Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

10/12/18 : Enfin, le Président a souligné l'importance d'élargir le débat national qui s'annonce et a exprimé son intention de rencontrer les maires "région par région, pour bâtir le socle de notre nouveau contrat pour la nation".

10/12/18 : Emmanuel Macron a également précisé qu'il ne reviendrait pas sur l'ISF. "Pendant près de quarante ans, il a existé, vivions-nous mieux pendant cette période ? Les plus riches partaient".

10/12/18 : "Je demanderai à tous les employeurs qui le peuvent de verser une prime de fin d'année, qui n'aura ni impôts ni charges" a poursuivi Emmanuel Macron. Enfin, annulation de la hausse de la CSG pour les retraités gagnant moins de 2000 euros par mois.

10/12/18 : Le Président de la République a fait plusieurs annonces importantes. D'abord, l'augmentation du SMIC de 100 euros par mois dès 2019, avec des des heures supplémentaires versées "sans impôts ni charges, dès 2019".

10/12/18 : Emmanuel Macron s'est adressé aux français ce lundi 10 décembre, en évoquant les gilets jaunes et une "colère profonde, je la ressens comme juste à bien des égards. Il a condamné les violences en marge du mouvement des gilets jaunes.

10/12/18 : Mobilisation mardi matin dès 9h00 aux trois péages autoroutiers du Lot-et-Garonne orchestrée par la Coordination rurale 47 pour protester contre les taxes "Trop de taxes tue l'agriculture et les agriculteurs!" dixit la CR47.

10/12/18 : Charente-Maritime : au vue du contexte social actuel, le séminaire filière Fruits & Légumes de Nouvelle Aquitaine Propulso, qui devait se tenir les 11 et 12 décembre à Saintes est annulé. Une prochaine date devrait bientôt être fixée.

09/12/18 : La Rochelle : selon l'association Info Trafic 17, le dépôt pétrolier de La Pallice est bloqué ce soir par près de 200 personnes.

09/12/18 : Charente-Maritime : Annick Baillou a été nommée inspectrice d’académie-directrice académique des services de l’éducation nationale (IA-DASEN) de la Charente-Maritime. Elle succède à Gilles Grosdemange qui a fait valoir ses droits à la retraite.

09/12/18 : Samedi vers 23 heures, Jacqueline Dubois, députée du Sarladais a découvert sa voiture en feu, ainsi que celle de son mari, garées dans la rue devant son domicile de Vézac. L'élue a reçu de nombreux soutiens de la classe politique de tous bords.

09/12/18 : la manifestation des gilets jaunes d'abord pacifique à Bordeaux a dégénéré au milieu de l'après-midi lorsqu'une centaine de casseurs, ont jeté des projectiles divers sur les forces de l'ordre. Scènes de guérilla urbaine et dégradations ont suivi

08/12/18 : Forte participation à Bordeaux pour la Marche pour le climat: de l'ordre de 6 à 7000 personnes

08/12/18 : La Rochelle sera présente au Nautic de Paris du 8 au 16 décembre, stand G2 Hall 1, sous la bannière La Rochelle Force Océan. Elle y présentera ses différents événements sportifs comme la Minit Transat, dont les inscriptions sont désormais ouvertes.

07/12/18 : Rochefort : Véritable institution rochefortaise, l'ancien cinéma Alhambra devenu un studio de post-production de films et de musique inauguré au printemps dernier, organise une porte ouverte avec visite de ses locaux ce samedi de 14h à 19h. Gratuit.

07/12/18 : La Cité du Vin vient de recevoir 3 nouvelles récompenses de la part des professionnels de l'œnotourisme. Un International Best of Wine Tourism et 2 Iter Vitis awards "pour son action innovante et audacieuse en matière d'œnotourisme".

- Publicité -
S’abonner ici !
< proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 10/12/18 | Banque Alimentaire de Gironde : une collecte en hausse

    Lire

    Organisée les 30 novembre, 1er et 2 décembre, la collecte nationale de denrées organisée par les Banques Alimentaires pouvait craindre les mouvements sociaux des gilets jaunes. Pourtant, la Banque Alimentaire de la Gironde a précisé ce lundi avoir récolté 409 tonnes contre 369 en 2017, soit une augmentation de +10,84%. En tout, 3000 gilets oranges ont été mobilisés sur près de 300 magasins pendant toute la durée de la collecte. L'antenne girondine fait état de "donateurs moins nombreux mais plus généreux". Le tri, lui, devrait être achevé avant Noël".

  • 10/12/18 | Banques Alimentaires en Gironde, une collecte à la hausse

    Lire

    Pour la 2ème année consécutive, la Banque Alimentaire de Bordeaux et de la Gironde (BABG) enregistre "une belle augmentation" du résultat de la collecte nationale: les 30 novembre, 1er et 2 décembre, la collecte de produits secs affiche une progression de 10,84% avec 409t contre 369 en 2017. Et celà, dans "un contexte difficile de baisse des dons et de mouvements faisant craindre pour l’accès aux magasins" rappelle la BABG. Selon les 300 collecteurs présents dans près de 300 magasins girondins, "les donateurs étaient peut-être moins nombreux mais plus généreux". L'étape du tri (en cours) par près de 1000 bénévoles devrait être achevé à Noël.

  • 10/12/18 | Hashtag d’Argent pour Limoges

    Lire

    Très présente sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Instagram, Snapchat et Linkedin) et avec plus de 67 000 abonnés, la Ville de Limoges a obtenu un « Hashtag » d’argent pour son engagement sur les réseaux sociaux pour communiquer avec ses administrés dans la catégorie « grandes villes de + 100 000 habitants ». Ce trophée, remis par l’Observatoire SocialMedia, récompense les territoires les plus agiles sur les réseaux.

  • 10/12/18 | Talents des Cités: les lauréats néo-aquitains

    Lire

    En Nouvelle-Aquitaine, Talents des Cités 2018 a distingué 3 créateurs d'entreprise dans les quartiers prioritaires de la Ville : Grégory Pédeboscq (Dax), et son food truck «La Cantoche», qui propose en partenariat avec des producteurs locaux sandwichs, burgers, salades et soupes originales ; Victor Du Peloux (Bordeaux) et son atelier bois coworking «La Planche» pour artisans, concepteurs et grand public, et Salomé Arenas (Pau), co-fondatrice de Monsieur Bernard, marque de vêtements et accessoires 100% plastique recyclé dont une partie est récoltée dans la Mer Méditerranée! Les lauréats nationaux seront connus fin janvier

  • 10/12/18 | Corrèze: la chambre d'agriculture dénonce la présence de L-214 dans les écoles

    Lire

    Réunie en session plénière le 26 novembre dernier, la Chambre d’Agriculture de la Corrèze demande à l’État, la Région, au Département et aux Maires l’interdiction immédiate de diffusion, dans toutes les écoles du département, des informations anti-viande de l’association L-214 éducation mais aussi de confier aux seuls organismes habilités et neutres à diffuser dans les écoles des informations justes sur l’alimentation et les produits agricoles.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Aqui! au salon international du MCO Aéronautique & de Défense

Les spéciaux d'Aqui


Aqui! au salon international du MCO Aéronautique & de Défense

Volailles festives: Fermiers Landais "met les bouchées doubles" à l'approche de Noël

02/12/2010 |

Etienne Souharce, responsable de production chez Fermiers landais

Leader incontesté du poulet fermier jaune au niveau national et des volailles fermières des Landes, l'entreprise Les Fermiers Landais, basée à Saint-Sever abat et commercialise des volailles de haute qualité issues du Sud ouest de la France. En cette période festive ou les volailles grasses font le bonheur des gourmets, Etienne Souharce, volailler et responsable de la production au sein de l'entreprise, nous décrit le chamboulement que s'apprêtent à traverser l'abattoir pour gérer au mieux cette grosse période d'activité.

« Noël pour nous, ça veut dire que l'activité va passer du simple au double », prévoit déjà Etienne Souharce. En plus des petites volailles habituelles, la période de Nöel signifie l'abatage, la découpe et le conditionnement de 130 000 chapons, 40 000 dindes, 60 000 poulardes, 36 000 pintades chaponnées et 8500 mini chapons ! Soit près de 300 000 volailles supplémentaires à traiter entre le 10 et le 22 décembre avec un seul jour d'interruption, le dimanche 12 décembre ! « Dans ces moments-là l'usine tourne « plein pot » avec au total 378 personnes à la production, au lieu de 222 habituellement ! » explique le responsable. Ateliers par ateliers, les adaptations sont importantes.

"L'usine tourne 21 heures sur 24 "
 « A l'abattage, on passe de 56 personnes à 150 et on créée une équipe de nuit qui n'existe pas en temps normal. L'équipe de jour continue de gérer les petites volailles (qui arrivent elles aussi plus nombreuses, ndlr) et c'est l'équipe de nuit qui se charge des volailles les plus grosses, qui sont aussi les plus dures à travailler. » Et si les poulets sont principalement traités de manière automatique, Etienne Souharce tient à préciser que pour les produits festifs, « on garde la méthode artisanale : tout est fait à la main »... ce qui est loin de simplifier les choses ! « Travailler manuellement signifie qu'il faut modifier les process et transformer une partie de l'usine ». Un réaménagement qui demande un travail de préparation 20 jours avant.
Durant cette période décisive, "l'usine tourne 21 heures sur 24". L'équipe de maintenance doit donc, elle aussi, s'adapter au changement de rythme. « Elle doit pouvoir intervenir à chaque instant, car une seule heure perdue peut avoir des conséquences importantes sur le reste de la production ! » Il en est de même pour l'équipe de nettoyage qui doit maintenir des conditions d'hygiènes optimales. Au total ces deux équipes embauchent 5 personnes.

Un gros challenge
Après l'atelier d'abattage, vient la découpe. Ici le nombre d'employés n'augmente pas, mais c'est leur plage horaire qui est largement revue à la hausse. Elle passe de 7 à 10 heures par jours, en incluant aussi le samedi et le dimanche ! Au conditionnement, « ils passent de 78 à 143 personnes, là encore on crée deux équipes en fonction des types d'animaux » explique le volailler. Et le service administratif, ne fait pas exception; eux aussi mettent « les bouchées doubles » : les cadres descendant à l'abattage, de même que le service qualité vient sur place garantir la conformité du cahier des charges. Toute au long de la chaîne et malgré le supplément de travail, Etienne Souharce l'assure: « la qualité des produits reste notre priorité. C'est pour ça aussi que nous sommes spécialistes des produits traditionnels comme les volailles effilées (c'est-à-dire plumées et partiellement éviscérées, auxquelles on laisse la tête et les pattes, ndlr) destinées aux bouchers, ou aux traiteurs. Comme c'est une technique qui se fait manuellement, nous sommes le seul gros abattoir à encore le faire. » On le sent, pour Etienne Souharce, les fêtes de fin d'année sont un gros challenge, mais sans doute aussi une belle fierté.

Solène Méric

Partager sur Facebook
Vu par vous
1416
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Spécial
Spécial
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 13 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires



- Publicité -