Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

22/01/18 : Le service de prévision des crues (SPC) a émis un avis de vigilance de niveau orange pour un phénomène de crue concernant le tronçon aval de la Dronne - les Charentes et la Gironde - à compter de ce lundi 22 janvier 2018 à partir de 16 h.

21/01/18 : Les réactions stupéfaites et bouleversées se succèdent après la mort de Joan Taris élu Modem du Conseil régional adjoint au maire du Bouscat et directeur de cabinet du maire de Saint-Médard en Jalles. Joan Taris 41 ans s'est donné la mort ce dimanche

19/01/18 : Charente-Maritime : Air France et l'aéroport de La Rochelle-Ré annoncent une nouvelle ouverture de ligne pour cette année. L'annonce officielle sera faite mardi prochain.

19/01/18 : Le Conseil d’administration de l’université de Bordeaux a réélu Manuel Tunon de Lara à sa présidence. Antoine de Daruvar, directeur de l’école doctorale des Sciences de la vie et de la santé prend la vice-présidence suite à Dean Lewis.

18/01/18 : "Progrès et Sagesse": ce sera le thème de la 24° Université Hommes-Entreprise du CECA les 30 et 31 août au Château Smith Haut Lafitte. Il y sera question d'éthique et de sens, en particulier celui de l'intelligence artificielle: bienfait ou menace?

16/01/18 : France Télévision a compris l'utilité de France 3 Euskal Herri au Pays basque. Les sept minutes quotidiennes ont été maintenues, dans l'état. C'est à dire dans sa structure au studio des allées Marines de Bayonne et non prestataire de reportages

16/01/18 : Cyrille Guimard, sélectionneur de l'équipe de France de cyclisme, parrainera la 23e édition du Tour de Lot-et-Garonne et sa cyclosportive les 14 et 15 avril prochains.

16/01/18 : L'agglo de La Rochelle a été choisie par le cabinet Missions Publiques pour faire partie des 4 collectivités françaises à organiser un débat publique atour de l'essor des transports sans conducteur, le 27/01 de 9h à 17h. Inscription : debatcitoyen.fr

15/01/18 : La Rochelle participe à la 2e Nuit de la lecture samedi 20 janvier de 16h30 à minuit à la médiathèque de Villeneuve-les-Salines et dans le Hall de l’Agora au Centre social. Au programme : des lectures et des animations variées. Tout public. Gratuit.

13/01/18 : Cognac: les Trophées du vin 2018 ont récompensé le 11 janvier l'association cognaçaise Les Etapes du cognac avec le prix "meilleur accueil dans le vignoble", récompensant son développement de l'oenotourisme sur le territoire.

11/01/18 : Opération de régulation des sangliers à Agen et Foulayronnes. Un grand nombre de sangliers a été signalé et confirmé dans ces deux communes. Les services de l’Etat ont donc décidé d'organiser des opérations de régulation jusqu’au 28 février inclus.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 22/01/18 | Pont de pierre : six mois de plus

    Lire

    Bordeaux Métropole l'a annoncé ce lundi 22 janvier : l'expérimentation d'un Pont de pierre réservé aux piétons, vélos, trams et bus est renouvelée pour six mois. La collectivité se donne donc jusqu'en juin pour prendre une décision plus définitive. En attendant, elle procédera à différents aménagements (carrefour du Belvédère, extension de capacité du parc relais Galin et prolongement de la Citeis 45). Enfin, la métropole précise que face à la grogne des commerçants du quartier Bastide, "plusieurs mesures vont être étudiées dans les semaines à venir".

  • 22/01/18 | A630-RN230 : les travaux du pont Simone Veil perturbent le trafic

    Lire

    La construction du pont Simone Veil débute demain. Pendant la durée du chantier, la capacité des voies sur berges va être réduite entre le pont François Mitterrand et le pont St Jean. Dès 5h, il n’y aura plus que deux files de circulation dans le sens entrant sur Bordeaux. Des bouchons et des remontées de files d’attentes, sur les bretelles de la rocade, sont à prévoir, à hauteur de l’échangeur 21. Mais l’accès au giratoire Jean-Jacques Bosc vers le MIN et les boulevards, lui, est maintenu.

  • 22/01/18 | Nautisme : les entreprises rochelaises primées au salon de Düsseldorf

    Lire

    Le célèbre salon nautique de Düsseldorf, qui se tient jusqu'au 28 janvier, a organisé ce week-end pour son ouverture sa cérémonie des grands prix "European sealing boat" et "European Powerboat of the Year 2018" couronnant les meilleurs bateaux de l'année. Le voilier Amel 50 du Chantier Amel est vainqueur dans la catégorie Monocoque de luxe, le Neel 51 de Neel Trimarans a remporté le prix des Multicoques et le MY44 de Fountaine Pajot est "bateau à moteur 2018" catégorie + de 45 pieds.

  • 22/01/18 | Après Four Seasons l'Hôtel du Palais se tourne vers Hyatt

    Lire

    Au terme de la nouvelle procédure de mise en concurrence de groupes hôteliers de luxe en vue d’établir un contrat de gestion, la Socomix, qui gère l'hôtel du Palais de Biarritz, lors de son Conseil d’Administration du 18 janvier, a décidé d’entrer en négociation exclusive avec le groupe Hyatt. Après l'échec de négociations -exclusives-avec Four Seasons. Présent dans 46 pays, le groupe Hyatt propose à ses clients 508 hôtels et Resorts, sous sept marques distinctes. Hyatt, faisait partie de la première "short liste".

  • 21/01/18 | L'hommage d'Alain Rousset à Joan Taris

    Lire

    Réaction du président du Conseil régional après la mort de Joan Taris: "Joan était un jeune responsable politique dont la trajectoire suscite l'admiration. Influencé par l'humanisme social, armé de fortes convictions européennes, il incarne une jeune génération de responsables politiques qui a assuré le renouveau des idées centristes...Elu régional, il s'est très vite imposé dans la vie de cette assemblée en exerçant, très tôt, la responsabilité de président de groupe qu'il a conservée en 2015 dans la nouvelle configuration territoriale. Il a démontré, dans cette fonction, une grande cohérence entre ses idées et sa pratique politique."

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Logement social : le « croquignolesque » de la situation « ne fait pas rire du tout » la Présidente de l'Union régionale HLM

18/10/2017 | "Diagnostic erroné", "effet domino sous-évalué". Muriel Boulmier choisit ses mots entre colère et désarroi, pour dénoncer la baisse des loyers sociaux conventionné APL. Macron en ligne de mire.

Muriel Boulmier, Présidente de l'Union régionale Hlm en Nouvelle-Aquitaine et son directeur Emmanuel Hémous

Le jour même du lancement des débats parlementaires sur la loi budgétaire 2018 et deux jours après l'intervention télévisée d'Emmanuel Macron, Muriel Boulmier, Présidente de l'AROSHA et de l'Union régionale HLM Nouvelle-Aquitaine s'est exprimée face à la presse sur la « réforme » du logement social que ce dernier entend mettre en place, à travers la baisse des APL et des loyers sociaux. Et elle démonte, un à un les arguments, et le vocabulaire, présidentiels pointant là bien moins qu'une réforme, « une mesure budgétaire décalée avec un effet domino qui n'a pas était évalué ». Et de lister 3 séries de conséquences sur les locataires, l'économie locale et les collectivités. Le tout à quelques jours d'une visite d'Edouard Philippe à Bordeaux.

« Il y a un fossé extrêmement important entre ce que ressentent les professionnels et les échos que nous avons du Gouvernement. Et l'intervention télévisuelle d'Emmanuel Macron en a été le dernier point d'orgue », pointe Muriel Boulmier, Présidente de l'AROSHA (Association régionale des organismes HLM d'Aquitaine) et de l'Union Régionale Nouvelle-Aquitaine qui fédère 66 organismes HLM sur la région.

" Ce n'est pas une réforme, c'est une mesure budgétaire "
Un fossé déjà existant dès la campagne présidentielle rappelle-t-elle : « Le candidat Macron, était le seul qui n'avait pas une ligne sur le logement dans son programme ». Un intérêt pour la question confirmé lors de la mise en place du Gouvernement du nouveau Président : « Il n'y a pour le logement ni Ministère ni même un secrétaire d'Etat... », glisse t-elle. Cela dit au regard de l'enveloppe de 41Mds d'euros que représente pour autant la politique du logement, « il est normal qu'un Président de la République, dans le cadre d'un déficit budgétaire préoccupant s'y intéresse. Mais sur ces 41Mds €, 18 Mds sont des APL. Et sur cela seulement 8 Mds sont perçus par les locataires des bailleurs sociaux. Je ne suis pas hostile à une réforme sur une approche globale mais là, ce n'est pas une réforme, c'est une mesure budgétaire dont les conséquences ont été particulièrement mal mesurées. Une réforme ce serait sortir du zoom des logements sociaux. » Et de rappeler, face à l'argument inflationniste de loyers qui seraient corrélés aux APL, qu'en ce qui concerne les HLM, contrairement au parc privé, « les loyers et les augmentations de loyers sont réglementés... Ils sont donc évidemment contenus par le législateur et ne peuvent pas avoir de caractère inflationniste. »

Au-delà de ce « fossé » initial, entre le Président et les organismes HLM, « Ce dimanche, nous avons été meurtris d'entendre le Président de la République qualifier la situation du logement social de « croquignolesque ». Pour moi ce qui est croquignolesque, c'est de vouloir faire porter au logement social le déficit budgétaire. Ca ne me fait pas rire du tout que ce soit les plus fragiles qui en fassent les frais. »

En région, une perte de 110 M euros par an pour les organismes HLM
Car selon elle, ce sont bien les locataires des HLM (près de 600 000 en Nouvelle-Aqutaine, dont les 2/3 en dessous du seuil de pauvreté) qui seront les premières victimes de la décision de baisser les loyers proportionnellement à la baisse des APL. En Nouvelle-Aquitaine, la mise en œuvre de ce projet engendrera un appauvrissement des fonds propres des organismes HLM de 110 M€ par an, soit 10 à 15 % des loyers perçus, soit peu ou proue, l'équivalent de la capacité à investir des organismes HLM en construction ou en réhabilitation, une fois sortie le remboursement de la dette, l'entretien ou encore l'accompagnement social des locataires.
« Or, l'objet premier de nos réhabilitations est l'efficacité énergétique, qui peut permettre d'aller jusqu'à diviser par trois la consommation énergétique des foyers, soit l'équivalent sur une année d'un mois de loyer pour nos habitants ». C'est globalement aussi la qualité du service de proximité rendu par les organismes dans les quartiers, qui pourraient se voir impactée. « Dans le logement social on est loin du système de rente qui ne servirait pas le quotidien des habitants. Le diagnostic de cette réforme est véritablement erroné »

"L'impact portera aussi sur les filières économiques et les PME locales"
D'un autre point de vue, l'Union Régionale HLM Nouvelle-Aquitaine rappelle que « le logement HLM représente 12% de l'activité totale de la construction en France. En la matière la Nouvelle-Aquitaine est une des régions les plus dynamiques avec +5% de nouveaux logements programmés chaque année. « La réforme risque de briser le fameux "choc de l'offre". en 10 ans nous sommes passés de 3000 à 5000 logements produits par an en Gironde. En 2016 : 10 000 logements sont en projets de construction nouvelle pour la Nouvelle-Aquitaine, ça concerne entre 20 000 et 30 000 personnes logées. Avec ces mesures budgétaires nous risquons un retour en arrière ». Et jusqu'à 20 000 emplois directement ou indirectement menacés.
Car, « l'impact portera aussi sur les filières économiques et les PME locales par lesquelles nos passons tant pour les réhabilitations que pour l'investissement dans du neuf. » Et quand il ne construit pas directement, le logement social achète. « Sur Bordeaux Métropole, nous acquérons 1 logement sur 3 en VEFA (Vente en l'Etat Futur d'Achèvement) auprès des promoteurs privés... C'est donc bien nous qui souvent permettons de donner un équilibre financier à ces programmes. Et par ailleurs, ce que nous n'investirons pas ce sera autant d'impôts et de taxes, qui ne retomberont pas dans les caisses de l'Etat ou des collectivités. Je pense notamment à la TVA... Ce sont donc peut-être des économies à effet immédiat, mais pour des ressources diminuées à termes ! », pointe-t-elle.

La mobilisation des élus locaux
En Nouvelle-Aquitaine, c'est 1 Md d'euros par an qui est consacré à la construction de logements sociaux neufs.... un poids économique non négligeable dont les élus locaux ont bien conscience, qui est par ailleurs porté « par l'effet levier des investissements en fonds propres des organismes HLM », souligne la présidente régionale.
C'est d'ailleurs sur la mobilisation de ces derniers que Muriel Boulmier veut croire, car nous nous n'arrivons pas à établir un véritable dialogue, regrette-elle. Parmi eux, elle fonde son espoir notamment sur Alain Juppé qui est le premier à avoir réagit aux annonces du gouvernement pour les dénoncer. L'enclenchement du dialogue se fera peut-être ce vendredi, lors d'une visite d'Edouard Philippe d'un chantier immobilier situé sur l'ancien site de Santé navale à Bordeaux... et qui compte justement 25% de logement social.

L'occasion aussi de faire part au Premier ministre d'une autre de ses craintes : « Si la réforme passe, cela veut dire que toutes les productions nouvelles seraient strictement fléchées par les obligations de la loi SRU (qui fixe un taux de mixité sociale minimum dans les villes), excluant d'autant tous les territoires ruraux, qui ont pourtant aussi besoin de logement sociaux... », de quoi une fois de plus fâchée celle qui est aussi la Directrice générale de Ciliopée, Organisme HLM en Lot-et-Garonne.

Sur le territoire les manifestations et mobilisations d'acteurs et partenaires locaux du logement social se multiplient: lire notre article concernant la Charente-Maritime.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
23831
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !