Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/02/20 : A partir du lundi 24 février, les détenteurs d'un abonnement TBM pourront emprunter la ligne 42 du TER entre Bordeaux Saint-Jean et Parempuyre, et entre Pessac-Centre et Parempuyre, avec cette même carte TBM. Une expérimentation d'1 an renouvelable.

20/02/20 : C'était une figure de la presse française: Jean Daniel le fondateur du Nouvel Observateur s'est éteint ce 19 février à 99 ans. Ce natif d'Algérie, comme Camus, fut aussi un des témoins exigeants de la renaissance du parti socialiste dans les années 70.

19/02/20 : La métropole de Bordeaux a choisi le groupement Eiffage/UCPA/Dalkia et Banque des Territoires pour construire le futur stade nautique de Mérignac. Les travaux doivent démarrer en novembre pour une livraison en 2022.

19/02/20 : Municipales: la liste "Changer!" présente son programme pour Villenave d'Ornon autour de Patrick Bouillot et Florence Rialland ce samedi 22 février, à 10h, salle Jacques Brel

18/02/20 : Présence annoncée de Benoît Biteau député européen EELV et agriculteur en Charente-Maritime à la réunion, ce jeudi 20 février à 19h30, de la liste "Villenave écologique, solidaire et citoyenne" à l'auditorium de Sourreil.

18/02/20 : Dans le cadre des Conférences Montaigne organisées par l'Université bordelaise du même nom, Noël Mamère interviendra ce jeudi 20 février (Amphi B - 18h) sur le thème de "L’écologie, le paradigme politique du XXIe siècle".

18/02/20 : La FDSEA 64 a renouvelé son bureau: Franck Laborde, céréalier, secrétaire général de l’AGPM et éleveur de canards à Préchacq-Navarrenx en est le nouveau président, remplaçant Bernard Layre, devenu l'an dernier Président de la Chambre d'agriculture 64

16/02/20 : Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, a démissionné et conduira finalement la liste LREM aux municipales de Paris sur décision évidente d'Emmanuel Macron; le député Olivier Véran lui succède au ministère.

10/02/20 : Charente-Maritime : le festival electro Stereoparc a dévoilé les premiers noms de la programmation de la soirée Coco Coast du samedi 18 juillet 2020 : Martin Solveig, Bakermat et Bellecour.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 20/02/20 | Une coupure de courant géante à Poitiers revendiquée par la CGT

    Lire

    Ce jeudi 20 février, une partie de l'agglomération de Poitiers (centre-ville et l'ouest de l'agglomération) a été plongée dans le noir. La coupure d'électricité a duré un peu plus d'une heure de 9h30 à 10h30 dans certains quartiers de la ville. Selon Enedis, 30 000 personnes auraient été impactées. Cette action a été revendiquée dans un communiqué par l'Union départementale CGT de la Vienne et la CGT Energie mobilisées contre la réforme des retraites dont ils veulent le retrait pur et simple.

  • 20/02/20 | L 214 s'en prend à la Sobeval à Boulazac (24), la préfecture réagit

    Lire

    L214 a publié ce jeudi une nouvelle vidéo mettant en cause les abattoirs de la Sobeval à Boulazac. L'association va porter plainte pour cruauté sur les animaux. Elle affirme qu'il y a des manquements à la réglementation dans l'abattage des veaux et demande la fermeture administrative du site. Ces images ont été visionnées par les services de l'Etat. La préfecture réagit dans un communiqué : Elle affirme qu'après un premier visionnage, rien ne permet de dire qu'il y a des manquements au règlement.

  • 20/02/20 | La plateforme Océan Climat en séminaire à La Rochelle

    Lire

    Après avoir contribuée à l'élaboration de l'exposition Climat Océan au musée maritime, la Plateforme Océan et Climat vient faire son séminaire annuel à La Rochelle, les 24 et 25 février. Fondée en 2014, la POC rassemble la communauté scientifique, certains acteurs de la société civile et des décideurs politiques, dont la ville de La Rochelle, autour des questions liées à l'océan et au climat. Ce séminaire sera l'occasion d'élaborer sa feuille de route 2020-2021 et de rencontrer le grand public.

  • 20/02/20 | Les boulevards bordelais pensent aux vélos

    Lire

    La métropole bordelaise continue de déployer son deuxième "plan vélo" (70 millions d'euros sur la période 2017-2020). Elle a annoncé ce mardi l'engagement de travaux entre la barrière Saint Augustin et le carrefour de la rue Jules Ferry (environ deux kilomètres) pour sécuriser la circulation des cyclistes. Ils prévoient notamment un élargissement des bandes cyclables (jusqu'à deux mètres), l'arrivée de vingt feux et de nouveaux SAS vélos sur huit carrefours et soixante nouveaux arceaux. Les travaux devraient s'étaler "jusqu'au début de l'été" et comprendre aussi des reprises de chaussée.

  • 20/02/20 | La ville de Limoges s'engage avec la Garde nationale

    Lire

    Le maire Emile-Roger Lombertie et la secrétaire d'Etat auprès de la Ministre des Armées Geneviève Darrieussecq ont signé une convention de soutien à la Grade nationale. Cette réserve opérationnelle a été créée en 2016 suite aux attentats en France. La ville de Limoges s'engage pour que ses citoyens ayant rejoint volontairement la Garde nationale puissent s'y investir plus facilement. Ils pourront ainsi y consacrer jusqu'à 30 jours par an, contre 5 auparavant. De plus, cette mobilisation pourra se faire hors de leurs périodes de vacances. La Garde nationale compte 76 000 réservistes opérationnels en France.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Bordeaux Métropole : Mont-de-Marsan signe un premier "contrat de mariage"

24/06/2019 | La ville de Mont-de-Marsan a signé ce lundi 24 juin un "protocole de coopération" avec la métropole bordelaise et la ville pour développer des échanges communs.

Théâtre de Gascogne

Après Angoulême, Libourne, Marmande et Limoges, c'est au tour de Mont-de-Marsan d'engager le dialogue avec Bordeaux Métropole. La ville a signé ce lundi 24 juin un "protocole de coopération" avec la métropole et la ville de Bordeaux, principalement à vocation culturelle et touristique. Ce premier pas pourrait d'ailleurs n'être qu'un début pour l'agglomération bordelaise, qui a entamé une ouverture vers les "villes moyennes" à 2014, ouverture qui se poursuit aujourd'hui dans un contexte de "fracture territoriale" de plus en plus prégnant. Un nouveau virage devrait d'ailleurs intervenir dès la rentrée prochaine.

Mont-de-Marsan a rejoint ce lundi la liste des territoires souhaitant engager une collaboration avec la métropole bordelaise en signant un protocole de coopération avec la métropole et la ville de Bordeaux. Ce dernier vise, en particulier, à renforcer les échanges dans le domaine de la culture et du tourisme. "Il faut faire vite ce qu'on sait faire déjà à peu près bien", a ainsi concédé le président de Bordeaux Métropole, Patrick Bobet. "C'est d'abord un partenariat muséal, ce qui est logique quand on connaît le Musée Despiau-Wlérick de Mont-de-Marsan. On pourra envisager, par exemple, des échanges d'expositions. Même chose au niveau des spectacles vivants du côté du Théâtre de Gascogne. L'intérêt, c'est que lorsqu'on créé des évènements culturels, nos deux villes puissent collaborer. Le deuxième acte important, c'est le tourisme. Mont-de-Marsan s'est doté d'un office de tourisme depuis 2013, il y a donc des choses à échanger avec celui de Bordeaux Métropole". 

Sujets ciblés

Cette dynamique, regroupée au sein de Bordeaux Métropole Coopérative, est impulsée depuis 2014 pour favoriser des échanges et des partenariats entre l'agglomération et d'autres villes de la Gironde ou de la région Nouvelle-Aquitaine, participant ainsi à cette politique de "décentralisation" souhaitée par les différentes institutions locales. La LGV et l'attractivité de Bordeaux sont passées par là, et elles attisent plus encore l'intérêt qu'avant. Les premiers contrats de coopération, eux, sont arrivés à partir de 2016 : Angoulême, Libourne, le Val-de-Garonne et Saintes, Limoges et, enfin, Mont-de-Marsan. Ces "contrats" sont adaptés à chaque territoire dans lesquels ils sont signés. À Libourne, on identifie les mobilités et l'économie (qu'on parle de foodtech, de tourisme fluvial ou d'un parc d'activité viti-vinicole à Vayres) comme les sujets majeurs. Du côté du Val de Garonne, on mise plutôt sur le "gouvernance et logistique alimentaire durable", la mobilité (un bus reliant Créon à Bordeaux sera expérimenté dès la rentrée de septembre), l'habitat et le numérique. Pour Charles Dayot, maire de Mont de Marsan et président de la communauté d'agglomération, "c'est une première étape. Nous sommes fiers de l'attractivité de Bordeaux, on peut même dire qu'on s'en sert. Ces deux thématiques sont des vecteurs intéressants qui nous rapprochaient. Le Théâtre de Gascogne vient en effet d'être labellisé comme scène conventionnée d'intérêt national. Il faut pouvoir se défendre avec ses atouts et échanger sur nos programmations culturelles respectives. Le développement économique et la question des étudiants pourraient être de futures pistes à venir". 

Des discussions à enclencher

Car la métropole s'apprête à mettre les bouchées doubles dans cette politique de coopération. Le Bassin d'Arcachon, un temps frileux, pourrait être le prochain à apposer sa signature. Il faudra cependant très vite envisager l'acte 2, face à des coopérations que certains, par les thématiques abordées, pourraient juger comme timides lorsque l'on sait le rapport étroit entre la grogne sociale de ces derniers mois et la fracture entre urbain et rural. Le maire de Bordeaux, Nicolas Florian, ne s'en cache pas. "C'est plus facile de tisser des partenariats sur des choses qui vont bien et qui déjà sont opérationnelles, reste maintenant à identifier les sujets qui ouvrent des discussions. Il y a d'abord celui de la mobilité. Il ne pourra se résoudre qu'avec la région et son syndicat mixte intermodal ou le contrat qu'elle vient de passer avec SNCF Réseaux et les TER, qui a du sens ici. À un moment", poursuit-il, "il faudra aussi ouvrir le débat de la juste compensation. Quand l'agglomération, qui consomme environ 50 millions de mètres cubes d'eau par an va en capter les deux tiers à l'extérieur, il faut qu'on puisse démontrer qu'on compense ce service qu'on nous apporte. Dans quelques semaines ou mois, il y aura aussi un grand débat sur les énergies renouvelables. On sait bien que ce n'est pas au Bouscat, à Talence ou à Bordeaux qu'on va installer des champs d'éoliennes ou de panneaux photovoltaïques. Ca passera donc par des discussions avec les autres municipalités sur des questions d'aménagement du territoire. Enfin, je serai tout à fait d'avis de réimplanter une entreprise qui aurait décidé de venir dans l'agglomération dans un secteur périphérique. Pour le moment, on a un problème de fiscalité : la recette fiscale de la métropole n'est pas neutre. S'il n'y a pas un peu de péréquation ou de révision sur des transferts de fiscalité, on n'y arrivera pas. L'État devra envisager une nouvelle phase d'organisation et de relations entre les collectivités, sinon on continuera à être dans une course à l'accueil et on restera murés chacun de notre côté".

Le Médoc en point de mire

L'autre objectif affiché par la métropole, c'est aussi d'enclencher des collaborations avec des territoires plus proches. L'un d'entre eux, en particulier, est visé par BMC : le Médoc, dont les résultats aux dernières européennes (à l'exception de cinq communes) a redessiné la carte au feutre bleu marine. "J'ai rencontré Henri Sabarot (président du syndicat mixte Pays Médoc) il y a quinze jours, il est évident que la création récente du parc national du Médoc est un bon prétexte pour échanger des pratiques ou venir offrir des modes de transports plus performants", confirme ainsi Patrick Bobet. "De notre côté, nous sommes demandeurs de nature, de culture, d'eau… Il ne faut pas qu'on aborde ces territoires comme des espaces conquis. Nos services réciproques travaillent déjà ensemble pour identifier différentes thématiques de travail". La création de ce "Parc Naturel Régional" apparaît donc comme un signal de regroupement "inespéré" pour Mylène Villanove, conseillère municipale et métropolitaine en charge des coopérations territoriales (poste d'ailleurs créé en 2014 pour piloter les coopérations inter-territoriales), d'autant que la population de celui des Landes de Gascogne a doublé depuis sa création en 1970. À une agglomération autrefois sans égal et tournée vers l'Atlantique, ces collaborations multiples opposent donc un besoin d'anticiper les défis à venir. "Nos liens ont permis une meilleure connaissance des acteurs et de meilleurs échanges, mais nous nous basons sur des flux qui existent déjà", avoue cette dernière au moment de justifier la liste des priorités.  Charge à ce fameux "acte 2" de le prouver.

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : OANA

Partager sur Facebook
Vu par vous
5697
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !