Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

24/11/20 : Âgé de 90 ans, André Luberriaga, ancien maire d'Ascain, au Pays basque, s’est éteint lundi, une semaine après son épouse Martta. Conseiller général d’Ustaritz de 1976 à 1988, l'UDF André Luberriaga, avait dirigé la commune de 1977 à 2001.

24/11/20 : Assistante importante ce mardi soir pour manifester à Bordeaux, place de la Comédie, contre la loi " sécurité globale" adoptée en première lecture ce jour même à l'assemblée par 388 voix contre 104 et 66 abstentions.

19/11/20 : Charente-Maritime : le taux de positivité au Covid-19 était ce soir de 75 pour 100 000 habitants, et de 90 pour La Rochelle, soit moitié moins que la semaine dernière, selon l'ARS. 34 patients sont hospitalisés à La Rochelle, dont 14 en réanimation.

17/11/20 : Charente-Maritime: dans le cadre de la poursuite du chantier de changement des câbles du Pont de Ré, la circulation automobile aura de courtes interruptions jeudi 19 novembre entre 12 et 13h, sans conséquence pour le passage des piétons et des vélos.

17/11/20 : Le festival de la BD d'Angoulême se fera en deux temps: en janvier pour la remise des fauves et en juin pour un festival en présentiel. Une exposition sera dédié à l'art d'Emmanuel Guibert au musée des beaux arts d'Angoulême, inauguré le 20/11/2021.

16/11/20 : Les communes de La Mothe Saint Héray et Saint Maixent l'Ecole dans les Deux-Sèvres ont été reconnues en état de catastrophe naturelle, suite aux inondations subies au mois de mars.

15/11/20 : Le Centre communal d’action sociale CCAS de La Rochelle lance un appel à la solidarité et au bénévolat pour épauler les acteurs de l’aide alimentaire. Contact : Frédérique Duchesne àfrederique.duchesne@ccas-larochelle.fr ou au 05 46 35 21 16.

13/11/20 : Les élections régionales et départementales prévues en mars auront très vraisemblablement lieu en juin suite à la proposition faite en ce sens par Jean-Louis Debré qui a remis son rapport au premier ministre: option retenue par le gouvernement.

12/11/20 : Confinement: Il serait irresponsable de lever ou d'alléger le dispositif actuel a déclaré le premier ministre, lequel a ajouté qu'un allégement strictement réservé aux commerces pourrait être envisagé le 1°décembre.

09/11/20 : Dans le cadre du reconfinement, la Ville de Bayonne et son maire J.R. Etchegaray ont aménagé 45 box au Palais des sports de Lauga pour accueillir les sans abri. Les lits ont été fournis par le 1er RPIma et dispositif assuré par l'association Atherbea

09/11/20 : Mme Estelle Leprêtre, directrice adjointe de la direction départementale de la cohésion sociale du Morbihan, est nommée sous-préfète de Jonzac en Charente-Maritime. Elle prendra ses fonctions le 23 novembre prochain.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 26/11/20 | Reconfinement: le gouvernement précise certaines aides

    Lire

    Sur le pan socio-économique de la crise, une "garantie de ressource de 900 € par mois" va être apportée jusqu’en février 2021 à destination des travailleurs précaires de la restauration (extras), de l'évènement ou d’autres secteurs. Annonce aussi d'un renforcement d'aides à destination des jeunes via le doublement de la garantie jeune, ainsi qu'une montée en puissance du dispositif des jobs étudiants. Pour les entreprises des secteurs touchés par la crise mais non fermés (hôtellerie, tourisme ou événementiel), et dont le chiffre d’affaires a chuté de 50% ou plus, une aide de 15 à 20 % du CA sera accordée.

  • 26/11/20 | Les détails du "retour par étape à la vie normale"

    Lire

    Pour la réouverture des commerces ce samedi, la jauge est limitée à 8m2 par client, mais les horaires d'ouverture pourront être étendus jusqu'à 21h et les ouvertures dominicales seront facilitées. La réouverture des lieux de culte est conditionnée à un maximum de 30 fidèles. A partir du 15/12, les séances de cinéma et spectacles pourront reprendre s'ils se terminent à 21h, heure du couvre-feu. A la même date la circulation entre les régions sera libre, mais les grandes tablées de fêtes seront fortement déconseillées. Pas de ski au menu de vos vacances de Noël, les pistes resteront fermées, comme les bars et restaurants.

  • 26/11/20 | Le sous-préfet de Bayonne promu préfet de...Wallis et Futuna

    Lire

    Nommé en janvier 2018 à Bayonne, le sous-préfet Hervé Jonathan quittera le Pays Basque en janvier, comme l'indique le journal officiel de ce jour pour devenir préfet, administrateur supérieur des îles Wallis et Futuna, en Polynésie. Infatigable homme de terrain, de proximité, apprécié par les élus comme un homme de dialogue, il avait été très précieux lors de G7 de Biarritz qu'il allait expliquer auprès des la population, mais s'était aussi investi pour la réussite du contre G7 auprès du maire d'Hendaye Kotte Ecenarro. Il aimait le Pays basque et c'était, semble-t-il réciproque.

  • 26/11/20 | Jean-Jacques Lasserre favorable à l'ouverture des stations de ski

    Lire

    Jean-Jacques Lasserre, Président du Conseil départemental des Pyrénées-Atlantiques, est signataire d’une tribune publiée ce jour sur le site Internet du Figaro et sur celui du Dauphiné Libéré. Signé par près de 60 élus, le texte détaille les protocoles sanitaires "complets et inédits" imaginés par les domaines skiables et leurs partenaires publics et privés, et demande au Président de la République de réétudier sa position concernant l’ouverture des stations de sports d’hiver dès les vacances de Noël.

  • 26/11/20 | Une cagnotte du Biarritz Olympique de 8 600 euros pour l'hôpital de Bayonne

    Lire

    La cagnotte du Biarritz Olympique en soutien au personnel soignant du Centre Hospitalier de la Côte Basque de Bayonne a été une grande réussite. Grâce à cette initiative menée par l’ensemble des joueurs du BOPB et ses fidèles supporters, il a été possible de reverser plus de 8600€ à l’hôpital de Bayonne, afin de pouvoir lutter contre la crise sanitaire de la COVID-19. Une somme plus conséquente que ses organisateurs ne l'espéraient, grâce, donc, à l'investissement de chacun durant ces derniers mois.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Bordeaux parle finances et stationnement

27/02/2018 | Le budget prévisionnel et la politique de stationnement sont sans conteste les deux sujets majeurs de cette semaine en Conseil municipal de Bordeaux, sur fond de rappel à l'ordre.

Conseil municipal Bordeaux février 2018

C'est à un débat sur les orientations budgétaires bien particulier auquel s'est livré le Conseil municipal de Bordeaux ce lundi. Si, dans le fond, la formule ne change pas, c'est dans la forme qu'il faut chercher l'originalité. Le maire de Bordeaux a en effet répondu directement aux attaques proférées par Laurent Wauquiez sur la gestion municipale. Tout cela n'aurait été que du bon mot politique si la grogne des habitants face aux nouvelles politiques de stationnement n'étaient pas venues s'inviter à la fête. On vous résume les points principaux de ce rendez-vous aux airs de lettre d'intention.

La leçon d'économie

Agenda chargé cette semaine pour la politique à Bordeaux et sur la métropole. Si ce mardi doit avoir lieu le lancement de la démarche "Bordeaux Métropole 2050" (dont nous reparlerons), le maire de Bordeaux a dû avant cela passer par la case "Conseil municipal" ce lundi, et ce dans un contexte bien particulier. On ne reviendra pas sur la polémique nationale entraînée par les propos du nouveau chef de file des Républicains, Laurent Wauquiez, ayant notamment accusé le maire de Bordeaux d'avoir "cramé la caisse". Il se trouve justement que c'est ce lundi que devait avoir lieu le débat municipal sur les orientations budgétaires. Le maire de Bordeaux ne s'est ainsi pas priver de tirer la langue face à des propos qualifiés de "minables". "Je remarque que la ville du Puy-en-Velay, dirigée par Laurent Wauquiez jusqu'en 2016, affiche une capacité de désendettement de 7,8 ans quand Bordeaux est à 4,6 ans et un taux d'endettement supérieur de 20% aux communes de la même strate. Certains ne sont pas fondés à donner des leçons dans ce domaine", a-t-il précisé avant de qualifier d'"ignorants et incompétents" ceux qui s'y autorisaient... pas besoin de préciser qui était visé. Dominique Bussereau, Anne Brézillon et Anne Walryck, eux, ont depuis décidé de quitter le navire. Alain Juppé, lui, n'a "pas voulu en rajouter" mais a quand même trouvé "une vulgarité extrême" dans l'attitude du chef de son propre parti, dont il avait déjà avoué s'être mis à l'écart quelques semaines plus tôt. Pointée du doigt pour son silence, sa première adjointe et nouvellement élue vice-présidente LR, Virginie Calmels, était assise sur son siège habituel. Poussée à s'exprimer par des élus de l'opposition municipale, cette dernière a réagi, encouragée par le maire de Bordeaux. "Je vais vous livrer un scoop, il ne m’a pas consultée. Depuis quatre ans, je ne me suis jamais désolidarisée de notre équipe, et je ne vais pas commencer aujourd’hui. J’ai voté l’ensemble des délibérations et je suis fière du travail accompli par cette équipe depuis quatre ans", a-t-elle déclaré avant d'être -surprenamment- applaudie par la majorité. "Elle m'a assurée ce matin de sa totale solidarité sur la gestion de la ville de Bordeaux. Pour ses engagements nationaux, j'ai toujours suivi la même ligne : chacun fait ce qu'il veut dès lors qu'il y a solidarité sur la gestion locale", avait déclaré un peu plus tôt Alain Juppé, interrogé par des journalistes.

Concernant la gestion des finances municipales justement, la "personne éminemment respectable" a précisé le fond de sa pensée en matière de politique fiscale, aidé par son adjoint aux finances, Nicolas Florian. Graphiques et courbes à l'appui, les deux élus défendent un taux global de taxe d'habitation parmi les plus bas d'un tableau comparatif comprenant des villes de taille comparable (32,35% en 2017 contre 34,18% pour Nantes ou 45,65% pour Lille, grand gagnant, mais devant Lyon et Nice affichant respectivement 29,76% et 29,23%). Concernant l'évolution des taux de taxe foncière entre 2002 et 2017, Bordeaux affiche +9,83% face à un moyenne nationale de 17,11% et des Nantes (+17,31%), Rennes (+18,44%) ou Strasbourg (+20,98%) loin devant. En 2018, la recette fiscale représentera pour Bordeaux 225 millions d'euros provenant de la fiscalité directe (+3,7%) dont 102 millions d'euros de taxe d'habitation et 123 millions pour les taxes foncières. Si toutes les justifications sur la politique fiscale ont eu des airs de réponse, elles ont été le moyen pour Alain Juppé de rappeler qu'en termes de dette par habitant, Bordeaux se situait "dans la bonne moyenne des villes de la strate des plus de 100.000 habitants. Nous sommes un petit peu au-dessus de la moyenne, 10 % environ, à 1.523 euros par habitant, mais Lille est à 1789 euros, Paris à 2069 euros...". Selon la majorité municipale, la fiscalité évolue sur plusieurs points : l'abattement à la base (dénoncé en juillet dernier comme une "hausse d'impôts déguisée" par l'opposition) qui passe de 19 à 15%, soit en moyenne 48 euros de plus par an et par habitant (35 euros concernant la ville et 13 euros pour la métropole). "Nous nous mettons au seuil légal", a répété le maire de Bordeaux sur ce point. Une suppression de l'exonération de deux ans de la taxe foncière pour les nouvelles constructions dans l'habitat avait déjà été votée en juillet, une majoration de la taxe d'habitation sur les résidences secondaires de 50% devrait suivre, la ville considérant que cette mesure contribue à éviter "que Bordeaux devienne une ville de résidences secondaires ou d'Airbnb comme c'est malheureusement en train de se produire". 

Pour autant, comme cela a été précisé, la ville souhaite maintenir ses investissements : 85 millions d'euros pour les dépenses d'équipement en 2018 (hors dette) et des prévisions tablant sur 210 millions d'euros d'ici 2020 et 332 millions d'euros en 2022. L'accent veut donc être mis sur les "investissements de proximité, et en particulier les groupes scolaires qui deviennent, dans toutes les communes de la métropole, la dépense prioritaire en termes d'équipements. Il a d'ailleurs été accepté par les élus de la métropole une augmentation de la participation au financement des équipements scolaires de 20 à 50% par la métropole, de façon à aider les 28 communes dans leurs efforts d'investissement". "Nous maintenons le soutien aux acteurs locaux à hauteur de 40 millions d'euros, soit une hausse de 1% du montant des subventions aux associations l'an prochain", a renchéri Nicolas Florian. La ville devra faire ces efforts dans un contexte particulier de fixation du plafond de ses dépenses de fonctionnement pour 2018-2020 (seuil fixé à 1,2% pour la métropole, Bordeaux et Mérignac) comme c'est le cas pour les 322 collectivités ayant décidé de contractualiser cette mesure avec l'État. Après avoir affirmé être en pleine négociation avec le préfet à ce sujet, Alain Juppé a précisé que le seuil devrait encore être ajusté, même s'il ne devrait pas dépasser l'objectif national (345 millions d'euros en 2018, soit une hausse prévisionnelle de +1,17% par rapport à 2017). "La démographie nous est favorable puisqu'elle augmente plus vite que la moyenne nationale, le revenu par habitant nous est défavorable puisqu'il est supérieur à la moyenne nationale. Pas de hausse des taux de la fiscalité, donc (à l'exception de l'année 2015) et rien de tel en prévision "ni pour 2019, ni pour 2020" a assuré l'adjoint aux finances. "Nous respecterons la demande de l'État, pas simplement par cohérence légitimiste mais parce que si elles ne le faisaient pas, ces communes seraient pénalisées". Le vote du budget définitif devrait préciser toutes ces données lors du prochain conseil daté au 26 mars, mais la tendance à l'air de suivre celle de la Métropole, dont les finances ont été dernièrement auscultées.

La politique Macaron

Cette séance a également été, pour l'opposition comme pour la majorité, l'occasion de revenir assez longuement sur les problèmes de stationnement à Bordeaux et la grogne des habitants qui en résulte depuis plusieurs semaines. Face à la mise en place du stationnement payant pour les quartiers de St Augustin et Caudéran s'ajoutant à la nouvelle grille tarifaire du forfait post-stationnement, Alain Juppé avait déjà réagi dernièrement en précisant que des ajustements pourraient avoir lieu. Il est revenu sur la question avec les mêmes arguments (qu'on vous épargne mais qui sont énoncés ici) et a annoncé la tenue d'une réunion ce lundi avec les représentants des comités de quartiers de Bordeaux. Réunis sous la forme de table ronde, ils seront invités à débattre avant qu'une synthèse et d'éventuelles mesures d'ajustement ne soient énoncées dans la semaine. Pour l'opposition, le constat est clair : la systématisation du même dispositif dans des quartiers aux typologies d'habitants différentes est une erreur. Il faut mettre en place une vraie concertation, et pourquoi pas mandater une étude qui recense tous les besoins pour apporter une analyse plus fine des publics. Il faut traiter la question de manière plus fine en fonction des territoires : à Caudéran, il y a moins de services de proximité, il n'y a pas de parkings de proximité et donc la règle des deux heures de stationnement saute. Au moment du fait métropolitain, on se rend compte qu'un artisan de Mérignac n'est pas traité de la même manière qu'un artisan de Bordeaux, ça fait vraiment village Gaulois renfermé sur lui même et on ne pense pas que ce soit la bonne approche. D'autant qu'une fois que St-Augustin et Caudéran seront passés en payant, il y aura des problèmes sur toutes les communes limitrophes. On a constaté ce report automatique dans d'autres quartiers. Peut-être que dans certains quartiers de Bordeaux, il faut une organisation du stationnement sans forcément qu'il soit payant. On pourrait très bien tolérer deux voitures à Caudéran là où, au centre de Bordeaux, on n'en tolère qu'une tout en permettant, sur la base du quotient familial pour les ménages modestes, d'avoir une place à moindre coût", nous précise Nicolas Guenro au lendemain d'une conférence de presse organisée par les élus municipaux PS sur la question. 

Aucune prise en compte des quartiers, c'est bien ce que reprochent à Alain Juppé les habitants des quartiers du Grand Parc, des Chartrons et du Jardin Public. Depuis le 8 février, ils ont constitué un collectif pour protester, selon leurs propres mots, contre "le caractère injuste et insupportable du stationnement payant. Là où il a été instauré, il n'a pas réglé la difficulté pour les résidents de trouver une place et accru le coût pour les usagers non résidents (amis, familles, professionnels). Et maintenant il serait étendu au quartier prioritaire du Grand Parc". Même si une rencontre avec la maire de leur quartier est prévue ce vendredi, la pétition qu'ils font circuler avait réuni ce lundi 550 signatures cumulées (physiques et sur le net). Face à ces voix qui s'élèvent, Alain Juppé calme le jeu : "la première question que je leur poserai sera de savoir si l'objectif du stationnement résidentiel, à savoir libérer des places, est atteint pour eux. Quand j'écoute ce qui se dit dans la ville, j'ai tendance à penser que oui, et le nombre de témoignages positifs sont très nombreux. C'est une mesure qui est également bénéfique pour les commerçants : ça n'a aucun intérêt pour eux d'avoir une voiture qui stationne devant leur magasin toute la journée". L'élu écologiste Pierre Hurmic a rappelé en séance que le "Grenelle des mobilités" avait eu pour conclusion que cette politique du stationnement devrait être prise en compte au niveau métropolitain". "Pour cela, il faudrait être 28", a répondu Alain Juppé, qui a révélé qu'une récente réunion de concertations avec, notamment, les maires de Bègles, Pessac, Mérignac ou Talence n'allait visiblement pas dans ce sens (on comprend aisément pourquoi : difficile pour ces communes d'accepter de payer les pots cassés de la politique de stationnement bordelaise...). Si on ne sait pas encore quelles solutions pourraient être apportées, quelques pistes ont été données comme la mise en place de zones de circulation en fonction de la qualité environnementale des véhicules, un "bonus renouvelable" pour les voitures électriques, la création de nouveaux parcs de stationnement (comme celui, autrefois en projet mais abandonné depuis, de la pelouse de Douet dans le quartier de St-Augustin) ou encore la baisse éventuelle du montant de l'amende post-stationnement, fixée à 35 euros en centre-ville et à 30 euros ailleurs.

Pour le reste, "pas de solution miracle" pour le maire de Bordeaux : "oui, il faut inciter les gens à se servir moins de leur voiture. La part modale de la voiture à Bordeaux à baissé pour arriver à 49% et je m'en félicite". Critiqué sur la privatisation du forfait post-stationnement (délivré par les agents de la société Moovia "dont les moyens sont bien supérieurs à ceux de la police municipale", a déploré Emmanuelle Ajon), ce dernier a là encore justifié : "je souhaite que le stationnement payant... soit payé. La police municipale, elle, se concentre sur le stationnement interdit. Non, nous ne faisons pas de racket. Le supplément de recettes générées par cette politique sera réinvesti dans le renforcement du nombre d'agents de police municipaux dans les quartiers", concluait cet après-midi l'élu sur la question. Les décisions éventuelles attendues dans la semaine auront la lourde tâche de faire un créneau convaincant entre contraintes et concertations.

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
22862
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 29 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !