des activités de service public et de soutien à certains publics (collégiens, personnels des EPHAD, personnels de santé, aides à domicile ...). Ces mesures ont été financées par l'Europe pour un montant total de 2,9M€ en Nouvelle-Aquitaine.

  • 23/06/21 | 5000 € de dons remis au Téléthon Gironde

    Lire

    Les salariés d'EDF Commerce sud ouest, qui participent régulièrement aux courses du Téléthon, se sont adaptés au contexte sanitaire en participant à un challenge à distance via une application de loisir qui permet de cumuler des points en pratiquant l’activité physique de son choix. En 15 jours, du 30 novembre au 13 décembre 2020, les 260 participants ont réussi à récolter la somme de 5 000 €, qui servira "à soutenir la recherche et la mise en œuvre des premiers médicaments pour des maladies rares et génétiques", précise Christian Capdeville coordinateur du Téléthon en Gironde. Le don a été remis à l'association ce 22 juin.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Aérocampus les 10 ans

Les spéciaux d'Aqui


Aérocampus les 10 ans

Vincent Saffores: la formation et l'installation agricole, comme une affirmation de soi

23/04/2021 | Issu d'une famille d'agriculteurs, c'est bien sa formation qui lui a donné le déclic pour s'installer à sont tour, en hors cadre familial

Vincent Saffores et sa compagne Camille accueillent les clients sur le point de vente directe installé à l'entrée à l'entrée du hangar agricole de leur Ferme.

A Cachen, dans les Landes, Vincent Saffores, la petite trentaine, est un homme occupé. L'espace de vente soigneusement aménagé à l'entrée de son bâtiment agricole, à l'écart « du bazar » et de la ligne de tri des asperges tout juste cueillies, ne désemplit pas. Il faut dire que notre visite se fait à la veille du week-end de Pâques, autant dire en plein coup de feu sur le ramassage et la vente de ses asperges blanches. Agriculteur, éleveur, commercial, gestionnaire, communiquant, et par obligation aussi, un peu mécano sur les bords... Autant d'occupations qui font que le temps passe vite à la tête de la Ferme des Sables Blancs où il s'est installé en 2013. Bien que fils d'agriculteurs, c'est sa formation à l'école d'ingénieur de Purpan à Toulouse, qui lui a donné envie à son tour de reprendre une ferme et lancer ses propres projets.

« Aujourd'hui on peut dire que la ferme est à mon image » se satisfait Vincent Saffores. Il aura fallu près de 10 ans et l'installation en cours de sa compagne, pour y parvenir vraiment. Quand il l'a achetée en 2013, elle avait pourtant tout de « la ferme idéale » que le jeune ingénieur agricole d'alors cherchait à reprendre. « 94 ha de SAU, dont seulement 16 en propriété, le reste en location et pas de gros matériels à racheter, puisque les cédants adhéraient à une CUMA. Côté productions il y avait environ 80 ha de maïs conso, un atelier volailles en liberté et 2 ha d'asperges ». Une culture pas vraiment envisagée dans ses plans initiaux mais dont la nouveauté l'a clairement attirée. L'aspergeraie est d'ailleurs désormais un axe fort de son exploitation.
Désormais aussi, Vincent a troqué le maïs conso, contre du maïs semence, et aux asperges blanches, passées de 2 à 6 ha, s'ajoute un élevage de 6000 poulets à l'année, contre 60 000 au début du projet. Autre caractéristique marquante de la Ferme des Sables blancs version 2021: la vente directe de 10% de sa production d'asperges (le reste partant en coopérative) mais aussi de la transformation des produits de la ferme en bocaux gourmands grâce à l'installation en cours de sa compagne Camille à ses côtés. Lui le terrien, elle la créative...

La boutique où l'on retrouve les produits issus du travail de transformation de Camille, en cours d'installation sur la ferme des Sables blancs

Chassez le naturel...
Si Vincent est aujourd'hui un agriculteur accompli, « l'agriculture n'était pas une vocation » avoue dans un sourire, celui qui est pourtant né dans la marmite agricole sur la petite ferme familiale de Biaudos dans le Sud des Landes. « Depuis petit, je voyais et je vivais les contraintes d'une petite agriculture pas forcément très rémunératrice... ». Et les parents Saffores eux-même, ne poussent pas particulièrement leurs enfants vers la reprise de la ferme...

Mais, chassez le naturel, il revient au galop ! Car Vincent choisit pourtant, une fois son bac en poche, de s'orienter vers l'école d'ingénieurs agricoles de Purpan, à Toulouse. « C'est un hasard, plaide-t-il. L'école communiquait sur le fait qu'elle pouvait donner accès à plus de 300 métiers différents. Moi qui ne savais pas quoi faire, ça m'a bien plu. », résume-t-il. Le début en fait d'un retour à la terre, jamais vraiment quittée.

Car, pour le jeune landais parti à Toulouse, le hasard aura bien fait les choses : « Purpan ça a été une révélation ! J'ai de suite senti que j'étais à ma place ! ». Si tous ses camarades de promo ne sont pas issus du milieu agricole, loin de là, c'est bien avec ceux-là que Vincent crée le plus d'affinités et découvre à travers eux la variété des modèles agricoles. « J'ai découvert une autre agriculture que celle que je connaissais. Il y avait de tout : des petits agriculteurs comme moi, des grands céréaliers du centre de la France, plein de types d'agricultures différents: des bios, des éleveurs en montagne... Partir de chez soi et rencontrer une telle variété de profils, c'est une ouverture d'esprit incroyable ! »...

" L'envie et le besoin d'entreprendre "

De l'ailleurs et du terrain, sa formation lui aura aussi beaucoup donné l'occasion d'en connaître. A travers des stages sur des exploitations aux profils variés, de la Gironde à l'immensité canadienne, en sein d'une Chambre d'agriculture, d'une concession agricole (« ça m'a donné quelques bases en mécanique ») ou encore par la visite de nombreuses fermes ou autres magasins de producteurs... Autre point fort aussi de sa formation : « nous avions 2 à 3 projets d'études à mener chaque année, seul ou en groupe sur des thématiques qui nous intéressaient ». Outre un tronc commun d'enseignements obligatoires, la commercialisation et la vente directe se sont vite imposées comme ses thèmes de prédilection.

« C'était mon truc parce que je voulais aller plus loin dans le métier d'agriculteur, ne pas m'arrêter à produire pour ensuite tout vendre en vrac à une coop ou un organisme, mais bien donner de la finalité au métier en allant au contact direct avec les consommateurs. Et c'est aussi une manière de capter la valeur ajoutée des productions ». Concrètement « Purpan nous a aussi permis d'avoir à disposition les outils des grands groupes, et gros distributeurs, que n'a pas forcément le petit agriculteur du coin qui voit bien l'intérêt de faire de la vente directe mais qui ne sait pas trop à quel prix ou comment mettre en valeur le produit ».

Au sortir de son école, Vincent est donc incollable sur la technique et sur la commercialisation, mais il veut combler un manque dans ses connaissances : la transformation. De Toulouse, il part donc pour un CDD de 4 mois dans un atelier de découpe à Limoges où, en marge de son travail de responsable de ligne, il est formé à la découpe... C'est là bas qu'il apprend qu'une ferme visitée 2 ans plus tôt à Cachen se libère à nouveau, celle qui deviendra la sienne. Un parcours non stop donc, du baccalauréat à l'installation. Celui qui ne voulait pas être agriculteur, est finalement très pressé d'entreprendre, « j'en avais l'envie et le besoin », analyse-t-il avec le recul.

La ligne de tri des asperges produites par Vincent Saffores à Cachen

Banque, Chambre d'agriculture, Safer
Avec l'achat de la ferme, commence un parcours d'installation « classique » : entre rencontres avec les banques et accompagnement par la Chambre d'agriculture dans le cadre de la dotation jeunes agriculteurs. Dans son parcours de hors cadre familial il croise aussi un autre partenaire de l'installation agricole, la Safer qui mettra en œuvre à son profit le dispositif du portage foncier en lien avec le Conseil régional. La structure achète alors une partie des terres pour les revendre dans 5 ou 10 ans au jeune installé, selon un système de location vente.

Vincent Saffores trouve alors le dispositif « attrayant », mais c'est dans un second temps qu'il en mesurera réellement l'intérêt reconnaît-il. « Mon emprunt initial étant moins important que prévu grâce au portage, les banques m'ont prêté plus facilement dès la deuxième année pour développer des projets qui me tenaient à cœur pour l'orientation de ma ferme, comme le développement de l'aspergeraie de 2 à 6 ha. Ca m'a donnée des marges de manoeuvre et une liberté que je n'aurais pas eu sans le portage ». S'ajoute aussi dans ces toutes premières années d'installations : le renouvellement non prévu de 14 cabanes à poulets ou encore la construction du hangar agricole.

Maintenant que le portage touche à sa fin, « je me sens beaucoup plus apte à racheter du foncier. J'ai quasiment fini de rembourser tous les emprunts d'achat de la ferme... » reconnaît l'agriculteur. « Et maintenant la ferme a une orientation bien définie autour du maïs semence, de l'asperge, du poulet, et avec l'arrivée de ma compagne, le développement de la vente directe et de la transformation ».

Adaptation permanente

Si les choses semblent se poser, Vincent Saffores a aussi connu son lot de difficultés. « 2016 et 2017 ont été des années assez dures », entraînant une remise en question, non pas de sa, désormais, vocation, mais de la stratégie à mettre en œuvre sur son exploitation... Résultat d'une étude de marges salvatrice, réalisée grâce à ses connaissances d'ingénieur et avec l'accompagnement de la Chambre, il a choisi de se concentrer sur les productions qu'il a lui même mises en place ou développées, écartant du même coup les productions historiques "héritées" de l'achat de la ferme.

Mais la ferme reste en évolution et en adaptation permanente... Toujours plus en phase avec les préoccupations de Vincent. En effet, 4 ha d'asperges bio viennent d'être plantés et il s'est lancé dans l'agroforesterie et dans l'agroécologie. Si sur ce dernier point Purpan lui a bien fourni quelques compétences qu'il complète de recherches personnelles, il s'est appuyé sur les formations et les conseils de l'Association régionale d'agroforesterie pour planter une cinquantaine de fruitiers tous les 5 rangs d'asperges. De la même manière, pour la culture des asperges et désormais des asperges bio, il ne s'est pas lancé seul ; il suit les précieux conseils techniques et formations de sa coopérative, la Coopadax. « Par rapport à des indépendants on est très bien accompagné quand on est adhérent à une coopérative. Pour moi, c'est l'aspect le plus important, avec la vente de la production bien sûr. »

Des formations qu'il reconnaît suivre davantage aujourd'hui qu'à ses débuts où « il avait vraiment le nez dans le guidon ». Pour autant, pas de regret sur cette installation au sortir de l'école. « J'ai gagné du temps je crois, en m'installant jeune. De 25 à 30 ans j'ai pu me consacrer quasiment qu'à ma ferme, j'ai pu essuyer les plâtres de bonne heure... » Il est vrai désormais qu' entre l'installation de sa compagne, porteuse du projet d'un laboratoire de transformation sur la ferme et l'arrivée il y a quelques mois d'un premier bébé, l'organisation du temps du couple est plus que précieux... Et les challenges encore nombreux !

La ferme des Sables blancs est en retrait de la oute... mais elle sait se faire remarquer !

Solène Méric
Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
5310
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Spécial
Spécial
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires



- Publicité -