Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

24/11/20 : Âgé de 90 ans, André Luberriaga, ancien maire d'Ascain, au Pays basque, s’est éteint lundi, une semaine après son épouse Martta. Conseiller général d’Ustaritz de 1976 à 1988, l'UDF André Luberriaga, avait dirigé la commune de 1977 à 2001.

19/11/20 : Charente-Maritime : le taux de positivité au Covid-19 était ce soir de 75 pour 100 000 habitants, et de 90 pour La Rochelle, soit moitié moins que la semaine dernière, selon l'ARS. 34 patients sont hospitalisés à La Rochelle, dont 14 en réanimation.

17/11/20 : Charente-Maritime: dans le cadre de la poursuite du chantier de changement des câbles du Pont de Ré, la circulation automobile aura de courtes interruptions jeudi 19 novembre entre 12 et 13h, sans conséquence pour le passage des piétons et des vélos.

17/11/20 : Le festival de la BD d'Angoulême se fera en deux temps: en janvier pour la remise des fauves et en juin pour un festival en présentiel. Une exposition sera dédié à l'art d'Emmanuel Guibert au musée des beaux arts d'Angoulême, inauguré le 20/11/2021.

16/11/20 : Les communes de La Mothe Saint Héray et Saint Maixent l'Ecole dans les Deux-Sèvres ont été reconnues en état de catastrophe naturelle, suite aux inondations subies au mois de mars.

15/11/20 : Le Centre communal d’action sociale CCAS de La Rochelle lance un appel à la solidarité et au bénévolat pour épauler les acteurs de l’aide alimentaire. Contact : Frédérique Duchesne àfrederique.duchesne@ccas-larochelle.fr ou au 05 46 35 21 16.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 28/11/20 | Forte mobilisation contre la loi sécurité

    Lire

    Forte mobilisation populaire à l'initiative de La Ligue des Droits de l'Homme, d'Amnesty, de syndicats de journalistes, contre la loi sécurité globale, ce samedi, dans plusieurs villes de la région, à Pau, Bayonne, Mont-de-Marsan, Périgueux, La Rochelle, Bordeaux où La marche des libertés réunissaient quelques huit mille personne qui se sont rassemblées place de la Bourse et se sont dirigées vers la place Pey Berland. Des casseurs ont saccagé en marge de la manifestation plusieurs magasins du centre ville notamment entre la rue Sainte Catherine la place Camille Jullian

  • 28/11/20 | Rajeunissement pour Les Halles d'Andernos-les-bains

    Lire

    L’équipe municipale d’Andernos-les-bains se lance un défi de taille : reconstruire son centre-ville afin de donner un coup de boost à son attractivité. Trois opérations principales : construction d’un complexe cinématographique et culturel, réaménagement des espaces publics dans la rue du 11-Novembre, sur la place du 14-Juillet et l’avenue de Bordeaux. La dernière, et pas des moindres : la démolition-reconstruction des halles du marché. Cette structure de 1200m2 qui accueille 25 commerces, ne répond plus aux usages et normes en vigueur. Pour cette reconstruction, la Région soutien la commune avec une aide de 600 000€.

  • 28/11/20 | Un magasin de producteurs à Châteauneuf-sur-Charente

    Lire

    En 2017, la commune de Châteauneuf-sur-Charente (16) a acquis un bâtiment au sein duquel différents commerces et services de proximité sont actuellement installés. Au sein de ce bâtiment, un magasin de producteurs va voir le jour sur une surface de 167 m² et où la gestion de celui-ci sera réalisés par les producteurs. Afin de permettre à la collectivité d’aménager les espaces adaptés à cette activité, la Région Nouvelle-Aquitaine a attribué lors de sa dernière commission permanente une aide de 32 750 euros.

  • 28/11/20 | Saintes : le site de la Palu va devenir un espace naturel sensible

    Lire

    Classé en zone Natura 2000, La Palu est un site naturel unique de 122 hectares, situé non loin du centre-ville et au bord du fleuve Charente, au coeur de la ville de Saintes. Le conseil municipal vient de valider une convention avec le Département pour faire du site un Espace naturel sensible (ENS). Le Département co-financera à hauteur de 40% l'ensemble des actions liées à la gestion, la préservation et la valorisation de l'environnement des lieux, ainsi que la mise en place d'une éco-taxe.

  • 27/11/20 | La collecte nationale des banques alimentaires est lancée

    Lire

    La banque alimentaire de Bordeaux et de la Gironde organiste sa collecte ces 27 et 28 novembre. Cette fois-ci, elle sera physique dans le respect des gestes barrière,comme habituellement dans les magasins les plus importants. La seconde est dématérialisée, avec l’opération de distribution de coupons correspondant à des repas (2 euros pour un repas). Les sommes réunies sont transformées ultérieurement en achat de denrées alimentaires. Au niveau des produits, il est préférable de favoriser féculents et conserves de poisson, viande et légumes. Surtout pas de produits frais, ni de produits pour bébé.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Trains et "petites lignes" : la Nouvelle-Aquitaine attend "une méthode" nationale

01/10/2019 | Le vice-président de la région Nouvelle-Aquitaine participait ce lundi à un débat sur les "petites lignes" ferroviaires régionales. On lui a demandé un petit débrief.

Petites lignes Réseau ferroviaire

Le rapport de François Philizot paru en mars, chargé d'effectuer un diagnostic sur les "petites lignes" ferroviaires (environ 12 000 kilomètres dont 9137 réservé au transport de voyageurs), était censé orienter les décisions du Gouvernement sur la très attendue Loi d'Orientation des Mobilités. À l'occasion d'un débat consacré au sujet lors du Congrès des Régions ce lundi 30 septembre à Bordeaux, nous avons interrogé le vice-président de la région Nouvelle-Aquitaine, Renaud Lagrave sur les attentes claires de la collectivité face aux futurs défis qui attendent un réseau vieillissant dans un contexte de premières mises en concurrence proche.

@qui.fr - Qu'attendez-vous de la part du gouvernement sur ce sujet des "petites lignes", alors que la région vient de réouvrir Bergerac-Libourne ce lundi

Renaud-Lagrave, vice-président de la région Nouvelle-Aquitaine en charge des transports - J'attends une méthode, une planification et des engagements de la part de l'État. On a aujourd'hui des Contrats de Plan État-Régions qui sont complètement calaminés et qui font que malgré les engagements financiers qu'on peut avoir votés et intégrés, les travaux ne sont pas au rendez-vous. On multiplie les lignes suspendues et les limitations de vitesse, mais on a besoin que les travaux soient effectifs. Ce qu'il faut, c'est avoir des calendriers concrets pour connaître l'approche de l'État sur l'ensemble du réseau ferroviaire, la méthode.

Les débats d'aujourd'hui ne m'ont pas rassuré. Si on nous explique qu'il faut faire des régénérations au rabais (sans faire toutes les lignes, en enlevant le fret, en ne faisant plus d'arrêt TGV), ce n'est pas du tout le sens que l'on cherche en terme d'aménagement du territoire. Peut-être que toutes les lignes ne pourront pas tout supporter, on n'est pas obtu, mais il faut qu'on ait des outils qui nous permettent d'enlever les camions de la route, d'avoir plus de voyageurs et de fréquence et d'avoir de l'intermodalité qui soit sans couture pour les usagers. 

aqui.fr - Quid du matériel roulant, alors que la Région a annoncé être en discussion pour le verdissement de sa flotte et l'ouverture à des trains à hydrogène ?

R.L - Ce qui m'importe, c'est qu'on ait la possibilité d'avoir un matériel actuel remis au goût du jour du point de vue de la motorisation, mais ce n'est pas le seul point important. Il faut aussi que ce matériel soit efficace par rapport aux demandes des usagers, qui veulent avoir des services à bord présents dans les TGV. Il faut qu'on puisse aussi répondre aux surcapacités. On ne va pas changer une chose après l'autre, il faut réfléchir de manière globale.

aqui.fr - L'une des conditions évoquées par d'autres responsables régionaux à l'ouverture à la concurrence, c'est la rénovation globale du réseau, dont SNCF a qualifié les besoins à 60% des 12 000 kilomètres de "petites lignes" au niveau national. Qu'en pensez-vous ? 

R.L - Je pense que c'est effectivement le réseau qui est en cause. On a signé récemment notre nouvelle convention avec SNCF Mobilités. Depuis le 1er janvier, on a un taux de régularité de 94,5%, un taux de suppression de trains qui a été divisé par deux et 10% de voyageurs de plus en 2017-2018. La question du réseau est essentielle, la question de la mise en concurrence viendra quand ce sera nécessaire mais après avoir réglé cette question-là. C'est structurant : vous pouvez avoir le matériel le plus neuf du monde, si vous avez des limitations de vitesse à 40 km/h, les usagers ne reviendront pas.

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
4000
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 31 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !