Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Economie | Anglet a fait décoller son premier Forum de l'aéronautique

1

La première édition de l’Anglet Aéro Atlantic, forum des métiers de l’aéronautique du Pays basque s'est tenu à l’Espace de l’Océan. Destiné au grand public, il a rassemblé une trentaine d'entreprises, les acteurs locaux et régionaux de la filière (entreprises, écoles, organismes de formation…) à l’initiative de la Ville d’Anglet et de l’Union des Industries et Métiers de la Métallurgie (UIMM) Adour Atlantique. Son président, Ary Plagnol, également directeur de Dassault aviation a profité de l'occasion pour faire un plaidoyer de ces métiers qui manquent de bras.

 Avec 613 entreprises dans les Pyrénées-Atlantiques et 169 en Bigorre, l’Union des industries et métiers de la Metallurgie, (UIMM) représente un secteur majeur sur le bassin de l’Adour, avec près de 20.000 emplois. Sur le seul bassin de l’Adour, le secteur aéronautique regroupe 13 000 salariés et 140 entreprises. Dans le sud des Landes et au Pays basque, on y recense pas moins de 4 500 salariés. L’ensemble constitue un écosystème dynamique associant des donneurs d’ordre de dimension internationale (Safran, Daher, Dassault-Aviation…) et de nombreux sous-traitants spécialisés en mécanique de précision, métallurgie ou électronique. Moteur de l’industrie et fleuron des armées nationales, l’aéronautique offre ainsi de belles perspectives d’emploi et de carrières.  Mais voila, ce secteur est bien mal connu et déficitaire en matière de vocations professionnelles, notamment sur la Côte basque. C'est pourquoi la Ville d'Anglet a organisé ce premier forum pour découvrir les métiers de l'aéronautique.

Le plaidoyer du président de L'UIMM et directeur de Dassault Aviation

Forum de l'Aéronautique

Ce forum est le résultat de l'alignement de trois planètes, le maire, Claude Olive,  estime que l'aéronautique fait partie des gènes de la ville: les terrains de la Chambre d'Amour servaient d'escale aux navigations des aviateurs de l'Ecole de Pau, puis plus tard quand Charles Lindbergh en vacances à Anglet se prit de passion pour l'aviation, puis l'arrivée de noms prestigieux de l'aéronautique française comme Latécoère en 1937, puis Bréguet en 1939 et Dassault en 1971 devenu Dassault Aviation installée  entre Pignada et Adour. L'usine compte un millier de salariés. Ou encore Alcore  Brigantine, héritière de Birgantine Aircraft spécialisée dans les matériaux en nid d'abeille et enfin Télérad qui réalise à Anglet des systèmes de radio- télécomunication aéronautiques de renom internationnal.

Forum de l'Aéronautique

Un avis que partage largement Ary Plagnol, nouveau directeur de l'UIMM Adour Atlantique et de Dassault Aviation à Anglet (au premier plan sur notre photo, avec Claude Olive et le général Gaviard), pour lequel ce forum aura été  une tribune pour décliner un plaidoyer pour les métiers de l'aéronautique et le panel des métiers qu'elle offre pour les jeunes en quète d'emploi.

"Le développement de l'emploi sur notre territoire est confronté à un paradoxe aujourd'hui:  une schizophrénie très marquée. Globalement, il est très dfficile de trouver des emplois notamment pour nos enfants qui oblige malheureusement beaucoup d'entre eux à quitter le territoire. Parallèlement les industries territoriales créent de l'emploi et luttent pour se développer. Au premier abord, on pourrait se contenter de dire qu'il y a une simple lacune de communication et la genèse est beaucoup plus complèxe. Les entreprises luttent dans un environnement concurrentiel très instable qui vient notamment de l'international. L'élection de Donald Trump à la présidence des Etats Unis a considérablement changé la donne commerciale donc industrielle. Les États-Unis ont mis en place un protectionisme extrèmement puissant qui se propage bien au delà de leurs frontières de manière plus ou moins directe y compris sur les entreprises de notre territoire. Il faut ajouter à cela les effets du Brexit."

Toutes ces tensions accentuent plus encore la dureté des combats industriels y compris sur notre territoire. Le contexte d'images des entreprises est enncore plus dégradé dans notre pays. Dans la majorité des pays notamment anglo-saxons, l'industrie est valorisée, écoutée, accompagnée. Dans notre pays pour certains, quand on évoque le monde industriel il est de bon ton d'y associer une certaine morosité, de prédire un avenir sombre, l'actualité elle est souvent commentée en stigmatisant les dirigeants d'entreprise. Je ne partage absolument pas ce défaitisme.  Je ne partage pas non plus l'image que l'on veut donner des entreprises qui consiste à la présenter comme des gouffres à budget et des consommateurs de défiscalisation au profit d'une politique sociale dégradée. C'est avoir une bien mauvaise connaissance de l'impact bénéfique de notre industrie dans notre pays que de la décrire ainsi. Des sociétés étrangères s'implantent régulièrement en France, ce n'est sûrement pas par compassion ni par philantropie. N'entrons pas dans le jeu qui consiste à nous faire rougir de notre compétivité.", plaide encore Ary Plagnol.

"Des centaines de postes à pourvoir sur les Pyrénées-atlantiques"

 "Plusieurs centaines de postes sont à pourvoir pour la métallurgie sur le territoire des Pyrénées-atlantiques, martèle Ary Plagnnol. Pour la première fois depuis longtemps, l'industrie crée de l'emploi. Sur la  seule branche de la métallurgie, nous prévoyons d'effectuer 110 000 emplois d'ici 2025. Sur notre territoire notre bassin d'emploi s'apparente au tissu économique français qui est largement dominé par le tertiaire. Les services s'affirment ainsi comme étant le premier pilier économique du territoire. Nous avons vu cette année les conséquences néfastes d'une stratégie trop basée sur le seul tourisme. L'empreinte du monde agricole est très forte en nombre d'établissements, le troisième secteur est le commerce notamment grâce à la forte vocation touristique de notre région. Mais avec une fragilité similaire à celle des services si la stratégie territoriale est exclusivement basée sur le seul tourisme. La construction occupe également une part significative sur l'économe locale et enfin cinquième position seulement, l'industrie représente la catégorie d'attractivité la moins importante en nombre d'entreprises. Cependant, elle assure le troisième gisement d'emplois directs et a une incidence non négligeable en terme d'empois indirects sur les services et le commerce qui, à eux seuls, ne s'autosuffisent pas. L'industrie porte une solution face au chômage de masse que nous connaissons dans notre pays. Chaque emploi crée dans la métallurgie, génère trois emplois directs dans les autres secteurs. La question s'il faut ou non industrialiser notre secteur ne se pose pas."

Avec la bénédiction efficace du général Jean-Patrick Gaviard

 Enfin, troisième acteur de ce forum, le général d'aviation – en retraite — Jean Patrick Gaviard, un ancien pilote de chasse qui s'est amouraché d'Anglet et y a favorisé la venue des pilotes de la Patrouille de France, a organisé le centenaire de la naissance Georges Guynemer en organisant de remarquables tables rondes. Démarche qu'il a à nouveau animée ce vendredi soir en organisant un débat avec des hommes et des femmes pilotes civils et militaires. Afin que les jeunes et leurs parents partagent des histoires d'aviation pour de vrai.

Ce premier forum qui a connu un beau succès de fréquentation a enfin révélé des organismes de formation spécialisés à participer au forum parmi lesquels Compositadour, l’Université des Métiers de Bayonne, le Campus d’enseignement supérieur et de formation professionnelle (CESI), l’IUT de Bayonne et du Pays Basque, les lycées Jean-Taris (Peyrehorade), Saint-Joseph (Hasparren), Pays de Soule (Chéraute)…

Félix Dufour
Félix Dufour

Crédit Photo : F.D.

Publié sur aqui.fr le 17/11/2018