05/08/22 : Le festival Paseo ouvre ce 5 août à Bayonne. Entièrement gratuit, il propose un rendez-vous par soir de l’été, avec musique, chant, danse ou performance artistique. Inédit: des déambulations musicales gentiment déjantées les lundis.+ d'info

03/08/22 : La poudrerie Eurenco à Bergerac, classée Seveso, a connu plusieurs explosions ce 3 aout, en début d’après-midi. Un incendie dans un bâtiment de stockage s'est déclaré, mais il ne progresse plus. Huit personnes sont blessées. Le personnel est évacué.

03/08/22 : Entre 1,1 et 1,2 million de personnes ont participé à la 90 édition des fêtes de Bayonne pendant cinq jours et cinq nuits, en augmentation de 15 % par rapport à 2019. Le nombre de violences constatées a baissé.

03/08/22 : Depuis ce mercredi 3 août minuit, le département des Landes est placé en vigilance rouge (Niveau 4 sur une échelle de 5) pour le risque d'incendies en forêt.

03/08/22 : A compter du mercredi 3 août à midi, le Lot-et-Garonne passe simultanément en vigilance orange canicule, et vigilance rouge (vigilance très élevée - niveau 4 sur une échelle de 5) pour le « risque feux de forêt ».

02/08/22 : Un nouvel incendie s'est déclaré ce mardi à Laluque (Landes). 30 ha de pins ont déjà brulé. Deux maisons sont évacuées préventivement. Deux canadairs et un DASH réalisent des largages. 169 pompiers sont engagés. Sept trains sont immobilisés.

02/08/22 : L’incendie débuté dimanche 31 juillet à Mano (Landes) est fixé. Il est toujours actif mais contenu sur 300 ha. 100 sapeurs-pompiers, et 13 gendarmes sont encore sur place. Une partie des habitants évacués est autorisée à regagner son domicile.

01/08/22 : GIRONDE - Au vu des conditions météorologiques, le département a été placé en vigilance rouge par la préfecture (risque très élevé, niveau 4 sur 5) pour le risque d’incendies en forêt, à compter du 1er août 2022 et jusqu’à nouvel ordre.

28/07/22 : Face à la faible participation du public sur le projet de modification de la charte départementale des utilisateurs agricoles de produits phytopharmaceutiques, la préfecture 64 a décidé d'allonger le délais de la consultation jusqu'au 15 août 2022.+ d'info

27/07/22 : Au 2ème trimestre 2022, en Nouvelle-Aquitaine, le nombre de demandeurs d’emploi tenus de rechercher un emploi et sans activité (catégorie A) affiche une baisse de 1,5 % sur le trimestre et de 16,8 % sur un an.

25/07/22 : Les feux de Landiras et la Teste de Buch sont désormais fixés, après 12 jours de lutte. 131 km de pare-feu et lignes d'appui réalisés avec la DFCI, les acteurs de la filière, bénévoles, agriculteurs et chasseurs. Les habitants évacués rentrent chez eux.

20/07/22 : Thomas Cazenave, député Renaissance de Gironde, est élu président de la délégation parlementaire aux collectivités et à la décentralisation. Avec un parcours de haut-fonctionnaire plutôt que d'élu territorial, il remplace le Gersois, Jean-René Cazeneuve.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 08/08/22 | Littoral royannais: tout savoir sur les conditions de baignade !

    Lire

    Afin de faciliter l'information des usagers sur les conditions de baignade des 22 zones aménagées et surveillées des 7 communes littorales du territoire de l'agglomération de Royan, une page internet a été créée permettant de localiser les postes de secours et connaitre en temps réel : la couleur du drapeau de baignade, les horaires de surveillance, la météo, les températures de l’eau et de l’air, les horaires et coefficients de marées et le panneau du plan de la plage. Ce site lancé mi-juillet et encore en expérimentation est disponible à l’adresse : plages.agglo-royan.fr

  • 08/08/22 | Viticulture: le prolongement des PGE et l’arrachage restent en suspens

    Lire

    La chambre d'agriculture de Gironde a renouvelé sa demande de prolongation, sans pénalité, des Prêts Garantis par l'Etat (PGE), auprès du ministre de l'agriculture, Marc Fesneau. Le président Jean-Louis Dubourg espère qu’une solution puisse être trouvée au moins pour les sinistrés des épisodes climatiques de cette année. Concernant la demande d’une prime à l’arrachage, le Ministre souhaite trouver une solution adaptée aux besoins des différents bassins de production viticole.

  • 05/08/22 | Risque très sévère de feux de forêt en Charente-Maritime

    Lire

    A compter de ce samedi 6 août, le département Charente Maritime est en alerte très sévère. Tout feu de plein air ou feu d'artifice est interdit. Seuls les feux d’artifices tirés depuis la mer sont autorisés. Les manifestations festives, culturelles et sportives sont interdites dans l’ensemble massifs boisés du département. L’accès aux bois, forêts et landes des communes du massif de La Double Saintongeaise qui compte 29 communes est interdit.

  • 05/08/22 | Marzet Electrolyse fait sa transition énergétique

    Lire

    A Châtellerault, Marzet Electrolyse est spécialisé dans le traitement de surface des métaux et le zingage pour tous les domaines industriels. Afin de s'inscrire dans une démarche de développement durable, la PME change le mode de chauffage des bains de traitement de surface en remplaçant les résistances électriques par une installation fonctionnant à partir de la chaleur produite par un système de 2 pompes à chaleur. Cet investissement permettra de réduire la consommation énergétique de l'entreprise de 130 Mwh/an.

  • 05/08/22 | Sècheresse : Les Pyrénées-Atlantiques étendent les restrictions

    Lire

    Après avoir pris des restrictions sur l'usage de l'eau dans 26 communes des Pyrénées-Atlantiques, la préfecture vient d'élargir la zone de restriction à 76 communes supplémentaires au sud et à l'ouest du Pays Basque ainsi que sur le secteur d'Orthez. L'arrosage y est donc interdit de 8h à 20h. Le lavage des véhicules, tout comme le remplissage des piscines est strictement interdit. Et la ville de Biarritz suspend les douches et robinets sur les plages.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Agriculture en Nouvelle-Aquitaine : une année "difficile et disparate"

14/01/2020 | Dominique Graciet, président de la Chambre d'Agriculture de Nouvelle-Aquitaine, est revenu sur la conjoncture plutôt défavorable rencontrée par le monde agricole en 2019.

1

L'année 2020 ne démarre pas sous le plus grand des optimismes pour le président de la Chambre régionale d'Agriculture. Entre une conjoncture défavorable pour un grand nombre de filières au niveau régional, les incertitudes qui pèsent sur le développement économique (avec une baisse du revenu des agriculteurs en prévision pour 2019) et la pression sociétale qui se transforme parfois en "agri-bashing", tour d'horizon avec Dominique Graciet des grands chantiers qui attendent encore l'agriculture pour 2020 et au-delà, au moment de défendre un projet stratégique de mandature à la volonté de revalorisation plus qu'insistante d'une agriculture en pleins bouleversements.

Début d'année inquiet pour Dominique Graciet, président de la Chambre d'Agriculture de Nouvelle-Aquitaine. Dans une perspective de baisse des revenus pour les agriculteurs (résultat brut par actif non salarié en baisse de 6,6% selon des chiffres prévisionnels publiés le 10 janvier dernier) après un résultat net par actif familial en hausse de 17% en 2018 (et de 25% en Nouvelle-Aquitaine), le responsable local a assez largement commenté la conjoncture agricole 2019, pas forcément rassurante pour l'ensemble des filières économiquement (et celà sans compter le phénomène de sécheresse qui a notamment frappé le Sud-Ouest), malgré des exceptions.

Une année "difficile et disparate"
"2019 a été une année difficile et disparate suivant les filières, avec globalement un élevage qui souffre (moins de naissances et un volume de production d'animaux en baisse de 7%). On a un peu d'optimisme sur la filière ovin lait (hausse des volumes de +2% et, malgré un repli sur la fabrication de fromage de brebis de 2,5%, de bonnes perspectives sur le maintient du prix du lait) et caprin lait (-3% en volumes livrés mais hausse du prix du lait de +2%). La production de lait de vache a connu une amélioration légère suite à la loi Egalim, mais elle n'est pas à la hauteur des espérances (-5,3% sur la collecte annuelle, accentué à -7,4% sur le Sud-Ouest). Par contre, les bovins viande continuent de subir une crise économique avec des perspectives bouchées par les accords signés. Le Limousin et la Charente limousine se relèvent difficilement des sècheresses passées. On est un peu pessimiste".
Du côté des ovins, la consommation affiche une baisse de 5%, 3,2% pour l'achat au détail sur la filière porcine malgré une demande à l'export en hausse (+7% au global, +38% vers la Chine). Les volailles grasses ont pour leur part connu une baisse des importations (-44%) plus importante que celle des exportations (-6%). Enfin, à l'inverse du national (-2,8%), les abattages régionaux sont en hausse en 2019 (+1%), les importations en hausse (+6%) contrairement à un export en moins bonne santé (-13%).
"Sur les grandes cultures, on a eu de très bons rendements mais avec une baisse des prix, sans doute compensée par les rendements mais on n'est pas non plus très optimistes. Sur le viticole, il y a une crise du marché à Bordeaux (-16% en sortie de chais, -12% à l'export, -14% sur le marché intérieur) mais le cognac continue sa progression" (autant en volumes à +2,5% qu'en valeur à +6,9%), poursuit l'élu.

Contexte incertain

Alors même que le CETA, l'accord de libre échange entre l'Union Européenne et le Canada n'est encore ni digéré ni ratifié (même si Emmanuel Macron a réaffirmé le soutenir), le monde agricole, plusieurs mois après la grogne qui l'a agité un peu partout en France, ne semble pas encore prêt à faire l'impasse. "On s'estime trahis par ces accords (notamment le CETA) qui importent des viandes moins-disantes en termes de cahiers des charges et viennent concurrencer directement ce que l'on fait de mieux dans notre agriculture régionale. Ils sont également incohérents avec les États généraux de l'alimentation qui demandaient à l'agriculture d'élever son niveau de qualité contre une rémunération qu'on n'a toujours pas. Parallèlement, on laisse l'Europe importer des produits qui viennent directement concurrencer l'offre. Il y a de l'agribashing, tout le monde regarde à la loupe les conditions de production agricole dans les exploitations dans l'agriculture française. On aimerait que l'ensemble de l'opinion publique, pas seulement les écologistes d'ailleurs, soient aussi difficiles sur les produits importés qu'ils le sont sur les conditions de production en France. Il s'instaure une distorsion de concurrence qui joue contre l'agriculture française et ses progrès par rapport à l'environnement et son insertion dans la société". 

Les progrès sur l'environnement, c'est d'ailleurs l'un des principaux enjeux du projet stratégique de mandature des Chambres d'agriculture régionales pour la période 2019-2025. Réseaux DEPHY; GIEE, projet Vitirev, nouvelles perspectives pour le HVE, feuille de route NéoTerra, accompagnement financier régional à la transition... Les exemples ne manquent pas, et parmi les objectifs figurant dans ce plan, on trouve notamment l'engagement dans les énergies renouvelables (68 unités de méthanisation en fonctionnement en 2019 en Nouvelle-Aquitaine), notamment en prônant la construction d'un "schéma de développement du photovoltaïque agricole" en Nouvelle-Aquitaine ou un objectif d'accompagnement de 6000 agriculteurs à la conversion bio d'ici 2025. "L'agriculture régionale a adopté NéoTerra dans sa feuille de route pour les cinq ans à venir, c'est une échéance 2030 pour laquelle nous sommes déjà à pied d'œuvre. La manière de repositionner l'agriculture par rapport aux enjeux actuels du changement climatique. On a pris le problème à bras le corps, il nous faut le soutien de l'opinion publique pour continuer à investir dans le bon sens. La première contrainte pour l'investissement reste la condition économique des exploitations et non pas la volonté des agriculteurs de s'adapter". 

Lutte sociétale

Car l'un des plus sérieux moutons noirs de Dominique Graciet, dont il parle à l'envie, c'est l'agribashing. Interrogé au micro d'RTL ce lundi, l'ancien ministre de la Transition Écologique Nicolas Hulot dénonçait une "désespérance réelle du monde agricole". En décembre dernier, la préfecture de Gironde a mis en place un "Observatoire de l'agribashing", au départ demandé par le ministère de l'Agriculture et de nouveau par le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner à la veille d'une manifestation du monde agricole en novembre. Si la mise en place de ce nouvel organe divise, notamment au sein des organisations syndicales agricoles, son objectif de "lutte contre la stigmatisation" et de "détection des menaces" ne manque pas de poser question sur son application concrète, y compris pour Dominique Graciet. "J'attends une prise de conscience des problèmes qui se posent", argumente-t-il lorsque ledit observatoire est évoqué. "Les agriculteurs sont en train de perdre un peu de la fierté d'exercer ce métier, c'est une conjonction de faits entre l'économie et la place dans la société où l'agriculteur, au lieu d'être nourricier, devient un pollueur, ce qu'il vit très mal. Un observatoire, c'est bien mais les fake news des réseaux sociaux et les insultes ou dégradations méritent d'être condamnées. On est très attentif à l'attitude de l'État, la dissuasion et la sanction seraient sans doute plus efficaces pour revenir à des choses sensées. Il y a trop de monde qui occupe le terrain sur le dos de l'agriculture pour se faire de la notoriété avec des pseudo-associations extrémistes, la vérité n'est pas là. Le soutien de l'agriculture dans l'opinion publique est de près de 80%, mais c'est une majorité silencieuse. Dans les 20% qui restent, il y a des insultes qui n'ont pas lieu d'être. L'offre française, de bien meilleure qualité par rapport à celle des autres pays, mérite un prix, des conditions de travail et des retraites décentes pour les agriculteurs".

Pas question non plus pour lui de pointer du doigt la hausse des ventes des pesticides en France en 2018 (+21%). "On est en train de raisonner en tonnages et de manière globale, mais l'utilisation va vers des produits moins impactants, notamment le biocontrôle utilisé à des quantités supérieures à l'hectare, alors que les CMR sont en baisse significative. Il faut montrer que l'agriculture est sur le bon chemin, ces progrès sont en route, ça mérite un peu plus de respect des pratiques dans la manière de les évaluer". À l'intérieur de la rubrique "agriculture et société" du plan stratégique des chambres, on retrouve d'ailleurs cette volonté de reconquête de l'opinion publique, notamment via la volonté de création d'un "fonds de communication régional pour mener une communication positive sur l'agriculture" ou encore celle, plus profonde, d'un "observatoire régional de l'état de santé des exploitations agricoles" pour mieux faire face à un contexte économique mondial plus qu'incertain (notamment du côté du budget de la PAC 2021-2027).

"Notre plan stratégique est très clair : notre volonté, c'est de ne pas regarder l'agriculture en statique et de ne pas la juger sur ses pratiques passées". D'où l'intérêt d'une présence accrue des chambres sur le terrain au sein de différentes manifestations régionales ou nationales : FOREXPO (du 17 au 19 juin à Mimizan), Tech&Bio (8 et 9 juillet au lycée viticole de Libourne Montagne), Capr'Inov (25 et 26 novembre à Niort), le Salon International de l'Agriculture (22 février au 2 mars à Paris) et, bien sûr, le salon de l'agriculture de Nouvelle-Aquitaine, qui bascule de juin à mai pour 2020 (du 16 au 24 mai). Le temps où ce dernier était envisagé en dehors de la foire de Bordeaux semble résolu. "Avec le CEB, les relations sont bonnes", a affirmé ce mardi Dominique Graciet. "L'intérêt de ce salon pour nous, c'est de montrer le mouvement de la transition agricole par rapport à Paris qui est plus une vitrine rurale. On a beaucoup de partenaires, notamment des acteurs des énergies renouvelables, qui veulent être "au cul des vaches", pas dans le Hall 3. On en est les premiers surpris". Le signe que la tendance est en train de s'inverser ? Encore un peu tôt pour le dire, mais à voir les nouvelles tendances qui émergent déjà du programme parisien, on peut clairement affirmer que l'offensive est lancée...

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
10050
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 10 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr
Une centaine d'habitants des communes du Pays d'Aunis étaient présentes à la réunion d'informations organisée à Montroy le 26 juillet Agriculture | 29/07/2022

Pollution aux pesticides en plaine d’Aunis, les habitants se mobilisent

cdfr 2022 Agriculture | 25/07/2022

La Safer se penche sur le renouvellement des générations d’agriculteurs de la Gironde

Témoignages de jeunes installés et autres exemples de dossiers d'installations récentes ont animé les présentations de cette CDFR _ © Sylvain Desgroppes Agriculture | 08/07/2022

La Safer active sur un marché dynamique en Dordogne

L'Afdi Nouvelle-Aquitaine est à l'initiative de deux PER au Bénin : un sur la filière de la noix de cajou et un autre sur l'ananas Agriculture | 05/07/2022

Afdi Nouvelle-Aquitaine engagée dans les partenariats économiques en Afrique

Bourse agricole maritime Quai Lomabrd du Port Atlantique La Rochelle Agriculture | 30/06/2022

Bourse agricole La Rochelle-Pallice : un pré bilan en demie teinte

Romain et Audrey Verrier se sont installés en janvier 2022, en tant qu'éleveurs caprins en Deux-Sèvres Agriculture | 30/06/2022

Installation - Transmission: L' "incroyable" nouvelle vie de Romain et Audrey, éleveurs caprins débutants

Illustration Campagne Foncier rural et agricole nouvelle-Aquitaine Agriculture | 28/06/2022

Nouvelle-Aquitaine: Les marchés fonciers ruraux ont battu des records en 2021

Sylvie Marcilly et Cédric Tranquard à sa gauche signent la nouvelle convention Agriculture | 23/06/2022

Charente-Maritime : un partenariat renouvelé entre le département et la chambre d’agriculture

A Mont-Disse en Béarn, Charles Pelanne a vu ses cultures de kiwi et de vignes détruites à 100 % par la grêle. Ici avec Eric Spitz, préfet du département venu constater les dégâts Agriculture | 23/06/2022

Les orages de grêle destructeurs ont lourdement frappé le Béarn

L'équipe d'Euralis dont Laurent Dubain (à droite), DG du pôle agricole d'Euralis, sont venus à la rencontre de Philippe Joseph et de son fils engagés pour 20 ha, dans un contrat Gaïa Agriculture | 21/06/2022

Les agriculteurs rémunérés pour leur engagement agronomique

Sel et marais de l’île de Ré. Agriculture | 09/06/2022

Saliculture : une récolte de sel très précoce

Régis Boisseau, directeur de Semae Sud-Ouest Agriculture | 02/06/2022

Géopolitique, agroécologie, cultures alternatives... la filière semences "se réinvente"

Bruno Millet et Dominique Graciet au Salon de l'agriculture Nouvelle-Aquitiane, devant la vache Haquitanima Agriculture | 31/05/2022

Salon de l'agriculture et après ? " Installer un bruit de fond positif "

Jean-Christophe Roubin, responsable agriculture au CA, Olivier Constantin, Directeur Général du CA Aquitaine, Patrice Gentié, Président du CA Aquitaine et Sandrine Kergosien, Directrice des marchés spécialisés CA Aquitaine Agriculture | 31/05/2022

Le Crédit Agricole d'Aquitaine vent debout face à la crise qui secoue le secteur agricole

Concours national bazadais sur le Salon de l'agriculture Nouvelle-Aquitaine Agriculture | 28/05/2022

Un Concours National Bazadais porté par la jeunesse !