Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/05/19 : Ultimatum lancé par les pruniculteurs de la CR47 à l’ensemble des transformateurs "afin qu'ils trouvent un compromis sur un prix satisfaisant pour conforter les producteurs, ou bien ceux-ci les obligeront à le faire dans un avenir proche."

20/05/19 : Suite à l’incendie de samedi soir dans le parking des salinières, le tram C est interrompu entre les stations Quinconces et Gare Saint-Jean. Le C ne reprendra qu’après la levée de doute sur l’état de la structure de la dalle où circule le tramway.

20/05/19 : La section Gironde de l’Ostau Occitan crée une rencontre bimensuelle sur la culture et la langue occitanes à Bordeaux. Rdv au café associatif Le Petit Grain, le mardi de 18h45 à 20h30. Ce 21 mai: "Chansons traditionnelles occitanes de diverses régions"

19/05/19 : Le gros incendie qui s'est déclaré samedi à Bordeaux dans le parking des Salinières a mobilisé plus de 100 pompiers et 50 véhicules, nécessité l'évacuation des riverains et va avoir pour conséquence l'interruption de trafic sur la ligne C du tramway

19/05/19 : Vienne : avec les problèmes informatiques rencontrés par Parcours'sup, l'université de Poitiers assure que tous les postulants dans les filières qui ne sont pas en tension seront acceptés à la rentrée prochaine.

18/05/19 : Vinexpo Bordeaux fait le bilan : 650 participants à son symposium d'experts sur le climat, 2300 "rendez-vous qualifiés" pendant le salon mais une forte baisse du nombre de visiteurs, "de l'ordre de 30%".

17/05/19 : Venue en éclaireuse à Espelette en ce jeudi, Brigitte Macron devrait précéder le chef de l’État, Emmanuel Macron en visite à Biarritz ce vendredi où il rencontrera le préfet et des élus dont Michel Veunac, le maire de Biarritz en préparation du G7.

16/05/19 : Un comité de lignes TER ouvert aux usagers se tient le 20 mai à 18h à la mairie de La Réole. La ligne Bordeaux-Agen y sera étudiée à la loupe: trafic, régularité, qualité des services, travaux, etc.+ d'info

16/05/19 : À quelques jours des élections européennes, l'association Voix Publique(s) et le CRIJ Nouvelle-Aquitaine mettent l'Europe en procès pour une soirée ludique le 21 mai à 18h30 au CRIJ de Bordeaux. "Pour ou contre l'Europe, venez témoigner!" + d'info

16/05/19 : Le candidat LR aux Élections Européennes François-Xavier Bellamy sera présent le 23 mai prochain 19h à Marans (17) en compagnie du député LR Christian Jacob, et de deux autres candidats LR aux Européennes, Christina Soroni et David Labiche.

15/05/19 : Niort : l'agglomération vient d'inaugurer de la nouvelle Pépinière d’Entreprises du Niortais située dans des anciens locaux du Credit Agricole, plus de 300m2 dédiés au coworking, 20 bureaux et des possibilités d’accueil événements sur 1000m2.

15/05/19 : Le 24 Mai, 180 choristes interpréteront le Magnificat de Jean-Emmanuel Filet, et le Credo pour 6 voix d’Alexis Duffaure, écrits pour chœur, orgue, cuivres et cloches. Deux créations mondiales, commandes de la Maîtrise de Bordeaux.+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 20/05/19 | Handicap: succès pour le DuoDay en Nouvelle-Aquitaine

    Lire

    1769 duos ont été constitués en Nouvelle-Aquitaine dans le cadre de la 2ème édition nationale du DuoDay, qui s’est tenue jeudi 16 mai. La Nouvelle-Aquitaine représente près de 14% des duos salarié-personne handicapée constitués au niveau national. En Gironde, 421 duos ont pu être concrétisés. Le Lot-et-Garonne, où le DuoDay a été lancé dès 2016, est aussi très impliqué, avec 366 duos. Plus de 1000 employeurs, publics et privés se sont mobilisés dans la région, pour cette journée qui se veut être un tremplin vers l’emploi des personnes en situation de handicap.

  • 20/05/19 | Elections européennes du dimanche 26 mai : procurations

    Lire

    Les élections européennes ont lieu le dimanche 26 mai. En Dordogne, les bureaux de vote seront ouverts entre 8 h et 18 h. Si vous êtes absents le jour du vote, il est encore possible de faire établir sa procuration. La démarche est à effectuer auprès des commissariats de police de Périgueux et de Bergerac (du lundi au vendredi de 8h à 12h et de 13h à 16h), dans les brigades de gendarmerie de la Dordogne et au tribunal d'instance du domicile ou lieu de travail du demandeur.

  • 20/05/19 | Une idée pour Floirac? La 3ème édition des budgets participatifs est lancée!

    Lire

    Les habitants de Floirac ont jusqu’au 27 septembre pour proposer leurs idées. Pour être éligibles, les projets doivent respecter certains règles, comme avoir un intérêt commun, agir en faveur de l’amélioration du cadre de vie, ne pas dépasser 25 000 €, porter sur le domaine public ou encore respecter les principes de la démarche participative locale. Les services municipaux travaillent toujours à la mise en place des projets de l’édition 2018. Toutes les infos sont à retrouver sur la plateforme participative.

  • 20/05/19 | Parcours'Sup : l'université de Poitiers promet d'intégrer la plupart des postulants

    Lire

    Suite aux dysfonctionnements de Parcours Sup, l'université de Poitiers assure qu'elle intégrera bien tous les postulants à la rentrée prochaine, dans les filières qui ne sont pas sous tension : chimie, informatique, mathématiques, physique, sciences de la terre, sciences de l'ingénieur, langues étrangères appliquées, lettres, géographie et aménagement, histoire, histoire de l'art et archéologie, musicologie, philosophie et sociologie.

  • 18/05/19 | Préparation du sommet Youth7 à l'Hôtel de Région à Bordeaux 

    Lire

    Ce samedi 18 mai à 14h, Alain Rousset (président du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine) et Nathalie Lanzi (vice-présidente en charge de la jeunesse) accueillent le Youth7 (G7 des jeunes) pour un atelier de concertation afin de préparer le sommet, qui aura lieu le 9 au 14 juin à Paris. Ce sommet rassemblera une délégation de jeunes leaders de chaque pays du G7 et de l'Union européenne. Ils veulent attirer l’attention des chefs d’État et du gouvernement sur les préoccupations de leur génération.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Environnement | Bordeaux Métropole : des responsables contestent le SRCE

29/05/2015 | Le Schéma Régional de Cohérence Ecologique, dont le vote est prévu au second semestre, suscite de vives réactions de la part de plusieurs acteurs de la métropole

Un ensemble de responsables se sont réunis aujourd'hui pour protester contre le SRCE

Le SRCE, schéma régional de cohérence écologique, outil juridique élaboré dans le cadre de la loi Grenelle II, vise à enrayer la perte de biodiversité et la dégradation des écosystèmes d'ici à 2020. L'enjeu est de taille, mais la colère de nombreux acteurs de la Métropole dont le maire de Bordeaux, l'est tout autant. L'ensemble des responsables de SCoT Aquitaine et de nombreux autres acteurs du territoire demandent en effet la suspension de l'enquête publique, dont la clôture est prévue le 5 juin prochain, et somment le préfet de la région de s'expliquer à ce sujet. A l'heure d'un bilan qui se rapproche, les esprits s'échauffent...

Petit rappel des faits : en 2012, la DREAL et la région ont lancé l'élaboration du SRCE (ou schéma régional de cohérence écologique), dans le but avoué d'enrayer "la perte de biodiversité". Il doit en fait définir les enjeux prioritaires et déterminer un plan d'actions stratégiques. Concrètement, tout projet de travaux, ouvrages, aménagement ou activité devra éviter les atteintes au mileu naturel ou les compenser. Dès 31 janvier 2014 le SRCE a été présenté à une batterie d'élus, pour aboutir à une enquête publique lancée le 27 avril et qui doit se terminer le 5 juin en vue d'une approbation par arrêtés du Conseil régional et du Préfet. L'un des enjeux principaux reste "l’identification des trames vertes et bleues à préserver et/ou restaurer". 

Des méthodes contestéesLà où les problèmes se posent, c'est lorsqu'un grand nombre d'acteurs du territoire dont le Sysdau (ou schéma de cohérence territorial de la métropole bordelaise), le CIVB (Conseil Interprofessionnel du Vin de Bordeaux) ou encore la Chambre de Commerce et d'Industrie et en premier lieu le président de Bordeaux Métropole, Alain Juppé, contestent les méthodes et les circonstances dans lesquelles le SRCE pourrait être adopté dans le courant du second semestre 2015. Ainsi, comme le souligne Michel Labardin, président du Sysdau, "les travaux des SCoT (Schémas de Cohérence Territoriale)ont été nombreux, labéllisés et "grenellisés", ils auraient du se retrouver en harmonie avec le SRCE. Ce que nous contestons aujourd'hui, ce sont les méthodes d'élaboration. Nous avons subi à l'été 2014 une concertation qui a duré un mois seulement. Malgré quelques changements apportés, les prérequis ne sont pas atteints, c'est pourquoi le document ne peut pas reccueillir notre assentiment", déplore-t-il. 

En fait et lieu, les reproches faites au SRCE par les responsables se divisent en plusieurs points. Sur le fond, d'une part : selon eux, la méthodologie choisie "ne propose aucune hiérarchisation des enjeux de préservation de biodiversité" et l'approche cartographique est elle aussi remise en cause, les "réservoirs de biodiversité" placés sur certains pans du territoire ne se baseraient ainsi sur aucune expertise scientifique valide. Le massif forestier des Landes ferait ainsi parti de ces zones de "réservoirs", sans prendre en compte les activités économiques qui s'y déroulent. Enfin, plusieurs zones économiques à venir ne seraient même pas prises en compte par le SRCE. Sur la forme, d'autre part : là, c'est surtout le manque de concertation qui est pointé du doigt. Les cartes finales n'auraient ainsi jamais été présentées et le document dans son intégralité pourrait apporter une obligation de révision des documents d'urbanisme, et complexifier un peu plus la mise en oeuvre réelle de ce schéma. 

Un avis non pris en compte ? "A Ambès, par exemple, les activités économiques peuvent connaître des extensions. Si le SRCE est adopté, il faudra apporter la preuve que ces extensions ne nuisent pas... Même certaines zones d'activités de la Métropole se retrouvent protégées. Tout cela est trop uniforme. Ce qui est opéré ici, c'est un nivellement par le bas qui pourrait ouvrir un champ de contentieux important", renchérit Michel Labardin. "Dans le dossier de l'enquête publique, nous ne retrouvons pas les traces de la discussion et de l'engagement du préfet. Ce schéma risque d'être remis en question à tout moment; n'importe quelle association poura avoir une idée différente de la prise en compte d'un projet. On ne peut pas se le permettre", rajoute Jean-Guy Perrière, président du Sybarval. Jacques Mangon, Vice-président de la Métropole, a tenu à souligner "la contradiction majeure entre les projets et la réalité cartographique. La Métropole est étonnée du manque de réactivité de l'Etat, malgré les demandes de prise en compte de nos remarques il y a déjà de nombreux mois".

Des entreprises menacées ? L'ensemble des responsables pensent également aux entreprises : le classement de certaines zones commerciales comme le terminal du port d'Ambès, en zones "réservoirs", en sachant que le port en question fait circuler environ la moitié de l'activité économique du Grand Port de Bordeaux, pourrait effrayer les investisseurs, et même stopper certains développements. Comme le déplore Didier Mau, Vice-président de la Communauté des Communes du Médoc en charge de l'urbanisme, "dans un territoire qui est déjà très contraint, tout le travail fait depuis des années est balayé d'un coup de plume. Le SRCE d'Aquitaine s'appuie sur des documents qui ont dix ans de retard". Pour les responsables, ces disfonctionnements sont spécifiques à l'Aquitaine. "Les SRCE de Rhône-Alpes et de Bretagne sont plus nuancés, les méthodes ont été différentes, la production plus prudente, la concertation réelle", affirme ainsi Michel Labardin. 

L'opposition s'accrocheDe leur côté, certains élus-qui ne sont évidemment pas du même bord politique que le maire de Bordeaux-dont Monique de Marco (qui l'a d'ailleurs vivement défendu à l'occasion du lancement des Journées Aquitaine Nature), Michel Daverat (lui aussi membre du Sybarval...), Stéphane Saubusse, Noël Mamère ou encore Pierre Hurmic, conseiller de Bordeaux Métropole, ont fait savoir leur soutien au schéma actuel dans un récent communiqué. "Le SRCE est fortement attaqué comme l'était la création des zones Natura 2000. Fruit d'une élaboration conjointe depuis plusieurs années, l'échec de son approbation par des lobbystes économiques ou bâtisseurs mettrait la région Aquitaine dans une situation délicate : être la seule Région à ne pas avoir délibéré sur cet outil d’aménagement essentiel". Ceux qui sont désignés comme les lobbyistes économiques, eux, demandent au préfet de réagir "au plus vite" et de suspendre l'enquête publique, à seulement quelques jours de sa clôture. Rappelons que si le SRCE est bien validé par l'ensemble des instances régionales, les SCoT bénéficieront d'un délai de 3 ans pour le prendre en compte. D'ici là, d'autres concertations devraient voir le jour...  

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Bordeaux Métropole 2030Cet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
9045
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !