Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

22/09/20 : L'édition 2020 du festival Animasia, prévue les 10 et 11 octobre prochains a finalement été annulée pour respecter les annonces de la Préfecture concernant les nouvelles restrictions sanitaires notamment la réduction de la jauge d'évènements publics.

21/09/20 : Après consulation du comité d’experts, la préfète des Landes a décidé qu'à compter de ce jour 14h00, la vigilance revient au niveau jaune pour les feux de forêt. Autrement dit une vigilance moyenne, au niveau 2 sur une échelle de 5.

18/09/20 : L'incendie du 17 septembre en Nord Gironde avait causé l'interruption du trafic sur la LGV Sud Europe Atlantique. Après vérification du bon fonctionnement des installations par Lisea, le trafic a repris très progressivement depuis 16 heures.

17/09/20 : Plusieurs centaines de personnes ont défilé ce jeudi à la mi-journée à Bordeaux comme un peu partout en France à l'appel de plusieurs syndicats (CGT, FSU, Solidaires) pour dénoncer le plan de relance gouvernemental et les plans sociaux.

17/09/20 : Dans le 47, la fibre optique arrive dans le Pays de Duras. 1ers foyers lot-et-garonnais raccordables début septembre grâce à l’action d’Orange passé avec le Conseil départemental.

17/09/20 : Touchés par la crise liée au Covid, les producteurs de Foie gras ouvrent leurs portes lors des journées du patrimoine (19-20/09). En Lot-et-Garonne, 2 élevages accueillent le public : La Ferme de Souleilles à Frespech et la Ferme de Ramon à Lagarrigue.

16/09/20 : Trois statues de la flèche de Notre-Dame⁩ sont de retour à Paris depuis mardi, plus précisément à la cité de l'architecture. Elles avaient été déplacées dans le cadre de travaux trois jours avant l’incendie pour être restaurées en Dordogne.

13/09/20 : A Beynac, plusieurs centaines de personnes, des dizaines d’élus dont le député des Pyrénées Atlantique, Jean Lassalle sont présents ce dimanche matin à la manifestation en soutien au projet de contournement, qui a été invalidé par la justice.

11/09/20 : Les fortes chaleurs annoncées ces prochains jours (de 31° samedi à 36° lundi et mardi)conjuguées à la sécheresse des sols, ont conduit la préfète de la Gironde à élever la vigilance risque feux de forêt au niveau orange du 12 au 15 septembre inclus.

10/09/20 : Reporté du 31 août au 7 septembre en raison de la COVID-19, le concours de Bordeaux dévoile son palmarès. 990 médailles ont été attribuées sur les 3 427 vins candidats soit 28,8% : 327 médailles d'or, 420 médailles d'argent et 243 médailles de bronze.+ d'info

10/09/20 : Le Mouvement Européen France - Gironde a tenu son Assemblée Générale début septembre. François Adoue, directeur de l'Observatoire International des Métiers Internet a été élu président de l'association et succède ainsi à Jean-Michel Arrivé.

10/09/20 : Pour le centenaire d'aquitanis, arc en rêve propose de visiter l'architecture contemporaine à l'occasion des Journées Européennes du Patrimoine. Les visites se dérouleront au Grand Parc le 19 septembre à partir de 11h puis à la Benauge le 20 septembre.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 22/09/20 | Un marché de producteurs médocains à Ludon

    Lire

    Le jeudi 24 septembre, de 18h30 à 19h30, l’AMAP des Baillots médocains organisera son premier marché des producteurs sous les arbres situés entre l’église et l’école primaire de Ludon. Ce marché des producteurs, permettra aux ludonais, et voisins, de déguster et acheter des légumes eysinais de saison, des huîtres du Cap Ferret, des confitures solidaires de Parempuyre, de la bière de Labarde, du fromage de chèvre de l’Entre-deux-mers, des produits d’entretiens bio 100 % girondins… tout en respectant les prescriptions préfectorales imposées par la situation sanitaire.

  • 22/09/20 | Une troisième journée sans voiture sur l'île Madame

    Lire

    Le mercredi 23 septembre, de 12 heures à 18 heures, l’accès à l’Île Madame par la Passe aux Bœufs, ne sera autorisé qu’aux piétons, cyclistes et utilisateurs de modes de transport doux. Une calèche et des vélos seront mis à disposition. Cette opération s'inscrit dans le cadre du classement de l'agglomération de Rochefort comme Grands sites de France, qui récompense les collectivités qui promeuvent un tourisme durable sur leur territoire. L'agglo a officiellement reçu cette distinction le 21/09.

  • 22/09/20 | Poitiers: L'Université veut favoriser la poursuite des études post bac

    Lire

    L'université de Poitiers est lauréate d'un nouveau financement du Programme d'investissements d'avenir-PIA avec le projet CODA, à la CrOisée Des pArcours, fruit d'un partenariat avec l'université de La Rochelle, le Rectorat de l'Académie de Poitiers et le Crous de Poitiers. Ce projet vise à créer une dynamique de préparation à l'entrée dans l'enseignement supérieur au plus près des possibilités d'orientation des lycéens sur tous les types de territoires. Objectif : favoriser le taux de poursuite d'études après-bac.

  • 21/09/20 | Location saisonnière : 22 villes interpellent l'Union Européenne

    Lire

    Ce jeudi, le maire de Bordeaux Pierre Hurmic était au côté des 21 autres maires de villes européennes pour demander une évolution de la règlementation sur la location saisonnière auprès de Margrethe Vestager, commissaire européenne à la concurrence. Leur but : obtenir plus de pouvoir de régulation de cette activité et "poursuivre les plateformes en cas de manquement à la règlementation locale". Des mesures en ce sens sont attendues dans un futur Acte européen pour les services numériques. À Bordeaux, environ 4 300 logements entiers sont soustraits du parc locatif privé.

  • 21/09/20 | À Bordeaux, Montaigne se cache encore

    Lire

    Le squelette en bon état de conservation d'un individu de sexe masculin, c'est ce qu'a découvert l'équipe de scientifiques qui a ouvert ces derniers jours le contenant en plomb retrouvé fin 2018 dans les sous-sols du Musée d'Aquitaine, à Bordeaux. Etant supposément le cercueil du philosophe Michel de Montaigne, les recherches continuent. De futures analyses ADN (sur des morceaux de tissus et de supposés cheveux) doivent être menés dans les prochains mois. Les résultats ne sont pas attendus avant début 2021.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Bordeaux parle finances et stationnement

27/02/2018 | Le budget prévisionnel et la politique de stationnement sont sans conteste les deux sujets majeurs de cette semaine en Conseil municipal de Bordeaux, sur fond de rappel à l'ordre.

Conseil municipal Bordeaux février 2018

C'est à un débat sur les orientations budgétaires bien particulier auquel s'est livré le Conseil municipal de Bordeaux ce lundi. Si, dans le fond, la formule ne change pas, c'est dans la forme qu'il faut chercher l'originalité. Le maire de Bordeaux a en effet répondu directement aux attaques proférées par Laurent Wauquiez sur la gestion municipale. Tout cela n'aurait été que du bon mot politique si la grogne des habitants face aux nouvelles politiques de stationnement n'étaient pas venues s'inviter à la fête. On vous résume les points principaux de ce rendez-vous aux airs de lettre d'intention.

La leçon d'économie

Agenda chargé cette semaine pour la politique à Bordeaux et sur la métropole. Si ce mardi doit avoir lieu le lancement de la démarche "Bordeaux Métropole 2050" (dont nous reparlerons), le maire de Bordeaux a dû avant cela passer par la case "Conseil municipal" ce lundi, et ce dans un contexte bien particulier. On ne reviendra pas sur la polémique nationale entraînée par les propos du nouveau chef de file des Républicains, Laurent Wauquiez, ayant notamment accusé le maire de Bordeaux d'avoir "cramé la caisse". Il se trouve justement que c'est ce lundi que devait avoir lieu le débat municipal sur les orientations budgétaires. Le maire de Bordeaux ne s'est ainsi pas priver de tirer la langue face à des propos qualifiés de "minables". "Je remarque que la ville du Puy-en-Velay, dirigée par Laurent Wauquiez jusqu'en 2016, affiche une capacité de désendettement de 7,8 ans quand Bordeaux est à 4,6 ans et un taux d'endettement supérieur de 20% aux communes de la même strate. Certains ne sont pas fondés à donner des leçons dans ce domaine", a-t-il précisé avant de qualifier d'"ignorants et incompétents" ceux qui s'y autorisaient... pas besoin de préciser qui était visé. Dominique Bussereau, Anne Brézillon et Anne Walryck, eux, ont depuis décidé de quitter le navire. Alain Juppé, lui, n'a "pas voulu en rajouter" mais a quand même trouvé "une vulgarité extrême" dans l'attitude du chef de son propre parti, dont il avait déjà avoué s'être mis à l'écart quelques semaines plus tôt. Pointée du doigt pour son silence, sa première adjointe et nouvellement élue vice-présidente LR, Virginie Calmels, était assise sur son siège habituel. Poussée à s'exprimer par des élus de l'opposition municipale, cette dernière a réagi, encouragée par le maire de Bordeaux. "Je vais vous livrer un scoop, il ne m’a pas consultée. Depuis quatre ans, je ne me suis jamais désolidarisée de notre équipe, et je ne vais pas commencer aujourd’hui. J’ai voté l’ensemble des délibérations et je suis fière du travail accompli par cette équipe depuis quatre ans", a-t-elle déclaré avant d'être -surprenamment- applaudie par la majorité. "Elle m'a assurée ce matin de sa totale solidarité sur la gestion de la ville de Bordeaux. Pour ses engagements nationaux, j'ai toujours suivi la même ligne : chacun fait ce qu'il veut dès lors qu'il y a solidarité sur la gestion locale", avait déclaré un peu plus tôt Alain Juppé, interrogé par des journalistes.

Concernant la gestion des finances municipales justement, la "personne éminemment respectable" a précisé le fond de sa pensée en matière de politique fiscale, aidé par son adjoint aux finances, Nicolas Florian. Graphiques et courbes à l'appui, les deux élus défendent un taux global de taxe d'habitation parmi les plus bas d'un tableau comparatif comprenant des villes de taille comparable (32,35% en 2017 contre 34,18% pour Nantes ou 45,65% pour Lille, grand gagnant, mais devant Lyon et Nice affichant respectivement 29,76% et 29,23%). Concernant l'évolution des taux de taxe foncière entre 2002 et 2017, Bordeaux affiche +9,83% face à un moyenne nationale de 17,11% et des Nantes (+17,31%), Rennes (+18,44%) ou Strasbourg (+20,98%) loin devant. En 2018, la recette fiscale représentera pour Bordeaux 225 millions d'euros provenant de la fiscalité directe (+3,7%) dont 102 millions d'euros de taxe d'habitation et 123 millions pour les taxes foncières. Si toutes les justifications sur la politique fiscale ont eu des airs de réponse, elles ont été le moyen pour Alain Juppé de rappeler qu'en termes de dette par habitant, Bordeaux se situait "dans la bonne moyenne des villes de la strate des plus de 100.000 habitants. Nous sommes un petit peu au-dessus de la moyenne, 10 % environ, à 1.523 euros par habitant, mais Lille est à 1789 euros, Paris à 2069 euros...". Selon la majorité municipale, la fiscalité évolue sur plusieurs points : l'abattement à la base (dénoncé en juillet dernier comme une "hausse d'impôts déguisée" par l'opposition) qui passe de 19 à 15%, soit en moyenne 48 euros de plus par an et par habitant (35 euros concernant la ville et 13 euros pour la métropole). "Nous nous mettons au seuil légal", a répété le maire de Bordeaux sur ce point. Une suppression de l'exonération de deux ans de la taxe foncière pour les nouvelles constructions dans l'habitat avait déjà été votée en juillet, une majoration de la taxe d'habitation sur les résidences secondaires de 50% devrait suivre, la ville considérant que cette mesure contribue à éviter "que Bordeaux devienne une ville de résidences secondaires ou d'Airbnb comme c'est malheureusement en train de se produire". 

Pour autant, comme cela a été précisé, la ville souhaite maintenir ses investissements : 85 millions d'euros pour les dépenses d'équipement en 2018 (hors dette) et des prévisions tablant sur 210 millions d'euros d'ici 2020 et 332 millions d'euros en 2022. L'accent veut donc être mis sur les "investissements de proximité, et en particulier les groupes scolaires qui deviennent, dans toutes les communes de la métropole, la dépense prioritaire en termes d'équipements. Il a d'ailleurs été accepté par les élus de la métropole une augmentation de la participation au financement des équipements scolaires de 20 à 50% par la métropole, de façon à aider les 28 communes dans leurs efforts d'investissement". "Nous maintenons le soutien aux acteurs locaux à hauteur de 40 millions d'euros, soit une hausse de 1% du montant des subventions aux associations l'an prochain", a renchéri Nicolas Florian. La ville devra faire ces efforts dans un contexte particulier de fixation du plafond de ses dépenses de fonctionnement pour 2018-2020 (seuil fixé à 1,2% pour la métropole, Bordeaux et Mérignac) comme c'est le cas pour les 322 collectivités ayant décidé de contractualiser cette mesure avec l'État. Après avoir affirmé être en pleine négociation avec le préfet à ce sujet, Alain Juppé a précisé que le seuil devrait encore être ajusté, même s'il ne devrait pas dépasser l'objectif national (345 millions d'euros en 2018, soit une hausse prévisionnelle de +1,17% par rapport à 2017). "La démographie nous est favorable puisqu'elle augmente plus vite que la moyenne nationale, le revenu par habitant nous est défavorable puisqu'il est supérieur à la moyenne nationale. Pas de hausse des taux de la fiscalité, donc (à l'exception de l'année 2015) et rien de tel en prévision "ni pour 2019, ni pour 2020" a assuré l'adjoint aux finances. "Nous respecterons la demande de l'État, pas simplement par cohérence légitimiste mais parce que si elles ne le faisaient pas, ces communes seraient pénalisées". Le vote du budget définitif devrait préciser toutes ces données lors du prochain conseil daté au 26 mars, mais la tendance à l'air de suivre celle de la Métropole, dont les finances ont été dernièrement auscultées.

La politique Macaron

Cette séance a également été, pour l'opposition comme pour la majorité, l'occasion de revenir assez longuement sur les problèmes de stationnement à Bordeaux et la grogne des habitants qui en résulte depuis plusieurs semaines. Face à la mise en place du stationnement payant pour les quartiers de St Augustin et Caudéran s'ajoutant à la nouvelle grille tarifaire du forfait post-stationnement, Alain Juppé avait déjà réagi dernièrement en précisant que des ajustements pourraient avoir lieu. Il est revenu sur la question avec les mêmes arguments (qu'on vous épargne mais qui sont énoncés ici) et a annoncé la tenue d'une réunion ce lundi avec les représentants des comités de quartiers de Bordeaux. Réunis sous la forme de table ronde, ils seront invités à débattre avant qu'une synthèse et d'éventuelles mesures d'ajustement ne soient énoncées dans la semaine. Pour l'opposition, le constat est clair : la systématisation du même dispositif dans des quartiers aux typologies d'habitants différentes est une erreur. Il faut mettre en place une vraie concertation, et pourquoi pas mandater une étude qui recense tous les besoins pour apporter une analyse plus fine des publics. Il faut traiter la question de manière plus fine en fonction des territoires : à Caudéran, il y a moins de services de proximité, il n'y a pas de parkings de proximité et donc la règle des deux heures de stationnement saute. Au moment du fait métropolitain, on se rend compte qu'un artisan de Mérignac n'est pas traité de la même manière qu'un artisan de Bordeaux, ça fait vraiment village Gaulois renfermé sur lui même et on ne pense pas que ce soit la bonne approche. D'autant qu'une fois que St-Augustin et Caudéran seront passés en payant, il y aura des problèmes sur toutes les communes limitrophes. On a constaté ce report automatique dans d'autres quartiers. Peut-être que dans certains quartiers de Bordeaux, il faut une organisation du stationnement sans forcément qu'il soit payant. On pourrait très bien tolérer deux voitures à Caudéran là où, au centre de Bordeaux, on n'en tolère qu'une tout en permettant, sur la base du quotient familial pour les ménages modestes, d'avoir une place à moindre coût", nous précise Nicolas Guenro au lendemain d'une conférence de presse organisée par les élus municipaux PS sur la question. 

Aucune prise en compte des quartiers, c'est bien ce que reprochent à Alain Juppé les habitants des quartiers du Grand Parc, des Chartrons et du Jardin Public. Depuis le 8 février, ils ont constitué un collectif pour protester, selon leurs propres mots, contre "le caractère injuste et insupportable du stationnement payant. Là où il a été instauré, il n'a pas réglé la difficulté pour les résidents de trouver une place et accru le coût pour les usagers non résidents (amis, familles, professionnels). Et maintenant il serait étendu au quartier prioritaire du Grand Parc". Même si une rencontre avec la maire de leur quartier est prévue ce vendredi, la pétition qu'ils font circuler avait réuni ce lundi 550 signatures cumulées (physiques et sur le net). Face à ces voix qui s'élèvent, Alain Juppé calme le jeu : "la première question que je leur poserai sera de savoir si l'objectif du stationnement résidentiel, à savoir libérer des places, est atteint pour eux. Quand j'écoute ce qui se dit dans la ville, j'ai tendance à penser que oui, et le nombre de témoignages positifs sont très nombreux. C'est une mesure qui est également bénéfique pour les commerçants : ça n'a aucun intérêt pour eux d'avoir une voiture qui stationne devant leur magasin toute la journée". L'élu écologiste Pierre Hurmic a rappelé en séance que le "Grenelle des mobilités" avait eu pour conclusion que cette politique du stationnement devrait être prise en compte au niveau métropolitain". "Pour cela, il faudrait être 28", a répondu Alain Juppé, qui a révélé qu'une récente réunion de concertations avec, notamment, les maires de Bègles, Pessac, Mérignac ou Talence n'allait visiblement pas dans ce sens (on comprend aisément pourquoi : difficile pour ces communes d'accepter de payer les pots cassés de la politique de stationnement bordelaise...). Si on ne sait pas encore quelles solutions pourraient être apportées, quelques pistes ont été données comme la mise en place de zones de circulation en fonction de la qualité environnementale des véhicules, un "bonus renouvelable" pour les voitures électriques, la création de nouveaux parcs de stationnement (comme celui, autrefois en projet mais abandonné depuis, de la pelouse de Douet dans le quartier de St-Augustin) ou encore la baisse éventuelle du montant de l'amende post-stationnement, fixée à 35 euros en centre-ville et à 30 euros ailleurs.

Pour le reste, "pas de solution miracle" pour le maire de Bordeaux : "oui, il faut inciter les gens à se servir moins de leur voiture. La part modale de la voiture à Bordeaux à baissé pour arriver à 49% et je m'en félicite". Critiqué sur la privatisation du forfait post-stationnement (délivré par les agents de la société Moovia "dont les moyens sont bien supérieurs à ceux de la police municipale", a déploré Emmanuelle Ajon), ce dernier a là encore justifié : "je souhaite que le stationnement payant... soit payé. La police municipale, elle, se concentre sur le stationnement interdit. Non, nous ne faisons pas de racket. Le supplément de recettes générées par cette politique sera réinvesti dans le renforcement du nombre d'agents de police municipaux dans les quartiers", concluait cet après-midi l'élu sur la question. Les décisions éventuelles attendues dans la semaine auront la lourde tâche de faire un créneau convaincant entre contraintes et concertations.

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
22479
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !