Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

28/10/20 : Le Festival international du Film d’Histoire de Pessac annonce l'annulation de sa 31ème édition aux dates initialement prévues du 16 au 23 novembre. Des réflexions sont en cours sur les modalités de valorisation des films sélectionnés en compétition.

28/10/20 : Le département des Landes est placé en état de vigilance jaune "Vagues Submersion" pour l’ensemble des communes du littoral du 28 octobre 13h00 au 29 octobre 18h00, entre forte houle, vagues puissantes, érosion dunaire et submersions locales...

28/10/20 : "Priorité à la protection sanitaire". Alors que le Festival Novaq devait s'ouvrir demain à la Rochelle, la Région Nouvelle-Aquitaine, organisatrice de cet évènement dédié à l'innovation, annonce son annulation. Un nouveau format est en réflexion.

26/10/20 : Dominique Bussereau président du département de Charente-Maritime et de l'ADF vient d'annoncer que le Congrès des Départements de France qui devait avoir lieu lieu les 5 et 6 novembre à La Rochelle est ajourné compte tenu de la situation sanitaire

24/10/20 : En raison du couvre-feu, la maire de Biarritz, Maïder Arosteguy a décidé d'instituer un stationnement de la ville gratuit en surface dès 18 heures, afin d'inciter les clients des restaurants de venir plus tôt dans ces établissements de la ville.

22/10/20 : Ce 22 octobre Jean Castex a annoncé 38 nouveaux départements et une collectivité d’Outre-mer la Polynésie soumis au couvre-feu de 21h à 6h dès demain soir. En Nouvelle-Aquitaine, Haute-Vienne et Pyrénées-Atlantiques sont concernés.

22/10/20 : Le Pôle Expérimental Métiers d’Art du Périgord-Limousin organise un marché des métiers d’art en plein air, sur la Place Alfred Agard à Nontron, le samedi 24 octobre de 10h à 18h, en remplacement du Salon de la Rue des métiers d'art, qui est annulé.

22/10/20 : La Rochelle : Michel Carmona, adjoint au maire depuis 2014, est décédé dimanche. Ses obsèques auront lieu vendredi à 15h30 au crématorium de Mireuil.

22/10/20 : Charente-Maritime : en plus d'une obligation de porter le masque dans 52 commune du département, le préfet de Charente-Maritime a pris un arrêté interdisant les buvettes et certaines restaurations dans les établissements sportifs.

21/10/20 : Le Conseil scientifique Covid 19 a dans un communiqué rendu public l'avis favorable donné au gouvernement le 19 octobre pour la prorogation du régime transitoire de l'urgence sanitaire jusqu'au 16 février et son prolongement jusqu'au 1° avril 2021.

20/10/20 : Municipales :A Saint Astier, en Dordogne, l'élection municipale, remportée par la maire sortante Elisabeth Marty (DVD) avec 17 voix d’avance, a été annulée ce mardi 20 octobre par le tribunal administratif de Bordeaux.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 28/10/20 | TBM: la fausse gratuité du tram

    Lire

    Surprise d'un certain nombre d'usagers du tram à Bordeaux qui, accédant aux rames, ont découvert ce 28 octobre, collés sur les valideurs, des stickers reprenant un visuel de TBM annonçant la gratuité des transports. Dans un communiqué Kéolis Bordeaux Métropole rappelle « que la validation reste obligatoire dans tout le réseau TBM »  et précise que « les contrôleurs face aux voyageurs sans titre de transport n'ont pas verbalisé, privilégiant le dialogue et expliquant qu'il s'agissait d'une information frauduleuse suite à une action revendiquée par le collectif « extinction rébellion » Keolis Bordeaux Métropole va porter plainte auprès de la Police.

  • 28/10/20 | Intempéries de mai : 14 communes en état de catastrophe naturelle

    Lire

    Dans un arrêté paru au Journal Officiel du 24 octobre, l'état de catastrophe naturelle a été reconnu dans 14 communes girondines suite aux violents épisodes de pluie survenus du 9 au 11 mai. En effet, des inondations et coulées de boues ont eu lieu dans les communes de Cadaujac, Romagne, Saint-Aubin de Branne, Saint Médard d'Eyrans, Gradignan, Targon, Ludon-Médoc, Le Pout, La Sauve, Coirac, Lanton, Saucats et Le Turan. Les sinistrés ont jusqu'au 3 novembre pour se rapprocher de leur compagnie d'assurance.

  • 28/10/20 | Charente-Maritime : Isabelle Blesson installée au conseil départemental

    Lire

    A l'occasion de l'ouverture de sa session d'automne, ce 26 octobre, le conseil départemental de la Charente-Maritime a introduit une nouvelle élue dans son assemblée : Isabelle Blesson. Jusqu'alors suppléante de la conseillère départementale Brigitte Favereau, cette pharmacienne basée à Saintes remplacera l'élue jusqu'aux prochaines élections départementales. Brigitte Favreau est décédée le 22 septembre dernier des suites d'une longue maladie.

  • 28/10/20 | 482 400 € pour l'ouverture d'une 1° année de Parcours d'Accès Spécifique Santé à Périgueux

    Lire

    La Région apportera 482 400 euros pour la première année de Parcours d'Accès Spécifique Santé (PASS) à Périgueux. Pour l'année universitaire 2020-21, les besoins sont les suivants : deux grandes salles permettant la diffusion des cours magistraux aux étudiants, des travaux de câblage pour les réseaux informatiques et deux salles immersives de manière à assurer l'ensemble des enseignements et tutorat délocalisés. La première promotion de 30 étudiants a fait sa rentrée en septembre.

  • 28/10/20 | Pour une meilleure connaissance des abeilles en Corrèze

    Lire

    Dans le cadre de l’appel à projets « Nature et transitions », l’association CPIE de la Corrèze souhaite s’engager dans un projet d’amélioration des connaissances sur les abeilles sauvages et souhaite mobiliser les acteurs locaux pour faire émerger des solutions concrètes de gestion des milieux en faveur de la pollinisation. Ce projet, nourrit de la richesse des compétences en matière d’animation territoriale, de création d’outils pédagogiques ou d’expertise scientifique bénéficie d’une aide de 18 135 euros de la Région Nouvelle-Aquitaine.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Agriculture en Nouvelle-Aquitaine : une année "difficile et disparate"

14/01/2020 | Dominique Graciet, président de la Chambre d'Agriculture de Nouvelle-Aquitaine, est revenu sur la conjoncture plutôt défavorable rencontrée par le monde agricole en 2019.

Dominique Graciet 2020

L'année 2020 ne démarre pas sous le plus grand des optimismes pour le président de la Chambre régionale d'Agriculture. Entre une conjoncture défavorable pour un grand nombre de filières au niveau régional, les incertitudes qui pèsent sur le développement économique (avec une baisse du revenu des agriculteurs en prévision pour 2019) et la pression sociétale qui se transforme parfois en "agri-bashing", tour d'horizon avec Dominique Graciet des grands chantiers qui attendent encore l'agriculture pour 2020 et au-delà, au moment de défendre un projet stratégique de mandature à la volonté de revalorisation plus qu'insistante d'une agriculture en pleins bouleversements.

Début d'année inquiet pour Dominique Graciet, président de la Chambre d'Agriculture de Nouvelle-Aquitaine. Dans une perspective de baisse des revenus pour les agriculteurs (résultat brut par actif non salarié en baisse de 6,6% selon des chiffres prévisionnels publiés le 10 janvier dernier) après un résultat net par actif familial en hausse de 17% en 2018 (et de 25% en Nouvelle-Aquitaine), le responsable local a assez largement commenté la conjoncture agricole 2019, pas forcément rassurante pour l'ensemble des filières économiquement (et celà sans compter le phénomène de sécheresse qui a notamment frappé le Sud-Ouest), malgré des exceptions.

Une année "difficile et disparate"
"2019 a été une année difficile et disparate suivant les filières, avec globalement un élevage qui souffre (moins de naissances et un volume de production d'animaux en baisse de 7%). On a un peu d'optimisme sur la filière ovin lait (hausse des volumes de +2% et, malgré un repli sur la fabrication de fromage de brebis de 2,5%, de bonnes perspectives sur le maintient du prix du lait) et caprin lait (-3% en volumes livrés mais hausse du prix du lait de +2%). La production de lait de vache a connu une amélioration légère suite à la loi Egalim, mais elle n'est pas à la hauteur des espérances (-5,3% sur la collecte annuelle, accentué à -7,4% sur le Sud-Ouest). Par contre, les bovins viande continuent de subir une crise économique avec des perspectives bouchées par les accords signés. Le Limousin et la Charente limousine se relèvent difficilement des sècheresses passées. On est un peu pessimiste".
Du côté des ovins, la consommation affiche une baisse de 5%, 3,2% pour l'achat au détail sur la filière porcine malgré une demande à l'export en hausse (+7% au global, +38% vers la Chine). Les volailles grasses ont pour leur part connu une baisse des importations (-44%) plus importante que celle des exportations (-6%). Enfin, à l'inverse du national (-2,8%), les abattages régionaux sont en hausse en 2019 (+1%), les importations en hausse (+6%) contrairement à un export en moins bonne santé (-13%).
"Sur les grandes cultures, on a eu de très bons rendements mais avec une baisse des prix, sans doute compensée par les rendements mais on n'est pas non plus très optimistes. Sur le viticole, il y a une crise du marché à Bordeaux (-16% en sortie de chais, -12% à l'export, -14% sur le marché intérieur) mais le cognac continue sa progression" (autant en volumes à +2,5% qu'en valeur à +6,9%), poursuit l'élu.

Contexte incertain

Alors même que le CETA, l'accord de libre échange entre l'Union Européenne et le Canada n'est encore ni digéré ni ratifié (même si Emmanuel Macron a réaffirmé le soutenir), le monde agricole, plusieurs mois après la grogne qui l'a agité un peu partout en France, ne semble pas encore prêt à faire l'impasse. "On s'estime trahis par ces accords (notamment le CETA) qui importent des viandes moins-disantes en termes de cahiers des charges et viennent concurrencer directement ce que l'on fait de mieux dans notre agriculture régionale. Ils sont également incohérents avec les États généraux de l'alimentation qui demandaient à l'agriculture d'élever son niveau de qualité contre une rémunération qu'on n'a toujours pas. Parallèlement, on laisse l'Europe importer des produits qui viennent directement concurrencer l'offre. Il y a de l'agribashing, tout le monde regarde à la loupe les conditions de production agricole dans les exploitations dans l'agriculture française. On aimerait que l'ensemble de l'opinion publique, pas seulement les écologistes d'ailleurs, soient aussi difficiles sur les produits importés qu'ils le sont sur les conditions de production en France. Il s'instaure une distorsion de concurrence qui joue contre l'agriculture française et ses progrès par rapport à l'environnement et son insertion dans la société". 

Les progrès sur l'environnement, c'est d'ailleurs l'un des principaux enjeux du projet stratégique de mandature des Chambres d'agriculture régionales pour la période 2019-2025. Réseaux DEPHY; GIEE, projet Vitirev, nouvelles perspectives pour le HVE, feuille de route NéoTerra, accompagnement financier régional à la transition... Les exemples ne manquent pas, et parmi les objectifs figurant dans ce plan, on trouve notamment l'engagement dans les énergies renouvelables (68 unités de méthanisation en fonctionnement en 2019 en Nouvelle-Aquitaine), notamment en prônant la construction d'un "schéma de développement du photovoltaïque agricole" en Nouvelle-Aquitaine ou un objectif d'accompagnement de 6000 agriculteurs à la conversion bio d'ici 2025. "L'agriculture régionale a adopté NéoTerra dans sa feuille de route pour les cinq ans à venir, c'est une échéance 2030 pour laquelle nous sommes déjà à pied d'œuvre. La manière de repositionner l'agriculture par rapport aux enjeux actuels du changement climatique. On a pris le problème à bras le corps, il nous faut le soutien de l'opinion publique pour continuer à investir dans le bon sens. La première contrainte pour l'investissement reste la condition économique des exploitations et non pas la volonté des agriculteurs de s'adapter". 

Lutte sociétale

Car l'un des plus sérieux moutons noirs de Dominique Graciet, dont il parle à l'envie, c'est l'agribashing. Interrogé au micro d'RTL ce lundi, l'ancien ministre de la Transition Écologique Nicolas Hulot dénonçait une "désespérance réelle du monde agricole". En décembre dernier, la préfecture de Gironde a mis en place un "Observatoire de l'agribashing", au départ demandé par le ministère de l'Agriculture et de nouveau par le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner à la veille d'une manifestation du monde agricole en novembre. Si la mise en place de ce nouvel organe divise, notamment au sein des organisations syndicales agricoles, son objectif de "lutte contre la stigmatisation" et de "détection des menaces" ne manque pas de poser question sur son application concrète, y compris pour Dominique Graciet. "J'attends une prise de conscience des problèmes qui se posent", argumente-t-il lorsque ledit observatoire est évoqué. "Les agriculteurs sont en train de perdre un peu de la fierté d'exercer ce métier, c'est une conjonction de faits entre l'économie et la place dans la société où l'agriculteur, au lieu d'être nourricier, devient un pollueur, ce qu'il vit très mal. Un observatoire, c'est bien mais les fake news des réseaux sociaux et les insultes ou dégradations méritent d'être condamnées. On est très attentif à l'attitude de l'État, la dissuasion et la sanction seraient sans doute plus efficaces pour revenir à des choses sensées. Il y a trop de monde qui occupe le terrain sur le dos de l'agriculture pour se faire de la notoriété avec des pseudo-associations extrémistes, la vérité n'est pas là. Le soutien de l'agriculture dans l'opinion publique est de près de 80%, mais c'est une majorité silencieuse. Dans les 20% qui restent, il y a des insultes qui n'ont pas lieu d'être. L'offre française, de bien meilleure qualité par rapport à celle des autres pays, mérite un prix, des conditions de travail et des retraites décentes pour les agriculteurs".

Pas question non plus pour lui de pointer du doigt la hausse des ventes des pesticides en France en 2018 (+21%). "On est en train de raisonner en tonnages et de manière globale, mais l'utilisation va vers des produits moins impactants, notamment le biocontrôle utilisé à des quantités supérieures à l'hectare, alors que les CMR sont en baisse significative. Il faut montrer que l'agriculture est sur le bon chemin, ces progrès sont en route, ça mérite un peu plus de respect des pratiques dans la manière de les évaluer". À l'intérieur de la rubrique "agriculture et société" du plan stratégique des chambres, on retrouve d'ailleurs cette volonté de reconquête de l'opinion publique, notamment via la volonté de création d'un "fonds de communication régional pour mener une communication positive sur l'agriculture" ou encore celle, plus profonde, d'un "observatoire régional de l'état de santé des exploitations agricoles" pour mieux faire face à un contexte économique mondial plus qu'incertain (notamment du côté du budget de la PAC 2021-2027).

"Notre plan stratégique est très clair : notre volonté, c'est de ne pas regarder l'agriculture en statique et de ne pas la juger sur ses pratiques passées". D'où l'intérêt d'une présence accrue des chambres sur le terrain au sein de différentes manifestations régionales ou nationales : FOREXPO (du 17 au 19 juin à Mimizan), Tech&Bio (8 et 9 juillet au lycée viticole de Libourne Montagne), Capr'Inov (25 et 26 novembre à Niort), le Salon International de l'Agriculture (22 février au 2 mars à Paris) et, bien sûr, le salon de l'agriculture de Nouvelle-Aquitaine, qui bascule de juin à mai pour 2020 (du 16 au 24 mai). Le temps où ce dernier était envisagé en dehors de la foire de Bordeaux semble résolu. "Avec le CEB, les relations sont bonnes", a affirmé ce mardi Dominique Graciet. "L'intérêt de ce salon pour nous, c'est de montrer le mouvement de la transition agricole par rapport à Paris qui est plus une vitrine rurale. On a beaucoup de partenaires, notamment des acteurs des énergies renouvelables, qui veulent être "au cul des vaches", pas dans le Hall 3. On en est les premiers surpris". Le signe que la tendance est en train de s'inverser ? Encore un peu tôt pour le dire, mais à voir les nouvelles tendances qui émergent déjà du programme parisien, on peut clairement affirmer que l'offensive est lancée...

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
6189
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 30 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr
La variété hybride Marigoule est particulièrement sensible aux attaques de cynips. Agriculture | 28/10/2020

Haute-Vienne : Les producteurs de marrons châtaignes alertent le préfet

Baptiste Carrère producteur de canards à Malaussanne (64), a pris la présidence de Bienvenue à la Ferme 64 Agriculture | 27/10/2020

Bienvenue à la ferme 64 : des projets florissants malgré le contexte

Illustration installation - transmission en maraîchage Agriculture | 23/10/2020

Transmission agricole : Safer, collectivités et chambre d'agriculture 64 alliées au plus proche du terrain

Une partie du coteau bordant les vignes de Pierre Tourré s'est effondrée suites à la pluie du 11 mai Agriculture | 21/10/2020

Les pluies du mois de mai mettent en danger des vignerons de Loupiac

La famille Massé, installée à Rouillac, fait partie des 150 exploitations certifiées par l’interprofession Agriculture | 15/10/2020

Charente : vers un cognac 100% durable en 2030

Roland de Lary, directeur du CRPF Agriculture | 05/10/2020

Filière bois : trois questions à Roland de Lary, directeur du Centre Régional de la Propriété Forestière

Danièle Marcon, présidente de la section tomate de l'AIFLG Agriculture | 04/10/2020

L'IGP, une urgence pour la survie pour la Tomate de Marmande

Marché de producteurs Agriculture | 02/10/2020

Les circuits courts au menu du 6ème Agrinovembre

Bernard Layre, Présidnt de la Chmabre d'agriculture des Pyrénées-Atlantiques et Eric Spitz Préfet du département Agriculture | 01/10/2020

Un nouveau tournant vers la transition environnementale pour l'agriculture des Pyrénées-Atlantiques

Le Palso est une association représentant les acteurs de la filère palmipède du grand Sud-Ouest Agriculture | 30/09/2020

Un vingtième anniversaire particulier pour l’IGP Foie Gras du Sud-Ouest

Pierre Courdurié en train de travailler le raisin en fermentation Agriculture | 25/09/2020

Vendanges : rencontre avec Pierre Courdurié, vigneron à Saint-Christophe-des-Bardes

Le périgourdin Didier Gouraud à la tête d'Interbev Nouvelle Aquitaine Agriculture | 20/09/2020

Le périgourdin, Didier Gouraud, à la tête de la filière viande en Nouvelle-Aquitaine

Safer Nouvelle-Aquitaine Agriculture | 17/09/2020

La Safer tire son bilan régional

Anthony Brun dans sonexploitation de Saint-Bonnet sur Gironde Agriculture | 17/09/2020

Vendanges : le terroir de cognac sauve les meubles

Anne Fichet au milieu de ses fleurs Agriculture | 11/09/2020

De la plante à l'hydrolat, l'agriculture dans le respect du vivant chez Anne Fichet à Saint-Savinien (17)