Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Economie | La Nouvelle-Aquitaine lance le premier Cluster Energies et Stockage

1

C'est une première en France. Le Conseil régional et l'ADEME ont lancé ce 12 juillet, le tout nouveau Cluster Energies et Stockage de Nouvelle-Aquitaine, en présence de 250 personnalités de l'écosystème industriel, de recherche et de formation régional du secteur. Autant d'acteurs publics et privés réunis dans la salle plénière du Conseil régional, vivement encouragés à répondre ensemble au défi industriel du stockage de l'énergie, « afin d'assurer un modèle économique qui fonctionne, ainsi développer des marchés pérennes ». Une condition sine qua non au développement d'un mix énergétique décarbonée, et donc à la transition énergétique et écologique, avec l'ambition aussi de faire du territoire de la Nouvelle-Aquitaine un leader en France et en Europe sur les énergies vertes.

Alors que l'entreprise régionale Stelia Composite signait tout récemment un partenariat avec l'équipementier Faurecia pour développer une solution de stockage de l'hydrogène sur le marché automobile, un pas de plus en faveur de la transition énergétique et le développement des énergies renouvelables a été franchi ce 12 juillet en Nouvelle-Aquitaine, avec le lancement du Cluster Energies et Stockage de Nouvelle Aquitaine. Un lancement en présence des partenaires à l'initiative de ce projet: Alain Rousset pour le Conseil régional, le Président de l'ADEME, Bruno Lechevin, Florence Lambert, directrice générale du CEA Laboratoire d'Innovation pour les Technologies des Energies Nouvelles (LITEN), et Jean-Luc Fouco, président du directoire de l'Agence de Développement d'Innovation de la Nouvelle-Aquitaine (ADI N-A).

« Le véritable défi est avant tout d'ordre industriel »Si, comme le rappelle la Vice-présidente en charge du Climat et de la transition énergétique à la Région Françoise Coutant, « un des arguments favoris des détracteurs des énergies renouvelables est leur intermittence, le stockage de ces énergies, apparaît bel et bien comme la réponse au développement d'un mix énergétique pérenne ». Si désormais la nécessité de la transition énergétique est bien comprise, estime Alain Rousset, « le véritable défi est avant tout d'ordre industriel ». Car il s'agit en la matière de ne pas se laisser déborder par la concurrence, en premier lieu asiatique, qui fournit 99% des batteries à l'Europe. « Il faut offrir une alternative à l'Europe à l'importation massive de batteries sinon nous resteront sur une niche. Or ici il y a un écosystème politique, entrepreneurial et académique dont l'alliance fera la force pour accélérer et renforcer la structuration de la filière et répondre aux opportunités industrielles et économiques des nouveaux marchés de l’énergie. » En d'autres termes et de manière très concrète, « le premier qui sortira une solution de stockage à bas coût aura gagné », estime le Président.
Un écosystème régional de l'énergie d'ores et déjà fourni, et reconnu au niveau national, avec un certain nombre de « champions » du côté entreprises, mais aussi des clusters aux thématiques transversales, le pôle de compétitivité tel la Route des Lasers et Hyperfréquences, ainsi que des acteurs publics à l'image du syndicat départemental de l'énergie 24 par exemple. Des entités que le cluster va s'appliquer à décloisonner et à en croiser les approches, pour répondre aux mieux aux enjeux et nouveaux usages du secteur au travers du stockage et de la digitalisation de l'énergie. Quant aux applications finales derrière ces enjeux, il est ici question non seulement de mobilité, mais aussi d'industrie, de territoire, de réseau, de performance énergétique des bâtiments, de sites isolés, etc... Autant dire une demande pour des solutions diversifiées de stockage de l'énergie à la hausse, dans un contexte de rentabilité des énergies renouvelables elle aussi à la hausse.

Accompagnement sur les questions technologiques et non technologiquesAu-delà d'être un lieu de rencontre et d'échange entre les acteurs, et d'accompagnement au développement de technologies opérationnelles, le Cluster travaillera aussi sur des questions non technologiques, tant sur des aspects réglementaires qu'autour de la mobilisation de l'offre, via par exemple le développement de la commande publique, très attendu par les acteurs comme levier d'enlenchement de marchés industriels... Autant d'actions du cluster qui seront menées en complément des aides de la Région aux entreprises du secteur.
Suite à cette première journée de rencontres et de présentation du Cluster, « les prochaines étapes vont consister en la structuration du Cluster en différents domaines d'activités, et à la construction d'une feuille de route, qui sera déployée à partir de septembre », indique Anna Wachowiak, DGA Pôle Développement économique et environnemental au Conseil régional.

Solène Méric
Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Publié sur aqui.fr le 12/07/2017