Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

22/10/21 : Après avoir été retenue pour devenir centre de préparation aux Jeux Olympiques dans 17 disciplines, la ville de Pau vient également d'être adoubée pour 3 nouvelles disciplines : le skateboard, le basketball 3*3 et le breakdance.

20/10/21 : Après un arrêt forcé en mars 2020 en raison de la crise sanitaire, Chalair annonce la reprise de la ligne Bordeaux-Montpellier à partir du lundi 15 novembre 2021, à raison de 4 fréquences hebdomadaires

19/10/21 : Pau Béarn Pyrénées Mobilités et ses Partenaires Engagés lancent la 3ème campagne d’Aide à l’achat Vélos, dont l'offre est doublée cette année. Cette 3ème session d’instruction des demandes aura lieu du lundi 1er novembre au mardi 30 novembre 2021.

18/10/21 : Mardi 19 octobre a lieu la 15ème édition du Forum Emploi de Cenon, de 9h à 14h au Rocher de Palmer. Sécurité, commerces, restauration, logistique, sanitaire & social, hygiène, BTP, Industrie, de nombreux postes et formations seront proposées à tous

15/10/21 : Saint-Médard en Jalles poursuit sa concertation sur son futur "Plan vélo et autres mobilités actives" pour déterminer les actions à prévoir en terme d'aménagement, d'éducation, de prévention ou de promotion. Rdv le 18 octobre et le 3 novembre+ d'info

15/10/21 : Rencontres, animations, spectacle, exposition, ciné-débats, atelier, handisport... Du 2 au 16 novembre, la 8ème édition de la Quinzaine de l'Egalité et la Diversité débarque à Bordeaux et dans la métropole. Une fois encore le programme sera riche !+ d'info

15/10/21 : Talence organise samedi 16 octobre de 10h à 19h, une journée consacrée aux sports, mis à l’honneur avec une "Journée olympique" et la "course des 5 et 10 km" : un grand rendez-vous sportif afin de préparer les JO de Paris 2024 et soutenir nos athlètes+ d'info

07/10/21 : À partir du 17 décembre, Volotea proposera une nouvelle ligne au départ de l’aéroport de Bordeaux-Mérignac à destination de l’aéroport de Lille 2 fois par semaine en décembre et en janvier puis 6 fois par semaine à partir d’avril 2022.

07/10/21 : Dans le cadre des travaux de la déviation du Taillan-Médoc, la section à 2x2 voies de la RD 1215E1, route à grand trafic, sera réduite à 1 voie dans le sens Bordeaux-Le Verdon, du 11/10 au 11/11 et dans le sens Le Verdon-Bordeaux, du 18 au 19 octobre

07/10/21 : Du 1er au 10 octobre, partout en Nouvelle-Aquitaine, la Fête de la science permet à toutes et tous de découvrir la science et les scientifiques avec des rencontres, conférences, cafés-sciences, expositions, ateliers, etc.+ d'info

05/10/21 : L'Etat et la Région ont sélectionné 17 nouveaux lauréats au fonds d’accélération des investissements industriels dans le cadre du plan France Relance. Ces 17 projets représentent 6 M€ de subventions sur un total pour l'heure de 63 M€ et 126 lauréats.+ d'info

05/10/21 : Au 31 juillet 2021, l’État a investi au titre de son plan France Relance 2,75 Mds € en Nouvelle-Aquitaine dont 770 M€ pour le volet transition écologique, 924 M€ pour le volet compétitivité et plus d’1Md pour le volet cohésion sociale et territoriale

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 22/10/21 | GPSO: pas de concomitance pour Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax, mais presque

    Lire

    Guy Kauffman récemment nommé directeur de projet des LGV nouvelles était invité à la session plénière du Département des Landes ce vendredi. Face à la question du phasage des travaux des lignes Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax, au sein du GPSO, il a esquissé une réponse: "Le préambule du plan de financement va sans doute proposer que l'on enchaîne les travaux sans poser la pioche entre les 2 lignes. Le préfet coordonnateur a bien compris cette demande unanime des collectivités".

  • 22/10/21 | Bus à haut niveau de service à Périgueux : une expérimentation dès le 25 octobre

    Lire

    Le Grand Périgueux va réaliser des aménagements rue du Président Wilson, place Bugeaud et place Francheville, à Périgueux, pour permettre la circulation de Bus à Haut Niveau de Service (BHNS). Ils feront l’objet d’une expérimentation grandeur nature du 25 octobre au 26 novembre pour en valider la faisabilité avant de les engager. Le dispositif s’appuiera sur une trentaine de postes d’enquête, captant l’origine et la destination des véhicules et 24 points de comptage automatique. Il permettra d’évaluer la répercussion des aménagements envisagés.

  • 22/10/21 | Renouvellement de la flote SNCM : une 1ère étape à Gujan-Mestras

    Lire

    Mercredi 20 octobre à Gujan-Mestras (33), le Chantier Naval Couach a procédé à la mise à l'eau du premier NSH1 (Navire de Sauvetage Hauturier de type 1) de la nouvelle flotte des Sauveteurs en Mer de la SNSM dont l'identité visuelle est signée Philippe Starck. Le navire entre désormais en phase d'essais en mer avant sa livraison à la station SNSM de l'Herbaudière (85) en décembre 2021. Objectif de ces essais : confirmer les performances (vitesse, manœuvrabilité, équipement et sécurité) et ses qualités générales du navire.

  • 22/10/21 | Un herbicide alternatif au glyphosate à Layrac

    Lire

    Innovi, dans le Lot-et-Garonne, est un laboratoire d'expérimentation qui intervient dans l'ensemble des écosystèmes ayant une influence sur la santé. Il a développé, au cours de ces dernières années, ses compétences dans le domaine de la nutrition des plantes, et souhaite aujourd'hui développer un herbicide naturel qui pourrait se substituer au glyphosate. Pour l'aider dans son développement, il bénéficie du soutien de la Région et de BPI France.

  • 22/10/21 | Lormont passe à 30 km/h

    Lire

    A Lormont, dès le mois de novembre, la vitesse de circulation ne dépassera pas les 30 km/h sur la quasi totalité de la commune, à l’exception des grands axes structurants maintenus à 50 km/h. Objectif selon la municipalité: "renforcer la sécurité, donner plus de place aux autres modes de transports, limiter les accidents et de ce fait, améliorer le confort de tous les usagers". Les panneaux de signalisation verticaux vont être supprimés, laissant place à un marquage au sol sous forme d’ellipses 30 et 50. Un bilan sera réalisé à l’issue de la première année.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Agriculture en Nouvelle-Aquitaine : une année "difficile et disparate"

14/01/2020 | Dominique Graciet, président de la Chambre d'Agriculture de Nouvelle-Aquitaine, est revenu sur la conjoncture plutôt défavorable rencontrée par le monde agricole en 2019.

1

L'année 2020 ne démarre pas sous le plus grand des optimismes pour le président de la Chambre régionale d'Agriculture. Entre une conjoncture défavorable pour un grand nombre de filières au niveau régional, les incertitudes qui pèsent sur le développement économique (avec une baisse du revenu des agriculteurs en prévision pour 2019) et la pression sociétale qui se transforme parfois en "agri-bashing", tour d'horizon avec Dominique Graciet des grands chantiers qui attendent encore l'agriculture pour 2020 et au-delà, au moment de défendre un projet stratégique de mandature à la volonté de revalorisation plus qu'insistante d'une agriculture en pleins bouleversements.

Début d'année inquiet pour Dominique Graciet, président de la Chambre d'Agriculture de Nouvelle-Aquitaine. Dans une perspective de baisse des revenus pour les agriculteurs (résultat brut par actif non salarié en baisse de 6,6% selon des chiffres prévisionnels publiés le 10 janvier dernier) après un résultat net par actif familial en hausse de 17% en 2018 (et de 25% en Nouvelle-Aquitaine), le responsable local a assez largement commenté la conjoncture agricole 2019, pas forcément rassurante pour l'ensemble des filières économiquement (et celà sans compter le phénomène de sécheresse qui a notamment frappé le Sud-Ouest), malgré des exceptions.

Une année "difficile et disparate"
"2019 a été une année difficile et disparate suivant les filières, avec globalement un élevage qui souffre (moins de naissances et un volume de production d'animaux en baisse de 7%). On a un peu d'optimisme sur la filière ovin lait (hausse des volumes de +2% et, malgré un repli sur la fabrication de fromage de brebis de 2,5%, de bonnes perspectives sur le maintient du prix du lait) et caprin lait (-3% en volumes livrés mais hausse du prix du lait de +2%). La production de lait de vache a connu une amélioration légère suite à la loi Egalim, mais elle n'est pas à la hauteur des espérances (-5,3% sur la collecte annuelle, accentué à -7,4% sur le Sud-Ouest). Par contre, les bovins viande continuent de subir une crise économique avec des perspectives bouchées par les accords signés. Le Limousin et la Charente limousine se relèvent difficilement des sècheresses passées. On est un peu pessimiste".
Du côté des ovins, la consommation affiche une baisse de 5%, 3,2% pour l'achat au détail sur la filière porcine malgré une demande à l'export en hausse (+7% au global, +38% vers la Chine). Les volailles grasses ont pour leur part connu une baisse des importations (-44%) plus importante que celle des exportations (-6%). Enfin, à l'inverse du national (-2,8%), les abattages régionaux sont en hausse en 2019 (+1%), les importations en hausse (+6%) contrairement à un export en moins bonne santé (-13%).
"Sur les grandes cultures, on a eu de très bons rendements mais avec une baisse des prix, sans doute compensée par les rendements mais on n'est pas non plus très optimistes. Sur le viticole, il y a une crise du marché à Bordeaux (-16% en sortie de chais, -12% à l'export, -14% sur le marché intérieur) mais le cognac continue sa progression" (autant en volumes à +2,5% qu'en valeur à +6,9%), poursuit l'élu.

Contexte incertain

Alors même que le CETA, l'accord de libre échange entre l'Union Européenne et le Canada n'est encore ni digéré ni ratifié (même si Emmanuel Macron a réaffirmé le soutenir), le monde agricole, plusieurs mois après la grogne qui l'a agité un peu partout en France, ne semble pas encore prêt à faire l'impasse. "On s'estime trahis par ces accords (notamment le CETA) qui importent des viandes moins-disantes en termes de cahiers des charges et viennent concurrencer directement ce que l'on fait de mieux dans notre agriculture régionale. Ils sont également incohérents avec les États généraux de l'alimentation qui demandaient à l'agriculture d'élever son niveau de qualité contre une rémunération qu'on n'a toujours pas. Parallèlement, on laisse l'Europe importer des produits qui viennent directement concurrencer l'offre. Il y a de l'agribashing, tout le monde regarde à la loupe les conditions de production agricole dans les exploitations dans l'agriculture française. On aimerait que l'ensemble de l'opinion publique, pas seulement les écologistes d'ailleurs, soient aussi difficiles sur les produits importés qu'ils le sont sur les conditions de production en France. Il s'instaure une distorsion de concurrence qui joue contre l'agriculture française et ses progrès par rapport à l'environnement et son insertion dans la société". 

Les progrès sur l'environnement, c'est d'ailleurs l'un des principaux enjeux du projet stratégique de mandature des Chambres d'agriculture régionales pour la période 2019-2025. Réseaux DEPHY; GIEE, projet Vitirev, nouvelles perspectives pour le HVE, feuille de route NéoTerra, accompagnement financier régional à la transition... Les exemples ne manquent pas, et parmi les objectifs figurant dans ce plan, on trouve notamment l'engagement dans les énergies renouvelables (68 unités de méthanisation en fonctionnement en 2019 en Nouvelle-Aquitaine), notamment en prônant la construction d'un "schéma de développement du photovoltaïque agricole" en Nouvelle-Aquitaine ou un objectif d'accompagnement de 6000 agriculteurs à la conversion bio d'ici 2025. "L'agriculture régionale a adopté NéoTerra dans sa feuille de route pour les cinq ans à venir, c'est une échéance 2030 pour laquelle nous sommes déjà à pied d'œuvre. La manière de repositionner l'agriculture par rapport aux enjeux actuels du changement climatique. On a pris le problème à bras le corps, il nous faut le soutien de l'opinion publique pour continuer à investir dans le bon sens. La première contrainte pour l'investissement reste la condition économique des exploitations et non pas la volonté des agriculteurs de s'adapter". 

Lutte sociétale

Car l'un des plus sérieux moutons noirs de Dominique Graciet, dont il parle à l'envie, c'est l'agribashing. Interrogé au micro d'RTL ce lundi, l'ancien ministre de la Transition Écologique Nicolas Hulot dénonçait une "désespérance réelle du monde agricole". En décembre dernier, la préfecture de Gironde a mis en place un "Observatoire de l'agribashing", au départ demandé par le ministère de l'Agriculture et de nouveau par le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner à la veille d'une manifestation du monde agricole en novembre. Si la mise en place de ce nouvel organe divise, notamment au sein des organisations syndicales agricoles, son objectif de "lutte contre la stigmatisation" et de "détection des menaces" ne manque pas de poser question sur son application concrète, y compris pour Dominique Graciet. "J'attends une prise de conscience des problèmes qui se posent", argumente-t-il lorsque ledit observatoire est évoqué. "Les agriculteurs sont en train de perdre un peu de la fierté d'exercer ce métier, c'est une conjonction de faits entre l'économie et la place dans la société où l'agriculteur, au lieu d'être nourricier, devient un pollueur, ce qu'il vit très mal. Un observatoire, c'est bien mais les fake news des réseaux sociaux et les insultes ou dégradations méritent d'être condamnées. On est très attentif à l'attitude de l'État, la dissuasion et la sanction seraient sans doute plus efficaces pour revenir à des choses sensées. Il y a trop de monde qui occupe le terrain sur le dos de l'agriculture pour se faire de la notoriété avec des pseudo-associations extrémistes, la vérité n'est pas là. Le soutien de l'agriculture dans l'opinion publique est de près de 80%, mais c'est une majorité silencieuse. Dans les 20% qui restent, il y a des insultes qui n'ont pas lieu d'être. L'offre française, de bien meilleure qualité par rapport à celle des autres pays, mérite un prix, des conditions de travail et des retraites décentes pour les agriculteurs".

Pas question non plus pour lui de pointer du doigt la hausse des ventes des pesticides en France en 2018 (+21%). "On est en train de raisonner en tonnages et de manière globale, mais l'utilisation va vers des produits moins impactants, notamment le biocontrôle utilisé à des quantités supérieures à l'hectare, alors que les CMR sont en baisse significative. Il faut montrer que l'agriculture est sur le bon chemin, ces progrès sont en route, ça mérite un peu plus de respect des pratiques dans la manière de les évaluer". À l'intérieur de la rubrique "agriculture et société" du plan stratégique des chambres, on retrouve d'ailleurs cette volonté de reconquête de l'opinion publique, notamment via la volonté de création d'un "fonds de communication régional pour mener une communication positive sur l'agriculture" ou encore celle, plus profonde, d'un "observatoire régional de l'état de santé des exploitations agricoles" pour mieux faire face à un contexte économique mondial plus qu'incertain (notamment du côté du budget de la PAC 2021-2027).

"Notre plan stratégique est très clair : notre volonté, c'est de ne pas regarder l'agriculture en statique et de ne pas la juger sur ses pratiques passées". D'où l'intérêt d'une présence accrue des chambres sur le terrain au sein de différentes manifestations régionales ou nationales : FOREXPO (du 17 au 19 juin à Mimizan), Tech&Bio (8 et 9 juillet au lycée viticole de Libourne Montagne), Capr'Inov (25 et 26 novembre à Niort), le Salon International de l'Agriculture (22 février au 2 mars à Paris) et, bien sûr, le salon de l'agriculture de Nouvelle-Aquitaine, qui bascule de juin à mai pour 2020 (du 16 au 24 mai). Le temps où ce dernier était envisagé en dehors de la foire de Bordeaux semble résolu. "Avec le CEB, les relations sont bonnes", a affirmé ce mardi Dominique Graciet. "L'intérêt de ce salon pour nous, c'est de montrer le mouvement de la transition agricole par rapport à Paris qui est plus une vitrine rurale. On a beaucoup de partenaires, notamment des acteurs des énergies renouvelables, qui veulent être "au cul des vaches", pas dans le Hall 3. On en est les premiers surpris". Le signe que la tendance est en train de s'inverser ? Encore un peu tôt pour le dire, mais à voir les nouvelles tendances qui émergent déjà du programme parisien, on peut clairement affirmer que l'offensive est lancée...

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
8279
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture<script src=" />
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr