Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

22/06/21 : L'ancien vice-président du Conseil départemental de la Dordogne en charge de l'agriculture, Jean-Pierre Saint-Amand est décédé lundi à l'âge de 71 ans. Il a été conseiller départemental du canton de Vergt de 1992 à 2015.

21/06/21 : Usinage, soudage, maintenance, aéronautique... Le CFAI Adour ouvre ses portes au public les 25 juin et 7 juillet sur ses 3 sites d'Assat (64), Lanne (65) et Tarnos (40). Il propose 148 offres en apprentissage dans les entreprises industrielles locales+ d'info

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Véronique Chabreyrou et Jacques Ranoux, candidats de gauche, soutenus par la majorité sortante, sont en tête avec 37,80 %, devant le binôme RN Pascale Léger et Serge Muller à 23,80 %.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Sur le canton de la vallée de la Dordogne, Germinal Peiro (PS) le président du conseil départemental sortant est réélu avec 64,96 % dès le premier tour. Il est associé à Patricia Lafon-Gauthier.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : le binôme socialiste composé de Marie-Lise Marsat et Serge Mérillou est réélu sur le canton de la Lalinde.

20/06/21 : Régionales en Dordogne : Sur le canton de Saint-Astier, Alain Rousset (PS) est en tête avec 30,39 % des voix devant la candidate RN Edwige à 23 %. L'écologiste Nicolas Thierry est en 3e position à 10,51 %.

20/06/21 : En Dordogne, l'abstention estimée pour les élections départementales et régionales en Dordogne est de 66,2%. C'est la participation la plus faible de toutes élections confondues dans le département.

20/06/21 : En Haute-Vienne, le taux de participation à 17h était de 28,54% en forte baisse par rapport à 2015 où on avait enregistré 52,36 % de votants à la même heure.

20/06/21 : Dans les Pyrénées-Atlantiques, après un taux de participation à midi s'élevant à 14,5%, ce même taux s'affichait à 31,37 % pour le double scrutin des élections régionales et départementales du 20 juin 2021.

20/06/21 : A 17h, le taux de participation aux élections régionales et départementales s'élève à 25,68%. En 2015, il était de 45,09% pour les régionales et 44,78% pour les départementales, soit une baisse de près de vingt points.

20/06/21 : Dans la Vienne, la baisse de la participation aux élections régionales et départementales se confirme. À 17h, le taux était de 26,07% contre 43,77% pour les départementales en 2015 et 44,87% pour les régionales en 2015.

20/06/21 : En Dordogne, le taux de participation au premier tour des élections départementales et régionales estimé à 17 h est de 33,78 %, en baisse par rapport aux scrutins de 2015.

Arte Flamenco
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 23/06/21 | 5000 € de dons remis au Téléthon Gironde

    Lire

    Les salariés d'EDF Commerce sud ouest, qui participent régulièrement aux courses du Téléthon, se sont adaptés au contexte sanitaire en participant à un challenge à distance via une application de loisir qui permet de cumuler des points en pratiquant l’activité physique de son choix. En 15 jours, du 30 novembre au 13 décembre 2020, les 260 participants ont réussi à récolter la somme de 5 000 €, qui servira "à soutenir la recherche et la mise en œuvre des premiers médicaments pour des maladies rares et génétiques", précise Christian Capdeville coordinateur du Téléthon en Gironde. Le don a été remis à l'association ce 22 juin.

  • 23/06/21 | Une nouvelle bâtonnière pour l'Ordre des avocats de Bordeaux

    Lire

    Les élections du Bâtonnat de Bordeaux se sont déroulées ce mardi 22 juin. A l'issue des votes, c'est Christine Maze qui a été élue Bâtonnière du Barreau de Bordeaux. Avocate depuis 1992, elle collabore à l'Association des avocats pénalistes de France. Elle prendra ses fonctions, à la suite de Christophe Bayle, le 1er janvier 2022, avec à ses côtés, Monsieur Pierre Fonrouge, vice Bâtonnier, lui même successeur de Caroline Laveissière. Ils sont élus pour 2 ans.

  • 22/06/21 | Maïsadour cède son pôle Charcuterie à la Fipso

    Lire

    Le groupe Fipso (Filière Porc du Sud-Ouest), fondé en 1965, vient d’acquérir, afin de poursuivre sa croissance, l’activité salaisons sèches de la coopérative landaise Maïsadour. Cette acquisition, réalisée grâce à l'intervention des 4 caisses régionales du Crédit Agricole, va permettre à la Fipso de récupérer 5 sites de production (en plus de se 3 usines) et de se positionner en leader du Jambon de Bayonne. Maïsadour, de son côté, va ainsi se recentrer sur l'activité Foie gras et vise à retrouver la voie de la croissance d'ici à 2023.

  • 22/06/21 | Le bassin de la Midouze se restaure

    Lire

    Dans le cadre de l’appel à projets initié par l’Agence de l’Eau Adour-Garonne, l’Institution Adour en partenariat avec l’Association de protection de l’environnement du Gers ainsi que les syndicats mixtes du Midou et de la Douze, et celui du bassin versant de la Midouze ont déposé un projet de restauration et d’aménagement de 8 périmètres de zones humides sur le bassin de la Midouze.

  • 21/06/21 | Régionales : Pas d'accord Rousset-Thierry ce lundi

    Lire

    Alors que se pose depuis hier soir la question d'un accord entre la liste du président sortant Alain Rousset et celle de Nicolas Thierry pour EELV, les négociations semblent pour aujourd'hui dans l'impasse. "Ce lundi, aucun accord n’a pu être signé. Il n’y avait manifestement aucune volonté d’accord tant les exigences et le ton employé étaient incompatibles avec une possibilité de négociation.", indique le service de presse du candidat Alain Rousset. "Je ne conçois pas la politique régionale comme une simple question de partage de postes. C'est une relation politique, pas une question comptable", indique le président sortant.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Bordeaux parle finances et stationnement

27/02/2018 | Le budget prévisionnel et la politique de stationnement sont sans conteste les deux sujets majeurs de cette semaine en Conseil municipal de Bordeaux, sur fond de rappel à l'ordre.

Conseil municipal Bordeaux février 2018

C'est à un débat sur les orientations budgétaires bien particulier auquel s'est livré le Conseil municipal de Bordeaux ce lundi. Si, dans le fond, la formule ne change pas, c'est dans la forme qu'il faut chercher l'originalité. Le maire de Bordeaux a en effet répondu directement aux attaques proférées par Laurent Wauquiez sur la gestion municipale. Tout cela n'aurait été que du bon mot politique si la grogne des habitants face aux nouvelles politiques de stationnement n'étaient pas venues s'inviter à la fête. On vous résume les points principaux de ce rendez-vous aux airs de lettre d'intention.

La leçon d'économie

Agenda chargé cette semaine pour la politique à Bordeaux et sur la métropole. Si ce mardi doit avoir lieu le lancement de la démarche "Bordeaux Métropole 2050" (dont nous reparlerons), le maire de Bordeaux a dû avant cela passer par la case "Conseil municipal" ce lundi, et ce dans un contexte bien particulier. On ne reviendra pas sur la polémique nationale entraînée par les propos du nouveau chef de file des Républicains, Laurent Wauquiez, ayant notamment accusé le maire de Bordeaux d'avoir "cramé la caisse". Il se trouve justement que c'est ce lundi que devait avoir lieu le débat municipal sur les orientations budgétaires. Le maire de Bordeaux ne s'est ainsi pas priver de tirer la langue face à des propos qualifiés de "minables". "Je remarque que la ville du Puy-en-Velay, dirigée par Laurent Wauquiez jusqu'en 2016, affiche une capacité de désendettement de 7,8 ans quand Bordeaux est à 4,6 ans et un taux d'endettement supérieur de 20% aux communes de la même strate. Certains ne sont pas fondés à donner des leçons dans ce domaine", a-t-il précisé avant de qualifier d'"ignorants et incompétents" ceux qui s'y autorisaient... pas besoin de préciser qui était visé. Dominique Bussereau, Anne Brézillon et Anne Walryck, eux, ont depuis décidé de quitter le navire. Alain Juppé, lui, n'a "pas voulu en rajouter" mais a quand même trouvé "une vulgarité extrême" dans l'attitude du chef de son propre parti, dont il avait déjà avoué s'être mis à l'écart quelques semaines plus tôt. Pointée du doigt pour son silence, sa première adjointe et nouvellement élue vice-présidente LR, Virginie Calmels, était assise sur son siège habituel. Poussée à s'exprimer par des élus de l'opposition municipale, cette dernière a réagi, encouragée par le maire de Bordeaux. "Je vais vous livrer un scoop, il ne m’a pas consultée. Depuis quatre ans, je ne me suis jamais désolidarisée de notre équipe, et je ne vais pas commencer aujourd’hui. J’ai voté l’ensemble des délibérations et je suis fière du travail accompli par cette équipe depuis quatre ans", a-t-elle déclaré avant d'être -surprenamment- applaudie par la majorité. "Elle m'a assurée ce matin de sa totale solidarité sur la gestion de la ville de Bordeaux. Pour ses engagements nationaux, j'ai toujours suivi la même ligne : chacun fait ce qu'il veut dès lors qu'il y a solidarité sur la gestion locale", avait déclaré un peu plus tôt Alain Juppé, interrogé par des journalistes.

Concernant la gestion des finances municipales justement, la "personne éminemment respectable" a précisé le fond de sa pensée en matière de politique fiscale, aidé par son adjoint aux finances, Nicolas Florian. Graphiques et courbes à l'appui, les deux élus défendent un taux global de taxe d'habitation parmi les plus bas d'un tableau comparatif comprenant des villes de taille comparable (32,35% en 2017 contre 34,18% pour Nantes ou 45,65% pour Lille, grand gagnant, mais devant Lyon et Nice affichant respectivement 29,76% et 29,23%). Concernant l'évolution des taux de taxe foncière entre 2002 et 2017, Bordeaux affiche +9,83% face à un moyenne nationale de 17,11% et des Nantes (+17,31%), Rennes (+18,44%) ou Strasbourg (+20,98%) loin devant. En 2018, la recette fiscale représentera pour Bordeaux 225 millions d'euros provenant de la fiscalité directe (+3,7%) dont 102 millions d'euros de taxe d'habitation et 123 millions pour les taxes foncières. Si toutes les justifications sur la politique fiscale ont eu des airs de réponse, elles ont été le moyen pour Alain Juppé de rappeler qu'en termes de dette par habitant, Bordeaux se situait "dans la bonne moyenne des villes de la strate des plus de 100.000 habitants. Nous sommes un petit peu au-dessus de la moyenne, 10 % environ, à 1.523 euros par habitant, mais Lille est à 1789 euros, Paris à 2069 euros...". Selon la majorité municipale, la fiscalité évolue sur plusieurs points : l'abattement à la base (dénoncé en juillet dernier comme une "hausse d'impôts déguisée" par l'opposition) qui passe de 19 à 15%, soit en moyenne 48 euros de plus par an et par habitant (35 euros concernant la ville et 13 euros pour la métropole). "Nous nous mettons au seuil légal", a répété le maire de Bordeaux sur ce point. Une suppression de l'exonération de deux ans de la taxe foncière pour les nouvelles constructions dans l'habitat avait déjà été votée en juillet, une majoration de la taxe d'habitation sur les résidences secondaires de 50% devrait suivre, la ville considérant que cette mesure contribue à éviter "que Bordeaux devienne une ville de résidences secondaires ou d'Airbnb comme c'est malheureusement en train de se produire". 

Pour autant, comme cela a été précisé, la ville souhaite maintenir ses investissements : 85 millions d'euros pour les dépenses d'équipement en 2018 (hors dette) et des prévisions tablant sur 210 millions d'euros d'ici 2020 et 332 millions d'euros en 2022. L'accent veut donc être mis sur les "investissements de proximité, et en particulier les groupes scolaires qui deviennent, dans toutes les communes de la métropole, la dépense prioritaire en termes d'équipements. Il a d'ailleurs été accepté par les élus de la métropole une augmentation de la participation au financement des équipements scolaires de 20 à 50% par la métropole, de façon à aider les 28 communes dans leurs efforts d'investissement". "Nous maintenons le soutien aux acteurs locaux à hauteur de 40 millions d'euros, soit une hausse de 1% du montant des subventions aux associations l'an prochain", a renchéri Nicolas Florian. La ville devra faire ces efforts dans un contexte particulier de fixation du plafond de ses dépenses de fonctionnement pour 2018-2020 (seuil fixé à 1,2% pour la métropole, Bordeaux et Mérignac) comme c'est le cas pour les 322 collectivités ayant décidé de contractualiser cette mesure avec l'État. Après avoir affirmé être en pleine négociation avec le préfet à ce sujet, Alain Juppé a précisé que le seuil devrait encore être ajusté, même s'il ne devrait pas dépasser l'objectif national (345 millions d'euros en 2018, soit une hausse prévisionnelle de +1,17% par rapport à 2017). "La démographie nous est favorable puisqu'elle augmente plus vite que la moyenne nationale, le revenu par habitant nous est défavorable puisqu'il est supérieur à la moyenne nationale. Pas de hausse des taux de la fiscalité, donc (à l'exception de l'année 2015) et rien de tel en prévision "ni pour 2019, ni pour 2020" a assuré l'adjoint aux finances. "Nous respecterons la demande de l'État, pas simplement par cohérence légitimiste mais parce que si elles ne le faisaient pas, ces communes seraient pénalisées". Le vote du budget définitif devrait préciser toutes ces données lors du prochain conseil daté au 26 mars, mais la tendance à l'air de suivre celle de la Métropole, dont les finances ont été dernièrement auscultées.

La politique Macaron

Cette séance a également été, pour l'opposition comme pour la majorité, l'occasion de revenir assez longuement sur les problèmes de stationnement à Bordeaux et la grogne des habitants qui en résulte depuis plusieurs semaines. Face à la mise en place du stationnement payant pour les quartiers de St Augustin et Caudéran s'ajoutant à la nouvelle grille tarifaire du forfait post-stationnement, Alain Juppé avait déjà réagi dernièrement en précisant que des ajustements pourraient avoir lieu. Il est revenu sur la question avec les mêmes arguments (qu'on vous épargne mais qui sont énoncés ici) et a annoncé la tenue d'une réunion ce lundi avec les représentants des comités de quartiers de Bordeaux. Réunis sous la forme de table ronde, ils seront invités à débattre avant qu'une synthèse et d'éventuelles mesures d'ajustement ne soient énoncées dans la semaine. Pour l'opposition, le constat est clair : la systématisation du même dispositif dans des quartiers aux typologies d'habitants différentes est une erreur. Il faut mettre en place une vraie concertation, et pourquoi pas mandater une étude qui recense tous les besoins pour apporter une analyse plus fine des publics. Il faut traiter la question de manière plus fine en fonction des territoires : à Caudéran, il y a moins de services de proximité, il n'y a pas de parkings de proximité et donc la règle des deux heures de stationnement saute. Au moment du fait métropolitain, on se rend compte qu'un artisan de Mérignac n'est pas traité de la même manière qu'un artisan de Bordeaux, ça fait vraiment village Gaulois renfermé sur lui même et on ne pense pas que ce soit la bonne approche. D'autant qu'une fois que St-Augustin et Caudéran seront passés en payant, il y aura des problèmes sur toutes les communes limitrophes. On a constaté ce report automatique dans d'autres quartiers. Peut-être que dans certains quartiers de Bordeaux, il faut une organisation du stationnement sans forcément qu'il soit payant. On pourrait très bien tolérer deux voitures à Caudéran là où, au centre de Bordeaux, on n'en tolère qu'une tout en permettant, sur la base du quotient familial pour les ménages modestes, d'avoir une place à moindre coût", nous précise Nicolas Guenro au lendemain d'une conférence de presse organisée par les élus municipaux PS sur la question. 

Aucune prise en compte des quartiers, c'est bien ce que reprochent à Alain Juppé les habitants des quartiers du Grand Parc, des Chartrons et du Jardin Public. Depuis le 8 février, ils ont constitué un collectif pour protester, selon leurs propres mots, contre "le caractère injuste et insupportable du stationnement payant. Là où il a été instauré, il n'a pas réglé la difficulté pour les résidents de trouver une place et accru le coût pour les usagers non résidents (amis, familles, professionnels). Et maintenant il serait étendu au quartier prioritaire du Grand Parc". Même si une rencontre avec la maire de leur quartier est prévue ce vendredi, la pétition qu'ils font circuler avait réuni ce lundi 550 signatures cumulées (physiques et sur le net). Face à ces voix qui s'élèvent, Alain Juppé calme le jeu : "la première question que je leur poserai sera de savoir si l'objectif du stationnement résidentiel, à savoir libérer des places, est atteint pour eux. Quand j'écoute ce qui se dit dans la ville, j'ai tendance à penser que oui, et le nombre de témoignages positifs sont très nombreux. C'est une mesure qui est également bénéfique pour les commerçants : ça n'a aucun intérêt pour eux d'avoir une voiture qui stationne devant leur magasin toute la journée". L'élu écologiste Pierre Hurmic a rappelé en séance que le "Grenelle des mobilités" avait eu pour conclusion que cette politique du stationnement devrait être prise en compte au niveau métropolitain". "Pour cela, il faudrait être 28", a répondu Alain Juppé, qui a révélé qu'une récente réunion de concertations avec, notamment, les maires de Bègles, Pessac, Mérignac ou Talence n'allait visiblement pas dans ce sens (on comprend aisément pourquoi : difficile pour ces communes d'accepter de payer les pots cassés de la politique de stationnement bordelaise...). Si on ne sait pas encore quelles solutions pourraient être apportées, quelques pistes ont été données comme la mise en place de zones de circulation en fonction de la qualité environnementale des véhicules, un "bonus renouvelable" pour les voitures électriques, la création de nouveaux parcs de stationnement (comme celui, autrefois en projet mais abandonné depuis, de la pelouse de Douet dans le quartier de St-Augustin) ou encore la baisse éventuelle du montant de l'amende post-stationnement, fixée à 35 euros en centre-ville et à 30 euros ailleurs.

Pour le reste, "pas de solution miracle" pour le maire de Bordeaux : "oui, il faut inciter les gens à se servir moins de leur voiture. La part modale de la voiture à Bordeaux à baissé pour arriver à 49% et je m'en félicite". Critiqué sur la privatisation du forfait post-stationnement (délivré par les agents de la société Moovia "dont les moyens sont bien supérieurs à ceux de la police municipale", a déploré Emmanuelle Ajon), ce dernier a là encore justifié : "je souhaite que le stationnement payant... soit payé. La police municipale, elle, se concentre sur le stationnement interdit. Non, nous ne faisons pas de racket. Le supplément de recettes générées par cette politique sera réinvesti dans le renforcement du nombre d'agents de police municipaux dans les quartiers", concluait cet après-midi l'élu sur la question. Les décisions éventuelles attendues dans la semaine auront la lourde tâche de faire un créneau convaincant entre contraintes et concertations.

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
23435
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !
Photo d'illustration urne vote élection Politique | 22/06/2021

Elections régionales : Ni accord, ni fusion de listes en vue du second tour

Hôtel de Région Nouvelle Aquitaine  9 mars 2017 Politique | 21/06/2021

Régionales : Rousset en tête, EELV avance, le RN recule, droite et centre s'évitent... Demain quelles alliances ?

Photo d'illustration urne vote élection Politique | 21/06/2021

Départementales dans les Pyrénées-Atlantiques : entre abstention, prime aux sortants et progression d'EH Bai

Les conseillers départementaux de la Gironde dans l'hémicycle Politique | 21/06/2021

Départementales en Gironde : les sortants plébiscités, Jean-Luc Gleyze réélu au premier tour

Il faut un sursaut de participation dimanche prochain Politique | 21/06/2021

Départementales en Dordogne : la prime aux sortants

Le premier tour des élections départementales a eu lieu ce dimanche 20 juin 2021 Politique | 21/06/2021

Élections départementales dans la Vienne : la majorité départementale en ballottage favorable

Carte électorale Politique | 21/06/2021

Aucun candidat élu aux Départementales en Haute-Vienne, abstention record

Hôtel de Région Nouvelle Aquitaine  9 mars 2017 Politique | 16/06/2021

Elections régionales: Quels candidats pour quelles compétences ?

La gauche espère conserver la majorité à l'assemblée départementales Politique | 15/06/2021

Départementales en Dordogne : la gauche espère conserver la majorité

Illustration urne Politique | 15/06/2021

Elections départementales en Charente : la droite mise sur ses têtes d'affiche

Les candidats rochelais issus du parti du maire Jean-François Fountaine, présenté le 29 avril Politique | 14/06/2021

Départementales en Charente-Maritime : on reprend (presque) les mêmes…

Le politologue Jean Petaux Politique | 14/06/2021

Départementales en Gironde: "Si instabilité il doit y avoir, elle sera plutôt à Bordeaux qu’en zone rurale" selon le politologue Jean Petaux

Jean-Jacques Lasserre, président du Département des Pyrénées-Atlantiques Politique | 11/06/2021

Pyrénées-Atlantiques : l'union droite-centre, déjà en route pour le second tour des Départementales ?

La salle du conseil du Conseil Départemental de la Haute-Vienne Politique | 11/06/2021

Elections départementales : Cinq listes se disputeront les suffrages des haut-viennois

Présentation du nouveau site internet de Limoges Métropole Politique | 03/06/2021

Limoges Métropole se dote d'un nouveau site Internet