Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

10/07/20 : Philippe Monguillot, le chauffeur de Chronoplus sauvagement agressé dimanche s'en est allé en milieu d'après-midi pour son dernier voyage, entouré de sa famille. Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin devrait se rendre à Bayonne ce samedi.

10/07/20 : Les inscriptions aux transports scolaires en Nouvelle-Aquitaine sont ouvertes. N'attendez pas car jusqu'au 20 juillet, les frais de dossier sont offerts. Passée cette date, 15 euros de frais de dossier sont facturés.

10/07/20 : Philippe Buisson, maire de Libourne, a été réélu ce 10 juillet président de la Communauté d'agglomération du Libournais, la CALI, par 71 voix sur 74 votants.

10/07/20 : Florence Jardin, maire de Migné-Auxances (86), vient d’être élue présidente de Grand Poitiers. Elle succède à Alain Claeys à cette fonction. Elle arrive en tête avec 48 voix, devant Claude Eidelstein (26), Jean-Louis Ledeux (8) et 4 bulletins blancs.

09/07/20 : L'inauguration de la Flow vélo, itinéraire cyclable de 294 kilomètres entre Thiviers en Dordogne et L'île d'Aix en Charente- Maritime a eu lieu ce jeudi après midi à Salignac sur-Charente, au Pont du Né, kilomètre zéro de la Charente Maritime.

09/07/20 : Xavier Bonnefont, maire LR d'Angoulême, devient président de l'agglomération de Grand Angoulême en étant élu à la majorité absolue dès le premier tour. Il détrône le socialiste Jean-François Dauré de sept voix.

08/07/20 : Jean-Luc Gleyze, Président du Conseil Départemental de Gironde, a été élu ce 8 juillet, à l’unanimité de ses membres, Président du groupe des présidentes et présidents de gauche de l’Assemblée des Départements de France.

08/07/20 : Guillaume Guérin (Les Républicains) est élu président de la communauté urbaine de Limoges avec 47 voix face au socialiste Gaston Chassain.

08/07/20 : Le nouveau ministre délégué chargé des transports Jean-Baptiste Djebarri s'est rendu ce soir à la société Chronoplus de Bayonne où était employé le chauffeur Philippe Monguillot. Deux des agresseurs sont poursuivis pour tentative d'homicide volontaire.

04/07/20 : Beynac : Entre 250 et 300 personnes pro-déviation se sont réunis ce samedi matin pour que le chantier soit poursuivi, malgré la décision du conseil d'Etat, parmi elles, les maires des 4 communes concernées le président du Département Germinal Peiro.

03/07/20 : Le 1er juillet, la préfecture de la Dordogne a publié un "arrêté portant prescriptions au Département relatives aux travaux de démolition des éléments construits dans le cadre du projet de contournement du bourg de Beynac-et-Cazenac.

03/07/20 : Deux-Sèvres : les 12 Marchés des Producteurs de Pays auront bien lieu cet été. Les communes s'organisent pour accueillir au mieux les producteurs et consommateurs. Pensez à apporter vos couverts, gobelets et serviettes non jetables!

30/06/20 : La Rochelle : Les inscriptions à L'université sont ouvertes du jeudi 2 au vendredi 17 juillet jusqu’à midi pour les néobacheliers et les étudiants admis en Master 1ère année. Dernière chance entre le 25 août et le 11 septembre jusqu’à 23h.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 10/07/20 | Caussade (47) : prison ferme pour Franken et Bousquet-Cassagne

    Lire

    Poursuivis pour avoir réalisé sans autorisation la retenue de Caussade (47), Patrick Franken et Serge Bousquet-Cassagne sont condamnés par le tribunal correctionnel d'Agen à 9 et 8 mois de prison ferme assortie de la révocation d'un sursis précédent, soit 22 et 13 mois ferme. S'ajoutent 65 000€ de dommages et intérêts aux associations écologistes partie civile, 32 907 € à Enedis pour la destruction d'un poteau électrique et 2 400 euros de préjudices moral, et enfin une amende, pour la chambre d'agriculture, de 40 000€ dont 20 000€ avec sursis. Les deux hommes ont dit faire appel de cette décision.

  • 10/07/20 | Université de Poitiers : des paniers alimentaires pour les étudiants

    Lire

    L'Université de Poitiers, le Crous et l’Afev organisent la distribution de denrées alimentaires pour les étudiants présents en résidence universitaire et/ou étant inscrits à l’épicerie sociale, et aussi à ceux et celles ayant bénéficié du dispositif d’urgence mis en place par l’université de Poitiers pendant le confinement. Une inscription sur le site de l'université permet de réserver un créneau. Au total, ce sont près de 350 étudiants, qui recevront chaque semaine des colis durant tout l'été de juin à fin août.

  • 10/07/20 | Bordeaux Métropole : un fonds "zéro salarié"

    Lire

    La métropole de Bordeaux et la CCI Bordeaux Gironde ont ouvert ce mercredi 8 juillet, un "fonds Covid Bordeaux Métropole zéro salarié" à destination des commerçants, artisans et entreprises qui ne rentrent pas dans les cases d'un précédent fonds d'urgence de 15 millions d'euros (7,6 millions versés) destiné aux entreprises de un à cinq salariés. Cette aide de 1000 euros sera versée aux "travailleurs indépendants, micro-entrepreneurs ou société commerciale n’employant aucun salarié" justifiant d'une perte de chiffre d'affaires de 40% entre le 1er et le 30 avril.

  • 10/07/20 | En juillet, les littoraux à la fête

    Lire

    Les 17, 18 et 19 juillet prochain se déroulera la seconde édition de la Fête de la Mer et des Littoraux sur l'ensemble des côtes françaises, y compris en Outre-Mer. L'occasion de découvrir les sports nautiques, "le patrimoine maritime local" et de décliner une programmation locale (expositions, conférences, rencontres, ect). La députée LREM du Bassin d'Arcachon, à l'initiative de l'évènement, a annoncé que le navigateur Yvan Bourgnon (également fondateur de Sea Cleaners), serait le parrain de cette édition.

  • 09/07/20 | Cognac : un nouveau directeur du développement à la tête du BNiC

    Lire

    Le Bureau National Interprofessionnel du Cognac (BNIC) vient de nommer Raphaël Delpech à la direction générale de l’interprofession en charge du développement, de la protection et de la valorisation de l’appellation Cognac. Sa mission, à compter du 7/09 : piloter le BNiC et mettre en œuvre les orientations stratégiques de la filière. Docteur en droit public, diplômé de l'IEP de Paris et du Kedge de Bordeaux, il a plus de 20 ans d’expérience dans les affaires publiques et la communication.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Logement social : la crainte d'une perte d'élan

04/04/2018 | La loi Élan, discutée ce mercredi 4 avril en Conseil des ministres, suscite encore de vives inquiétudes chez les bailleurs sociaux de Nouvelle Aquitaine.

Union régionale HLM

Nouveau cri d'alarme. Ce mercredi, le projet de loi Élan, présenté ce mercredi en Conseil des Ministres et début juin à l'Assemblée, est pourtant censé avoir pour objectif de permettre aux bailleurs sociaux de construire plus (pour un objectif ambitieux de 40 000 ventes de logements sociaux par an). Du côté des acteurs du logement social, certaines mesures passent mieux que d'autres. Ce matin avaient lieu les conférences territoriales des acteurs de l'Habitat à Bordeaux, organisées par l'Union Régionale Hlm en Nouvelle Aquitaine, qui réunissait élus locaux, et représentants du territoire. Une occasion pour les différentes antennes de l'AROSHA (Association Régionale des Organismes Sociaux pour l'Habitat en Aquitaine) de rappeler certains fondamentaux et de faire part d'une inquiétude toujours vive.

Effet ciseaux

"Les valeurs du logement social, je ne pense pas que grand monde les remette en cause", déclarait encore ce matin Muriel Boulmier, Présidente de l'AROSHA et de l'Union Régionale HLM en Nouvelle Aquitaine, le contexte étant censé la contredire. Après une première sonnette d'alarme tirée en juillet au moment des mesures de la loi de finances du gouvernement (réduction des loyers de solidarité, baisse des APL, gels des loyers plafonds, relèvement du taux de TVA à 10% pour les constructions...), c'est cette fois ci le jour de la présentation de la loi Élan en Conseil des ministres que l'Union Régionale HLM a choisi de tirer. Pas forcément sur des mesures précises, d'ailleurs. Certaines passent mieux que d'autres : le pass mobilité n'est pas vraiment remis en question (surtout sur l'agglomération bordelaise, qui en a visiblement grand besoin), les sanctions et contrôles renforcés sur les locations touristiques non plus, de même que la volonté (régulièrement dénoncée localement) de réduire les délais pour l'obtention des permis de construire. Non, là où ça coince, c'est au niveau de la réforme du secteur HLM. Parmi les mesures, la création du groupe d'organismes de logement social devant être formé sous trois ans par les bailleurs sociaux dont le patrimoine compte moins de 15 000 logements inquiète, même s'il est jugé nécéssaire, pas forcément pour des raisons altruistes. "Il était devenu quasiment évident, faute de moyens, qu'il fallait se regrouper pour avoir une taille suffisante et bénéficier des services adéquats pour ces organismes", confirme Christian Ribbe, Président de l'AROSH Poitou-Charentes. 

L'ombre d'une fracture

"Ce qu'oublie de dire la loi Elan sur le regroupement en parlant d'accord de coordination et de mutualisation", ajoute Muriel Boulmier, "c'est que cette fameuse société anonyme de coordination a un préalable : c'est la solidarité financière. Sur Bordeaux Métropole, quasiment tous les bailleurs peuvent être autonomes, ceux qui ne le pourraient pas appartiennent à un groupe (Action Logement, Caisse d'Épargne, Arcane, ect.). Restent les autres territoires : s'il est inférieur à 15 000 logements, ce regroupement permettra théoriquement l'autonomie du logement social. Mais cette question de la solidarité financière, qui, a mon avis, pouvait être un mouvement qui aurait pu prendre corps assez vite, va se heurter à d'autres sujets, notamment pour les offices rattachés à des collectivités : j'ai la naïveté de penser que les combats politiques n'interviendront pas...". Le droit de préemption détenu par les communes a certes l'intention de disparaître, mais l'ironie de la Présidente de l'AROSHA ne fait pas illusion bien longtemps. Après avoir organisé plusieurs ateliers entre Bordeaux, Limoges et Poitiers en début d'année, les quelques 140 acteurs du logement social y ayant participé ont adopté, en consensus apparent, plusieurs propositions visant à modifier la loi Élan, tout du moins à émettre des objections visant à être prises en compte.

Parmi elles, la question de la disparité des territoires (notamment sur les mesures de la "cotation" et celle du "surloyer") force visiblement l'Union Régionale des HLM a faire peser une menace de fracture territoriale aggravée. Tout en rappelant le contexte (le SRADDET régional, l'opération "coeur de ville" ou la politique de redynamisation des centre-bourgs, Muriel Boulmier avertit. "Ce sur quoi nous n'avons jamais insisté, c'est que nous étions un acteur essentiel de l'aménagement du territoire, sans opposer le fait métropolitain et les territoires ruraux. La fracture territoriale, pour la Nouvelle Aquitaine, s'inscrit entre un Nord-Ouest qui ne va pas trop mal et un Sud-Est qui est fragilisé et en danger. À ceci s'ajoute un flux migratoire positif mais un vieillissement de la population qui est fort. On n'est pas les seuls à s'en  inquiéter. Nous nous inscrivons dans cette dynamique de reconquête". Christian Ribbe, lui, est un peu plus direct : "nous avons un patrimoine vieillissant que nous avons besoin de le réhabiliter, faute de quoi il deviendra inattractif pour les locataires les plus aisés et sera dans des zones un peu délaissées. Ça aussi, ce sont des pans d'action qui vont se réduire, d'autant que jusqu'à ce jour, tous les bailleurs sociaux sont des outils au service d'une politique de logement. Je ne suis pas sûr que toutes les collectivités ayant l'ambition de la développer sur leur territoire soient conscients du fait que les bailleurs ne sont pas nécessairement en capacité de suivre. Or, généralement, les communes sur lesquelles nous serions censés intervenir n'ont plus les moyens financiers pour participer à la rénovation de ces bâtiments. Ça ne risque que d'amplifier cette désertification. Ce n'est pas uniquement dit pour jouer les pleureuses : on nous a souvent traités de dodus dormants, on a l'impression qu'on est assis sur des tas d'or et qu'on ne veut plus intervenir sur des endroits où ce n'est pas rentable. C'est faux. Je pense qu'il est, au contraire, dans un territoire comme le nôtre plus qu'ailleurs, important d'intervenir sur ces secteurs là". 

Arbitrages locaux

La crainte, déjà brandie cet automne (et aussi dans les Landes), d'une baisse de l'investissement des bailleurs sociaux dans la construction de nouveaux logements, alors même que le taux de 30% est, malgré des disparités en fonction des communes, loin d'être atteint (par exemple, sur la métropole bordelaise), se transforme presque en certitude, alors même que l'objectif initial du gouvernement est d'en quintupler les ventes. "Depuis que les 1,5 millards des APL ont été posés, il n'est pas de semaine ou les acteurs du logement social n'essaient pas de trouver des systèmes pour compenser. La production va forcément se réduire : ce n'est pas volontaire, c'est mécanique. Ce que j'attends du débat parlementaire, c'est qu'il y ait du bon sens, du pragmatisme dans cette loi. Quand on parle de logement, d'aménagement et de numérique, on ne parle pas que d'investissement, on parle des habitants, de proximité. J'aimerais qu'on ne refasse pas la même erreur que dans la loi de finance, à savoir une approche uniquement financière". Pour autant, l'Union régionale des HLM réfute toute hostilité face aux volontés de réforme mais se déclare donc prudente face à une loi jugée "très normative et qui revient à poser des actes. L'objectif des 40 000 logements a été fixé depuis 2007, nous en sommes toujours à 8000, cherchez l'erreur...", tacle Muriel Boulmier, en rejoignant les propos récents d'un économiste de l'OFCE. Quid de mesures prônées par les acteurs locaux du logement social, pour réformer un modèle qu'eux mêmes qualifient de "vieillissant et jamais vraiment remis en cause" ?

Se reposer sur le Sénat et ses "élus des territoires" pour être plus écoutés, s'adapter à la demande locale, élargir encore davantage les missions des organismes HLM auprès des collectivités : si on fait déjà appel à eux pour de l'aménagement urbain, la réalisation de commerces, d'équipements publics ou de services supplémentaires, les bailleurs sociaux ne demandent visiblement qu'à prendre leur part, mais soulignent que cela ne devrait être possible qu'avec des "moyens d'action adaptés". Globalement, le manque de ciblage local est l'une des principales critiques sous-jacentes des propositions de contribution :"faire du SRADDET le cadre de définition d'une stratégie régionale de l'habitat intégrée dans un schéma d'aménagement du territoire et validée par un accord politique et intégrer une analyse prospective des besoins en logement social en mobilisant l'expertise croisée des acteurs de l'habitat", "revoir les missions et l'organisation du Comité régional de l'habitat et de l'hébergement et doter l'instance d'une vraie capacité d'arbitrage, notamment sur les financements du logement social et les obligations SRU"... en gros : que les politiques du logement social soient décidées régionalement plutôt qu'à Bercy. Des ambitions forcément difficiles à concilier avec un texte aux problématiques si vastes. Mais visiblement, en Nouvelle Aquitaine, la riposte s'organise déjà. Il faudra certainement attendre (au minimum jusqu'en 2019) pour savoir qui aura fait le mieux la part des choses entre la réalité, les inquiétudes et les fantasmes.

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
13392
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 12 + 13 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !
Emmanuel Bassot, secrétaire général de l’UMIH Haute-Vienne Economie | 09/07/2020

Limousin : plus de 150 offres d’apprentissage dans l’hôtellerie restauration

Régis Braun, le directeur délégué de Fybots, a présenté le robot au préfet Economie | 02/07/2020

A Brantôme, Fybots fabrique le premier robot autonome de désinfection par voie aérienne

Foie gras entier Economie | 26/06/2020

Le groupe alimentaire MVVH annonce un plan de restructuration et des licenciements

Domofrance Economie | 24/06/2020

Nouvelle-Aquitaine : Domofrance poursuit sa conquête régionale

Jérôme Verschave Economie | 22/06/2020

Aéronautique et apprentissage : pour Jérôme Verschave, directeur d'Aérocampus, "la vague va passer"

ATIS Economie | 19/06/2020

ATIS : une association qui cultive les idées d’innovation sociale

Lancement de la campagne de financement participatif à la Maire de Billères qui compte parmi les partenaires et soutiens de l'association ''De main en main'' Economie | 19/06/2020

Grippée par le Covid, la monnaie locale béarnaise vise plus que jamais le "monde d'après"

Les présidents du Département de la Haute-Vienne et de la CCI Economie | 18/06/2020

La Haute-Vienne veut attirer des citadins en manque de campagne

Alain Rousset et Frédéric Dittmar (à droite) lors de la visite de l’usine Arts Energy à Nersac (16) Economie | 17/06/2020

Technologie : Alain Rousset lance la charge contre la Chine

Xavier Fortinon, Président du Département des Landes et Sandy Causse, directrice du CDT 40 Economie | 16/06/2020

Landes : 3000 bons vacances "pour sauvegarder la saison touristique"

Timothée Duverger Economie | 15/06/2020

Que se cache t-il vraiment derrière le sigle ESS aujourd'hui ?

Florence Parly Ministre des Armées en visite à Safran Helicopter Engines (Bordes - 64) le 11 juin 2020 Economie | 12/06/2020

40 moteurs d'hélicoptères commandés à Safran Helicopter Engines pour soutenir la filière

Les membres fondateurs de Tousbassin.fr Economie | 11/06/2020

Tousbassin.fr, le projet solidaire du bassin d'Arcachon ne s'arrêtera pas avec le déconfinement

Rue commerçante de la vieille ville, Angoulême, Charente Economie | 11/06/2020

Entreprises : Grand Angoulême poursuit le déploiement de son plan de soutien

Jean-Luc Algay et Jean-François Fountaine Economie | 10/06/2020

La Rochelle : premières conséquences et réponses à la crise