Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/05/18 : Demain dimanche, de 10 h à 17 h se tiendra la deuxième édition du marché de producteurs fermiers du Pays basque IDOKI à Ustaritz. Outre la production de produits locaux, le matin, sera organisé le concours culinaire "Défi Crêpes"

16/05/18 : Amateurs de musique, rendez-vous ce week-end la 4ème édition du festival ODP de Talence. Coeur De Pirate, Les Négresses Vertes ou Alt-J en seront les principales têtes d'affiche. Ils chanteront au profit des "Orphelins des Sapeurs-Pompiers de France".

16/05/18 : La Cour d'Appel de Paris a condamné Jérôme Cahuzac ex-ministre du budget jugé pour fraude fiscale et blanchiment à 4 ans de prison, dont 2 avec sursis et à une amende de 300.000 euros et 5 ans d'inéligibilité. Sa peine de prison ferme sera aménagée.

15/05/18 : Ils l'avaient annoncé, ils l'ont fait: 300 cheminots CGT de la SNCF de Bayonne et d'Hendaye se sont invités ce matin devant la résidence secondaire du PDG de la SNCF, Guillaume Pepy, située au dessus de la falaise de la Côte des Basques à Biarritz.

12/05/18 : La 35e édition de Herri Urrats, le jour de fête des ikastola du Pays basque a lieu ce dimanche autour du lac de Saint-Pée-sur-Nivelle. Cette année, elle visera à récolter des fonds pour les travaux d'agrandissement du collège de Larceveau

08/05/18 : Le 35ème chapitre de la Confrérie du Chipiron de Bidart aura lieu dimanche 13 mai au Kirolak avec la participation d’une soixantaine de confréries. Après un défilé vers la Chapelle de la Madeleine, la Confrérie intronisera plusieurs personnalités.

03/05/18 : Deezer, leader du streaming musical en France, vient d’annoncer sa décision d’ouvrir un nouveau site dans la métropole bordelaise. "Une nouvelle reconnaissance de notre attractivité" soulignent satisfaits Alain Juppé et Virginie Calmels.

24/04/18 : Charente-Maritime : pendant la semaine de vacances du 16 au 22 avril, 14 accidents sont à déplorer sur les routes du département, au cours desquels 2 personnes ont perdu la vie, et 19 ont été blessées.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 16/05/18 | Le Sénat veut indemniser les propriétaires du Signal

    Lire

    Ce mercredi, une grande partie des sénateurs se sont prononcés en faveur de la mobilisation du fonds Barnier dans le but d'indemniser les propriétaires de l'immeuble Le Signal, à Soulac, devenu un emblème local des dangers de l'érosion côtière et pour lequel les 78 propriétaires sont toujours face à un blocage, malgré l'évacuation de l'immeuble en 2014 par arrêté municipal. La proposition de loi n'est cependant qu'une première étape puisque le texte doit aussi être adopté devant l'Assemblée Nationale, or le gouvernement s'y est montré plutôt défavorable.

  • 16/05/18 | La biodiversité en 24h Chrono au Teich

    Lire

    Les amoureux de la nature sont convoqués les 25 et 26 mai prochain au Parc Naturel Régional des Landes de Gascogne du Teich pour les 24h de la biodiversité. Gratuit et ouvert à tous, cet évènement propose de nombreuses occasion de découvrir les enjeux autour de la préservation des espèces locales. Ciné-débat, spectacles vivants, expositions ou (plus original) inventaire d'espèces et sorties de terrain auront pour principales stars chauves-souris, oiseaux, reptiles ou escargots pour des temps forts organisés en partenariat avec des professionnels et des associations du territoire. N'oubliez pas les chaussures de randonnée !

  • 16/05/18 | La Gironde poursuit ses conseils de territoire

    Lire

    Le département de la Gironde poursuit ses travaux autour des "conseils de territoire". Autour de ces réunions, organisées deux fois par an, l'ensemble des acteurs locaux (collectivités, associations, entrepreneurs...), la Gironde tente de faire avancer ses pactes territoriaux, mis en place en 2017. Entre mai et juin 2018, neuf conseils de territoire se déclineront sur tout le département comme le 17 mai à Talais (Médoc), le 5 juin à Sainte-Foy-La-Grande (Libournais), le 18 juin à Lanton (Bassin d'Arcachon) ou encore le 19 juin à Bordeaux.

  • 15/05/18 | Trois jours de Fêtes de Bayonne payantes pour les non Bayonnais

    Lire

    Nous en avions fait écho, son maire l'a annoncé en fin de matinée: les Fêtes de Bayonne (25-29 juillet) seront gratuites pour les Bayonnais, et pour tous les enfants entre le vendredi midi et le lundi matin. Si on regarde le verre(de rosé)à moitié vide, gratuites pour tous mercredi et jeudi,elles seront en partie payantes -7 à 8 euros- pour les autres -non Bayonnais- le week-end afin, assure le maire Jean-René Etchegaray, de financer "le coût de leur sécurité et la pérennité de l'événement.

  • 14/05/18 | Bordeaux fait le point avec Darwin

    Lire

    Le maire de Bordeaux a réuni ce matin en mairie de Bordeaux des représentants de l'éco-système Darwin et de Bordeaux Métropole aménagement pour tenter de réconcilier les deux parties, en conflit depuis plus d'un an sur des emprises de la caserne Niel. Il a confirmé la cession à Darwin de deux hangars déjà occupés de manière provisoire (skate-park et dépôt Emmaüs), sous la forme d'un potentiel futur bail emphytéotique. En revanche, pas question de céder du terrain sur les 2000 mètres carrés de l'actuelle ferme urbaine : elle sera bien remplacée par la construction d'un parking prévu dans le cadre de la ZAC Bastide-Niel.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Aqui! au Salon de l'Agriculture Nouvelle Aquitaine

Les spéciaux d'Aqui


Aqui! au Salon de l'Agriculture Nouvelle Aquitaine

Vu des étudiants du parcours journalisme de l'IEP - Pour ou contre la réforme des collectivités territoriales ? Gilles Savary et Yves d'Amécourt se répondent.

11/03/2010 |

../bib/photos/img_id_32067.jpg

Gilles Savary, vice-président socialiste du Conseil Général de Gironde, et Yves d'Amécourt conseiller général UMP du canton de Sauveterre de Guyenne, en Gironde, se répondent.

@qui! - Le sénateur socialiste du Var, Pierre-Yves Collombat, a estimé sur la chaîne Public Sénat qu'il s'agissait d'une « réforme politicienne ». Qu'en pensez-vous ?

Gilles Savary -  L'aspect politicien est quand même le cœur du réacteur. La création des conseillers territoriaux implique la disparition de 3000 élus locaux, en majorité socialistes. Cela ne va faire pleurer personne, à part les élus socialistes bien sûr. C'est surtout le mode de scrutin qui, dans la situation actuelle, est plus favorable à la majorité présidentielle. Avec ce scrutin mixte, on risque de créer de nouvelles majorités sur la base d'élus minoritaires, qui recueillent entre 30 et 35% des voix. C'est bien joué au niveau tactique car Nicolas Sarkozy a compris que la gauche aujourd'hui était balkanisée.

Yves d'Amécourt - La création du conseiller territorial était déjà présente dans le programme d'Edouard Balladur en 1995, ainsi que dans le livre de François Fillon. C'est une idée qui remonte à plus de quinze ans déjà. Le Premier ministre l'a mûrie à l'époque où il était lui-même un élu local. Il est aberrant d'affirmer qu'il s'agit d'une loi de circonstance pour que la majorité récupère les régions en 2014. La gauche détient aujourd'hui 80% des sièges au conseil régional d'Aquitaine. Il est vrai que le redécoupage des cantons va changer l'équilibre. Mais le redécoupage des cantons est nécessaire. En Gironde, le plus petit compte 2000 habitants et le plus grand 53 000 habitants, cela n'est pas très équitable. En ce qui concerne le scrutin mixte, il faisait déjà partie du programme de Léon Blum et du programme commun de la gauche en 1972. Mais il est beaucoup trop compliqué donc je n'y suis pas favorable. Je pense d'ailleurs qu'il ne sera pas adopté au Parlement.

@! - La création du conseiller territorial va-t-elle permettre de renforcer les synergies entre le département et la région, ou se fait-elle au détriment de l'un des deux échelons ?

G. S. - On s'achemine d'abord vers une « balkanisation » de la région, avec un président de région encadré par cinq présidents de conseils généraux : ses marges de manœuvre vont beaucoup diminuer ! A long terme, je pense que la fusion des départements et des régions est inéluctable. Les élus vont se lasser de voter le budget à deux endroits, dans leur département, et à Bordeaux, au conseil régional. Le conseiller territorial est la mèche qui allume la combustion lente dela suppression du département. Les départements ont déjà disparu desplaques minéralogiques d'ailleurs. Je ne pense pas que l'émergence derégions hyperpuissantes soit une bonne chose. On risque d'évoluer versun régime fédéral. Les présidents de régions seront très puissants entermes de budget. Ils pourraient demander un pouvoir législatif. Cela vaà l'encontre de l'histoire de l'unité nationale française.

« La mèche qui allume la combustion lente de la suppression du département »

Y. d'A. - Le conseiller territorial va permettre de rapprocher le département et la région, d'établir une plus grande cohérence dans leurs politiques. Je ne pense pas que cela signe « la mort du département » comme certains le prétendent, mais la mort de la féodalité du département. La nation est une et indivisible et il est dans l'intérêt du citoyen que les départements et les régions travaillent de concert. Ils n'ont pas à devenir des opposants. Aujourd'hui, le PS n'a pas de majorité au Parlement, alors il utilise les collectivités territoriales comme contre-pouvoir. Quant au scénario du fédéralisme de Gilles Savary, cela n'est clairement pas dans l'optique du gouvernement. Il y aura peut-être des tentations en Corse et au Pays Basque. L'objectif est, avant tout, que les régions réalisent des efforts de gestion et dégagent des capacités d'investissement.

@! - On évoque souvent le « millefeuille territorial » français. Cette réforme va-t-elle permettre une simplification de l'organisation territoriale ?

G. S. - Le millefeuille territorial est une réalité, mais c'est un prétexte évocateur pour mettre en œuvre une réforme qui sert d'autres fins. Il faut laisser aux régions les compétences en matière de développement économique et d'aménagement du territoire, et donner au couple département-commune des compétences de proximité. Les départements pourraient rendre aux régions la gestion des routes nationales, par exemple. En revanche, j'imagine mal la région gérer les aides sociales, comme le RSA. Nos régions sont trop faibles, pas trop petites. La possibilité donnée à des collectivités de fusionner entre elles montre au contraire que cette loi ne produit aucune simplification. Imaginez si des régions décident de se regrouper et d'autres non ! C'est une loi de complexification qui va créer de la confusion territoriale.

Y. d'A. - Je pense que l'on prend le chemin de la simplification. On va renforcer le couple communes-communautés de communes d'une part, et le couple départements-régions d'autre part. La création du conseiller territorial va permettre une clarification des compétences et une meilleure identification pour le citoyen. Aujourd'hui, les citoyens sont dans l'incapacité de citer leurs conseillers régionaux, ils ne les connaissent pas. Le vrai problème n'est pas le millefeuille territorial mais cette couche hermétique qui s'est installée entre la société civile et la gouvernance des collectivités. Il faut faire en sorte que les citoyens reçoivent les aides dont ils ont besoin, qu'elles ne soient pas absorbées par une infrastructure. Quant aux possibilités de fusion, je ne trouve pas cela choquant. Si des régions fusionnent, elles seront plus fortes. La loi doit permettre l'innovation. Les bassins de population se déplacent. On ne peut pas faire de développement durable si le territoire est figé.

Propos recueillis par Aurélie Abadie.

Partager sur Facebook
Vu par vous
500
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Spécial
Spécial
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires



- Publicité -